Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


La Collégiale Saint-Michel-et-Saint-Pierre.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 09:27 (2014)    Sujet du message: La Collégiale Saint-Michel-et-Saint-Pierre. Répondre en citant

La Collégiale Saint-Michel-et-Saint-Pierre.
Bueil en Touraine.


La collégiale Saint-Michel-et-Saint-Pierre est un monument double comprenant à l'ouest l'ancienne église paroissiale consacrée en 1512 enremplaçement d'une église du XIe siècle, et à l'est la collégiale Saint-Michel, aujourd'hui église paroissiale, fondée en 1394 et lieu de sépulture de seigneurs de Bueil.

Histoire.
L'existence d'une première église est attestée dès le XIIe siècle par une charte nous apprenant qu'en 1108, Hugues de Vaux, seigneur de Bueil, donne l'église à l'abbaye Saint Julien de Tours qui y établit un prieuré sous le vocable de saint Pierre. De cette église primitive subsiste encore sur le mur Nord extérieur deux petites baies en arc en plein cintre.


En 1394, les quatre frères de la famille de Bueil, désirant fixer le lieu de leur sépulture à Bueil et en confier la garde à des religieux, fondent un chapitre de chanoines réguliers et ordonnent la construction de la collégiale, qu'ils dédient à saint Michel et aux saints Innocents. Celle-ci se situe dans le prolongement du chœur puisque selon l'acte de 1394, la clôture du chœur de l'église paroissiale est abattu afin d'y édifier un grand autel et un nouveau chœur « avec murs et vitres convenables, l'église demeurera paroissiale en la partie ancienne, à savoir la nef » Les seigneurs de Bueil assumèrent les frais de construction de la collégiale, cela dut s'effectuer sans problème car on note une grande unité dans l'aspect architectural de cet édifice. L'autre partie de l'église, soit qu'elle tomba en ruines soit qu'elle fut jugée trop petite pour accueillir les pèlerins, attirés par les reliques rapportées par les seigneurs de Bueil, fut reconstruite à la fin du 15e siècle, et financée par la paroisse. Cette nouvelle nef fut agrandie sur le mur Sud par un bas-côté couvert de voûtes. Les travaux commencés en 1480 s'achevèrent en 1512 comme l'indique l'inscription de consécration placée sur le mur de l'église. De 1540 à 1552 est édifiée la haute tour carrée du clocher. Aucune modification sur le plan architectural n'est apportée dans les siècles suivants, mais la Révolution et le départ forcé des chanoines va entraîner une dégradation de l'édifice, car en 1808, date de l'enquête épiscopale, l'église collégiale est citée dans un état de décadence effrayante, les murs sont lézardées, les couvertures sont à réparer. Des travaux urgent de restauration sont donc effectués au XIXe siècle, ainsi que la mise en place d'un nouveau mobilier religieux dans la collégiale.


Jean IV, Pierre, Hardoin et Guillaume, les quatre frères de Bueil sont les fondateurs de la collégiale Saint Michel et Saints Innocents en 1394. C’est à la représentation sculptée des trois gisants de la famille de Bueil (Pierre de Bueil, Margueritte de la Chaussée son épouse et Jeanne de Montejean première épouse de Jean V de Bueil surnommée « fléau des anglais » pour son rôle dans la guerre de Cent Ans) témoignage important de l’art funéraire au 15ème siècle, que la collégiale doit sa célébrité. Un quatrième gisant représente Martine Turpin de Crissé seconde épouse de Jean V)

Les statues présentent des caractéristiques communes tant stylistiques que techniques par l’alliance des matériaux utilisés : le marbre pour les visages et les mains, la pierre pour le reste du corps. La collégiale possédait les précieuses relique de sainte Apolline, de sainte Marguerite et de saint Marcoult, apportées par les seigneurs de Bueil et qui attiraient les pélerinages.


___________________________
Référence Mérimée : PA00097606
Date de protection : 1912/10/31 : classé MH
historique L'ancienne église paroissiale servait de narthex à la collégiale. S'y trouve un baptistère surmonté d'un couvercle en bois sculpté, daté de 1521. Eglise (cad. A4 833) : classement par arrêté du 31 octobre 1912.

__________________________
Référence Mérimée : IA37000048
Historique L'existence d'une première église est attestée dès le 12ème siècle par une charte nous apprenant qu'en 1108, Hugues de Vaux, seigneur de Bueil, donne l'église à l'abbaye Saint Julien de Tours qui y établit un prieuré sous le vocable de saint Pierre. De cette église primitive subsiste encore sur le mur Nord extérieur 2 petites baies en arc en plein cintre. En 1394, les 4 frères de la famille de Bueil, désirant fixer le lieu de leur sépulture à Bueil et en confier la garde à des religieux, fondent un chapitre de chanoines réguliers et ordonnent la construction de la collégiale, qu'ils dédient à saint Michel et aux saints Innocents. Celle-ci se situe dans le prolongement du choeur puisque selon l'acte de 1394, la clôture du choeur de l'église paroissiale est abattu afin d'y édifier un grand autel et un nouveau chour "avec murs et vitres convenables, l'église demeurera paroissiale en la partie ancienne, à savoir la nef." Les seigneurs de Bueil assumèrent les frais de construction de la collégiale, cela dut s'effectuer sans problème car on note une grande unité dans l'aspect architectural de cet édifice. L'autre partie de l'église, soit qu'elle tomba en ruines soit qu'elle fut jugée trop petite pour accueillir les pèlerins, attirés par les reliques rapportées par les seigneurs de Bueil, fut reconstruite à la fin du 15e siècle, et financée par la paroisse. Cette nouvelle nef fut agrandie sur le mur Sud par un bas-côté couvert de voûtes. Les travaux commencés en 1480 s'achevèrent en 1512 comme l'indique l'inscription de consécration placée sur le mur de l'église. De 1540 à 1552 est édifiée la haute tour carrée du clocher. Aucune modification sur le plan architectural n'est apportée dans les siècles suivants, mais la Révolution et le départ forcé des chanoines va entraîner une dégradation de l'édifice, car en 1808, date de l'enquête épiscopale, l'église collégiale est citée "dans un état de décadence (sic) effrayante, les murs sont lézardées, les couvertures sont à réparer". Des travaux de restauration urgente sont donc effectuées au 19e siècle, ainsi que la mise en place d'un nouveau mobilier religieux dans la collégiale.

Description Les différentes parties de l'église : nef, choeur et clocher se distinguent extérieurement comme 3 corps de bâtiments. La longueur du choeur est même supérieure à celle de la nef et le clocher, construit comme une tour défensive s'affirme de manière monumentale. Nef de plan carré, à 2 vaisseaux couvertes de voûtes d'ogives pénétrantes retombant sur des piliers rectangulaires. Ces voûtes sont légèrement bombées dans la nef, beaucoup plus plates et divisées en liernes dans le collatéral Sud. Une porte en arc en plein cintre, reposant sur des pilastres aux chapiteaux ornés d'un motif de triglyphe, situé sur le mur Ouest du collatéral donne accès à la salle haute du clocher. La nef est séparée du choeur par un mur orné de peintures murales, et percé en son centre d'une porte, en arc ogival. Choeur à un vaisseau, terminé par une abside à pans coupés, couvertes de voûtes sur croisées d'ogives, reposant sur des chapiteaux sculptés de feuillage supportés par des colonnes engagées. Le choeur est éclairé par de grandes baies en arc en tiers point sur le mur Sud et l'abside et par des rosaces sur le mur Nord. Clocher en pierre, très monumental, à 5 niveaux situé sur la façade Ouest du collatéral Sud : le 1er niveau donne sur la place, la porte d'accès est surmontée d'une niche ornée d'une coquille encadrée de pilastres et de pinacles. A l'intérieur, des arcs formerets situés sur les 4 murs et le départ de voûtes d'ogives indique que cette salle devait être primitivement voûtée. Le mur Est est orné d'une baie, actuellement aveugle, décorée de 3 rosaces au motif végétal. Le 5ème niveau percé de meurtrières et la présence de mâchicoulis peuvent indiquer un rôle défensif. Le clocher est couvert d'un toit en pavillon à 4 pans surmonté d'un lanternon. Protection MH 1912/10/31 : classé MH ; 1909/08/12 : classé MH

Collégiale-Saint-Michel et Saints-Innocents. Cne de Bueil-en-Touraine. Le fief de Bueil, aux chanoines de Bueil, valant 65 s., 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, rolle de Saint-Christophe, fol. 129) ; Chapitre de Beuil, archiprêtré d’Outre Loire, 1781 (A.D. 37-G 11, fol. 606). A.D. 37-G 254-257. Fief.

Localisation.




_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Avr - 09:27 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com