Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


L'Abbaye de Saint-Pierre de Preuilly.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 673
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 09:19 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye de Saint-Pierre de Preuilly. Répondre en citant

L'Abbaye de Saint-Pierre de Preuilly.
Preuilly sur Claise.


L'abbaye bénédictine remonte au début de l'an mil. Elle ne fut pas épargnée par les luttes médiévales et les guerres de Religion. Les Huguenots pillèrent l'église et saccagèrent la crypte en 1562. L'édifice connut de multiples campages de restauration. Les arcs boutants ont été ajoutés au XVe siècle.Celles menées au XIXe siècle sont les plus marquantes...

L’Abbaye bénédictine Saint-Pierre, fondée en 1001 et consacrée en 1009, est l’une des plus prestigieuses et plus vastes de Touraine. Elle fut bâtie pour servir à une abbaye bénédictine. De plan en croix latine, elle présente des déambulatoires autour de l'abside et des chapelles à l'extrémité de chaque croisillon du transept. A la naissance de chacun des croisillons avait été bâtie primitivement une tour avec clocher. Le déambulatoire donne accès à trois chapelles absidales. Dans la nef, chaque pilier, carré dans la masse, est cantonné de quatre colonnettes arrondies. Les chapiteaux s'ornent de feuillages, de bandelettes, de figures fantastiques et de représentations humaines. Au 15e siècle, les murs ont été consolidés par des contreforts. Une crypte est située sous le sanctuaire. En 1846, Charles Audigé et Constant Moisand, dans leur ouvrage intitulé Histoire de la ville et du canton de Preuilly, affirmaient : « L’église de Preuilly est l’un des plus beaux monuments de la Touraine et l’un des plus remarquables du 11ème siècle » Geoffroy, seigneur de Preuilly et de la Roche-Pozay, fonda dans cette petite ville une abbaye de bénédictins, quoiqu’elle possédât déjà cinq paroisses. Pour doter cette abbaye, Geoffroy, fort pieux, mais fort pauvre, éprouva d’énormes difficultés. C’est en vain qu’il eut recours à des confrères du canonicat de St Martin de Tours et aux titulaires des cinq paroisses de Preuilly, nul ne venit venir à son aide. On lui répondit généralement que le peuple était épuisé ; qu’avoir recours aux quêtes et prédications étaient démarches et paroles perdues ; et d’un autre côté il ne pouvait songer à tirer violemment dans une telle pensée les subsides que l’usage d’alors autorisait de la part du seigneur.


Effroy fut inhumé dans l’église, et l’on grava sur son tombeau cette épitaphe en vers rimés et léonins, suivant l’usage et le goût du temps où elle fut composée : Dans cette perplexité, Geoffroy, qui s’était lié par des promesses, partit pour Rome, ce qui le fit surnommer le Roméen dans son pays. Il alla se jeter aux pieds du Saint Père, et, en pleurant, lui demanda de relever de son vœu ou de lui donner les moyens d’exécuter sa fondation pieuse. Malgré sa renommée de grande piété et le long voyage qu’il avait entrepris, il fut accueilli médiocrement, et il se voyait sur le point de revenir en Touraine plus malheureux qu’avant son départ, lorsqu’il lui vint en pensée de proposer au Saint Père une redevance annuelle de 100 florin, si par son moyen, il réussissait à fonder son abbaye de Bénédictins. Cette fois sa proposition fut écoutée.

Muni d’indulgences et de lettres pressantes, Geoffroy revint en France (il fut trois ans à effectuer le retour), et à force de démarches et de sacrifices, parvint à fonder son couvent. Il le dota d’un revenu d’environ 2500 livres, plus les 100 florins payés chaque année à la cour de Rome. En commémoration de ce grand événement et du succès de ses démarches, il ajouta au château de Preuilly une chapelle particulière sous la dédicace de Saint Benoît, chapelle dont les ruines se voyaient encore en 1850. Ce n’est qu’en 1012 que la construction du monastère fut approuvée par le Roi Robert (le pieux). A la prière de Béatrix, mère de Geoffroy, Archambauld de Sully, archevêque de Tours, consacre cet établissement qui est mis sous l’invocation de St Pierre. Le trésorier Hervé de Buzançais est chargé d’y mettre des religieux. Amblard, du monastère de Malé, en devient premier prieur. Toute la famille du fondateur, Robert-le-Riche et Rosselin de Preuilly assistèrent à la dédicace.


De par son plan cruciforme et son développement , l’église de Preuilly procède du plan dit bénédictin. La nef centrale à cinq travées est bordée de collatéraux. Ceux-ci se prolongent au niveau du chœur par un déambulatoire. Dans sa disposition d’avant les restaurations du 19ème siècle, il ouvrait sur trois absidioles rayonnantes dont seule l’absidiole centrale subsiste. Les croisillons du transept comportent des chapelles à absidiole.

L’examen de ce plan fait apparaître de nombreuses irrégularités :
- la construction de la nef ne suit pas le même axe que celle du chœur
- l’alignement des piliers de la nef souffre de nombreux désordres
- le carré du transept s’apparente à un trapèze
- la collatéral sud est beaucoup plus large que le nord

Ces asymétries de plan ont depuis longtemps fait l’objet de spéculations. Certains tels le romancier Huysmans (voir_l’extrait_de_"la_Cathédrale") et l’abbé Picardat y ont vu une représentation symbolique et mystique du corps du Christ contorsionné sur la Croix. D’autres considèrent plus prosaïquement que les données topographiques du site ont largement conditionné les irrégularités architecturales de l’église. En effet celle-ci a été édifiée sur le versant escarpé de la rive droite de la Claise et, afin de limiter les terrassements et assurer une meilleure stabilité à l’édifice, ses bâtisseurs suivirent l’orientation longitudinale des courbes de niveau.


Chronologie.

475 Preuilly existe à cette date. L'évêque de Tours, saint Perpète, lègue à l'église de la ville un calice et deux burettes d'argent.
1001 Effroy [mort en 1009], seigneur de Preuilly et de la Roche-Posay, et son épouse, Béatrice d'Issoudun, fondent l'abbaye bénédictine.
1008 Archambault de Sully, archevêque de Tours de 981 à 1008, consacre l'autel de l'abbatiale.L'abbatiale est mise sous l'invocation de saint Pierre.
1012 La fondation est approuvée par le roi Robert II le Pieux [vers 972- roi en 996-1031].Le roi concède des privilèges à l'abbaye, et en particulier l'immunité vis-à-vis des actions du pouvoir séculier:"... Nul, juge ou collecteur d'impôts, ne pourra troubler les colons de l'abbaye pour l'exercice de la justice ou pour la levée des impôts et redevances, nul n'aura l'audace de violenter les hommes appartenant à ce lieu; mais ils resteront toujours sous le pouvoir de l'abbé et de ses moines..."Au moment de sa fondation, l'abbaye compte sept moines venant de l'abbaye de Maillezais. L'abbaye à ses débuts dépend de l'abbaye Saint-Julien de Tours;
1025 L'abbaye de Preully acquiert son autonomie vis-à-vis de l'abbaye Saint-Julien de Tours.
1095 Les moines peuvent choisir leur abbé.Jusqu'en 1791, 55 abbés vont se succéder à l'abbaye Saint-Pierre.
1100 L'abbaye compte 34 moines.
après 1130 Construction de l'abbatiale.Le plan s'apparente à celui des abbatiales de Fontgombault et de Saint-Lomer de Blois: nef à collatéraux, choeur à abside avec déambulatoire et trois chapelles rayonnantes, transept avec deux chapelles à absidiole et au fond de chaque bras des petites tribunes et au-dessus des clochers (celui du sud est inachevé).
15ème siècle Les murs ayant de forts déversements, il est nécessaire de construire de puissants arcs-boutants pour reprendre les poussées des voûtes.
1562 Les Protestants prennent la ville et pillent l'abbaye. Ils détruisent la crypte.
1845 Destruction de deux des chapelles rayonnantes.
1867 Le clocher du bras nord du transept s'effondre.
1873 Reconstruction du clocher du bras nord du transept.
1932 Reconstruction de la voûte de la croisée du transept.
________________________
Référence Mérimée : PA00097924
historique Église de style romano-byzantin, fondée par Effroy, seigneur de la Roche Posay et de Preuilly, achevée en 1009. Elle fut bâtie pour servir à une abbaye bénédictine. De plan en croix latine, elle présente des déambulatoires autour de l'abside et des chapelles à l'extrémité de chaque croisillon du transept. A la naissance de chacun des croisillons avait été bâtie primitivement une tour avec clocher. Le déambulatoire donne accès à trois chapelles absidales. Dans la nef, chaque pilier, carré dans la masse, est cantonné de quatre colonnettes arrondies. Les chapiteaux s'ornent de feuillages, de bandelettes, de figures fantastiques et de représentations humaines. Au 15e siècle, les murs ont été consolidés par des contreforts. Une crypte est située sous le sanctuaire. Protection MH 1840 : classé MH - Eglise (cad. B2 1065) : classement par liste de 1840

- Abbatiale Saint-Pierre de Preuilly: analyse archéologique, histoire monumentale et synthèse générale Gérard FLEURY - SAT T.LV 2009 Page 83.

Abbaye-Saint-Pierre-de-Preuilly. Cne de Preuilly-sur-Claise. Quoddam monasterium quod in nomine summi Salvatoris mundi ac Redemptoris domini nostri Jhesu Christi et in venerationeduodecim Apostolorum precipue que domini Petri principis Apostolorum, 1008 (Dom Housseau, Charte de Robert le Pieux) ; Do Deo monasterioque quod ad presens constructum est ab Acfredo domino meo in honore Sanctae Trinitatis et veneratione sanctae Dei genitris Mariae, apostolorum que Petri et Pauli, quoddam meum propriam praedium, vers 1009 (Dom Housseau, Charte de Beatrix d’Issoudun, femme d’Effroy, seigneur de Preuilly) ; Sancti Petri Prulliacensis ecclesiae Constantius abba, 1066 (Dom Housseau, Charte d’Aymon, archevêque de Bourges) ; Abbatiae de Prulliaco in honore Sancti Petri apostolorum principis consecratae, 1092 (Dom Housseau, Charte de Girard) ; Abbatem Pruliacensem, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 14) ; Abbatis de Prulliaco, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 14) ; De Prulliaco, Turonensis diocesis, 22 février 1320 (Cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 52, p. 132) ; Fratris Aymerici quondam abbatis monasterii Beatae Mariae de Suilleyo Turonensis dioecesis, 1322 (Dom Housseau, Charte de l’archidiacre d’Outre-Vienne) ; Abbacia de Pruillaco, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 26) ; Abbatem de Prullyaco, XIVe s.(Pouillé de Tours, p. 38) ; Abbati de Pruilliaco, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 42) ; Abbati de Pruilliaco, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 385) ; Droits de justice du monastère Sainct Pierre de Preuilly, 22 décembre 1408 (A.N.-JJ 163, n° 99, fol. 49) ; Le fief du temporel de l’Abbaye de Preuilly, valant 300 l., 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, roolle de Preuilly, fol. 24) ; L’Abbaye roïalle de Saint Pierre de Preuilly, 11 octobre 1774 (acte Delatremblais-Preuilly-sur-Claise) ; La Maison de la ci devant Sacristie de l’abbaye de Preuilly, située commune de Preuilly sur la rue allant de lad. commune au pont à main droite, 1er messidor an 4 (A.D. 37-1 Q 437, P.V. 101. Biens Nationaux) ; La Maison des Cloitres des ci devant bénédictins non réformés, située au lieu de la commune de Preuilly, 1er brumaire an 12 (A.D. 37-1 Q 474, P.V. 37. Biens Nationaux). Abbaye de bénédictins, fondée en 1001 par Effroy, seigneur de Preuilly ; Amblard, religieux de Maillezais, y fut installé abbé en 1009. A.D. 37-H 452-460.

Localisation.




_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Avr - 09:19 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com