Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


L'Abbaye Notre-Dame de Noyers.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 27 Avr - 18:48 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye Notre-Dame de Noyers. Répondre en citant

L'Abbaye Notre-Dame de Noyers.
Noyers.


L'abbaye Notre-Dame de Noyers, dans l'ancienne commune de Noyers (rattachée à Nouâtre), fut édifiée au XIe siècle. Elle fut un centre actif d'influence religieuse, morale et agricole dans la Basse-Touraine et le Châtelleraudais. Elle disposait de revenus considérables et en certaines occasions on y vit paraître les légats du pape, les comtes d'Anjou et de Touraine. Henri IV y séjourna 3 jours en septembre 1587.


La création de l'Abbaye en 1030
Au début du 11e siècle, un seigneur local nommé Hubert, seigneur de Noyant, souhaita créer une abbaye selon les règles de Saint Benoit pour le salut de son âme et de celles de ses parents. Sa piété religieuse était l’unique raison de fonder ce monastère selon d’anciens documents. Afin de réaliser son projet, il acquit de Malran, seigneur de Nouâtre, une petite église située à Noyers consacrée à la Sainte Trinité et à la mémoire de Sainte Marie, Mère de Dieu. Elle était située sur la parcelle aujourd'hui cadastrée 355b. Pour rendre le monastère indépendant, Hubert dota celui-ci, outre de l'église et des terres environnantes, de terres, prés et vignes, qu'il possédait à Chargé à côté de Razines et à Doucé à côté de Rilly. Selon les coutumes de l'époque ces terres furent données avec serfs et servantes.


Le fils d'Hubert, Thomas, qui était clerc, donna également des terres situées à Chezelles au bord de la Bourouse, petite rivière qui se jette dans la Vienne en amont de L'Ile Bouchard. Afin d'asseoir durablement la création de cette nouvelle abbaye, Hubert recueillit l'assentiment de Foulque Nerra, comte d'Anjou et de son fils Geoffroy Martel de qui dépendaient ces terres. Il réclama également la confirmation de cette création au Roi Robert II dit le Pieux qui concéda son diplôme de fondation à la fin de l'année 1030. De plus le Roi Robert prescrivit que celui qui, par malheur, viendrait à forcer ou violer le cloître du monastère ou du cimetière, ou encore à voler quoi que ce soit des terres de l'église, devrait s'acquitter d'une amende de 100 livres au profit du trésor des moines. Il déclara aussi que celui qui n'avait pas cette somme devrait se livrer aux moines avec tout ce qu'il possédait.

Selon l’abbé Chevalier, si la charte de fondation ne dit pas d’où furent tirer les religieux pour cette fondation, tout pense à croire que ce fut de Marmoutier et que le premier abbé fut Ebrard, également Abbé de Marmoutier qui par ses rares mérites était capable de conduire plusieurs abbayes ensemble. De plus à la mort d’Ebrard, Marmoutier et Noyers (mais également Saint-Julien dont Ebrard était également abbé) furent privés d’abbé. Ces religieux entreprirent donc la construction du Monastère ce qui fut facilité par le don de Geoffroy Martel et de sa femme Agnès, de terres avec la moitié de la Vienne côté sud ce qui permit aux moines de traverser la rivière sans payer de droits. C'est donc avec les pierres extraites de la carrière ouverte sur le coteau opposé que s'édifièrent les bâtiments. L'Abbatiale fut terminée en 1032 et consacrée par Arnoul, archevêque de Tours.


L'abbatiale.
Il n'y a pas de représentation des premiers temps de l'abbatiale. La première église date de 1032; elle fut construite sur les restes de la petite église rurale dédiée à La Sainte Trinité et à la Vierge Marie et consacrée par Arnoul, archevêque de Tours sous l'invocation de Sainte Marie (Beata Mariae de Nuchariis). Dom Gilbert Germain précisait vers 1690 qu'avant même la fondation du monastère, cette église était basilique et avait été consacrée en l'honneur de la Sainte Trinité et en mémoire de la Sainte Mère de Dieu « comme le rapporte une collection de chartes antiques » Gravement endommagée par les guerres des petits seigneurs locaux, il fallut souvent la réparer et même la rebâtir vers 1120. Gilbert, archevêque de Tours vint à cette occasion la consacrer. Au cours du XIIe siècle, l'abbatiale s'agrandit et s'embellit et, pour échapper à de nouvelles calamités, le monastère fut fortifié et l'église prit l'aspect d'une forteresse militaire. Les créneaux ne disparurent qu'en 1704.

Une nouvelle consécration intervint en 1176. Cette consécration est indiquée par Jean Maan, dans son étude sur les évêques de Tours publiée en 1667 qui cite « la consécration que fit l'archevêque Barthélemy en 1176 de l'église monastique récemment édifiée avec magnificence, comme elle se présente encore maintenant. » Le plus ancien document officiel est un plan de 1658 de Dom Plouvier qui l' adressait au supérieur de la Congrégation de Saint Maur. Il s'agissait de l'état des lieux de l'abbaye avant qu'elle n'entre dans cette congrégation le 4 avril 1659

Une représentation plus visuelle date des environs de 1687. Elle figure dans le célèbre Monasticon Gallicanum, recueil de 168 planches représentant en élévation-perspective les principaux prieurés et abbayes bénédictines affiliés à la Congrégation de Saint Maur.  Ce dessin est l'œuvre de Dom Gilbert Gérard. Il est cohérent avec le plan de Dom Plouvier. Compte tenu du commentaire ci-dessus de Jean Maan, on peut donc penser que le dessin du Monasticon correspond à ce qu'était l’abbatiale au XIIe siècle.


Description.
A partir des commentaires de Dom Germain en 1690 et de l'abbé Bourassé (1813-1872) voici la description de l'abbatiale:
- L'abside datait du XIe siècle. La nef et les chapelles étaient de la première moitié du XIIe siècle.
- Un narthex (espace situé à l'entrée avant la nef) de la même époque, fut supprimé à la fin du XIIe siècle ou au commencement du XIIIe, pour donner place aux fondations du clocher.
Un splendide jubé (tribune séparant le chœur de la nef) ciselé dans le goût de la Renaissance fut construit vers 1540 par l'abbé François de Mauny qui réédifia le logis aussi abbatial et les cloîtres.
- A l’extérieur l’édifice présentait l’aspect d'une forteresse militaire,avec des tourelles ou hauts contreforts qui assuraient la solidité des murailles.
- Le comble des nefs et des chapelles était surmonté de créneaux.

A l’intérieur la disposition était la suivante :

- Il y avait dans la partie supérieure, vers l’Est, l’oratoire de la Bienheureuse Vierge Mère de Dieu
- le maître-autel était placé dans la plus haute partie Est. En son milieu, élevé dans une tour d’argent on conservait le Corps du Christ..
- sous ce même autel principal était élevé dans une crypte l’autel de la Bienheureuse Marie.
- dans la partie Sud, par rapport à l’autel principal était situé l’oratoire de saint André.
- plus bas, l’autel de saint Martin.
- sous les ambons (sorte de tribune en pierre) l’autel de sainte Anne.
- dans la nef, l’autel de saint Fiacre et celui de sainte Radegonde. Tous sont ornés de saintes icônes et de pieux tableaux.
- au Nord, dans l’ordre : l’oratoire du Saint Père Benoît ; celui de sainte Austreberte ; l’oratoire et la vénérable image de la Bienheureuse vierge Marie, sous l’ambon.
- face à l’autel de saint Pierre, celui des saints Côme et Damien et l’autel de saint Antoine.
- au sommet de l’ambon est fixée une croix élevée, de bois ordinaire, et l’image de Jésus de Nazareth crucifié.
- 64 stalles dans le chœur en bois ordinaire..
- 2 cloches assez petites dans le clocher du chœur et 4 plus importantes dans la tour.

Dimensions intérieures
Longueur 65m
Largeur 14m
largeur transept 27.8m

De nombreux membres de la famille de Sainte Maure furent inhumés dans l'abbaye et il restait autrefois 4 figures de pierre adhérentes aux murailles de l'église, deux du côté septentrional et deux du côté méridional. C'étaient les images de Hugues l'ancien, d'Adénorde, sa femme, de Hugues le jeune et de sa femme Cassimote. On sait, par un inventaire de 1790, qu'il y avait à cette date dans la tour en plus des cloches de différentes grosseurs, une horloge portant des quarts, sonnant sur la plus grosse. L’abbatiale fut vendue avec le reste des bâtiments le 6 mai 1791, elle servit de carrière de pierre et disparut aux cours des ans. Elle était située perpendiculairement à la Vienne, à environ 100m en retrait, l'entrée face à la rivière. Les 2 piliers situés à gauche au bout de la rue de l'abbaye pourraient être le reste des premiers piliers du porche. L'empreinte de l'abbatiale subsiste encore sur le premier plan cadastral de la commune de Noyers, dressé par Delaunay en 1827.

Source : noyers-nouatre.
http://www.noyers-nouatre.fr/crbst_25.html

______________________
Référence Mérimée :PA00097899
L'abbaye de Noyers, qui fut l'un des monastères les plus importants de Touraine, fut fondée au début du 11e siècle. La construction de l'église abbatiale fut achevée en 1032. Ravagés par les Protestants en 1562, puis seulement réparés, les bâtiments conventuels furent en grande partie reconstruits en 1760. L'abbaye fut supprimée en 1791. L'abbatiale fortifiée fut complètement rasée, et les bâtiments conventuels furent vendus comme biens nationaux. Jusque vers 1925, subsistèrent les ailes sud et ouest de ces bâtiments. Par la suite, l'aile ouest a été démolie. Les carrelages, vestiges de la salle capitulaire, ont été déposés dans l'église. La porte monumentale du monastère s'ouvre dans l'ancien enclos par deux pavillons. Elle est timbrée aux armes de France, rappelant sa fondation royale. Le grand bâtiment qui subsiste limitait le préau du cloître, ce préau s'étendant au sud de l'église disparue. Les ailes Est et ouest ont été démolies. L'église abbatiale a été agrandie et restaurée à différente époques. Il reste encore aujourd’hui trois importants bâtiments de cette reconstruction.
Les vestiges de la salle capitulaire (cad. A 355, lieudit Noyers) : classement par arrêté du 24 novembre 1964 - Le porche ; la façade sud du bâtiment conventuel et la toiture correspondante (cad. A 94) : inscription par arrêté du 15 octobre 1971.
Monuments historiques, 1992.

Abbaye-Notre-Dame-de-Noyers. Cne de Nouâtre. Sancta Maria Nucariensis, XIe s. (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, col. 288) ; Abbatis de Nucariis, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 11, 14, 15, 16) ; Ad abbatem de Nucariis, vers 1300, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 11, 14, 15, 16) ; Abbatia de Nucariis, vers 1330 (Pouillé de Tours, p. 26) ; Ad abbatem Nucariensem, XIVe s., XVe s. (Pouillé de Tours, p. 33, 37, 38, 39, 40) ; Abbatia de Nucariis, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 42) ; Abbati de Nucariis, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 43) ; Ad presentationem abbatis Nucariensis, fin XVe s. (Pouillé de Tours, p. 47) ; Le fief de Noyers, paroisse de Noyers, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, rolle de Chinon, fol. 95) ; Abbaye de Noyers, archiprêtré de Sainte Maure, 1781 (A.D. 37-G 11, fol. 472) ; Couvent de Noyers, archiprêtré de Sainte Maure, 1781 (A.D. 37-G 11, fol. 473) ; Noyers, abbaye, XVIIIe s. (Carte de Cassini). Abbaye de bénédictins fondée avant 1030 a religioso viro Hucherto et Thoma clerico, filio suo, de consensu Fulconis comitis, vers 1032 (Cartulaire de Noyers, charte 1). Fief. Cartulaire : Casimir Chevalier, 1872. A.D. 37-H 446-451.


Localisation.




_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 27 Avr - 19:07 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 27 Avr - 18:48 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 27 Avr - 18:49 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye Notre-Dame de Noyers. Répondre en citant

Le Monasticon Gallicanum est une collection de 168 planches gravées de vues topographiques représentant les 147 monastères de l'Ordre de Saint-Benoît, Congrégation de Saint-Maur et deux cartes des établissements bénédictins en France. Ces planches furent réalisées à la demande de dom Michel Germain au XVIIe siècle et reproduites par Monsieur Peigné-Delacourt en 1870.


_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:25 (2017)    Sujet du message: L'Abbaye Notre-Dame de Noyers.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com