Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le souterrain Refuge de la Morfassière.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 530
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 13:06 (2014)    Sujet du message: Le souterrain Refuge de la Morfassière. Répondre en citant

Le souterrain Refuge de la Morfassière
(Channay-sur-Lathan)

M. Pierre FRÉON.


On se souvient qu'en mars 1969,l'exploitation d'une carrière de falun au lieu-dit « Les Mollets) près de Champeigné (Channay-sur-Lathan) avait permis la mise au jour d'une entrée de souterrain en forme de chapelle, qui dut servir de refuge aux populations des environs pendant les temps troublés du Moyen Age. Le compte rendu de cette découverte avait été fait par M. Albert Philippon dans le bulletin de notre société, année 1969 pages 393 à 396. Un nouveau souterrain qui accuse plus que le précédent tous les caractères du souterrain refuge est apparu vers la fin de l’année 1971 au milieu de l’exploitation de falun de la Morfassière, à peine 1 kilomètre au Nord de la première découverte.


M. Lionel Joreau, instituteur à Channay-sur-Lathan, prévenu par l'un de ses élèves s'était immédiatement rendu sur les lieux pour y effectuer toutes les observations désirables, à la suite desquelles il a bien voulu nous adresser l'excellent compte rendu que nous sommes heureux de publier ici : Le 5 novembre 1971, en fin de soirée, Serge Huart, entrepreneur à Lublé, extrayait du falun à une cinquantaine de mètres au Nord-Est de la ferme de la Morfassière, commune de Channay, parcelle n° 606, section E du cadastre, dans la partie la plus haute du terrain, soit sensiblement à la cote 85. A un moment donné, l'une des roues du bulldozer s'enfonça de terre se trouvant anormalement dans la couche de falun. Le jeune Bruno Ricateau, fils du propriétaire, après avoir dégagé un peu de terre, put apercevoir à la lueur d’une pile électrique, une galerie s’enfonçant dans le sol et semblant se prolonger après un coude tourné vers la gauche. Prévenu le lendemain, je me rendis à la Morfassière pour tenter de préciser la nature de la découverte.

L’Ouverture.
Elle était orientée Sud-Ouest, voûtée en plein cintre, large de 70 cm ; la hauteur libre était d'environ 1,20 mètre. A gauche et à droite, se trouvaient deux niches profondes de 15 cm, elles-mêmes creusées au fond d'une rainure épousant la voûte. Au creux de ces niches, était posé un caillou plat en pierre de crouas. A la base, nous découvrirons, la terre enlevée, deux autres niches. Ce boyau aurait pu se prolonger vers le Sud-Ouest jusqu’a une salle supérieure située à 5 mètres de là. Bruno Ricateau avait trouvé en cet endroit, durant les vacances de la Toussaint, des ossements et des tessons de poteries, conservés à l'école de Channay, mais cette hypothèse n'a pu être vérifiée, les engins de terrassement ayant trop bouleversé le terrain au moment de mon arrivée.

Le couloir central.
Passé le seuil, le boyau descendait sur 2 mètres côté gauche et 2,80 m côté droit, et prenait l'orientation Nord-Nord-Est. Le coude comportait une niche profonde de 20 cm, et au-dessus, un évidement avec son caillou plat, semblable au précédent. Au moment de la destruction par la pelle, Bruno observera, juste après le coude, une sorte de fossé perpendiculaire au couloir, plein de terre et de cendres, dans lequel il découvrira une hache en silex poli, petite mais de belle facture. Passé le coude, le couloir se prolongeait, conduisant à des salles (voir plan) :
- deux à droite, appelées sur le plan A et C ;
- une à gauche, désignée par la lettre B.
- une quatrième terminant le couloir, dans l'axe de celui-ci, appelée D.

Dans l'éboulis de terre, à l'entrée des salles A et B, nous avons trouvé des tessons de poteries, parmi lesquels deux cols (Fig. 4) et un crâne d'animal carnassier (sans doute un chien). Côté droit, avant l'entrée de la salle A, se trouvaient deux niches. Au niveau de la salle B, la voûte du couloir s'abaissait, et dans un évidement, se trouvait encore un caillou plat, en crouas. Un mètre après la sortie de la salle B, le couloir devenait plus large, passant de 80 cm à 1,20m, puis 1,60m pour revenir à 1,50m à la sortie de la salle C. La voûte en cette partie était à 2 m du sol. De la voûte, à l'extrémité du couloir, s'élevait un conduit vertical d'aération. La hauteur du plancher à l'air libre était de 6,35 m auxquels il fallait ajouter environ un mètre de terre végétale enlevée.

Les couloirs d’accès.
On accédait aux salles par de petits couloirs dont la hauteur était de 1,60 m,
la largeur 80 cm, et la longueur de 1,50 m. Vers les milieux de ces couloirs, étaient
creusées des feuillures:
- salles A, C, D : Côté gauche, à 60 cm du sol, un évidement de 20 cm de profondeur, 20 cm de hauteur et 15 de large, surmonté d'une feuillure creusée en équerre, ouvrant vers l'extérieur, haute de 40 cm, profonde de 20 cm à la base, large de 15 cm. Côté droit, face à l'évidement inférieur, une feuillure en équerre sensiblement de mêmes dimensions que la précédente, et surmontée de l'évidement de 20 X 20 X 15 cm ;
- salle B : Côté gauche, une grande feuillure unique, verticale, mesurant 50 cm de
hauteur, 15 cm de largeur, 15 cm de profondeur à la base.
Côté droit, face à la base de la précédente feuillure, un évidement de 20 cm de
hauteur, 15 cm de largeur et 15 cm de profondeur.

Les Salles.
Salle A : L'axe du couloir d'accès de cette salle est à 2,5 m du coude.
Dimensions: Longueur 4,40 m ; hauteur 1,95 m ; largeur à l'entrée: 2,20 m, au milieu
2,60m, au fond: 2,45m. A l'entrée gauche une niche et au milieu, traces de foyer (cendres tassées et pierres de crouas ayant subi le feu). Au sommet de la voûte, au fond, un conduit vertical d'aération. Un échantillon de charbon a été prélevé par M. R. Mauny, le 13 novembre, pour datation au carbone 14.


Salle B : Sa forme est irrégulière. L'axe de son couloir d'accès est à 3 m du coude. Le couloir d'accès s'élargit à son entrée dans la salle jusqu'à 1,60m, puis 2,10 m à la hauteur d'un pilier situé à 1,40 m côté gauche de l'entrée. Après ce pilier, on avait une grande niche avec amorce de « cheminée » oblique. Faisant un angle de 105°avec l'axe de l'entrée, on découvrait une salle de 4,80 m de long dont l'axe était orienté Nord-Sud. Hauteur de la voûte 2 m, largeur régulière de 2 m. Au fond, conduit vertical d'aération et à gauche, une niche. Côté gauche, nous avons noté la présence de trous pyramidaux profonds de 10 cm, à base carrée de 2 cm de côté. Sous l'un d'eux, traces organiques pouvant provenir de la décomposition d'un morceau de bois y ayant été planté. A l'entrée de cette salle, il a été découvert, posé sur le sol, un fragment d’objet de pierre à base ronde de 11,5 cm de diamètre et de 8 cm de haut, qui doit probablement constituer la base d’une lampe à huile, comme l’on en faisait de semblables en poterie au Moyen Age, ou bien un bouchon de récipient ayant contenu des liquides en fermentation.

Salle C : L'axe du couloir est à 6,60 m du coude. Dimensions: Longueur 4,80 m, hauteur 2 m, longueur à l'entrée 2,20 m, largeur au milieu 2,85 m, largeur au fond 2,60 m. Un conduit vertical d'aération se trouvait également creusé dans l'axe au fond. Des traces de charbon ont été relevées à gauche, près de l'entrée.

Salle D : Elle prolonge le couloir central. Son couloir d'accès se trouvait à 7,20 m du coude de d’entrée. Depuis ce coude, nous avions, avec la salle, une galerie droite de 13,35 m, soit depuis le seuil de l’entrée, une longueur total de 16,15 m. Cette salle, longue de 4,75 m, était en deux parties séparées par un pilier épousant le cintre de la voûte et situé à 1,80 m du fond. Autres dimensions: Largeur à l'entrée: 2 m, largeur au niveau du pilier: 2,40 m, largeur au fond 2,75 m. Des traces de charbon ont été relevées sur le sol, dans le fond droit de la salle. Comme dans les trois autres salles, un conduit vertical d'aération partait du sommet de la voûte au fond de la salle.

Conclusion.

Bien que le fond des salles porte les traces du séjour de l'eau, la situation de ces dernières sur le point le plus haut du terrain, dans un sous-sol parfaitement sain, était remarquablement choisie. On ne pouvait qu'admirer la qualité de ce magnifique travail, en parfait état de conservation au moment de la découverte. Ce souterrain fort intéressant, bien que plus grossièrement taillé la falunière de Champeigné, a été visité notamment par MM. Georges Couillard de Château-la-Vallière, Raymond Mauny des Amis du Vieux Chinon, Pierre Leveel et Pierre Fréon, de la Société Archéologique de Touraine. Pour dater cet ouvrage, on pense d’abord à la longue période d’insécurité que fut la guerre de cent ans. Mais l’examen attentif des fragments de poterie trouvés dans le sol du souterrain refuge, poterie grossière rose ou blanche, rarement, poterie fine, oblige à proposer une date plus ancienne, entre les Xe et XIIe siècles. Les populations devaient alors se prémunir contre les ravages des guerres féodales.

Hélas, le souterrain-refuge de la Morfassière a subi le même sort que celui de Champeigné : Il est maintenant complètement disparu, et cela est tout à fait regrettable. On se permettra ici de rappeler que, dans sa séance du 7 avril 1970, le groupe de travail que M. le Préfet d’Indre et Loire avait chargé d’établir un pré-inventaire des richesses naturelles, avait demandé que soient préservées certaines falunières particulièrement intéressantes. Bien que ce rapport ait été envoyé aux ministères de l'Agriculture et des Affaires Culturelles, qui l'avaient demandé, il n'est rien résulté de concret concernant la protection. Les falunières continuent d’être si intensément exploitées pour le compactage des routes et autres usages, que le gisement des faluns de l’Anjou (Savignéen, pierre de Crouas) risque de disparaître complètement à plus ou moins brève échéance.

_____________________________
Le souterrain Refuge de la Morfassière à Channay-sur-Lathan.
Bulletin SAT 1972 - Page 33
Découverte d'un souterrain à Channay-sur-Lathan, par M. Albert PHILIPPON
Bulletin SAT 1969 - Page 71

Localisation.



_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 13:06 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com