Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


L'Abbaye de Fontaine-les-Blanches.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 530
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 26 Mar - 05:58 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye de Fontaine-les-Blanches. Répondre en citant

L'Abbaye de Fontaine-les-Blanches.
Autrèche.

L'abbaye de Fontaine-les-Blanches est une ancienne abbaye de l'Ordre cistercien située sur la commune d'Autrèche, dans le département d'Indre-et-Loire. Elle fut vendue comme bien national à la Révolution française et partiellement démolie. Cet édifice fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 14 septembre 19491.

Historique.
Au début du XIIe siècle, peu avant 1115, deux dévots originaires de Montlouis, Geoffroi l'hermite et Geoffroi Bullon, s’installèrent à Autrèche au lieu-dit Pont-de-Fontaine (anciennement Pont-Rune). Ils furent rejoints par Guillaume de Messines, futur prieur du Saint-Sépulcre puis Patriarche latin de Jérusalem, ainsi que par le Grand Lambert, le Petit Lambert, un chevalier flamand, Ascelin le prêtre, Hervé de Gallardon, Gérard de Locumnia et le frère laïc David. Quelques autres ermites se joignirent au groupe pour édifier une chapelle en bois dédiée à sainte Marie-Madeleine. Vers 1125, plusieurs seigneurs locaux firent don aux religieux des terrains alentour et Renault (ou Renaud) de Château-Renault leur accorda, outre le droit de justice, le droit de chasse et celui de prendre du bois dans la vaste forêt de Blémars, ainsi que des glands pour la nourriture des porcs. Droits qui furent confirmés en 1127 par une charte d'Hildebert de Lavardin, archevêque de Tours, qui leur conféra le statut d'ermitage, et par le comte Thibaut IV de Blois en 1131


Création de l'abbaye.
Une partie des ermites se satisfaisait de ce statut, tandis qu'un autre groupe souhaitait rejoindre un ordre régulier. Des contacts furent pris avec l'abbaye Saint-Florentin de Bonneval, mais c'est finalement vers la puissante abbaye de Savigny en Normandie que se tournèrent les moines. Geoffroy, abbé de Savigny se rendit sur place en novembre 1134 en compagnie de l'archevêque de Tours Hildebert de Lavardin. En accord avec l'évêque et douze religieux, il décida la transformation de l'ermitage en abbaye qui rejoignit ainsi la congrégation de Savigny qui suivait la règle de saint Benoît. Odon, prêtre de Savigny qui accompagnait Geoffroy, en fut nommé le premier abbé. Au chapitre de 1147, la congrégation optant pour le rattachement à l'Ordre de Cîteaux, les religieux de Fontaines troquèrent leur habit gris de bénédictins contre l'habit blanc des cisterciens. Dès son origine, le monastère détenait les droits de haute, moyenne et basse justice attachés au titre de châtellenie, droits conférés par la charte de Thibaut IV de Blois de 1131 et confirmés en 1186. Pour le temporel, l'abbaye relevait des châteaux d'Amboise et de Chateau-Renault.

De sa création en 1134 à sa fermeture en 1790, 48 abbés se sont succédé à la tête de l'abbaye, selon la liste établie en 1880 par Carré de Busserolle6. La liste est toutefois incertaine pour la période allant de 1216 à 1347. À partir de 1534, les abbés relèvent du régime de la commende, c'est-à-dire qu'ils perçoivent les revenus de l'abbaye sans y exercer directement l'autorité.

L'abbaye possédait de nombreuses propriétés. Dès 1162, une bulle du Pape Alexandre III recense de nombreux biens aux alentours. Une déclaration en date du 2 février 1547 énumère les propriétés détenues à l'époque : « Et premierement le monastère de Fontaine-les-Blanches cloz et environné de murailles, contenant, tant en l'esglize, cloistres, eddifices, courts et jardins, dix arpents ou environ ». L'abbatiale, dédiée à Notre-Dame, comportait trois chapelles : la première dédiée à saint Hubert, la seconde à sainte Madeleine et la troisième, consacrée à saint Michel archange était également appelée « chapelle des infirmes » Il faut croire que la décoration était discrète si l'on en juge par l'avis de moines en visite au début du XVIIe siècle : « L'abbaye de Fontaine-les-Blanches ne paroît pas avoir jamais été fort considérable. L'église néanmoins est assez jolie, le chœur propre & l'autel d'un très bon goût. Dans une chapelle à côté du grand autel on voit le tombeau d'un évêque… »

Outre deux cents arpents de bois et un étang proches de l'abbaye, figurent en 1547 dix métairies et deux moulins représentant plus de 1 100 arpents de terres. S'y ajoutent les propriétés acquises aux XVIIe et XVIIIe siècles, soit dix-huit métairies supplémentaires et deux moulins, l'un à Limeray et l'autre à Montreuil-en-Touraine. À la veille de la Révolution, l'abbaye possédait 465 hectares aux alentours d'Amboise. Elle était probablement le plus gros propriétaire foncier de la région après les domaines d'Amboise et de Chanteloup. Aux revenus provenant de ces propriétés, s'ajoutaient divers dons et rentes de personnalités souhaitant obtenir la reconnaissance du Ciel et les prières des religieux. Dans une charte datée de mai 1240, Isabelle de Blois, comtesse de Chartres et de Romorantin, veuve de Sulpice III d'Amboise : « …rappelle qu'elle a donné au monastère de Sainte-Marie-des-Fontaines [sic], un millier de harengs et deux lagènes d'huile, à prendre sur le produit des fêtages des maisons de Romorantin, et, dans la crainte que cette redevance ne soit pas payée exactement, la convertit en 30 sous chartrains sur la Perrée de Chartres, payables chaque année le jour de l'octave de Pâques »

Sépultures.
Outre plusieurs abbés, d'importants personnages furent inhumés dans l'abbatiale, dont :
- Mathilde de Vendôme (958-1201), fille de Bouchard Ratepilate comte de Vendôme et sœur de Bouchard Ier de Vendôme.
- Élisabeth d'Amboise (1160-1213), épouse de Vulgrin III Taillefer comte d'Angoulème et sœur de Sulpice III d'Amboise, fondateur de l'abbaye voisine de Moncé.
- Barthélemy II de Vendôme (1174-1206), archevêque de Tours.
- Louis Chauvin (†1508), chevalier, écuyer de l'écurie ordinaire du roi, seigneur de Pocé
- Adrien Tiercelin des Brosses (†1548), seigneur de Pocé, Chambellan de Louis XI et père de Charles Tiercelin de Brosses, 33e abbé.
Tous les monuments funéraires furent détruits à la Révolution.


Fermeture et démolition.
Comme toutes les communautés religieuses, l'abbaye fut victime de la déchristianisation pendant la Révolution française. Les religieux en furent chassés, les bâtiments et possessions, décrétés biens nationaux en novembre 1789. Elle fut acquise, le 28 mai 1792, par Guillaume Dubault (ou du Baut), ancien conseiller du roi et receveur des Tailles en l'Élection de Tours, au prix de 19 200 livres et partiellement démolie14. De nombreux éléments furent dispersés aux alentours. On connait la destination de vingt-trois des stalles, réalisées vers 1480, qui ornaient l'abbatiale : seize sont dans l'église Saint-Prix de Noizay 15, six dans l'église Saint-Adrien de Pocé-sur-Cisse16 et une autre, ainsi que deux statues de saints, sont exposées dans l'église Saint-Saturnin de Limeray. Une petite cloche de l'abbaye fut installée dans l'église Notre-Dame de Dame-Marie-les-Bois en remplacement d'une cloche fondue pendant la Révolution.

Seuls subsistent à ce jour, dans une propriété privée, la porte nord datant du XVIe siècle, le logis abbatial datant du XVIIe siècle, incluant une salle du XIIIe siècle et un pavillon du XIIIe siècle construit sur des cachots superposés. L'aile Ouest du cloître affectée aux celliers et les vestiges des murs son aile est, ainsi qu'un bâtiment de service du XVIIIe siècle. Le pavillon des cachots date du 13ème siècle mais il a été remanié au 18ème siècle. Le portail d'entrée Nord (16ème siècle), une porte armoriée de 1718 de l'aile ouest du cloître, des communs (18ème siècle) et des caves voûtées sont encore visibles.
__________________________
Référence Mérimée : PA00097538
Abbaye cistercienne, fondée vers 1125 par quelques religieux retirés dans les bois autour d'une chapelle, et qui reçut son titre d'abbaye en 1134 quand Odon, abbé de Savigny et Hildebert de Lavardin la placèrent sous la règle de Cîteaux. Elle fut en grande partie détruite pendant la Révolution. De l'abbaye subsiste divers éléments. La porte nord du 16e siècle. Le logis abbatial en grande partie reconstruit au 17e siècle, mais qui conserve au rez-de-chaussée une salle du 13e siècle, et une salle gardant des vestiges de peinture du 14e siècle. Un pavillon carré du 13e siècle construit sur trois étages de cachots superposés, reliés par des trappes. La porte en arc brisé des caves. L'aile ouest du cloître affectée aux celliers. Les murs ruinés de l'aile Est du cloître qui s'étendait au sud de l'église disparue. Un bâtiment de servitudes du 18e siècle. Protection MH 1949/09/14 : inscrit MH : Le logis abbatial ; le pavillon des cachots ; la porte Nord de l'abbaye et la porte de l'aile Ouest du cloître (cad. 2001 C4) : inscription par arrêté du 14 septembre 1949.

- Les vestiges cisterciens dans le diocèse de Tours, - Les abbayes de Bougerais et de Fontaines-les-Blanches par M. Franck TOURNADRE - SAT T.XLVI Page 229.

Abbaye-Notre-Dame-de-Fontaines-les-Blanches. Cne d’Autrèche. Locus Fontanarum quem indigeni Allodia vocant, 1127 (A.D. 37-H, charte de Fontaines-les-Blanches) ; Fontanae, seu Allodium, vers 1150 ; Theobaldo, abbati ecclesiae Sanctae Mariae de Fontanis, abbatia quae vocatur Fontanae, 11 novembre 1162 (Bulles du pape Alexandre III) ; Fontanae Albae, 1186 (Charte de Thibault, comte de Blois) ; Abbas de Fontanis, ordo cisterciensis, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 31) ; L’Abbaye cistercienne de Fontaines les Blanches, mai 1341 (A.N.-JJ 72, Trésor des Chartes, fol. 137 v°, n° 209) ; Abbati de Fontanis Albis, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 42) ; Le fief de l’Abbé de Fontaines, assis à Fourchette, led. abbé de Fontaines tient icelluy fief, 31 janvier 1536 (A.D. 37-C 634 n° 170) ; L’Abbaye de Notre Dame de Fontaines les Blanches, diocèse de Tours, 2 février 1547 (Aveu) ; Déclaration donnée par Ambroise Chambellan, au fief de l’abbaye de Fontaine, 1er août 1714 (acte Beglan-Saint Ouen les Vignes) ; L’abbaye de Fontaine les Blanches, 8 février 1754 (acte Guiot-Noizay) ; Procuration par Jean Marie Duchatel, abbé de l’abbaye de Fontaine les Blanches, à [blanc] pour prester le serment requis ès mains de l’official de ce diocèse, aux fins de la libre possession de lad. abbaye, 25 décembre 1772 (A.D. 37-2 C, Contrôle des Actes, Tours, t. 196, fol. 114 v° case 1, 28 décembre 1772) ; Collation de l’abbaye de Fontaines les Blanches par Me Audebert, official et commissaire de l’Église de Tours, en faveur de Jean Marie Duchatel, aumonier de Mde la Dauphine, 29 décembre 1772 (A.D. 37-2 C, Contrôle des Actes, Tours, t. 196, fol. 119 v° case 1, 31 décembre 1772) ; Fontaine les Blanches, Abbaye d’Hommes, Ordre de Citeaux, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; La ci devant abbaye de Fontaine les Blanches, 17 décembre 1791 (A.D. 37-Q 1066, P.V. 31, n° 1. Biens Nationaux) ; L’enclos de la ci devant abbaye de Fontaine les Blanches, paroisse d’Autrèche, 17 décembre 1791 (A.D. 37-1 Q 43, P.V. 31, n° 1. Biens Nationaux) ; Fontaine des Blanches, 20 floréal an 12 (acte Gardien Réaumur-Château Renault) ; Fontaine les Blanches, 1835 (Cadastre) ; Fontaine les Blanches, 1932 (Cadastre). Le nom primitif du lieu d’implantation de l’abbaye s’appelait l’Alleu ou les Alleux. Abbaye fondée en 1125 par des ermites augustins qui se fixèrent à Pont-Rune, paroisse d’Autrèche, Pont-de-Fontaine, affiliés à l’abbaye de Savigny en 1134, qui passa à l’ordre de Cîteaux en 1147. Fief mouvant de la baronnie d’Amboise. Cartulaire : B.M. de Tours, Ms 1324. A.D. 37-H 112-129. A.D. 41-26 H 1-7.


Localisation.




_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 26 Mar - 05:58 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Friedo
Nouveau Membre

Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2014
Messages: 1
Localisation: Ceske Budejovice (CZ)
Masculin

MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 09:16 (2014)    Sujet du message: de Prunelé - du Vivier Répondre en citant

Bonjour, j'espère que quelqu'un dans ce forum peut m'aider avec une question liée à la généalogie. J'essaie de trouver un ancêtre mentionné dans certains documents comme "Jeanne de Prunelé, dame du Vivier», et ce «Vivier» est d'être à proximité d'Amboise. Quand j'ai contacté la Archives départementales D'INDRE-ET-LOIRE, ils m'ont envoyé gentiment les informations suivantes: 


Nous conservons dans nos fonds un seul acte relatif à un Guillaume de Prunelé, seigneur d’Herbault. En voici les références : H. 122. (Liasse.) (Bois de l’abbaye de Fontaines-les-Blanches)—  Committimus, ou lettres royaux, de 1478, accordant à Guillaume Prunelet, chevalier, seigneur d’Herbault, le droit d’envoyer toutes ses affaires contentieuses aux Requêtes du Parlement. Les ruines de cette abbaye, située à Autrêche (département d’Indre-et-Loire), appartiennent aujourd’hui à un propriétaire privé, que vous pourriez aussi contacter : peut-être dispose-t-il d’informations sur les liens entre l’abbaye et Guillaume de Prunelé. La ville d’Autrêche est située au nord de la ville d’Amboise, puis en se dirigeant vers l’est l’on atteint Herbault.


Est-ce que quelqu'un sait quelque chose sur le rôle de les Prunelés dans la zone autour de Fontaines et / ou sur Vivier? 


Merci, Friedo Zölzer
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:40 (2016)    Sujet du message: L'Abbaye de Fontaine-les-Blanches.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com