Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le château de Beaujardin.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 30 Déc - 13:52 (2014)    Sujet du message: Le château de Beaujardin. Répondre en citant

Le château de Beaujardin.
Tours.


Le château de Beaujardin, détruit en 1944 suite à un incendie, avait été vendu avec son parc à la Ville de Tours en 1925. Au début du XXe siècle, le château était le siège de l'institution Saint-Maurice, qui rassemblait un grand nombre d'enfants. Devenu place en 1935 lors d'un premier aménagement, elle accueillit alors en son centre le jardin de Beaujardin qui fût réaménagé en 1965. Il anime aujourd'hui le cœur du quartier. Des arbres de grande taille et quelques arbustes de collection habillent cet espace très fréquenté par les habitants. La rue du Château (venant du boulevard Wagner) est considérée comme la rue portant cette appellation la plus petite de France.


Sur cette carte postale ancienne, la photo n’est peut-être pas celle du château de Beaujardin, les photos de la destruction de 1944 montrent un bâtiment de 5 étages avec deux fenêtres de chaque côté de la tour. A moins qu’une malheureuse transformation eue lieu 1925 ?

I - ORIGINE.
Il existe un plan datant de 1619 et un de 1760 (1) et 1770 (2) sur lesquels on remarque, entre autres, un parterre assez étendu de plantes. Le plan indique « Beau Jardin » Le parterre ce situe au nord du plan,le sud étant délimité par le cours du Cher. Dans un inventaire général du patrimoine culturel datant de 1985, signé Catherine Drouin et Christine Toulier (2), nous avons une description succincte de l’architecture et des matériaux du château édifié vers 1854 par l'architecte Chasteignier pour le général Charron (Nous devons a cet architecte, les châteaux de Comacre et de Veretz) Nous lisons également que le château appartient ensuite à Cornely von Heemstra. Le général Charron (1794-1880) fut gouverneur d’Algérie (3) Il a sa rue dans le quartier Beaujardin à Tours. Il est curieux de voir que sur la plaque le nom est orthographié avec un seul « R » alors que la bibliographie ancienne et le document de l’inventaire général en indiquent (2) deux.


(Plan 1875)

Le château venait d’être achevé lorsque le général Charron vendit sa propriété à un riche fonctionnaire de la marine monsieur Bergerat (3). Cette annonce dans le journal LE TEMPS du mardi 17 juin 1862, n°418, le confirme :

« DOMAINE DE BEAUJARDIN Vente, en l'étude et par le ministère de maître Scoumanne notaire à Tours, le samedi 5 juillet 1862, à une heure précise de relevée, en un seul lot, Du domaine de Beaujardin, situé commune de Tours, ancien territoire de Saint-Etienne extra, et, par extension, commune de Saint-Pierre-des-Corps, consistant dans un château, avec communs et parc, ferme, closerie, terres et prés, le tout d'une contenance de 21 hectares 68 ares 80 centiares. »

En 1868, monsieur Bergerat vendit sa propriété à un monsieur Cornély (3) Dans le Bulletin de la Société d’Agriculture d’Indre et Loire de 1868 (14) nous lisons page 359, que le 12 décembre 1868 M.Cornély propriétaire au château de Beaujardin à Tours est présenté comme nouveau membre, par M.M. Belle et Barnsby (20). En page 364, le 19 décembre 1868, M.Cornély se propose de faire des tentatives d’acclimatation dans le parc de son château de Beaujardin. Il précisera, en 1872-74 (7,14), que l’espace de son parc est de 8 hectares. Le 16 juin 1887, lors du décès de monsieur Cornély, il est indiqué que la surface était portée à douze hectares (11) (14).Mais qui est ce monsieur qui se présente et qui se présentera, simplement et modestement, dans le futur, sous le nom de M. Cornély, en France, et Cornéli en Pays-Bas ?

II - LE VICOMTE JOSEPH CORNELI(Y) VAN HEEMSTRA.
« Très jeune, dans le château et le parc de Saint-Gerlach, près Maëstrich, (3)(11)(14) M.Cornély s’occupait déjà de zoologie pratique .Il entretenait alors une petite ménagerie, composée des animaux les plus divers ».

Le 24 février 1865, alors qu’il était encore dans son zoo de Houtheim-Saint-Gerlach, il publia un compte rendu : « Sur quelques animaux de parcs et de volières, par M.J.Cornéli à Houtheil (Pays-Bas), pages 81 à 90. », et il écrit, page 82 du Bulletin de la Société Impériale Zoologie d’Acclimatation, Paris : « Quoique étranger, je veux donner l’exemple en publiant le peu d’expérience que j’ai acquise et les quelques faits que je recueille chaque jour par moi-même ». Après avoir épousé la fille de M. le baron Van Heemstra, chambellan de sa majesté le roi de Hollande M.Joseph Cornély vécut pendant plusieurs années au château de Groovënved, près d’Utrecht, sans abandonner ses études, sans cesser d’entretenir une intéressante collection.
« Pour des raisons de santé, M.Cornély (cornéli) dû renoncer à habiter les Pays-Bas .Il vint se fixer alors au château de Beaujardin , situé sur les bords du Cher ,dans la ville de Tours. » (3)(11)(14)

On peut lire dans son tome 2 de « voyage loin de ma chambre » de Mme N. Dondel Du Faouëdic (1898) en page 86 : « En fait d'enclos, on visite encore dans un faubourg de Tours le château Beau Jardin, une jolie demeure plantée au milieu d'un parc, sorte de jardin zoologique haut muré. Tous les animaux non féroces de la création auraient le droit si on pouvait les y amener, d'y vivre en liberté. Les emplumés très nombreux et de races variées picorent où bon leur semble les quadrupèdes jouissent des mêmes privilèges de belles vaches blanches vous voient passer sans perdre un coup de dent les chevreuils bondissent près de vous, les gazelles viennent vous regarder de leurs grands yeux doux; Une jolie chèvre de Mongolie suit vos pas de graves lamas sont assis tranquillement sur les marches du perron et ne se dérange pour personne.

On comprend qu'ils sont chez eux tout ce monde vit à sa guise dans cet heureux paradis terrestre, pendant quelque temps du moins, car l'existence de ces nombreux hôtes n'est pas longue, paraît-il, malgré leur liberté relative et les soins dont ils sont l'objet. Une consolation, c'est de penser que ces pauvres victimes de la civilisation sont encore utilisés après décès leur propriétaire les envoie généreusement enrichir le muséum d'histoire naturelle de Tours » Puis en page 87 : Depuis ma visite à Beaujardin, le propriétaire est mort; tous les animaux ont été vendus, et ce domaine a changé de maître et de destination.

Le marquis de Brisay (4) décrit sa visite chez son ami Joseph Cornély. Pour le marquis ce parc est, peut-être, unique en France. Pour s’y rendre « …il faut traverser ce réseau inextricable de voies ferrées qui filent sur Nantes, sur Bordeaux, sur Le Mans, sur Paris. On les passe à niveau, on les longe, on les franchit sous des voutes, et on arrive enfin, devant la grille du château. »(4). La ligne du chemin de fer Tours-Nantes fut mise en service en 1845, celle de Tours-Bordeaux en 1845-1853. La première gare de Tours, dite« l’embarcadère » fut construite en 1846 et exploitée par la Compagnie du Chemin de Fer. La seconde et actuelle gare fut construite en 1896. Le marquis de Brisay , venant du centre de Tours a donc emprunté l’actuelle rue Christophe Colomb et franchi le chemin de fer de la ligne Tours-Nantes qui passe, actuellement, au dessus de la chaussée. Puis, non loin de là il a emprunté la première rue à gauche qui est, actuellement, nommée « rue de Beaujardin ». Sur la même rue, non loin, il est passé sous le double pont (voute) Au coup de sonnette se présentait alors le faisandier-concierge, Liebzig, habile factotum…Sa haute taille, sa grande barbe blonde, son air digne et réservé, donnaient immédiatement l’idée de la juste et méritée importance qu’on lui accordait céans… (4)(14) »… « Aussitôt entré, on avait devant soi le beau château renaissance ou les tourelles, les clochetons, les pinacles, les balustres et les perrons formaient un ensemble plein d’élégance et de légèreté »

III - LA DISPARITION DU CHATEAU.

(13)Après la famille Corneli, la propriété appartint aux GOÜIN jusqu’en 1925. Voici les souvenirs de Melle Fortin(non datés) communiqués par Jean juigner :" A la "belle époque", jusqu'en 1905 le château et ses dépendances occupaient une grande partie du quartier.Située à l'emplacement du magasin "TIMY" la façade du château était tournée vers la rue de Beaujardin.Son entrée était ornée de deux magnifiques platanes.Les écuries dénommées "le petit château" étaient situées légèrement en retrait de l'angle formé, aujourd'hui,par les rues de Beaujardin et du Dr. Jaujas. Le parc allait de la rue de Beaujardin(là ou étaient les écuries) à la rue Ed.Vaillant, jusqu'à la levée du Cher, actuellement dénommée Boulevard Richard Wagner.
Un peu avant 1915, la clôture fut ramenée de la rue Ed. Vaillant (ancienne rue de Paris) dans la rue de Beaujardin ou se trouve , aujourd’hui, le presbytère et ou existait une impasse avec quelques petites maisons que l'on peut encore voir entre le n°16 et n°30 de la rue Paul Appel.Note: Le presbytère était situé au n°15 rue du Dr. Bergonié. Le parc du château , en plus de ses pelouses et de ses pièces d'eau, était planté de très beaux arbres , notamment un magnifique cèdre dont se souviennent les anciens du quartier.

Le château qui était la propriété de la famille GOUIN, était le but de promenade des enfants du patronage de la paroisse du Sacré Coeur dont dépendait Beaujardin. Là aussi , avaient lieu les processions de la Fête Dieu et les kermesses.(Note:vers 1939 filles et garçons allaient aux nombreuses fêtes et kermesses dans un baraquement délabré , situé au fond de l'impasse du n°344 rue Ed.Vaillant). Vers 1925 le château fut vendu et morcelé, les arbres abattus,et des maisons commencèrent à se construire avec l'aide de la loi "Loucheur"mais des voieries furent réalisées après les constructions qui explique les différences de niveaux dans les habitations de certaines rues.Les lots attribués étaient tous de même dimension (7m. sur 21m.)." (fin de citation à suivre)

Donc, en 1925, la Société immobilière Blum divisa le terrain en lots pour construire des habitations. Sur une photo estimée prise au premier quart du XX° siècle on remarque à l’aile droite du château, la présence d’un cabinet de chirurgien-dentiste.


Château de Beaujardin (Plan 1942)


Le 05 juin 1940 la Luftwaffe allemande bombarde Tours. Le 10 juin 1940 le gouvernement français se réfugie à Tours mais repart le 14 à Bordeaux. Mais le 21 juin 1940 les allemands entrent dans Tours bien sinistré. Lors du bombardement du 03 juin 1942 la plupart des maisons de la rue de Beaujardin furent détruites du côté imper , sauf une, située au niveau actuel du n°39 mais qui a été restaurée ou reconstruite en 1947. Côté pair actuel il n'avait pas de maisons.A le date de juin 1942 le château était encore intact. En 1940, le château abritait, chez monsieur Steinmetz, « le Comité d’Entr’aide aux mobilisés et à leurs familles du quartier de Beaujardin ».La propriété a abrité l’Institution Saint Maurice. Une carte postale montre beaucoup d’enfants (début du 20° siècle) s’ébattant dans le parc arboré et, au fond, nous voyons le château de Beaujardin.La DCA-Flak 88 allemande avait un poste non loin du château, vers la rue de Paris (Edouard Vaillant) et celle du Champ Joli.

Le bombardement de Tours effectué par l’aviation anglo-américaine, dans la nuit du 19 au 20 mai 1944 détruit 276 immeubles et endommage gravement mille autres. Le château est touché et deux tours quadrangulaires sur les quatre se sont écroulées. Les maisons environnantes sont aussi endommagées. Un maçon italien, monsieur Nobile acheta le château pour le restaurer. Monsieur Nobile s’obtenant pas d’indemnisation pour sauver la demeure, se suicida. Les enfants jouèrent plusieurs années dans les décombres du château. Plus tard la ville de Tours enleva les décombres et un immeuble pris la place. Les pierres de la grotte du parc furent utilisées pour la construction d’un petit pavillon. En mémoire des efforts du maçon italien, un mini château fut gravé sur la stèle de sa tombe.


Références:
(1) Jean-Louis Choisel auteur de mémoires sur le botaniste, médecin, naturaliste, pomologue du XVIe siècle Jean BAUHIN. Société d’Emulation de Montbéliard 1984 et 1985(deux mémoires).
-Fondateur en 1978, au national, de l’association dite des « croqueurs de pommes » et de la section de Touraine en 1987.
-Fondateur de l’association « Les amis de la Géline de Touraine ».
-Auteur d’ouvrages, articles, travaux sur les us et coutumes d’autrefois, sur la pomologie, l’arboriculture fruitière et l’aviculture. (collaboration avec Muséum d’Histoire Naturelle, I.N.R.A., C.N.R.S.)
-Poète franc-comtois et auteur de chansons et huiles.
(2) référence IA00071536. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merime_fr? Et archives d'Amboise.
(3) Bulletin de la Société Nationale d’Acclimatation, 1887. L’Union libérale de Tours, n° du 20 juin 1887.
(4) L’aviculture chez l’éleveur par M. Le marquis de Brisay. page 520 Revue de Sciences Naturelles Appliquées-Société Nationale d’Acclimatation de France, Paris,1892. Souvenirs d’une visite à Beaujardin avant la mort du vicomte Cornély survenue en 1887.
(6)Multiplication en France de la pintade couronnée(Guttera coronata) par M.Joseph CORNELY VAN HEEMSTRA.1869.Bulletin de la société impériale zoologique d’acclimatation.
(7) Essais d’acclimatation, à Tours, en 1872-73 (parc de Beaujardin), par M. Jos.M. Cornély-membre correspondant de la Société zoologique de Londres- Bulletin mensuel de la Société D’acclimatation-3° série-Tome I-Année 1874-Paris-Hôtel Lauraguais, rue de Lille, 19.
(8) Education de mammifères et d’oiseaux au parc de Beaujardin, à Tours- Lettre adressée à M. le Secrétaire général de la Société d’Acclimatation par M.Joseph CORNELY- Bulletin de la Société d’acclimatation-Paris-1879.
(9) Un nouveau gibier-Notes sur le Pucrasia Macrolopha- par M.Joseph CORNELY-Bulletin de la Société d’Acclimatation de France- 1882.
(10) Note sur Le LIEVRE PATAGON, ou MARA (Dolichotis-Shaw)- par M.Joseph CORNELY- Bulletin de la Société D’Acclimatation de France-1885.
(11) Bulletin de la Société Nationale d’Acclimatation-1887- M.JOSEPH M.CORNELY Décédé à Tours le 16 juin 1887-pages 401 à 407
(12) CHOISEL jean-Louis-recherches en Pays-Bas- 2014.
(13) Merci aux Archives Municipales de Tours pour les plans. Celui plus détaillé du parc date de 1912.
(14) source gallica.bnf.fr/bibliothèque nationale de France.
Source:
http://beaujardin-tours.monsite-orange.fr/
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Mar 30 Déc - 14:05 (2014); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 30 Déc - 13:52 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 30 Déc - 13:59 (2014)    Sujet du message: Le château de Beaujardin. Répondre en citant

Le château de Beaujardin.
Tours.


____________________________________
Référence Mérimée : IA00071536
Château construit vers 1854 par l'architecte Chateignier, pour le général Charron ; appartient ensuite à Cornely von Heemstra qui crée un jardin d'acclimatation dans le parc ; le château n'existe plus en 1953 ; un plan des années 1760 figure d'importants bâtiments autour d'une cour quadrangulaire et un grand jardin de parterres





 

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:19 (2017)    Sujet du message: Le château de Beaujardin.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com