Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


L'Abbaye Saint Paul.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 799
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 7 Déc - 10:05 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye Saint Paul. Répondre en citant

L'Abbaye Saint Paul.
Cormery.


Le nom de Cormery apparaît pour la première fois en 791 dans la Charte d'Ithier, Abbé de St Martin de Tours, sous le nom de Cormaricus. En 1412, Cormaricus est devenu Cormeray. Histoire ou légende de ce toponyme . A la base, Ithier choisit Cormery pour faire retraite et méditer loin de l'Abbaye de Tours, qui a perdu les racines de l'ordre bénédictin. Il s'y installe donc en 791 avec 5 frères et y établi une " cella ". Il obtient de Charlemagne une charte octroyant titres et privilèges à l'Abbaye de Cormery. Mais en 800, Ithier décède et c'est Alcuin qui est chargé, par Charlemagne, de réformer les monastères. Il est nommé Abbé de St Martin de Tours. A cette époque, 20 bénédictins arrivent à Cormery. L'abbaye de Cormery devient importante, elle accueille en 821 plus de 40 moines.


Non loin de la route principale qui traverse Cormery et avant d'enjamber l'Indre, on peut voir les vestiges d'une très ancienne abbaye bénédictine. Le nom de Cormery apparaît pour la première fois en 791 sous l'appellation de «Cormaricus» dans la charte d'Ithier, abbé de Saint-Martin-de-Tours et chancelier de Charlemagne. S'agit-il du nom du seigneur wisigoth qui tenait le gué sur l'Indre à cet endroit? On ne sait. C'est Ithier qui fonde l'abbaye Saint-Paul en 791 et lui octroie de vastes terres venant des possessions de Saint-Martin-de-Tours. Son successeur, Alcuin, va la développer. L'abbaye se reconnut fille du chapitre canonial de Saint-Martin. Pour les laïques, les moines créeront l'église Notre-Dame-de-Fougeray.
En 1791, l'abbaye est vendue par lots, comme bien national. Ses bâtiments sont en grande partie détruits. À voir la dissémination des vestiges sur le terrain, on imagine facilement l'ampleur de l'édifice. Aujourd'hui certains bâtiments, qui ont été réaménagés, sont occupés. Le point le plus curieux de ces vestiges est sans doute la rue de l'Abbaye : elle passe exactement là où se trouvaient la nef et le chœur de l'ancienne église abbatiale.

La Tour Saint Paul.
Clocher- porche roman (fin Xl ° siècle) classé. Il précédait la façade de l’église abbatiale. Sur sa face occidentale on remarque des ornements décoratifs surmontés de deux bas-reliefs. La Tour se compose d’un rez-de-chaussée formant PORCHE (voûtes d’arêtes, cul-de-lampe), d’une salle haute richement décorée avec coupole et de très beaux chapiteaux et d’un Beffroi. Au 9° siècle seront achevés l'église et le cloître. L'église est aujourd'hui pratiquement détruite. Tout comme à Tours, la nef (allée centrale de l'édifice) a été transformée en rue. Elle possède un autel principal consacré à St Paul, une chapelle d'axe dédiée à la Trinité et deux absidioles sur les bras du Transept. Dans son dernier état, c'est un édifice gothique commencé probablement au début du 13° siècle et terminé vers 1310. Pour pénétrer dans la rue de l'ancienne cella, il faut passer sous la Tour St Paul, qui précède la façade occidentale de l'église. C'est la partie conservée la plus ancienne. Elle comporte trois étages: le porche, la salle haute et la chambre des cloches, sa flèche est tombée en 1891. C'est d'ailleurs du haut de cet édifice que l'on surplombe Cormery et les restes de l'Abbaye.


L'église Notre Dame du Fougeray.
Construite au XII° siècle par l'abbaye, mais à l'écart de celle-ci à l'attention de la population laïque , sur les terres de l'abbaye par les moines eux-mêmes afin de respecter leur isolement. L' église paroissiale Notre Dame du Fougeray (référence possible à un lieu planté de fougères) fut épargnée. C'est le plus vaste édifice religieux de la vallée de l'Indre. Le mur nord est complètement aveugle et le mur sud n'est percé que d'une porte en arc brisé et de baies en plein cintre, très dépouillées. Le clocher est tronqué depuis la guerre de cent ans. La voûte sommaire en charpente lui donne un aspect inachevé. La nef est entièrement couverte d'une voûte en berceau brisé et la coupole, sur laquelle s'élève le clocher, comporte des pendentifs. L'intérieur a été décoré de fresques au XIII° siècle. De la même époque on peu remarquer une cuve baptismale. Avec son esplanade aux beaux arbres, elle est propice au grands rassemblements festifs. Heureusement, l'église paroissiale a échappé aux démolisseurs. A l'intérieur, une dernière fresque représente Notre-Dame du Fougeray, patronne de la paroisse, portant l'Enfant Jésus.

La Chapelle de la Vierge.
Edifiée fin XV ° siècle, classée. De style gothique flamboyant, elle possède de superbes clefs de voûtes peintes ainsi que de beaux chapiteaux.

Le logis du Prieur.
Edifice du XV ème siècle, au pied de la Tour- Porche ; tourelle d'escalier, fenêtres à meneaux. Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.


Le Réfectoire.
Reconstruit au Xlll° siècle, gothique rayonnant, où on trouvait à l’intérieur une très belle salle de 30 m x10 m avec six travées couvertes de voûtes d’ogives. C'est une magnifique salle gothique à 2 nefs, comparable à la salle des hôtes du Mont St Michel. Sur le mur ouest du réfectoire, était aménagée la chaise destinée au lecteur pendant le repas des moines. Elle formait un balcon saillant à l'intérieur du réfectoire. En face du grand réfectoire, mais de l'autre côté du cloître, se dresse la salle capitulaire et au dessus le dortoir. Il ne reste hélas rien du dortoir, tout a été démoli lors de la construction de nos habitations modernes. De la salle capitulaire, on peut apercevoir les arcades qui marquaient la porte d'entrée et de sortie de cette salle dans laquelle étaient prises toutes les décisions concernant l'Abbaye. Monument classé.

Le logis Boyer.
Bâtiment de l’hôtellerie et ancienne cuisine du XII/Xlll ° siècle, occupé par l’érudit Paul Boyer, directeur de l’institut de Langues Slaves à Paris qui l'a cédé au département pour être un lieu consacré à l'histoire et l'art.

La tour Saint-Jean et les fortifications.
Il s’agit d’une grosse tour de défense du XV ° siècle. Vers 1420, afin d'éviter les pillages , les habitants de Cormery obtenaient du roi Charles VII l'autorisation de fortifier leur cité. Il reste aujourd'hui trois tours de cette enceinte de la ville : la tour Saint-Jean, près du « champ de foire » une autre tour au bord de l'Indre, en aval du pont, et une troisième tour avec un morceau de la courtine au bout de l'impasse des Jardins route de l'autre côté de la route nationale. On voit des pans de mur appartenant à l’enceinte fortifiée en particulier sur le champs de foire.


La Galerie du cloître.
Au Xlll ° siècle, couverte d’une charpente en forme de carène, ses arcades en tiers points reposent sur de fines colonnettes géminées. Sur la façade de la SALLE CAPITULAIRE trois belles arcades sont visibles. Le cloître formait un rectangle de 40 mètres de long sur 29 mètres de large, découpé en un jardin de huit carrés. C'est dans le cloître que se promenaient les moines. Aujourd'hui il ne reste que treize arcades du cloître dont la plupart sont murées (visible de la rue et les magnifiques chapiteaux du 15° siècle).


Le Logis de l’Abbé.
Au 15° siècle apparaît le logis de l'abbé, presque indépendant du monastère. Sa basse cour pourvue d'une grange, d'une écurie et d'un vaste jardin ont disparu, mais la maison subsiste. Construit à cheval sur le mur d’enceinte il est composé de deux corps de logis réunis par une grosse tour hexagonale avec un bel escalier hexagonal. Appentis à colombage orné de figures sculptées. En haut de l’escalier, charpente ronde du XV ° siècle en bois chevillé. Cette façade est visible en empruntant le petit chemin qui longe l'Indre (chemin qui prolonge la rue André-Varin). Au pied, on devine les anciennes douves, en partie comblées
____________________________________
Sources.
http://ville.de.cormery.pagesperso-orange.fr/visites.html
http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Cormery/Cormery-Abbaye-Saint-P…
- L'abbaye bénédictine Saint-Paul de Cormery (Indre-et-Loire) par Mme Valérie MAURET-CRIBELLIER, Bulletin SAT 1994 - Page 119
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 7 Déc - 10:05 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 799
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 7 Déc - 10:10 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye Saint Paul. Répondre en citant

L’Abbaye Saint Paul.
Cormery.





________________________
Référence Mérimée : PA00097710
historique La fondation de l'abbaye remonte à 791, par des religieux soumis à la règle de Saint-Benoît. Le premier abbé fut nommé en 821. En 853, le monastère et la ville furent pillés par les Normands. Au 11e siècle, l'abbé Robert Ier fit reconstruire l'église et les bâtiments conventuels. En 1358, Cormery fut pris par les Anglais qui saccagèrent le monastère et la ville. En 1450, l'abbé Pierre Berthelot mit la ville à l'abri derrière une muraille et des fossés. L'ancienne abbaye bénédictine a subi de nombreux remaniements, mais présente des vestiges des époques romane et gothique. L'abbaye comprenait une église abbatiale composée d'un important clocher roman, la tour Saint-Paul, dont la galerie supérieure et la flèche se sont écroulées en 1891. Elle se composait d'une nef flanquée de bas-côtés étroits qui se prolongeaient autour d'un choeur. Un transept séparait la nef du choeur. De la nef, du choeur et du transept, il ne reste rien de l'époque romane. Les vestiges appartenant à l'époque gothique comprennent les restes d'un réfectoire de la fin du 13e siècle, quelques parties des cloîtres appartenant aux 14e et 15e siècles, une chapelle absidiale du 15e siècle ayant fait partie de l'ancienne église abbatiale, le logis abbatial du 15e siècle. Chapiteaux, culs de lampe et clés de voûtes sculptés, mêlant figures humaines et décoration florale. L'extrémité du croisillon sud de l'église présente une tour semi circulaire, dite tour Saint-Jean, construite en 1463 pour fortifier l'abbaye.
protection MH 1908/04/26 : classé MH ; 1921/03/10 : classé MH ; 1930/09/19 : classé MH ; 1933/03/03 : inscrit MH ; Le clocher de l'ancienne église abbatiale, dénommé Tour Saint-Paul : classement par arrêté du 26 avril 1908 - Les restes du réfectoire (avec tourelle d'escalier attenante) et du cloître ; la chapelle absidale de l'ancienne église abbatiale ; le logis abbatial et le cellier (cad. B 224, 225, 244, 247, 249, 251 à 256, 262, 263, 688, 689, 968) : classement par arrêté du 10 mars 1921 et du 19 septembre 1930 - La maison du Prieur : inscription par arrêté du 3 mars 1933


________________________
Référence Mérimée : IA37000001
historique Cella fondée en 791 par Ithier abbé de Saint-Martin de Tours. En 800, vingt moines de Saint-Benoit d'Aniane s'installent à Cormery. En 831, l'abbé Fridugise fait rebâtir l'église et les logements des religieux. Dédicace d'une nouvelle église en 859. Après les pillages des invasions, une nouvelle église est consacrée en 1054. La tour Saint-Paul est construite vers 1090. Au 12e siècle, on construit le cellier et le portail sud de l'église. De cette époque datent également des chapiteaux de la nef. Le réfectoire et la porterie sont réalisés durant la première moitié du 13e siècle (datation par dendrochronologie de la charpente du réfectoire de 1232). Les parties orientales de l'église sont construites de 1296 à 1310. Les fortifications sont édifiées à partir de 1443. De grands travaux de consolidation sont effectués en 1460 sur l'église et le clocher. En 1463, l'abbé Pierre Berthelot construit la tour Saint-Jean et restaure les voûtes et la toiture de la nef. Le logis abbatial et l'aumônerie sont réalisés au 15e siècle. La chapelle orientée sud-est est édifiée par Jean Dupuy vers 1500. Phase d'enrichissement de 1490 à 1535. L'abbaye entre dans la congrégation de Saint-Maur en 1662. Reconstruction partielle (dortoir, lieux réguliers) de 1691 à 1712 environ. Au cours du 18e siècle le domaine est morcelé et en février 1790, les moines quittent le monastère. En 1791 a lieu la vente des biens meubles de l'abbaye puis de l'abbaye elle-même comme bien national. Les bâtiments servent de carrières aux habitants de Cormery durant le 19e siècle. De 1883 à 1888, on installe une classe d'école dans la chapelle orientée. Le 2 décembre 1891, la flèche en pierre de la tour Saint-Paul s'écroule.

description L'ensemble monastique est clôturé d'une enceinte conservée aujourd'hui à l'état de vestiges. Le tracé contraint encore fortement le parcellaire de la ville de Cormery qui s'est développée à l'intérieur de sa propre enceinte. L'abbaye est constituée des éléments suivants : l'abbatiale dont il ne reste que la tour porche Saint-Paul (ouest) , des vestiges de la nef et du transept et une chapelle orientée, un cloître autour duquel se trouvent la porterie, le réfectoire, l'ancienne cuisine (actuellement appelée le logis Boyer) , le cellier, la salle capitulaire et la sacristie (façades). A ces éléments s'ajoutent le logis de l'abbé, l'aumônerie, des jardins et des cours. Le dortoir a complètement disparu. La façade occidentale de la troisième église consacrée en 1054 est encore conservée derrière le clocher porche (tour Saint-Paul). Cette église se composait d'une nef flanquée de bas-côtés. Une petite porte (encore en place) permettait un accès direct au bas-côté sud. Actuellement une rue recouvre l'emplacement de la nef et une série de maisons envahissent les bas-côtés. Du choeur, il ne reste que la chapelle de l'abbé Dupuy composée de deux travées aveugles et d'une abside à cinq pans percée de trois baies à remplage flamboyant. A l'ouest, la tour Saint-Paul est constituée de trois niveaux desservis par un escalier en vis de Saint-Gilles : un porche, une salle haute et une chambre des cloches. Côté est, la façade présente deux panneaux traités en bas-relief figurant l'entrée du Christ à Jérusalem et une scène non identifiée. Le cloître était composé de huit travées sur chacun de ses côtés. La salle capitulaire n'a conservé que ses trois arcades de façade.
protection MH 1908 : classé MH partiellement ; 1921 : classé MH partiellement ; 1931 : classé MH partiellement ; 1933 : inscrit MH partiellement.

- L'abbaye bénédictine Saint-Paul de Cormery (Indre-et-Loire) par Mme Valérie MAURET-CRIBELLIER - SAT T.XLIV 1994 Page 123.
- Cormery 1791-1820. Le dépeçage d'une abbaye millénaire par Mlle Annick CHUPIN - SAT T.XLIV 1995 Page 213.
- Encore Cormery par M. Charles LELONG - SAT T.XLIV 1996 Page 149.
- Historiens de l'abbaye de Cormery au XVIIe siècle: Dom Yves Gaigneron et Dom Gilbert Gérard, mauristes par Mlle Annick CHUPIN - SAT T.XLVI Page 257.

Abbaye-Saint-Paul-de-Cormery. Cne de Cormery. Delegavimus ac tradimus ad memoratum sanctum locum qui nuncupatur Cella Sancti Pauli quod Cormaricus a priscis et hacteus vocatur, 791 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, Cartulaire de Cormery, charte n° 1, charte d’Ithier, abbé de Saint-Martin de Tours) ; Cormaricensi abbatem, 800 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, Cartulaire de Cormery, charte n° 7, p. 17) ; In monasterio quod est construtum in honore Sancti Pauli apostoli, in loco qui dicitur Cormaricus, 800 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 9, col. 12) ; Monachis Cormaricensis monasterii, 807 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 11, col. 11) ; In cella Sancti Pauli, quae rustico nomine Cormaricus dicitur, 820 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, n° 14, col. 21) ; In cella Sancti Pauli, quae rustico nomine Cormaricus dicitur [L’hermitage Saint Paul, vulgairement appelé Cormery], 837 (A.D. 37-H 75) ; Cormariense coenobium, 843 (Actes de Charles II le Chauve, p. 48) ; Ex monasterio Sancti Pauli Cormaricensis, 978 (Cartulaire de Cormery, charte 29, p. 58) ; Monasterium cujus vocabulum est Cormariceni, 1189 ; Homines Monasterii Sancti Pauli de Cormeriaco, 1247 (Querimoniae Turonum, n° 1178) ; Ad Patronatum abbatis de Cormeriaco, vers 1300 (Cartulaire de Cormery, p. 10) ; Ad patronatum abbatis Cormeriacensis, vers 1300, XIVe s. (Cartulaire de Cormery, p. 12 et 15 et 32) ; Abbacia de Cormeriaco, vers 1330 (Cartulaire de Cormery, p. 24) ; Saint Pol de Cormery, 1372 ; Ad abbatem Cormeriacensem, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 32, 34, 38 et 40) ; Abbatia de Cormeriaco, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 386) ; Abbati de Cormeriaco, fin XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 41) ; Lettres de souffrance d’aveu et dénombrement pour le temporel de l’abbaye de Cormery, aux bailliages de Touraine, Amboise, Cotentin et Caen, accordées à Jean Bochart, évesque d’Avranches, abbé de Cormery, 11 décembre 1476 (A.N.-P 716 n° 184) ; Lettres de souffrance d’aveu et dénombrement pour le temporel de l’abbaye de Cormery, accordée à Jehan Bochart, abbé de Cormery, conseiller du Roy, 4 mai 1490 (A.N.-P 716 n° 214) ; Hommage de la haute justice de Cormery mouvant du duché de Touraine, rendu au chancelier par frère Jehan Du Puys, comme abbé de l’abbaye de Cormery, 6 juin 1490 (A.N.-P 12 n° 449) ; Hommage de la haute justice de Cormery, rendu au chancelier par Jehan Du Puys, comme abbé de Cormery, 16 novembre 1500 (A.N.-P 13 n° 2) ; Le fief et seigneurie de Cormery à l’abbé dud. lieu, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, roolle de Loches, fol. 48) ; Le fief de Cormery, paroisse d’Esvres, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, rolle de Montbazon, fol. 67) ; Foy et hommage de Messire Nicollas Guillaume de Baudu, pour l’abbaye de Cormery relevant du château de Loches, 3 février 1685 (A.D. 37-C 603) ; Arrêt permettant à la chambre ecclésiastique du diocèse de Tours d’emprunter la somme de 25.000 l. pour couvrir les frais d’union de l’abbaye de Cormery au petit séminaire de Tours, samedi 19 avril 1777 (A.N.-E 2529, fol. 410-411) ; L’Abbaye, 1822 (Cadastre) ; L’Abbaye, 1933 (Cadastre). Abbaye fondée en 780 par Itier, abbé de Saint-Martin de Tours, confirmé en 791 par Charlemagne ; en 800, Alcuin y établit des bénédictins (Migne, Patrologie Latine, t. 97, col. 992). Fief relevant du château de Loches. Cartulaire : B.N.-Ms lat. 12665, 13817, Coll. Baluze, t. 47 ; B.M. de Tours-Ms 1348, 1349. A.D. 37-H 75-111.


_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 799
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 7 Déc - 10:11 (2014)    Sujet du message: L'Abbaye Saint Paul. Répondre en citant


Le Monasticon Gallicanum est une collection de 168 planches gravées de vues topographiques représentant les 147 monastères de l'Ordre de Saint-Benoît, Congrégation de Saint-Maur et deux cartes des établissements bénédictins en France. Ces planches furent réalisées à la demande de dom Michel Germain au XVIIe siècle et reproduites par Monsieur Peigné-Delacourt en 1870.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:46 (2017)    Sujet du message: L'Abbaye Saint Paul.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com