Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château de Grandmont.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 16:48 (2014)    Sujet du message: Le Château de Grandmont. Répondre en citant

Le Château de Grandmont.
St Avertin.


Située sur la commune de St-Avertin, à 3km au Sud de Tours, à l'Ouest de St-Avertin, sur la rive gauche du Cher, au bord du plateau, au-dessus de la vallée. A l’origine c’est un prieuré de l’ordre des Grandmontains « Bois Rahier » fut fondée par Henri II Plantagenet vers 1157 avec la protection du Pape Urbain III. L'Ordre de Grandmont est un ordre monastique catholique originaire du Limousin fondé vers 1076 et dissous en 1772. Ce prieuré fut supprimé le 22 juillet 1770. Les bâtiments ont été détruits vers 1781 sur ordre de Mgr de CONZIE, Archevêque de Tours, qui se fit édifier un château à son emplacement.



En 1745 la route d’Espagne traverse le domaine (le nouveau pont sur le Cher date de 1753) Les coupures faites dans le prieuré par les nouvelles routes accélérèrent la décadence et le déclain du domaine.

Construction du château.
Joachim François Mamert de Conzié, est né le 20 mars 1736 au château de Pommier, aux confins de la Bresse et du Bugey (commune de Saint-martin-du-Mont, canton de Pont-d'Ain) il fut archevêque de Tours de 1775 à 1795, dont il fut le 120ème titulaire, nommé le 26 Décembre 1774. A la révolution française, il est nommé député du clergé de Tours aux États généraux de 1789, il y signa les premières protestations du côté droit mais il quitta bientôt la France et émigra à Aix-la-Chapelle. Devant l’avancée des troupes françaises près d'Aix-la-Chapelle, il se retira en Hollande et tomba malade à Amsterdam. Il y mourut le 8 mai 1795. Il fut le dernier archevêque de Tours de l'Ancien Régime.

En 1781 Mamert de Conzie s'attaqua à « Bois-Rahier » Après démolition de l'ancien prieuré, il se fit construire une majestueuse cour d'entrée avec arc de triomphe, et un château. Il choisit pour dresser les plans de son château de Grandmont l'un des plus en vue des architectes et décorateurs du temps: Guerne (ou Guernes) qui avait remporté en 1769 le grand prix d'architecture sur une « Fête publique pour un prince ». Pensionnaire du Roi, Guerne résidait à Paris, à l'ancien hôtel de Condé. On sait aussi de lui qu'en 1785 il donna les dessins pour la décoration du choeur de l'église de Senlis. Logiquement, les plans du château de Grandmont auraient dû être versés aux Archives d'Indre-et-Loire : ils n'y sont pas, hélas, sauf ceux de quelques dépendances.


Cet aménagement eut lieu, avant même que ne se construisît le château, en 1787, il fit planter 46 097 arbres dans le parc (dont 37 397 de Chanteloup) la plupart des fleurs, arbustes, arbres qui furent plantés à Grandmont venaient de Chanteloup et cela s'explique aisément si l'on se rappelle que Mgr de Conzié fut l'habile négociateur entre les vendeurs, dont la duchesse de Choiseul créancière de son mari, et le duc de Penthièvre, le richissime acheteur des châteaux d'Amboise et de Chanteloup. De 1788 à 1790, la construction du château se poursuivit sans arriver au complet achèvement, et ceci pour cause de Révolution. Rien hélas ne nous fait connaître le détail des travaux; impossible même de savoir si Mgr de
Conzié a pu vraiment prendre possession de sa nouvelle demeure suburbaine. Ce château avait, dans son parc, une chapelle de style néo-gothique bâtie au XIXe siècle.

Description.
Grâce à la désignation incluse dans le procès-verbal d'adjudication, nous pouvons, par chance, connaître (à défaut de plan dessiné), les dimensions et l'état du château de Grandmont-lès-Tours fin 1790 et début 1791. Négligeant ici les dépendances pour ne retenir que le château lui-même celui-ci comportait d'abord « Un principal bâtiment placé au sommet du coteau en face de la route d'Espagne, ayant 16 toises 4 pieds de longueur sur 7 toises de largeur, lequel bâtiment est en construction depuis deux ans, et n'a encore aucuns appartements formés quoyque les refends soyent en majeure partie construits, et est disposé de manière à former un rez de-chaussée, un étage et des mansardes au-dessus, ledit bâtiment flanqué de deux tours au midy. En retour d'équerre au bout du levant dudit bâtiment, un autre bâtiment en aile vers le midy de 15 toises de longueur sur 4 toises 3 pieds de largeur le tout hors œuvre, aussy en construction depuis deux ans et en pareil état que celuy cy-dessus. »

« A l'angle sud-est du dernier bâtiment un autre bâtiment de 4 toises 2 pieds sur 4 toises dans oeuvre, destiné à faire une chapelle voûtée. En retour d'équerre du bout du couchant du premier bâtiment en est un autre en aile vers le midy, de 15 toises de longueur sur 4 toises de largeur, le tout hors œuvre, également en construction depuis deux ans et dont partie des appartements sont déjà formés, lequel dernier bâtiment fait parallèle au second. A l'angle sud-ouest dudit dernier bâtiment, partie d'une tour non finie faisant parallèle au bâtiment destiné pour chapelle. Le tout couvert d'ardoises excepté le dernier article qui n'a point encore de couverture. »


_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Nov - 16:48 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 16:52 (2014)    Sujet du message: Le Château de Grandmont. Répondre en citant

Le début de la fin.
Mgr de Conzié fût dépossédé de ses domaines, suite à son opposition formelle à la constitution civile du clergé, signifiée au Directoire du District de Tours par une lettre restée célèbre, et datée du 11 février 1791, aux eaux d'Aix-la-Chapelle. « Bois-Rahier » fut vendu comme bien National en un seul lot après des enchères le 28 mars et le 6 avril, l'adjudication définitive eut lieu « le vendredi 15 avril 1791 à 8 heures du matin, dans la salle ordinaire du Palais Neuf» en présence des sieurs Joubert, commissaire de la municipalité de Saint-Avertin, et Athanase Veau, commissaire de la municipalité de Tours. Le domaine fut attribué « à M. Guisol, citoyen actif de Paris, pour lui ou autre» au prix de 321 000 livres. Au lendemain de l'adjudication, le sieur Guisol déclara qu'elle lui avait été faite au profit du sieur Laurent Vincent Lecoulteux, négociant à Paris, y demeurant place Vendôme, paroisse Saint-Roch, ci-présent et acceptant. Cet acquéreur était puissamment riche, banquier bien assis sur la place de Paris, il ajouta bientôt à Grandmont la propriété de la Roche le Roy, qui agrandissait le domaine vers Saint-Avertin (37,21 hectares) avec son élégant manoir du XVIe siècle, ancienne dépendance du chapitre de Saint-Martin de Tours. Le bien passa de mains en mains au XIXe siècle jusqu’en 1919.


Les mutations de propriété furent, depuis lors trop fréquentes et les bâtiments de Grandmont, sinon les terres, très négligés. Sans qu'on en ait de preuves écrites, il apparaît que Grandmont fut réparé du temps des Lecomte et sous leur surveillance directe. Mais certaines parties du château, qui n'avaient jamais été habitables, furent dès lors très probablement supprimées: c'est le cas de l'aile sud-est du château, avec la tour dont Mgr de Conzié avait projeté de faire sa chapelle. A la fin du XIXe siècle, Grandmont était en parfait état d'entretien et ses futaies et taillis formaient une réserve de chasse.

Le domaine devient la propriété de la ville de Tours le 29 janvier 1921, représentée par Mr Camille Chautemps, maire de la ville de Tours. Une surface d'environ 4 ha sur le plateau, du côté de la Nationale 10, fut consacrée au sport. Dès le 11 juillet 1921, une convention avec la Ville permit au « Comité Sportif de Tours» d'établir un stade d'athlétisme, auquel s'intéressèrent notamment le docteur Jean Magnan et le baron Henry Auvray. Devenu parc de loisirs, en 1923 une exposition coloniale est installée dans le parc, ensuite des fêtes scolaires y sont organisées. Par contre, le problème de l'utilisation du château ne fut jamais résolu de manière satisfaisante. Le plus ancien projet du Conseil Municipal avait été de le transformer en hôtel touristique; mais dès le 5 juillet 1920, sollicité par le secrétaire général de la Mairie, M. Laurent Treyn et, directeur de l'Hôtel de l'Univers à Tours, refusait tout net de s'intéresser à l'installation à Grandmont d'un café-restaurant et d'un hôtel de luxe. La Ville cherchait toujours à louer le château. Sinon désormais à une société hôtelière, du moins à des organismes de vacances.

Le château devint un lieu d'accueil à la fois pour les jeunes en voyage, et pour les fêtes, assez nombreuses, organisées à Grandmont par la Ville ou des sociétés privées. Parmi ces fêtes, celle des écoles publiques à la fin de juin rassemblait un très grand nombre d'enfants, et de parents qui venaient les voir évoluer sur le stade.

De 1940 à 1944, les troupes d'occupation s'installèrent dans le domaine. Du matériel d'artillerie fut entreposé sur le « paddock », avec un groupe de défense anti-aérienne. Au sommet du cèdre au nord-est du château, un mirador avait été aménagé. Tout ce qui pouvait gêner la visibilité sur la Ville et les voies de communication était aussitôt abattu ou démoli. Ce fut en particulier le sort de la chapelle néo-gothique édifiée au milieu du siècle dernier. Elle fut détruite totalement sans qu'on sache par ordre de qui ni à quelle date précise.


A la fin de la guerre, en 1945, réparé sommairement par la Ville, le château de Grandmont fut loué au ministère de l'Education Nationale, Direction de l'Enseignement Technique. Mais l'Enseignement technique préféra très vite s'installer à Tours même, le château fut transformé en Auberge de la Jeunesse. Ce mouvement des Auberges, introduit en France depuis1929, s'était beaucoup développé. le Mouvement projetait de très importants travaux au château, mais c'était là trop préjuger de l'avenir! La même année 1954 allait engager Grandmont sur des voies toutes nouvelles, avec en fin de compte la disparition du château et le cisaillement du parc. On avait besoin en priorité d'un nouveau lycée, notamment pour la population des quartiers sud de l'agglomération tourangelle. En bref, le château de Grandmont fut condamné à la fois parce que l'Architecte en chef ne s'attacha qu'un instant à sa sauvegarde; parce que l'Education Nationale, férue de bâtiments normalisés, ne voulut pas s'encombrer de « vieilles pierres» Quand on réfléchit avec le recul du temps à ces prolongements prévisibles des « emprises» des bâtiments scolaires et universitaires, on voit clairement que l'ancien château de Grandmont aurait pu et aurait dû être conservé. Mais les collectivités publiques, et notamment les grandes villes, ne se laissent-elles pas trop facilement convaincre par des arguments d'utilité immédiate, au détriment de la défense du patrimoine qui nous a été légué par les siècles ? Quant aux usagers de l'Auberge de la Jeunesse, ils étaient tout heureux d'occuper des locaux neufs, à l'ouest du parc et presque en face de la Nationale 751 (route de Chinon)


Destruction.
Les travaux du lycée furent précédés de la préparation des terrains, de l'établissement de toute une voirie nouvelle, et d'un nouveau déboisement peut-être nécessaire, mais quand même déplorable. Le 23 août 1961 dans le quotidien de Tours: « Serré de près par le chantier du lycée, le château de Grandmont vit ses derniers beaux jours. Sa démolition aurait lieu en octobre… » Rien ne restait des bâtiments anciens quand le territoire de Grandmont, avec celui de propriétés voisines où l'on allait construire, fut cédé par la commune de Saint-Avertin à la Ville de Tours. Pour l'anecdote, Jeanne Bourin dans son livre « La chambre des dames » parle du prieuré de Grandmont à Tours comme lieu accueillant les orphelins. A ce propos la plus grande avenue de Tours se nomme Avenue de Grammont. La Cité scolaire mixte de Grandmont de Tours voit le jour en 1964.
_______________________________
Source : Grandmont-lès-Tours, depuis deux siècles par M. Pierre LEVEEL (Bulletin SAT 1972)
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 30 Déc - 12:51 (2014)    Sujet du message: Le Château de Grandmont. Répondre en citant

Vue aérienne de 1961 du château de Grandmont avant sa destruction.  


_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 21 Jan - 18:59 (2015)    Sujet du message: Le Château de Grandmont. Répondre en citant

Cadastre de 1855.




_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:18 (2017)    Sujet du message: Le Château de Grandmont.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com