Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


L'Abbaye Saint-Sauveur.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 09:09 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye Saint-Sauveur. Répondre en citant

L'Abbaye Saint-Sauveur.
Villeloin-Coulangé.


L’abbaye Saint-Sauveur de Villeloin est une ancienne abbaye catholique bénédictine située à Villeloin-Coulangé, près de Loches, dans l'Indre-et-Loire. Elle a été fondée au IXe siècle par deux chevaliers : Mainard et Mainerius. l'abbaye bénédictine Saint-Sauveur de Villeloin est dévastée par les troupes anglaises en 1360 puis en 1412. Le monastère devient prospère grâce à de nombreux dons. On sait que l'Abbaye de Villeloin était importante par son nombre de moines et les terres possédées. Le 11 août 1301, lors de son voyage à Loches Philippe le Bel séjourna dans l'abbaye.


Histoire de l'abbaye.
Le chevalier Mainard se proposait de fonder un monastère, « in pago videlicet Turonico, super fluvium cui nomen est Andrisco in loco qui dicitur, rustico vocàbulo, Villalupa. » (phrase en latin issue du Cartulaire de Cormery dont voici une traduction : « à savoir, en Touraine dans le village, près de la rivière, dont le nom est Andrisco au lieu que l'on dit, dont le nom rustique était Villalupa. »). On voit par un diplôme de l'empereur Louis que, du temps de Charles II le Chauve et du sien, les frères Mainard et Mainerius donnèrent à Audacher, abbé de Cormery, un lieu nommé Villeloin afin qu'il y fît construire un nouveau monastère en l'honneur du Saint Sauveur. Mais ce ne fut pas Louis le Pieux qui le fit, puisque Charles le Chauve lui survécut. Cette charte peut donc être considérée comme apocryphe. Mainard et Mainerius néanmoins furent bien réellement les fondateurs de Villeloin, et ce fut bien l'abbé Audacher qui présida à sa construction. Elle eut lieu sous le règne de Charles II, roi des Francs qui, en 850, lui donna son approbation et la plaça sous l'autorité de l'abbaye de Cormery (tenue par des bénédictins là aussi). La basilique, une fois achevée, fut consacrée par l'archevêque Hérard, en 859, lequel décida, du consentement d'Audacher, qu'il y aurait au moins vingt moines dans ce monastère. De même que Cormery dépendait de Saint-Martin, Villeloin fut dans la dépendance de Cormery, et ce furent les abbés de Cormery qui le dirigèrent d'abord. Le monastère fut soumis en même temps que Cormery au régime de l'abbatiat laïque au temps de Foulque le Roux; le comte devait exercer à Villeloin les mêmes droits domaniaux qu'il possédait à Cormery; mais la communauté semble en avoir particulièrement pâti. Les moines de Villeloin n'entendaient pas être traités en habitants d'une cella subordonnée, mais en partie intégrante de la seule communauté constituée par la population totale des deux monastères. Les moines de Villeloin réclamaient-ils l'autonomie interne sans aborder les problèmes épineux des droits domaniaux. Vers 954, ainsi qu'on l'a vu, l'abbatiat régulier était rétabli à Cormery et l'abbatiat laïque s'estompait ; dans la pratique, rien ne semble avoir d'abord été modifié à Villeloin; puis, avant mai 964, se situe le changement d'attitude de l'abbé Guy et la restitution à Villeloin des des biens dont il avait disposé illégitimement à la manière d'un abbé laïque. Saint-Sauveur de Villeloin devient abbaye de plein droit en 965. Les prieurés d'Épeigné, de Francueil, de Saint-Martin-de-Verton, de Saint-Sauveur d'Amboise, de Saint-Pantaléon-de-Sur, de Luçay-le-Mâle, de Cros, de Vou et de Saint-Médard, dépendaient de l'abbaye de Villeloin.


L'indépendance que les moines composèrent la charte apocryphe mise au compte de Louis le Débonnaire, fils de Charlemagne , selon laquelle l'empereur, ayant constaté la pauvreté de Villeloin, aurait invité l'abbé de Cormery à céder à ceux de Villeloin un certain nombre de biens appartenant à son monastère; auraient ainsi été détachés du domaine de Cormery pour être abandonnés à Villeloin non seulement l'église Saint-Aignan d'Epeigné, mentionnée dans la partie authentique du praeceptum (de la charte) d'Hérard (859), mais aussi toute la villa ainsi que celle de Baigneux à Veigné, quelques terres à Sublaines et des prés dans la vallée de l'Indre à Chambourg. Les revendications de biens eurent des succès divers: si Villeloin semble être resté en possession de l'ensemble de la villa d'Epeigné où, vers 1060, le comte Foulque le Rechin finit par lui abandonner tous les droits, terres et redevances, qu'il y possédait encore, Cormery, lui, garda la villa de Baigneux. Quant aux droits domaniaux attachés à l'abbatiat laïque, les droits, terres et redevances perçues par les comtes d'Anjou. Le monastère semble avoir profité de sa liberté, et la fin du Xe ou le début du XIe siècle fut marqué par le gouvernement d'un abbé qui laissa un renom de sainteté et fut par la suite l'objet d'un culte liturgique. Pressenti pour devenir évêque de Limoges, Michel de Marolles reçoit l'Abbaye de Villeloin, en Touraine à quelques kilomètres du domaine familial, par brevet royal du 5 décembre 1626 et par bulle du pape Urbain VIII du 10 mars 1627. Il en prend possession le 6 juillet 1627, il réunit dans sa bibliothèque de véritables merveilles. L'abbaye comprend alors quatorze religieux dont onze prêtres et trois novices. L’abbaye est Réformée en 1669. Philippe le Bel et sa suite séjournent à Villeloin le 11 Août 1301 lors de son déplacement vers Loches.


La Révolution y trouva 4 religieux. Elle fut ensuite démolie, sauf ses portes fortifiées du XVe siècle et le logis abbatial reconstruit en 1782. Laissée en ruines par la Révolution, l'abbaye est classée en 1927. Par ailleurs, en 1921, furent découvert lors de fouilles deux crosses épiscopales. La présence de ces deux crosses dans l'environnement de l'Abbaye de Villeloin donne une indication sur la place réelle de cet établissement, fondé dès le IXe siècle, à la période médiévale. Ces deux objets, surtout la crosse émaillée, étaient précieux, et très coûteux et semblent indiquer que leurs possesseurs étaient des abbés d'un certain renom. Par quatre arrêtés, l'abbaye Saint-Sauveur de Villeloin fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1927.
_______________________
Référence Mérimée : PA00098293
L'ancienne abbaye bénédictine Saint-Sauveur a été fondée vers 850 et supprimée à la Révolution. L'église date du 12e siècle. L'ancien prieuré, le pavillon Renaissance et les tours sont du 16e siècle. L'ancien couvent est du 17e siècle. Protection MH 1927/03/18 : inscrit MH ; 1927/05/20 : inscrit MH ; 1927/05/20 : inscrit MH ; 1927/05/20 : inscrit MH Ancienne église : inscription par arrêté du 18 mars 1927 ; Façade et portail 17e siècle de l'ancien couvent ; porte de l'ancienne chapelle : inscription par arrêté du 20 mai 1927 ; Ancien prieuré avec pavillon et tourelle Renaissance ; grand portail d'entrée ; les deux tours du pont-levis et la tour à l'Est du pont-levis : inscription par arrêté du 20 mai 1927 ; Pavillon Renaissance et grande tour carrée : inscription par arrêté du 20 mai 1927.

Abbaye-Saint-Sauveur-de-Villeloin. Cne de Villeloin-Coulangé. In pago videlicet Turonico, super fluvium cui nomen est Andrisco, in loco qui rustico vocabulo vocatur Villalupae, easdem res vice Christi suscipiens, cellam sub norma inibi degentium monachorum juxta loci qualitatem fundari, construi, in honorem Salvatoris nostri Jesu Christi, 850 (Actes de Chalres II le Chauve, t. I, n° 131 ; Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 28, col. 36, Cartulaire de Cormery ; Actes de Charles II le Chauve, t. I, n° 131) ; Charta dedicationis basilicae Villelupensis factae per Herardum archiepiscopum Turonensem, 859 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 33, col. 47) ; Sancta Maria Villelupensis, IXe s. (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, col. 272) ; Ad titulum Summi Salvatoris abba, 965 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 41, col. 60) ; ; Monachi Villelupenses, 965 (Gallia Christiana, t. 14, Instrumenta 41, col. 61) ; Villa Loens, XIIe s. ; Villeloen, 1156 (Cartulaire de villeloin, Bulle du pape Adrien IV) ; Monasterium de Villa Lupe, de Villaloem, Ville Lupantium, Ecclesia Villa Lupensis, 1200 (Dom Housseau, Charte de l’abbaye de Villeloin) ; Robertum, abbatem monasterii Villelupensis, 1er juillet 1255 (Dom Housseau, t. VII, n° 3055) ; L’abbé et couvent de Villeloeim, 1293 (Cartulaire de Villeloin, charte de Jofre de Palluau) ; Patronatum abbatis Villeluppensis, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 10, 12) ; Ad abbatem Villeluppensem, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 15) ; De Villa Luppensi, Turonensis diocesis, 22 février 1320 (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 52, p. 132) ; Philippe VI confirme la sentence rendue le 16 août 1327 par Raimbaud de Rechignevoisin, et Guillaume Sudre, réformateurs députés au bailliage de Tours, par laquelle ils reconnaissent à l’abbaye de Villeloin le droit de haute et basse justice sur les paroisses de Nouans, de la Villate, sur la maison Colin Davineaux, sur la paroisse de Coulangé et leurs dépendances, qui avait été indûment mises en la main du Roi, avril 1328 (A.N.-JJ 65A, fol. 73 n° 96) ; Abbacia Ville Lupensis, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 25) ; L’Abbaye de Saint Sauveur de Villeloing, janvier 1335 (Charte d’Ingelger d’Amboise) ; Abbaye de Villeloin, février 1384 (A.N.-JJ 124, n° 115, fol. 65 v°) ; L’Abbaye de Villeloin, novembre 1391 (A.N.-JJ 141, n° 281, fol. 162) ; Ad abbatem Ville Lupensis, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 32, 35 et 38) ; Abbati Ville Lupensis, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 41) ; Abbatia Ville Lupensis, ad monasterium Villelupense, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 385) ; Abbas Villelupensis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 131, 135) ; Monasterium Villelupensis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 132) ; Abbas Villelupensis, diocesis Turonensis, 1648 (Pouillé de Bourges, p. 136, 139) ; Acte de foy et hommage fait par Messire Justin de Lée, abbé de Villeloin, pour raison de lad. abbaye de Villeloin, relevant du château de Loches, 23 août 1713 (A.D. 37-C 603) ; Acte de foy et hommage de Me Justin de Lée, abbé commandataire de l’Abbaye royalle de Saint Sauveur, du fief, terre et seigneurie de Villeloin, relevant de Loches, 24 mars 1723 (A.D. 37-C 603) ; Le revenu temporel de lad. Abbaye de Villeloin, 30 décembre 1770 (acte Gaudin-Tours) ; Le revenu temporel de lad. Abbaye de Villeloin, 17 juillet 1780 (acte Thenon-Tours) ; Abbaye de Villeloin, archiprêtré de Loches, 1781 (A.D. 37-G 11, fol. 220) ; Couvent de Villeloin, archiprêtré de Loches, 1781 (A.D. 37-G 11, fol. 221) ; Villeloin, abbaye, ordre de Saint Benoît, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; L’église conventuelle de Villeloing, 24 pluviôse an 2 (A.D. 37-1 Q 210, P.V. 2195. Biens Nationaux). Abbaye de bénédictins, fondée vers 816 par Mainard, homme illustre, sous l’autorité d’Audacher, abbé de Cormery, approuvée par Charles II le Chauve, d’après l’acte de novembre 1391 (A.N.-JJ, Trésor des Chartes), qui transcrit le diplôme de Charles II le Chauve. En mai 856, diplôme de l’empereur Louis II le Bègue, qui, à la prière d’Audacher, abbé de Cormery, confirme la donation de l’abbaye de Villeloin et ses possessions situées en Touraine (Dom Housseau, t. 1, n° 24 et 25). Affiliée à la Congrégation de Saint-Maur en 1669. Cartulaire : B.N.-Ms latin 12702, fol. 315, 333, 17129, fol. 198, Nouv. Acq. Latine, 92, Dom Housseau, t. 1, 12, Coll. Duchesne t. 22, Archives du Cogner, vol. 1, série H ; B.M. du Mans-Ms 501. A .D. 37-H 17, 187-196, 325-326, 592-619. A.D. 41-22 H 1.


Localisation.



 

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Avr - 09:09 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 09:10 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye Saint-Sauveur. Répondre en citant

Le Monasticon Gallicanum est une collection de 168 planches gravées de vues topographiques représentant les 147 monastères de l'Ordre de Saint-Benoît, Congrégation de Saint-Maur et deux cartes des établissements bénédictins en France. Ces planches furent réalisées à la demande de dom Michel Germain au XVIIe siècle et reproduites par Monsieur Peigné-Delacourt en 1870.


_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:07 (2017)    Sujet du message: L'Abbaye Saint-Sauveur.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com