Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château de la Bellangerie.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 7 Jan - 10:25 (2015)    Sujet du message: Le Château de la Bellangerie. Répondre en citant

Le Château de la Bellangerie.
Vouvray.



Le château privé de La Bellangerie (XVIIe siècle) était composé d'un logis situé entre deux pavillons flanqués chacun d'un pavillon plus petit, dont celui de l'Est était la chapelle. Sous la Restauration, les pavillons ouest furent démolis. Le musicien Charles Bordes y est né. La Bellangerie était un fief relevant de Rochecorbon. La Bellangerie n'existe plus, il ne reste que les piliers de l'entrée principale et la grille d'entrée au Sud. Le pavillon du gardien, situé à droite, est en train de s'écrouler. Des arbres indiquent toujours l'allée orientée Sud-Nord, qui menait de la grille au château. A ne pas confondre avec « La Bellangerie » (1758) qui relevait du fief de Rochecorbon, situé sur la commune de Reugny.

Historique.
Ancien fief de la Seigneurie voisine de Rochecorbon, située à quatre kilomètres plus à l'ouest, cette propriété appartiendra notamment à Marc de la Bue au milieu du XVIème siècle. L'édifice présente à cette époque un corps de logis principal entouré de deux ailes de bâtisse en retour, formant en son centre une cour d'honneur. L'aile est de la bâtisse abritait alors une petite chapelle seigneuriale. Le Manoir de la Bellangerie sera largement restauré au XVIIème siècle, où il prendra son allure extérieure actuelle. L'aile ouest de la bâtisse sera détruite dans le second quart du XIXème siècle. Il sera en outre dans le troisième quart du XIXème siècle, la maison natale du pianiste et compositeur français Charles Bordes, qui y passera la majeure partie de son enfance. C'est là que son goût pour la musique, dont notamment le piano verra le jour et qu'il composera, vers 1889 son œuvre majeure « Archives de la tradition Basque », véritable recueil de chants populaires.


Le bail de ferme du 2 octobre 1823, signé par M. Le Tissier, nous apprend l'existence d'une glacière dont l'usage est expressément réservé aux habitants du château, « les preneurs fourniront pendant le cours de ce bail la paille nécessaire pour entretenir la couverture de la glacière » Cette glacière est sans doute aujourd'hui comblée, mais pourra réserver des surprises aux archéologues du futur. Très pieuse, la mère de Charles Bordes, Marie Bonjean, allait selon la tradition dans une chapelle troglodytique à la Roche, au Nord-Ouest, sur la commune de Rochecorbon. Une chapelle se trouvait bien dans le château, transformée en bergerie après les Bordes. Denis Jeanson dans son livre Sites et monuments du Val de Loire, tome 1 (1977) le signale et aussi l'existence d'une cloche avec inscription du 17eme siècle. Sa localisation actuelle reste inconnue.

Le père de Charles Bordes, Frédéric Bordes, était maire de Vouvray sous le Second Empire. Comme maire, il était informé de la progression du phylloxéra en France, le Val de Loire n'était pas encore atteint et donc sa propriété était indemne. On peut imaginer son inquiétude. Il est mort en 1875. Le Vouvrillon a été touché ensuite. Quand Madame Bordes a vendu la Bellangerie en 1879, sa valeur avait beaucoup diminué. Une des conséquences des difficultés financières de la famille fut le temps que passa Charles Bordes comme comptable à la Caisse des Dépôts et Consignations. Dans une lettre (transcrite par Bernard Molla) écrite vers 1884 à son ami Jules Chappée il parle de « cette rosse de caisse où je gagne 50 fr par mois, enfin c'est toujours 50 fr." Il ajoute "…Je n'ai pour toute sublimité que le bureau dans lequel je suis accroupi de 10 heures à 4 heures à la caisse de dépôt et réception, 1er bureau vieillesse, et la divine musique passe après. »

Le tombeau Bonjean-Bordes au cimetière de Vouvray montre bien l'attachement fort de la famille avec le domaine de la Bellangerie. Le grand-père maternel de Charles Bordes, Jean Lambert Bonjean, était un "ancien manufacturier", mais surtout un « propriétaire agriculteur », mort "en sa terre de la Bellangerie" en novembre 1851 (12 ans avant la naissance de Charles Bordes). Parmi ses prédécesseurs au Château de la Bellangerie, il y avait eu Beaumarchais, autour des années 1770, et plus tard, depuis novembre 1811, Pierre-Hippolyte Le Tissier, Maire de Vouvray sous la Restauration, du 14 décembre 1821 au 1er août 1821 (puis député d'Indre-et-Loire depuis novembre 1820 jusqu'en juillet 1830). Sa femme, Bénigne-Esther-Marie Guizol (1786-1859) était amie de Lamartine (voisin à Paris) mais désapprouvait son évolution politique. On dirait aujourd'hui qu'elle le trouvait trop à gauche, préférant le drapeau bleu-blanc-rouge au drapeau blanc semé de fleurs de lys des légitimistes. On trouvera ces informations sur Madame Le Tissier en lisant l'article passionnant de Fernand Letessier (ne pas confondre) écrit en 1981 dans les Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest.

Balzac fréquentait la Caillerie, 500 m plus bas, chez M. de Savary. Il y a même effectué son seul séjour attesté à Vouvray, 3 semaines pendant l'été 1823. Mais il s'évertuait à écrire de la poésie, pour quoi il n'était pas fait, et rêvait à Mme de Berny qui avait vingt ans de plus que lui. Plus tard, il séjournera avec elle à la Grenadière à Saint-Cyr-sur-Loire. En 1823, il ne montrait aucun intérêt pour Esther-Athénaïs-Fortunée Le Tissier, âgée de 14 ans, qui poursuivait sa rêverie romantique dans les nuages au-dessus de la Bellangerie. Plus tard encore, Balzac écrira L'Illustre Gaudissart (1833), qui se passe dans le haut de la Vallée Coquette.

Depuis 1964, l'ADAPEI est propriétaire du site. Il y a quelques années, une activité pour les handicapés avait pour nom « Bel ange rit »
___________________________
La Bellangerie. Cne de Vouvray. Le fief et seigneurie de la Bérangère, paroisse de Rochecorbon, valant 10 l. 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, rolle de Chasteaurenaud, fol. 153) ; Le château de la Bellangerie, 22 janvier 1764 (acte Thenon-Tours) ; Le château de la Bellangerie, 31 mars 1764 (A. D. 37-2 B, Bailliage de Tours) ; Foy et hommage du fief de la Bellangerie, situé paroisse de Vouvray, par Jean Cottin, écuyer, demeurant à Paris, au duc de Luynes, comme baron de Rochecorbon, 29 avril 1766 (A.D. 37-2 C, Luynes, t. 49, fol. 104 r°, case 5) ; Le lieu et metayrie de la Bellangerie sittués susditte paroisse de Vouvray, 30 obre 1781 (acte Mireau-Vouvray) ; La Bellangerie, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; La Bellangerie, 1819 (Cadastre) ; La ferme de la Basse Cour de la Bellangerie, 8-9 décmbre1823 (acte Faucheux-Vouvray) ; La ferme de la Basse Cour de la Bellangerie, 3 décmbre1832 (acte Faucheux-Vouvray) ; La terre de la Bellangerie, 29 juillet 1843 (acte Sensier-Tours) ; La Bellangerie, 18 mai 1860 (acte Faucheux-Vouvray) ; La Bellangerie, 1958 (I.G.N.) ; La Bellangerie, 1966 (Cadastre). Fief. Chapelle.

Source:
http://charles-bordes.over-blog.com/article-la-bellangerie-82255624.html

Localisation.


_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 7 Jan - 10:25 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com