Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Les OVNI en Touraine

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Ufologie Tourangelle
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 12:55 (2008)    Sujet du message: Les OVNI en Touraine Répondre en citant

Les OVNI en Touraine - Copyright 2007 - Mikerynos.
  

1997- Mise à jours Octobre 2003.
Mise à jours 30 mars 2005, 29 mars 2007.
Compilation des Observations.
  

Les Observations en Indre & Loire, première partie.

Introduction.

UFO est l’abréviation américaine de « Unidentified Flying Object » (Objet Volant Non Identifié). L'armée de l'air américaine définit l'UFO comme : tout ce qui a trait à un objet aérien dont les performances, les caractéristiques aérodynamiques ou des caractéristiques particulières ne se conforment pas à des types d'aéroplanes ou de missiles connus, ou qui ne peut être identifié comme un objet usuel. (Règle USAF 200-2). En France, le terme le plus couramment utilisé est OVNI pour (Objet Volant Non Identifié), définie comme phénomène fugitif observé dans l’atmosphère et dont la nature n’est pas identifiée par les témoins, tel est la définition donnée dans le Petit Larousse. Une descrïption bien vague, pour un ensemble de faits généralement beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Si depuis quelques années, les observations ne sont plus autant médiatisées que par le passé, il n’en demeure pas moins que le phénomène est toujours aussi présent dans le ciel de notre planéte.

Le sujet est tabou, parfois ridiculisé, étudier le phénomène OVNI n’est pas chose facile. Il est vrai que la porte est ouverte à toutes les déviances, mais grâce à des chercheurs sérieux, petit à petit le sujet prend de plus en plus de crédibilité. Il demande beaucoup d’énergie et de temps pour celui qui veut s’investir dans le sujet.
Le but de ce petit recueil, n’est pas d’expliqué le phénomène OVNI, ni tous les déroulements qui peuvent y être attribué, la littérature sur ce sujet est déjà bien abondante. Il s’agit d’une base, ou d’un début d’étude de ce phénomène, au-dessus du paysage de la Touraine, à travers les différents articles de presses de l’époque et d’autres sources. Je n’ai pas la prétention, ici de faire un catalogue complet des observations, elles ne sont certainement pas tous connus, il y a des erreurs, c’est hélas l’inconvénient de débuter ce genre d’étude.

Une chose est sûr, tous cela ne date pas d’hier, il est possible que certains lecteurs on peut-être plus de renseignement, ou d’information sur les cas cités dans ce recueil, ou encore mieux, des cas inédits. Je suis ouvert à tous les documents nouveaux ou complémentaires qui pourraient m’être communiqué, car beaucoups de zones d’ombres restent non élucidées.
Enfin, à tous ceux que l’actualité OVNI intéresse, et qui ont du mal à trouver de la lecture récente sur le sujet, je leur conseille la revue LDLN, dont une bonne partie de la documentation de ce recueil provient, ainsi que les nombreux ouvrages consacrés aux phénomènes ufologique…


  
L’indre & Loire , la Touraine des origines à nos jours – L’Histoire par les documents, collection dirigée par Jean Brignon, Jean combes et Michel Luc. Editions Bordessoules 1982 – Page 208.
  

La toute première observation (1) d’un objet volant non identifié dans notre région commence par le témoignage de Mme Francine L. (2) qui nous rapporte son observation faite au mois de Mai ou Juin 1940 à Parçay-Meslay:

« Pendant la bataille de la Loire, fin Mai ou début Juin 1940, j’avais 18 Ans. Il y avait eu des combats aériens entre avions français et allemand au-dessus du hameau, ainsi que des bombardements du camp d’aviation (qui est maintenant la base aérienne de Tours). Ce jour-là, je suis sortie vers 9h du matin. Il faisait très beau, et il n’y avait pas un nuage. Je guettais souvent le ciel pour prévoir les arrivées d’avions et les bombardements. J’ai aperçu au zénith ce que j’ai pris tout d’abord pour une étoile, qui m’a paru très brillante et plus grosse que je n’en avais jamais vu. J’ai aussi été intriguée par sa fixité, et son éclat à cette heure. Toute la matinée, je l’ai observée, et il me semblait qu’elle devenait de plus en plus grosse (8 ou 9 cm à bout de bras). Je ne saurais évaluer la distance.

En fin de matinée, je l’ai vu partir brusquement à très grande vitesse, vers l’Est. Après que j’en aie parlé , tout le monde m’a dit: c’était sans doute un ballon d’observation qui brillait au soleil. J’en ai causé avec un officier d’aviation qui logeait dans le hameau. Il m’a affirmé, après renseignements pris auprès de la base aérienne, qu’il n’y avait eu aucun ballon d’observation en l’air ce jour-là.
J’ai été très marquée par ce phénomène inexpliqué. Cinquante six ans plus tard, je le revois encore, comme si c’était hier ».

Je ne possède pas d’autres témoignage d’observation situé entre 1940 et 1953 , je commencerai donc par les apparitions d’OVNI, dans le ciel de notre région ,par cette année. La première histoire débute fin Février 53, par une observation faite par Monsieur C.G, le témoin désirant garder sont anonymat, à l’Est de la ville de Manthelan dans le Sud du département (3).
Vers 19h.30, Monsieur C.G aperçu un point rouge qui se mis à grossir rapidement dans le ciel, pour atteindre un diamètre apparent à celui d’une orange tenue a bout de bras, il était rond, et se déplaçait silencieusement. « L’engin » s’arrêta subitement Pendant quelques secondes, puis se déplaça de nouveaux sur une très courte distance. Il refit trois fois cette curieuse manoeuvre, à très grande vitesse, celle d’un avion à réaction , estima Monsieur C.G.
Au cours de ses déplacement, ou de ses bonds, d’un point à un autre, l’engin ne changea ni de couleur, ni de diamètre, ce qui laisse supposer que ses déplacements s’effectuaient sur une même ligne horizontale, à égale distance du témoin.
L’objet démarra brusquement en direction du Nord, et disparu à une allure prodigieuse.Parlant de cette observation pour le moins insolite à sa voisine, cette dernière lui confia que elle et ses enfants avaient été le même jour, vers la même heure témoin de ce phénomène étrange.

L’histoire suivante nous emmène à Tours, le Dimanche 16 Août, toujours de la même année, ou le témoin de l’observation suivante est monsieur Pasquier qui vit vers 20h.30, deux disques volants à basse altitude, très prés du sol.
Ses deux « Disques » volaient sur une trajectoire horizontale, très lentement en émettant un bruit très « Dure » selon le témoin, (4) .

Ces deux observations qui ont été décrite sont les seules qui ont étaient portées à ma connaissance pour l’année 1953. En effet les prochaines visites d’ OVNI dans la région concerne la fameuse année de 1954, l’année de « La vague », riche en observations un peu partout en France et ailleurs, dans d’autre pays.

_________________
(1) Je parle des Observations récentes, celles concernant notre époque, L’ufologie débute officiellement en 1947
(Voir à ce propos les écrits de Grégoire deTours) et annexe 02.
(2) Observation recueilli par Mr Jean Marie Laporte en 1996.
LDLN No: 338 - 40eme Année P30.
(3) « Les Soucoupes Volantes viennent d’un autre monde » Edition Omnium littéraire 1972 de Jimmy Gieu, P.114
(4) « Chronique des apparitions d’extra-terrestres » Edition J’ai Lu 1977 de Jacques Vallée, P 256 (Cas No 115)


Nous sommes le Mercredi 29 Septembre 1954, monsieur Gustave Rouillard et son compagnon, monsieur Roger Blaquemont, tous les deux employés à la maison Jacquet, et qui en partant de Tours, ont vu de leur camion circulant sur le chemin des « Sables » (Aujourd’hui, le boulevard Louis XII, les « Sables » était une ancienne cité HLM disparu depuis) de l’autre côté du Cher, une boule lumineuse et aplatie, celle ci était aussi éblouissante que le soleil, elle faisait au moins 4 ou 5 mètres de large et environ 1 mètre à 1 mètre cinquante de haut.
Elle s’éleva presque verticalement, mais en obliquant vers le Sud (En direction de Joué-Les-Tours) d’un champs de « La Gloriette » ou elle s’était posée (Cette zone jouxte la ville de Tours à l’Ouest). Ont peut parler ici du premier atterrissage d’un OVNI sur le sol de la Touraine. (5)

Le Lendemain (6), une autre observation va avoir lieu sur la commune de Chambray-Les-Tours, celle de deux témoins, monsieur René Foubert et sa femme qui ont déclaré, qu’il avaient nettement aperçu vers 20h.00 dans le ciel en direction du sud-ouest, un disque de couleur rouge qui montait et descendait au dessus de la commune.
La station météorologique de St Symphorien à précisé qu’aucun phénomène lumineux du genre de ceux décrit par les témoins et qui ont été signalés ces temps-ci n’avait été aperçu, la station précise en outre, qu’un lâcher de ballons-sondes avait eu lieu vers 2h.00 du matin, avec une petite lumière accrochée à ses mêmes ballons, mais que effectivement la luminosité dégagée est loin de correspondre à ce qui est décrit par le couple.

Le même jour, quelques heures plus tôt, va naître, l’une des plus belles observations de cette année 1954, l’histoire va défrayer la chronique (Le nombre de journaux et d’articles de toutes sortes parlant de cette histoire est énorme), c’est la « fameuse » observation de Marcilly-Sur-Vienne situé dans le sud-ouest du département. Nous allons revivre l’aventure décrit par les témoins de l’époque, afin de mettre un terme une fois pour toutes aux rumeurs de canular qui ont circulées à propos de cette affaire, et pour satisfaire la curiosité des personnes ayant vaguement attendu parler de cette aventure digne d’un roman de science-fiction.

Plusieurs ouvriers sont occupés dans une carrière de sable et de cailloux en bordure de la route départementale, sur la rive gauche de la Vienne, entre Parcay et Marcilly en face du camp militaire de Nouâtres (Camp du Ruchard), nous sommes le Jeudi 30 septembre et il est 16h.30, quand ils ont vu un « Engin » de forme circulaire et son passager se poser sur les bords de l’excavation, nous écoutons alors le chef de chantier monsieur George Gatey (Ancien résistant pendant la seconde guerre mondiale, blessé au Luxembourg) qui raconte son récit:
« Nos pelles et nos monte-charge fonctionnaient et faisaient beaucoup de bruit, j’étais prés de la trémie, quand mon regard fut attiré par un engin qui se trouvait à une bonne dizaines de mètres moi, sur le bord de la carrière. A côté un homme de petite taille, environ 1 m 50 à 1 m 55, revêtu d’une combinaison de couleur neutre, coiffé d’un casque lui retombant sur les épaule et chaussé de petites bottes, qui regardait dans notre direction. J’étais ébloui, ma première émotion passée j’ai voulu courir à la tente prendre du papier pour en faire un croquis, mais je n’ai pu bouger.
Un appareil posé sur la poitrine de l’individu, émettait un rayon lumineux violant qui me paralysa, il tenait à la main un objet qui ressemblait à un tuyau ou à un gros revolver, l’engin n’était pas posé sur le sol, mais il se trouvait à environ un mètre au dessus et tournoyait, il m’a semblé que la coupole qui le surmontait était armée de pâles comme celles d’un hélicoptère, longue d’a peu près 1 m 50 à 2 mètres.

_______________
(5) « Nouvelle république du centre-ouest » du 30.09.54
LDLN No 319 P.6
(6) « Nouvelle république du centre-ouest » du 02.10.54


Le casque que portait « L’homme » ressemblait à un scaphandre en verre brouillé, on ne voyait pas à l’intérieur, puis il est remonté dans son engin, sans que je puisse préciser comment, puis l’appareil s’est élevé à la verticale par saccades, en émettant un bruit comparable à ceux des moteurs à réaction.


  
(Dessin de Mr Gatey de la soucoupe et de son passager, parue dans la « NR » du 4.10.1954)

A 200 mètres environ, il a dégagé un brouillard épais et a disparu , l’engin pouvait mesurer à peu près 4 m 50 de diamètre et 2 mètres d’épaisseur. Après son départ, j’ai été voir s’il avait laissé des traces, je pensais trouvé l’herbe brûlée, mais je n’ai vu aucune trace de ce genre. Si j’avais été seul, je n’en aurais jamais rien dit de crainte d’être moqué ».
Les six compagnons de travail ont confirmé point par point les déclarations de leur chef de chantier, ils ont rajouté « L’engin était de couleur grise et émettait un sifflement continu et la scène a durée 30 secondes environ. » (7).

Le nom des ouvriers témoins de cette observation: Messieurs René Rougier, André Berrois, André Seche, George Lubanowich, Maurice Dubroca et monsieur Amirault un chauffeur de camion. Après l'incident, Gatey souffrira d'insomnies, de forts maux de tête et perdra l'appetit pendant une semaine. Les huits hommes ne seront cependant pas convaincus que les soucoupes volantes viennent d'un autre monde. Ils sont sûrs au contraire qu'elles font partie d'expériences secrètes d'une nation bien terrestre, probablement la France.
Il faut aussi noter que cette incroyable aventure arrivée a nos ouvriers fut longtemps dénigrée comme un simple canular de l’époque ( 8) . Mais une enquête plus sérieuse de Jean Sider (9) à permit de démontrer que cette histoire n’était pas un canular. S’il c’est bien passé quelque chose dans cette carrière, d’autres explications peuvent-être envisager, en particulier, la théorie intéressante de monsieur Leclet Renaud concernant une confusion possible avec un hélicoptère de l’armée (Voir en annexe 02).

_________________
(7) « Nouvelle république du centre-ouest » du 02.10 et du 4.10.1954
« OVNI le Premier dossier complet des rencontres en France » Edition A.Lefeuvre 1979 de Michel Figuet & J.L Ruchon P.96
« Chronique des apparition E.T » Edition J’ai Lu A308 1977 de Jacques Vallée (Cas No 165)
« black-out sur les S.V » Edition Omnium littéraire 1972 de Jimmy Gieu P.161
LDLN No 165 P.8

( 8) A noter une histoire similaire de cantonniers le 4 octobre à Melun se finissant devant le juge d’instruction de Coulommiers pour faux témoignage (Nouvelle république du centre-ouest du 27.03.54
(9) « Le Dossier 1954 et l’imposture rationaliste » de Jean Sider
Edition Ramuel - Juin 1997 - P174

Vers la fin de septembre des gamins auraient vu des appareils se poser près de Chinon à Cravant-Les-Coteaux. A l’endroit de l’atterrissage présumé, on aurait trouvé des taches d’un produit visqueux comparable à de l’huile minérale (10). Il se pourrait ici, qu’il s’agisse d’une confusion possible avec des appareils de l’armée. Je n’ai pas connaissance d’une quelconque analyse de l’huile retrouvé sur le site.

Le Vendredi (1er Octobre), vers 19h00, Mme Rousset, habitant la ferme du « Moulin de l’Oie » à la Guerche était occupés à fermer les volets de son habitation lorqu’elle aperçu dans le ciel une grosse boule lumineuse d’une couleur rougeâtre, et qui par moment prenait la forme d’un cigare. Dans le milieu de la boule , elle aperçu comme des petit fils. Ce fait à été constaté également par Mme Villepreux, éclusière à l’écluse de « L’Oie ». (10a)

Mais revenons à des observations plus classique, comme celle faite la soirée du Samedi 2 Octobre par un cultivateur de St Laurent-De-Lins, monsieur Marcel Massillon.
Il est témoin vers 20h. 45 à 300 mètres de chez lui d’un phénomène lumineux ayant une forme de croissant qui illuminait les alentours. Il appela plusieurs membre de sa famille qui observèrent également le même phénomène lumineux.
Cette lumière devait alors s’étirer et prendre la forme d’un cigare (Classique à l’époque), puis elle monta dans le ciel par saccade et disparut de la vue des témoins (11).

Le Dimanche (3 octobre) vers 2h00 du matin, le jeune Marcel Debrade qui arrivait de Bourges par le train se rendait chez ses parents habitant le domaine du « Geai » : il constata également sur le côté de la « Claurie » une soucoupe volante, mais cette fois l’engin ressemblait à une tasse à café et était d’une couleur verdâtre. Le jeune homme précise que la route et les près étaient illuminés et dès son apparition, tout tomba dans l’obscurité (après la disparition du phénomène) (10b)

Les observations se poursuivirent dans la région, avec le retour d’un autre phénomène lumineux à Tours le 5 Octobre (12).
Une autre observation, deux jours plus tard le Jeudi 7 Octobre à 4h du matin faite par un témoin (anonyme) qui de son domicile à Rivière, à vu par sa fenêtre un engin en forme de cigare qui décollait d’un champ situé sur les coteaux de Ligré et qui se déplaça ensuite en direction de L’est, l’appareil était rouge et lumineux, et émettait un son strident (13), ce cas est étrangement similaire a celui d’octobre 1968.
Ce sera le dernier cas de la vague de 1954, mais je suis sur qu’il y en a eu beaucoup plus.

Le 6 mars 1959, au-dessus de la ville de Loches, une pluie de filaments, ressemblant à de la fibre de verre, tombe pendant une vingtaine de minutes sur une zone large d’environ 2 Kilomètres, au contacte du sol, ceux-ci se désagrègent, ne laissant aucune trace (14).

Il faut attendre seulement 1963 pour qu’une autre observation soit répertoriée, un jour (Inconnu) du mois de Janvier, vers 20h.30 à Tours (15). C’est le seul cas que je connaisse pour cette année, sans pouvoir obtenir plus de détails.

_______________
(10) « Nouvelle république du centre-ouest » du 13.10.54
« Le Dossier 1954 et l’imposture rationaliste » de Jean Sider
Edition Ramuel - Juin 1997 - P88
(10a) « Le Berry Républicain » du mardi 5 octobre 1954
LDLN No 319 P9 – La Guerche se situe dans le sud, à la limite du département de la vienne.
(10b) « Le Berry Républicain » du mardi 5 octobre 1954
LDLN No 319 P9 – pour ce cas, il semblerait qu’il se soit produit dans les environs de la Guerche, qui possédait une gare à l’époque, pas d’indication sur les lieux indiqués
(11) « Nouvelle république du centre-ouest » du 05.10.54
(12) Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995
(13) « Nouvelle république du centre-ouest » du 13.10.54
(14) Le phénomène incluant la chute de filaments ou « cheveux d’anges » (associé aux OVNIs) furent nombreux dans les années cinquante.
« Soucoupes volantes- 25 Ans d’enquêtes » de Charles Garreau (3eme Ed) - Edition Mame 1971
(15) Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995


L’observation suivante à eu lieu le 10 Octobre 1965 et toujours à Tours (16), aucune observation pour l’année suivante, il faut attendre 1967, le 17 Juillet exactement:
Mme Boureau et son fils, (demeurant à l’époque, 21 rue J.J Rousseau) alors qu’il rentraient d’Amboise en voiture, ont observés à Chateau-Renault une grosse boule, suivit d’une quantité d’autres plus petites, il était alors 22h.05, cet ensemble semble avoir continué sa route puisqu’il a été observé à nouveaux par quatre jeunes gens sortant d’une réunion. En effet, ils ont aperçu le même phénomène vers 1h.20 entre Reugny et Neuilly-Le-Lierre, les quatre témoins (Messieurs George Duchemin, J.-Claude Dechene, Alain Fauchaix, Michel Fourreau) firent une descrïption sensiblement identique à celle de Monsieur et Mme G. de Tours, qui firent aussi cette observation et qui rajoutèrent: « On aurait cru voir une pluie de météores... », eux aussi ont précisé que le phénomène lumineux se déplaçait d’Ouest en Est, et que sa trajectoire était d’une régularité parfaite (17).

Ce qui nous amène tous naturellement à préciser le témoignage de monsieur et Mme G. (Témoins désirant garder l’anonymat, et demeurant à l’époque rue Michelet à Tours).
Le couple possède une terrasse de laquelle ils ont pu observer le phénomène lumineux durant plus de quatre longues minutes. Ils se trouvèrent dans leur chambre à coucher, la lumière éteinte mais leur porte fenêtre donnant sur la terrasse était largement ouverte, lorsque vers 1h.20, Mme G. vit soudain dans l’encadrement de la porte fenêtre une énorme boule de feu.

Mais laissons parler Mme G.:
« On avait l’impression d’un miroir très rond dans lequel se serait reflété le soleil, le tour de l’engin scintillait de mille feux. Nous nous sommes alors rendu sur la terrasse, d’où nous avions une vue complète de l’engin. Il laissait derrière lui une traînée d’un rouge éclatant, une couleur vraiment féerique ! On voyait aussi derrière la grosse boule, une grande quantité de petites boules identiques, mais beaucoup moins brillantes. L’ensemble lumineux se déplaçait d’Ouest en Est sur une trajectoire parfaitement régulière avec un vol qui donnait une impression de parfaite souplesse. La boule incandescente était si grosse que l’on pouvait croire qu’elle circulait à très basse altitude, ou qu’elle était d’une dimension monumentale... »
Monsieur et Mme G. suivirent ce spectacle (« Le plus admirable des feux d’artifices ») jusqu’au-dessus de la gare de St Pierre-Des-Corps.
« La, ont-ils encore précisé, la grosse boule est devenue d’un rouge très sombre, et elle s’effaça d’un seul coup, ainsi que la traînée écarlate et l’ensemble lumineuse » (18).

Trois jours plus tard, le Jeudi 20 Juillet 1967, une autre observation d’un phénomène étrange a eu lieu aussi à Tours vers 0h.10 (19), et encore trois autres jours après, le 23 à Loches (Dans le Sud du département), à faible altitude. Puis l’année suivante, le 20 Avril 1968 vers 18h.00 une autre observation d’un phénomène lumineux de forme triangulaire à Richelieu, Mr Godard le témoin, indique que l’engin est passé à sa verticale, il a put l’observé entre 15 et 20 minutes. Les bordures du triangle (pointe vers le haut) avait une bordure d’un blanc assez vif, on voyait le ciel à travers.

_________________
(16) Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995
(17) « Nouvelle république du centre-ouest » du 19.07.67
(18) « Nouvelle république du centre-ouest » du 19.07.67 - Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995
(19) Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995 - Richelieu : Contact No 97 (Janvier 1969) P.5 - Contact No 95 Bis. P6


En cette belle journée d’octobre 1968, Mme X se promenait près de Chinon, sur la côte de Ligré. (20)
« Vers 17h00, alors que j’étais au bas de cette côte, j’ai vu apparaître du coteau se trouvant à l’horizon, à 2 ou 3 Kilomètres de là, une énorme sphère qui s’élevait. Puis, d’un seul coup, l’engin plongea vers moi. Il ressemblait à un dirigeable, était énorme, de peut-être 40 Mètres de long. Il ne faisait aucun bruit et se trouva rapidement à hauteur des poteaux télégraphiques, à quelques mètres au-dessus de ma tête »

« Quand j’ai vu cela si bas, je me suis dit qu’il devait s’agir d’un avion qui s’écrasait, il était plein de hublots, il semblait d’une apparence métallique. A son extrémité apparaissait une sorte de queue de poisson. Son nez avait l’air d’avoir du mica (Minéral brillant). Le dessous était caréné et ressemblait à un tissu genre nylon. Ses hublots étaient opaques, cerclés d’un métal noir, il n’y eut aucun bruit, ni de déplacement d’air ou d’odeur particulière. Après un virage, l’engin passa à 15 Mètres de moi, le ventre de l’appareil semblant frôler l’extrémité des poteaux, sa couleur était d’un gris bleuté. »
Madame X, mis à part une frayeur légitime, ne ressentit rien de particulier. Sa peur lui donna le réflexe de vouloir se protéger en se retournant et en se cachant le visage. Un instant plus tard, regardant de nouveau, l’objet avait tout à fait disparu, l’observation avait duré 30 Secondes.


  

Il vient à l’esprit que Mme X a vu un dirigeable de grande taille, toutefois, considérons notamment ces faits :
Un dirigeable est bruyant (moteurs)
Il ne disparaît pas quasi-instantanément, du fait de sa faible vitesse. Compte tenu de la distance, il y aurait eu un déplacement d’air sensible. La partie transparente, à l’avant, paraît troublante. La faible altitude de l’appareil, par rapport aux poteaux télégraphiques, est dangereuse pour un dirigeable de cette taille.
A quelques kilomètres du site, se trouve la centrale nucléaire d’Avoine, près de Chinon. D’après un croquis exécuté par le témoin, la « Sphère » (tel qu’apparaît l’engin vu de face au début de l’observation) semblait venir de cette direction. Mme X, bien que très choquée par cet incident, est une dame équilibrée.

Ce sera la dernière apparition d’OVNI en Touraine des années soixante.

_________________
(20) « Ces OVNI qui nous observent » Page 24.- ) Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 30 Sep - 09:59 (2012); édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Mar - 12:55 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 12:56 (2008)    Sujet du message: Les OVNI en Touraine Répondre en citant

Les Observations en Indre & Loire, deuxième partie.

Loches, Vers 1972 ou 1973, Monsieur Robert Bruneaux, alors représentant chez Peugeot, se trouve dans la journée chez un garagiste, près de la ville de Loches. Ils partent essayer la voiture du témoin sur la route. Ils apercoivent sur leur gauche une boule lumineuse "brillante" et non éblouissante, plus grosse que la Lune et le Soleil, et de même couleur que ce dernier. Ils la suivent pendant une vingtaine de kilomètres pour essayer de savoir ce que c'est, puis ils reprennent peur et font demi-tour. Par la suite, Monsieur Bruneaux ne parle à personne de son observation, de peur des moqueries, il n'a même rien dit à son épouse jusqu'a aujourd'hui. Il ne s'est confié que récemment à un collègue qui connaissant mon interêt pour le sujet, qui est venu ensuite m'en informer. Monsieur Bruneaux se rappelle difficilement de xet épisode, d'ou les imprécissions dans son témoignage 20 ans après. En 1994, Monsieur Bruneaux était agent de maitrise en Informatique EDF à la centrale Nucléaire de Belleville dans le Cher.

Témoignage du 4 février 1994 à la centrale EDF de Belleville (18) Enquêteur: Jean Michel Farnault (LDLN)

Trois cas d’observations d’OVNI en 1973 dans la région:
Joué-Les-Tours le Vendredi 14 Décembre vers 23h.15, celle de Montbazon le Vendredi 28 Décembre à 8h.00 le matin (heure très rare) et enfin celle de Mettray le Lundi 31 Décembre vers 22h.00 (21) ou à l’entrée du bourg, trois automobilistes aperçoivent devant eux, à une trentaine de mètres environs, deux boules brillantes, presque incandescentes, qui dans une sorte de balancement vont de gauche à droite, puis de droite à gauche. Les deux boules disparaissent brusquement.
L’année 1974 est très riche en observations, elle démarre par celle de Senoncle en Janvier, vers 21h.00 et ensuite celle de Tours le Lundi 21 Janvier 1974 à 17h.25 (22).
Mais à partir de février, une mini vague d’apparition va se produire dans le canton de Langeais.
Monsieur Blin et son fils, boulanger à St Patrice-Sur-Loire ont affirmé ces dernières semaines avoir vu un objet lumineux en forme de croissant dans le ciel de la région. Cette mini-vague démarre avec l’observation faite le Dimanche 24 Février à St Patrice sur Loire (23) :

Mr Lachand, charcutier à Langeais à déclaré avoir observé un objet volant en forme de croissant dans la nuit de Dimanche à Lundi, alors qu’il revenait de la Riche, et qu’il regagnait Langeais, cet objet se déplaçait rapidement dans le sens Est-Ouest et il avait la forme de celui qu’observèrent plus tard Mr Blin père et fils.


Croquis de l’OVNI observé à St Michel Sur Loire avec la partie inferieur en forme de croissant extremment lumineuse (NR du 24.03.74)
 

La nuit suivante, le 25 Février, une autre observation eu lieu toujours à St Patrice sur Loire: Ce soir là, il était 20h30, une cinquantaine de témoins observèrent quelque chose dans le ciel pendant une durée d’environ 50 Minutes.

_________________
(21) « Soucoupes volantes – 25 Ans d’enquêtes » de Charles Garreau – Ed.Mame 1971 P.93
(22) Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995
(23) « Nouvelle république du centre-ouest » du 13.03.74


Cette « Chose » était sphérique, la partie supérieure se confondant avec le ciel et la partie inférieure en forme de croissant émettant une lumière orange intense, le reste de couleur jaune émettait une luminosité beaucoup moins forte.
Tous les témoins, tant sur la place du petit bourg, que ceux situé sur le point haut de la route descendant vers Langeais, « La côte de Planchoury » ont vu cette chose inexplicable, et parmi eux plusieurs gendarmes venus de Langeais et de Chinon.

Sphérique, l’engin se déplace dans le sens opposé à la direction du vent, l’observation à la jumelle ne donnait aucune réponse à ces questions: Quelles dimensions ? Quelle altitude ? Quelle vitesse ? En réponse à ces questions, des affirmations et des appréciations très approximatives.
L’observation suivante eu lieu trois jours après, par les deux boulangers de St Patrice sur Loire, vers 0h 01, ils observèrent alors une lueur qui faisait penser à un incendie de forêts (Possible dans la région), (24) et une troisième observation toujours par nos deux compères plus une tiers personne d’un objet curieux en forme de croissant ou de « banane » émettant à chaque extrémité des rayons lumineux.

Une dizaine de jours après cette première série d’observation, une autre apparition d’un phénomène lumineux apparaît à nouveaux dans le ciel de St Michel sur Loire vers 1h 15 le Mardi 12 Mars, toujours par le même témoin, Mr Blin le fils (25)
Cette fois pour avoir un autre témoignage, il réveilla Mr Beaugrand, cafetier dans le bourg, pour constater l’évolution du phénomène au-dessus de leurs têtes. Le débitant et sa femme observèrent le ciel dans la direction du sud-est, et dans le lointain, deux masses très lumineuses et allongées, de forme imprécise, émettaient des lueurs de couleur orange. Mr Lin téléphona à la brigade de gendarmerie de Langeais. Le ciel s’était couvert de nuages épais et le phénomène lumineux avait disparu lorsque les gendarmes arrivèrent sur le lieu de l’observation. Un peu plus tard, lorsque Mr Blin arriva à St Patrice sur Loire pour travailler à la boulangerie familiale, le phénomène apparut une nouvelle fois:

« Il avait la forme d’un cigare, avec trois anneaux à l’avant et trois autres à l’arrière. Chaque extrémité dégageait des éclats très brillants, comme des éclairs.»
Le père et son épouse constatèrent comme le fils, cette chose bien étrange. C’est alors que des clichés photographiques furent pris, la pellicule fut remis aux gendarmes pour être développée par leur soins dans un de leurs service.
La pellicule à été développée, et hélas! déception elle était grillée (26)
Il faut noter au passage l’explication rationnel d’un groupe d’étude régional sur les OVNI qui affirme que les témoins ont observés la Lune qui était visible tous les jours au même endroit et que la météo signalait un temps couvert avec des zones claires. Et que de plus le croissant de Lune était horizontal. (Position que prendre le croissant lunaire à son lever ou à son coucher) (27).

Se qui n’explique pas le fait que la pellicule soit « grillée », et que tant de témoins dont des gendarmes ont put se faire « bluffer » par la Lune. Mon opinion personnel me dit qu’il c’est bien produit quelque chose dans la région à cette période là. Et n’oublions pas que l’année 1974 fut riche en observations partout en France.

Les Prochaines observations se déroulèrent deux mois après celle de la région de Langeais:
la première à La Croix (près de Bléré) le Lundi 13 Mai 1974 vers 22h30 (28) et puis celle de la petite ville de Vouvray de l’autre côté de la Loire, deux jours après le 15 aux environs de 22h 16 (29), ainsi qu’une observation sur la B.A.G.E 314 (Base Aérienne Groupement Ecole de Tours Nord) (30), dernière observation de l’année 1974.
L’année suivante démarre plutôt bien en observation, avec la première faite à Tours le Jeudi 30 Octobre 1975 vers 1h 40 (31), mais la meilleur observation de cette année est faite à Lussault sur Loire, le Mardi 4 Novembre à 18h .45, une enquête à été réalisée a l’époque par Mr Chenu L.

________________
(24) « Nouvelle république du centre-ouest » du 13.03.74
(25) « Nouvelle république du centre-ouest » du 13.03.74
(26) « Nouvelle république du centre-ouest » du 27.03.74
(27) Plaquette éditée par le GEPS en 1979 P.13
Groupement d’étude des Phénomènes Spatiaux, Créer en 1972 et aujourd’hui disparu.
(28)(29)(30)(31)Liste de Mme Gueudelot (LDLN), 1995


Enquêteur à LDLN (32), (hasard ou coïncidence j’étais avec son fils dans le même lycée, et c’est par son intermédiaire que j’ai eu pour la première fois des revues de LDLN dans les mains).
Le Témoin de l’observation, Mr Chaput Jean Louis, 19 Ans, viticulteur (nous sommes dans une région de vin) domicilié a Husseau, un groupe d’habitation rattaché à la commune de Montlouis-sur-Loire situé sur la rive gauche de la Loire, en bordure de la Route Nationale 451.

Le Lieu de l’observation dont la configuration du terrain vallonné, presque essentiellement de planté de vignobles, entrecoupés de petit bois de feuillus et de plantations de conifères genre « Epicéa ».
L’objet observé serait parti de cette zone, mais aucune trace n’a pu être relevée en raison de la fréquence de passage de nombreux chasseurs de la région en cette saison.
Cette zone est elle même coupée par une route goudronnée le long de laquelle passe une ligne haute tension, les habitations sont à environs 800 mètres de cette zone.
Le Témoin travaillait au labourage des vignes, il travaillait avec les phares du tracteur, car la nuit était tombée. A un moment, la charrue « à bourré » selon la propre expression du témoin (c’est à dire qu’elle offrait une résistance anormale), voulant remédier à l’incident, Mr Chaput est descendu de son tracteur, ses yeux se sont portés un instant vers la ligne d’horizon, c’est alors qu’il a aperçu une grosse boule rouge stabilisée à environ 500 mètres du lieu où il se trouvait.

La boule avait la forme et la taille du soleil levant, le contour était net et sans halo, la lumière qu’elle émettait changeait d’intensité sans jamais aveugler, ni éclairait le paysage au alentour.
Cette boule est restée environ 30 secondes à la même place, puis s’est mise en mouvement pour se rapprocher du témoin, qui signala que la vitesse de l’objet était constante et très lente.
Au cour de son déplacement, la boule s’est arrêtée deux fois et sembla perdre de l’altitude à chaque arrêt, comme si son propre poids l’attirait vers le sol.
Le Phénomène finit par s’immobiliser au-dessus d’un petit bois situé à 200 mètres de Mr Chaput et à une hauteur approximative de 50 mètres, la boule semblait avoir un diamètre d’environ 10 mètres.
Le Témoin a pu observer l’objet pendant une minute, puis soudainement, de part et d’autre de l’objet principal, à environ trois mètres de celui-ci, s’allumèrent deux boules blanches et jaunes qui se mirent à grignoter très rapidement en émettant une lumière assez violante, dans le même temps, l’objet principal est passé du rouge vif à l’orange.


Croquis de l’observation de Mr Chaput paru dans la revue LDLN
 

Malgré qu’il ait mis ses phares en puissance maximum, le témoin n’a pu distinguer la partie de ou des objets éclairés, il reste environ deux minutes sur le lieu de l’observation.
Les feux clignotants fonctionnaient à une telle intensité et à une telle vitesse que Mr Chaput prit peur et quitta les lieux précipitamment.
Au cour de sa fuite, il s ’est retourné une fois et à constaté que l’objet avait quitté lui aussi les lieux et semblait être retourné au-dessus de la zone où il le vit la première fois.
Mr Chaput n’a perçu aucun bruit, autre que celui de son tracteur (Ce dernier tournait au ralenti).
Il faut signaler qu’a aucun moment le moteur du tracteur n’a changé de régime, la montre du témoin (qui se trouvait dans sa poche) n’a subit aucune altération et a continuer a fonctionner normalement les jours suivants.
Le témoin n’a subit aucune lésion, son acuité visuelle est normal et il n’a pas fait de cauchemar à la suite de son observation. A aucun moment, Mr Chaput n’a assimilé son observation à un phénomène connu ou à un objet volant habituel (Hélicoptère, ect...)


 

Le témoin est un homme parfaitement équilibré et intelligent, il parle de son observation avec facilité. En conclusion, dans le cas présent, il semble que l’objet observé est été dans un premier temps dérangé dans « son travail », puis attiré par les phares du tracteur. Le fonctionnement des « Clignotants » du phénomène semble être consécutif au changement code-Phare que le témoin a effectué sur son tracteur. Cette enquête est l’une des plus exemplaire sur les observations d’OVNI faite en Touraine.

Il faut attendre l’année suivante pour retrouver une autre série d’observation, celle-ci commence par une observation faite en 1976 (Date et heure inconnue) de deux lycéennes qui se rendaient à Tours , elle étaient encore sur les hauteurs de Larcay (Situé au sud-est de Tours), lorsqu’elles furent pétrifiées d’effroi par ce qu’elle voyaient:

Une sphère lumineuse d’environ 5 mètres de diamètre qui était stabilisée, complément silencieuse, à 5 mètres d’elles le long d’un talus. Se serrant l’une contre l’autre, elles réussirent enfin à réagir et se mettre a courir vers leur arrêt de bus. La sphère lumineuse se déplaça alors, et les accompagna en se déplaçant au-dessus des buissons, toute en éclairant les ardoises humides du toit d’une maison à côté (33).

L’Observation suivante n’est pas courante, car le témoin principal est un officier supérieur de l’armée de l’air, à qui ses fonctions imposent de rester anonyme, nous l’appellerons donc CX.
Au début de l’année 1976, CX était élève pilote de chasse du groupement école 314, à Tours (Où il allait être breveté en Mai). Le GE 314 qui n’utilise plus depuis 1981, que des Alpha-Jet, était à l’époque équipé de biplace T.33 (De la firme américaine Lockeed) et de monoplace Mystère IV (Dassault) (34).
L’incident s’est produit le 3 Mars 1976, vers 23h.00, alors que notre élève pilote se trouvait seul à bord d’un T33 (35), il participait à un exercice de navigation de nuit connu sous le nom de « Petit-train » par les pilotes: Un certain nombre de T33 avaient décollé de la base de Tours à intervalles réguliers, et effectuaient un circuit qui les menaient d’abord dans la région de Rennes, puis à côté de Poitiers, et enfin à Tours leur point de départ.


(Croquis de la quasi-collision du T33 et de la sphère – LDLN)
 

Vers 23h.00 donc, CX vit soudain une sorte de « Fusée verte » qui montait verticalement, droit devant lui. La chose commença à redescendre, puis se stabilisa à l’altitude de son avion, et fonça vers lui. La collision semblait inévitable, et CX se souvient d’avoir instinctivement mis ses bras en avant pour se protéger. Il put néanmoins voir distinctement (Quoique brièvement) une boule lumineuse verte, d’un diamètre de 1 à 2 mètres, qui passa au-dessus de l’aile droite de son appareil, à la hauteur de sa tête (Pour préciser la distance entre le bas de cette boule et l’aile, CX écarta les mains d’une trentaine de centimètres).
Cette boule était suivie d’une traînée lumineuse, du même vert vif, sa partie centrale paraissait blanche, avec au milieu peut-être, un certain nombre de points rouges.
Lors du passage de la boule, tout l’avion fut brièvement illuminé en vert, CX qui a eu le temps d’effectuer aucune manoeuvre, ne regarda pas dans son rétroviseur, il appela la station radar qui suivait le vol. Il demanda alors, s’il n’y avait pas « quelque chose » dans le secteur, la réponse fut négative.

De retour à la base de Tours, CX apprit aussitôt que le pilote (Un sergent) qui le précédait lui aussi dans un autre T33 avait lui même observé la « Fusée verte » (Mais pas la quasi-collision qui avait suivi), tous deux évoquèrent aussitôt l’accident auprès du capitaine qui suivait leur progression.
En agissant ainsi de la sorte, ils couraient un certain risque, car il y a une sélection sévère, et toute occasion de se faire remarquer était a éviter absolument !

Le capitaine manifesta peu de curiosité envers le phénomène décrit, se bornant à rappeler aux deux stagiaires que la journée du lendemain serait chargée, et qu’il était temps d’aller se coucher. L’incident était clos, et il ne donna lieu a aucun rapport écrit (36).Ce qui est remarquable dans ce témoignage, outre la qualité du témoin, c’est la distance extrêmement courte (Environ 30 centimètre) qui a séparé, pendant un très bref instant, l’avion et la boule lumineuse. On peut aussi se demander comment celle-ci n’a pas heurté l’empennage horizontal de l’avion, on peut aussi se poser quantité de questions sur le comportement de cet objet, qui semble avoir voulu provoquer une quasi-collision.

_________________
(32) LDLN No? P.21
(33) Plaquette du GEPS-1979 sans aucune autre précision, ni mention de source.
(34) LDLN No 331 P. 19
(35) Le T33 Impliqué dans cette affaire est pratiquement identifié, en effet le carnet de bord de CX porte la mention T33 SF No 103, il est probable que les lettres SF désignent la Série Française, par opposition à la série Canadienne. Le seul T33 dont le « Serial » se termine par 103 est le No 53103, No de constructeur 9673, codé 314-VP.
(36) Il semble que de nombreuses observation d’OVNI ont eu lieu, sur et dans les parages de la base Aérienne 705 de Tours.

_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 2 Mar - 13:08 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 12:58 (2008)    Sujet du message: Les OVNI en Touraine Répondre en citant

Les Observations en Indre & Loire, troisième partie.

Le cas suivant d’ observation d’un OVNI dans le département est faite le Lundi 10 Janvier 1977, sur la commune de La Riche (37).
« On n’est pas des menteuses, vous savez nous on y croient... », elles étaient encore toutes retournées, les deux tourangelles qui, entre 21h.00 et 21h.30 ont aperçu un OVNI dans le ciel de La Riche:
Mme Martin et Mme Vernejoul ont pu décrire avec assez de précision l’engin mystérieux qui les a tant intriguées.
Tous a démarré vers 21h.00, quand Mme Martin , roulant en voiture rue Louis XI a aperçu dans le ciel « Quelque chose d’assez gros, ce n’était pas un avion, à cette hauteur il y aurait des lumières rouge et verte visible, là non... », Mme Martin fasciné par l’apparition , ne l’a pas quittée des yeux, elle pensait , vu la basse altitude de celle-ci, qu’elle allait atterrir: « Je voulais avoir un témoin, et je suis allée vite chercher Mme Vernejoul en lui disant, éteignez et regardez tout de suite », chose dite, chose faite, et les deux femmes ainsi que le mari de la seconde ont pu observer assez longtemps la forme lumineuse, qui vers la fin s’est immobilisée.
« Elle était assez allongée, avec au centre un foyer lumineux plus intense, ça scintillait, puis elle a disparu, comme un catadioptre vu dans le brouillard du côté de la Loire en direction de Cinq-Mars-La-Pile et de Berthenay (Vers l’Ouest). »
Leurs observation, les deux femmes en ont fait immédiatement part au commissariat, qui a répercuté la descrïption de l’observation à la gendarmerie, comme c’est la règle dans pareil cas.

Nous sommes le Samedi 28 Mai 1977, la deuxième observation d’un OVNI de l’année commence par un cas digne d’intérêt, car il s’agit encore d’un atterrissage dans la région. Une enquête a été effectuée par LDLN (38) tiré d’une étude de deux groupe locaux (39).
Nous somme à St Roch, à cause de son métier, le témoin Mr D. (39 Ans) rentre souvent tard dans la nuit.
Ce Samedi là, il est 3h.10, un ami le raccompagne en voiture, le conducteur stationne le long de l’habitation de Mr D., le dépose et redémarre aussitôt. Avant de rentrer chez lui Mr D. satisfait alors un besoin naturel, lorqu’il entend comme un souffle. Il se retourne , et voit un objet sombre, parallelépipédique s’élever à grande vitesse.
Cette ascension à lieu le long d’un poteau métallique d’EDF, arrivé à une quarantaine de mètre au dessus du pylône, l’OVNI s’illumine peu a peu d’une lumière rouge vif et se dirige lentement vers un hameau situé à un kilomètre environ.
Le témoins impressionné cour réveiller sa mère, qui sort et observe également le phénomène qui est toujours lumineux, stabilisé au-dessus d’un cerisier, leurs semblent-ils. Après avoir regardé le phénomène une dizaine de minutes, Mme D. et son fils incommodés par le froid de la nuit, vont se coucher. Le lendemain, ils se rendent au pied du pylône, et découvre des traces dans l’herbe. A cette endroit l’herbe est foulée suivant une rotation et l’on voit nettement trois cercles, rejoints entre eux par des arcs.


(Traces au sol marquées, avec une personne en référence – LDLN)
 
_________________
(37) « Nouvelle république du centre-ouest » du 11.01.77
(38) LDLN No: 179 - P18
Une enquête très complète de Mr G. Andreau, J.L Burkard, C Godau et J.L Gouzien
(39) Le « Comité d’analyse des phénomènes Rare » (CAPR) a vocation pluridisciplinaire fondé en 1975 et GEPS (Voir note 27), tous les deux aujourd’hui disparu.

Il est à noter que l’ami qui a raccompagné le témoin n’a rien vu dans la lueurs des ses phares.
Telle est l’observation qu’on vécu Mme D. et plus particulièrement sont fils. Ce sont des gens honorablement connus, il sont de plus fort sympathiques et racontent avec simplicité ce qu’ils ont vu, et sont un peu gênés par une publicité malheureuse qui fut faite à leur insu. Depuis lors, ils se posent quantité de questions sur un phénomène qui les a profondément marqués. Des enregistrements séparés de la mère et du fils ont été effectués, les voici à titre de comparaison.
Récit du fils:
-Qu’avez vous vu ?
-Mon ami me ramenait chez moi après le travail, je suis descendu de voiture. Il a rembrayé aussitôt.
-Il n’a rien vu ?
- Non rien, je lui ai demandé après. Ensuite je me suis soulagé d’un besoin et j’ai entendu comme une soufflerie. Je me suis retourné, c’était déjà rendu à la hauteur du poteau. Après ca s’est dirigé vers les arbres en passant au-dessus du toit du voisin. Ce qui est drôle, c’est que ca s’est mis à rougir à une quarantaine de mètres au-dessus du poteau après avoir ralenti. Au départ, c’était une espèce de truc carré, ça s’est soulevé après dans le ciel, c’était du feu.
-Qu’elle couleur au départ ?
-Noir, bien noir, comme si c’était fermé. Quand la lumière est apparue, il était bien à quarante ou soixante centimètres du sol.
-C’était à qu’elle date ?
- Le Samedi, vers 3h.10
-Pendant combien de temps l’avez vous vu ?
-Dix minutes environs.
-Le ciel était couvert ?
-Sûrement, je me souviens pas qu’il ai eu des étoiles ou la Lune.
-L’objet bougeait ?
-Au départ oui bien sur, mais au-dessus des cerisiers il est resté fixe.
-Il y avait la Lune ?
-Non.
-Pouvez vous comparez la grosseur de l’objet par rapport à la Lune ?
-Bien, trois fois.
-Il y avait des étoiles ?
-Non.
-Le temps était brumeux, pluvieux ?
-Non, rien de tout cela.
-Comment vous apparaissait l’objet ?
-Solide en montant, comme une boule de feu après.
-La lumière était vive ?
-Pas trop.
-Est ce que l’objet éclairait les alentours ?
-Non, pas du tout.
-L’objet était immobile ?
-Il est parti du sol au moins à cent à l’heure, certainement. Enfin moi je ne l’ai pas vu partir, lorsque je me suis retourné, il arrivait en haut du poteau. J’ai juste eu le temps de le voir, après il s’est dirigé vers le village à 150 Mètres du sol. Après il n’a plus bougé le temps que nous l’avons regardé.
-Il y avait de la fumée ?
-Non, rien
-Sa luminosité changeait ?
-Non, il s’est illuminé peu a peu et puis ça n’a plus bougé.
-Et sa forme ?
-Non.
-Il y avait des éclaires, des scintillements ?
-Non.
-Il y avait du bruit ?
-Comme un souffle, comme une soufflerie lorsqu’il est parti.
-A qu’elle distance était-il ?
- Au début à une trentaine de mètres, c’était près.
-A quoi pouvez vous le comparer ?
-A une boite carrée.
-Les bords étaient nets ?
-Oui.
-Vous avez vu des détails ?
-Non rien, c’était fermé.
-Des antennes ?
-Non, rien.
-Qu’elles ont les dimensions de l’objet au départ ?
-Comme une pièce de deux mètres de large sur trois mètres de haut.
-Et en épaisseur ?
-Comme la largeur.
-Vous voyiez bien les arêtes et les bords ?
-Je les ai aperçues, mais c’était très rapide.
-Vous avez des chiens ?
-Oui.
-Ont-ils aboyé ?
-Non.

Fin du récit du fils, et maintenant voyons celui de la mère.

-Voulez vous raconter votre observation ?
-J’étais réveillée depuis dix minutes, comme chaque jour à cette heure là. Quand il est venu m’appeler (son fils).
-Vous avez entendu la voiture ?
-Non, je ne l’avait pas entendu, quand il est venu m’appeler, je me suis dit, tient il est arrivé quelque chose. J’ai à peine pris le temps de m’habiller. Il me dit « Leve toi, viens voir derrière la maison ».
-Viens voir quoi ?
- «Viens voir quelque chose qui monte dans le ciel », j’ai pensé à une aurore boréale, je lui est dit: il m’a répondu « Non, c’est quelque chose qui monte et qui file, depêche toi ». Je lui est dit « Il faut bien que j’enfile mes pantoufles ». Je suis sortie dans la cour, et j’ai vu comme du feu vertical, avec un côté droit, c’était orange-Rouge comme du feu, presque au-dessus du village, plus loin.
-C’était à quelle époque ?
-La nuit du Vendredi au Samedi, vers 3h.10 - 3h.15, lui (le fils) a du le voir vers 3h.05.
-Durée de votre observation ?
-Cinq à Sept minutes, pas plus, il faisait pas très chaud et nous sommes rentrés.
-Comment était le ciel ?
-Un peu sombre, il y avait eu de l’orage le soir.
-L’objet bougeait ?
-Non, il ne ma pas semblé
-Il y avait la Lune ?
-Non
-Quel était la grosseur de l’objet par rapport à la pleine Lune, au zénith ?
-Plus gros, peut-être bien deux fois.
-Il y avait des étoiles ?
-Non.
-Comment était le temps ?
-Il faisait sec.
-Comment vous apparaissait l’objet ?
-Comme de la lumière, comme le feu.
-La lumière était vive ?
-Elle n’éblouissait pas.
-L’objet éclairait autour de lui ?
-Non ça n’éclairait pas, c’était juste lumineux.
-L’objet était immobile ?
-Non, au départ il m’a semblé qu’il basculait, mais je n’en suis plus sûre. Après, il n’a plus bougé.
-Il y avait de la fumée, de la vapeur ?
-Rien du tout.
-Sa luminosité a changer durant le temps que vous la regardiez ?
-Non.
-Et la forme ?
-Non plus.
-Avez vous vu des éclaires et des scintillements ?
-Non, c’était fixe.
-Vous avez entendu du bruit ?
-Non.
-A quel distance s’est-il stabilisé ?
-Au dessus du village à 1 Km, 1,5 Km.
-A quoi pouvez vous comparer l’objet ?
-Un peu à une poire coupée en deux.

Le résultat de l’enquête sur les traces au sol indique une rotation dans l’écrasement de l’herbe et une symétrie des extrémités de l’empreinte. Plusieurs mesures on été éffectuées sur le terrain et non rien révélées de particulier.
L’examen des traces amène les reflexions suivantes:

A/ Une symétrie (la précision du relevé à l’herbe est relative) trés nette.
B/ Une sorte de « carottage » de 10 cm de diamètre ou l’herbe est manquante et le sol tassé (peut-être un pied tout simplement et non un prélévement).
C/ La proximité du pylone EDF demande des moyens de déplacement très précis.
D/ L’objet reposait (ou était stabilisé à quelque centimètre du sol) certainement sur trois sphères ou cercles qui apparaissent très nettement au niveau des traces.


 

Les traces difficiles à imiter correspondent à la descrïption du témoin (2,45 m x 2,10 m) qui indique un objet de 2 m sur 2 m. Un autre point important est celui du bruit au décollage de l’objet.
La proximité du poteau EDF demande une grande précision de navigation, l’objet reposait au sol (ou stabilisé à quelques centimètres) sur trois sphères qui apparaissent très nettement au niveau des traces.

Conditions météorologiques (mesure de la station de Parcay-Meslay) à 1h30 TU:
Vent secteur N.E faible 2m/s, ciel claire peu nuageux 1 octo, température à 2h00 TU de 11oC, pas de brume et visibilité =5Km
L’enquête effectuée le lendemain même de l’observation par des enquêteurs de LDLN est en tout point exemplaire. Il faut aussi noter l’étrange similitude de l’objet en forme de carré, avec l’observation de faite à Bolazec le 16 janvier 1966 à 4h du matin (40).

_________________
(40) Bolazec se trouve dans le département du finistère.

L’observation suivante nous emmène sur le territoire de la petite ville de Monts, la date de celle-ci est assez floue, elle se situe à coup sur entre 1976 et 1980, probablement en 1977, ou 1978. Notre témoin est âgé d’une quarantaine d’années, parfaitement aimable. Il est postier et désire rester anonyme, nous l’appellerons donc par ses initiales: JM (41).
JM habitait alors un appartement situé au premier étage d’une cité HLM, et de son balcon il pouvait voir deux parkings, et au-delà, les chantiers de bâtiments en construction. Il a été témoins de trois observations étranges que l’on appelera « Incident ».

Le premier « Incident ».
C’était un soir d’été, à la tombée de la nuit. JM était chez lui, en compagnie d’une fille avec qui il vivait plus ou moins. Ils étaient tous les deux au balcon, lorsqu’il virent surgir de l’obscurité une chose étrange, à la limite du chantier derrière le parking. Cette chose se trouvait au ras du sol, donc légèrement en contre bas pour eux qui étaient au premier étage.
Il s’agit d’une forme verticale, peut-être cylindrique, que JM compare à un « Gros Pain ». L’extrémité inférieure de ce « Pain » pouvait être de 20 cm ou 30 cm du sol, et l’autre à 1 mètre environ. cet objet était sombre, et les détails visible se limitaient à une sorte de ceinture, à mi-hauteur, avec sur cette ceinture un point lumineux argenté. Ce « Pain » semblait flotter, et donnait l’impression de quelque chose de vivant. Il était rigide, mais stable dans son flottement.
L’amie de JM se mit à hurler, et montra l’objet du doigt, simultanément, elle se sentit partir en avant, et elle allait tomber dans le vide, quand JM parvint de justesse à la retenir. Elle avait échappé de peu à la défenestration, et affirma: « J’ai été aspirée ». JM lui, n’avait pas senti sur lui même cette attraction. Il croit avoir noté dans les mouvements de l’objet, comme une réponse au cri de son amie (Il se souvient qu’elle fumait une cigarette lors de l’incident, et il se demande si le mouvement de sa main, qui tenait la cigarette, n’a pas aussi perçu par le phénomène).
JM et son amie ne s’attardèrent pas sur le balcon, ils rentrèrent, fermèrent la fenêtre, tirèrent les rideaux et allèrent se coucher sans chercher à mieux observer le phénomène. Quelques jours plus tard, échangeant quelques mots avec des voisins du rez de chaussée, JM crut comprendre qu’ils avaient eux aussi vu le même phénomène, mais ne parvint pas à en apprendre d’avantage.
Le phénomène décrit ici ne correspond pas à ce que l’on peut attendre d’un observation dite « Classique » du phénomène OVNI. les « Incidents » suivant vont dans le même sens, tout aussi étrange.

Le deuxième « Incident ».
Un après midi, JM était seul chez lui, lorsqu’il entendit un fort bruit métallique: « Comme si on avait traîné de la ferraille sur la route ». Il se précipita à la fenêtre, et vit à une cinquantaine de mètres seulement, un énorme masse rouge, faiblement lumineuse, se posait sur le chantier (alors inoccupé), juste derrière la route de Sorigny. C’était gros comme un camion, et aussitôt cela cessa d’être visible, comme si ça s’était dématérialisé instantanément. Le lendemain, JM alla sur place, mais ne remarqua rien d’anormal (JM a émis l’idée d’un phénomène qui évoluerait dans une autre dimension, et qui par instant, de manière accidentelle deviendrait pour nous momentanément visible).

Le troisième « Incident ».
Un autre soir, JM se trouvait encore seul chez lui, et il faisait nuit. Il vit soudain plusieurs « Pains » (au moins deux) qui avançaient en se dandinant vers la porte d’entrée de son immeuble. En proie à la panique, il ferma la fenêtre, il s’assit dans un fauteuil et attendit: « En se disant qu’il allait sûrement se passer quelque chose... ».
Il entendit en effet comme des grattements contre la porte d’entrée de son appartement, cela dura plusieurs minutes, puis tout rentra dans l’ordre. Le lendemain, il constata sur sa porte la présence de traces qui pouvaient avoir été causées par ces grattements. Toutefois, JM n’en est pas certain: Ces traces avaient pu se trouver là avant sans qu’il ne les remarquées.
Le lendemain il alla faire une déposition à la gendarmerie.

JM se souvient encore de deux autres « Incidents » étranges, qui se produisirent vers la même époque (1977 ou 1978). Un jour en rentrant en voiture de Sorigny (42), il vit sur la gauche une « Soucoupe volante » de couleur verte, qui se déplaçait à la même vitesse que les voitures sans que cela ne provoquât la moindre perturbation dans la circulation. Apparemment, personne d’autre que notre témoin n’avait donc remarqué la chose.

Le second « Incident » rare dans les annales de l’Ufologie, quoique quelques exemples en aient été signalés: Regardant pas sa fenêtre (Celle donnant sur le parking et le chantier), JM eu la surprise de voir non pas le paysage habituel, mais un autre paysage: « Une maison chinoise sur des sortes de pilotis, dans les bois ». Telle est dans les grandes lignes, l’étrange histoire de JM.

JM à quitté Monts en 1980, et travaille maintenant dans l’Essonne. Il est marié, et les manifestations paranormales ont cessé. Toutefois, le souvenir de ce qu’il vécu dans notre région continue à l’angoisser.

Nous sommes au tout début de l’année 1980, car l’observation suivante à eu lieu le Mardi 1er Janvier, dans la commune de Sepmes, ce village se trouve dans le Sud du département, non loin de Nouâtre. Nous sommes Mercredi soir, il est 19h.30 environs. Monsieur Berthet Maurice (66 Ans, retraité agricole du bourg) sort dans la cour de sa ferme, lorsqu’il remarqua un objet volant de forme ronde mesurant 50 cm de diamètre au moins, et situé à une distance assez grande de lui.
« Ce n’est pas normal ce truc là » se dit-il, et il appela son épouse et un apprenti cuisinier de Poitiers, qui se trouvait en vacance chez lui (Monsieur Meunier Maurice, 17 Ans et demi, à l’époque). « Je l’ai très bien vu, il scintillait et se déplaçait en s’éloignant en direction de Châtellerault » dit Mme Berthet. « Il était de couleur orange vif et se terminait en forme de pointe en dessous » à rajouter monsieur Berthet qui l’observa à la jumelle.
Cependant Monsieur Berthet prévenait les gendarmes de Descartes, mais le phénomène lumineux avait disparu. Les gendarmes recueillirent les déclarations concordantes des témoins qui ont estimé avoir assisté à quelque chose d’extraordinaire (43).

L’observation suivante s’est déroulée dans la nuit du Jeudi 25 Décembre, vers 22h. par un phénomène lumineux aillant l’apparence d’une grosse boule blanche orangée, filant du Sud au Nord, sans aucun bruit, laissant derrière elle une traînée lumineuse. cette grosse boule était accompagnée de plusieurs petites boules et formaient une bande d’une largeur d’environs 50 mètres de largeur. l’ensemble avait une vitesse constante et régulière.

Monsieur Bonneau de la rue des Lys à Tours à aussitôt croqué sur le papier son observation. Monsieur Collet, habitant rue des Halles et monsieur Govin Michel de St Roch ont quand à eux rapproché le spectacle céleste à un feu d’artifice. « L’ensemble avait une vitesse constante et très régulière » dit ce dernier qui à constater l’observation plus d’une minute. « A mon avis, il y avait 200 à 300 petites boules devant et derrière une grosse sphère, qui se tenait au tiers avant ». Enfin de nombreux témoignages ont évoqué « Une sorte d’escadrille volant relativement bas, 500 à 600 mètres du sol précisent certains ».
Ce phénomène lumineux à été observé notamment à St Avertin, Veretz et les départements voisins de la vienne et des Deux-Sèvres (44).

Il faut attendre la fin de l’année 1981, pour trouver la trace de la prochaine observation d’OVNI dans le ciel de la Touraine.

Nous sommes le Jeudi 19 Novembre 1981, et il y eu quelques émois sur les hauteurs de la ville d’Amboise, précisément au lieu dit « La Sucrerie ». Quatre personnes ont vu de leurs yeux, vers 23h.30 à une quarantaine de mètres au-dessus de leurs habitations, une étrange boule lumineuse qui est restée immobile durant une dizaine de minutes, puis l’objet s’est évanoui dans la nuit. La gendarmerie d’Amboise à été averti de cette observation (45).

_________________
(41) Témoignage recueilli par le 18.12.1995 par Herman André et Mesnard Joël
LDLN No: 335 - P.33
(42) Il faut noter qu’a la sortie du bourg de sorigny, sur la droite de la N10, se trouve un petit terrain d’aviation.
La départementale No 84 reliant Monts à Sorigny passe non loin de ce terrain.
(43) « Nouvelle république du centre-ouest » du 04.01.1980
(44) « Nouvelle république du centre-ouest » du 26.12.1980
(45) « Nouvelle république du centre-ouest » du 20.11.1980


Le Dimanche 17 Janvier 1982, une habitante de la commune d’Ingré à aperçu un objet volant bizarre dans le ciel. Une semaine après cette observation, alors qu’il patrouillait sur l’autoroute A10, dans le sens Paris-province, deux gendarmes du peloton autoroutier ont observé longuement un curieux phénomène le Samedi 23 Janvier, vers 4h du matin. Se trouvant à la hauteur de la commune d’Ingré (46) alors que la nuit était bien noire, ils ont aperçu un objet qu’ils qualifient « d’indéterminé, de forme indéfinie, mais longue de couleur plutôt longue de couleur gris blanchâtre, qui n’émettait aucun éclat, pourtant le sol paraissait éclairé dans l’axe de son déplacement, plus ou moins dans le sens de l’autoroute du Nord vers le Sud ». Les témoignages des deux gendarmes (qui divergent sur des points de détail: forme, vitesse, déplacement, distance au sol) sont identiques. A cet égard, ils ont d’ailleurs fini par s’arrêter sur le bas côté, pour observer plus sérieusement ce qui, de toute évidence ne pouvait guère être un mirage. Peu à peu la forme s’estompa pour disparaître vers l’Est, alors que les deux gendarmes regagnaient leur gendarmerie.
Cette chose indéterminée a-t-elle survolée notre région cette même nuit ? Ce témoignage est donné ici à titre d’exemple, pour montrer au lecteur qu’il n’y a pas que des particuliers qui observent des phénomènes inconnus dans le ciel.

Mais revenons à notre région. Il faut attendre l’année suivante pour retrouver des observations d’OVNI dans le ciel de la Touraine.

Nous sommes le matin du Lundi 24 Janvier 1983, à Tours (47). Il est environ 8h.08, lorsque dans le ciel dégagé, des témoins ont vu des choses étonnantes « Trois boules allongées, comme des gouttes d’eau et de tailles différentes, avec une petite lueur à l’arrière. Cette formation en forme de triangle était très argenté et brillante ». Cette formation se déplaçait d’Ouest en Est, elle a été également aperçu au-dessus de la commune de Montlouis-Sur-Loire, là un témoin pense qu’il y eu comme une explosion, ce qui paraît possible dans la mesure où depuis plus aucunes observations de ce phénomène ne s’est produit, il était alors 8h.10 du matin.

Mais auparavant, il s’est manifesté à l’Ile Bouchard (48) au-dessus d’un collège où trois enfants ont déclaré à leurs parent avoir vu des « Boules lumineuses » dans le ciel. Le lendemain, le Dimanche 25 Janvier, sur la commune de Dierre (situé à quelques Km de Montlouis-Sur-Loire) un énorme trous a été découvert dans un vignoble au lieu dit « Le couvant ». Ce trous d’un diamètre de 7 Mètre environs et d’une profondeur de 6 Mètres fut en faite repéré le Samedi dans la soirée par un témoin qui ne s’inquiéta pas outre mesure de cette masse informe perdue dans la pénombre. Et ce n’est que le lendemain matin, repassant dans le secteur, qu’il put constater la présence incongrue de ce trous.


 

Les gendarmes et les pompiers entreprirent de mesurer d’éventuels taux de radioactivité, qui se révéla être négatif. Un ingénieur des mines fut à son tour convié à se pencher sur le problème et concluait à un effondrement « Vraisemblablement » de terrain. Le trous à depuis été rebouché. Ce qui frappèrent à l’époque les témoins, c’est la parfaite cylindricité de ce trous.
je n’ai jamais eu connaissance d’un autre phénomène de ce type dans la région (49).

Il aura fallu que monsieur Lessault Serge, demeurant au lieu dit « La Chesnay », sur la commune de Céré-La-Ronde, atteigne ses 73 Ans pour voir ce que l’on peut qualifier d’OVNI.
Notre témoin a aperçu vers 22h le Lundi 5 Février 1985 à l’horizon au-dessus du coteau, une lueur. Monsieur Lessault a eu le temps de chercher ses jumelles pour observer le phénomène de plus près: « Une grosse boule rouge qui restait immobile dans le ciel dégagé », au bout de cinq minutes de cette observation, notre témoin se lassa, mais il pense avoir vu l’OVNI observé par des douaniers, dans le midi, la même nuit (50).

_________________
(46) « Nouvelle république du centre-ouest » du 27.01.1982
Il faut noter que le bourg d’Ingré ne se situe pas dans le département de l’Indre et Loire, mais dans celui du Loiret.
(47) « Nouvelle république du centre-ouest » du 25.01.1983
(48) « Nouvelle république du centre-ouest » du 26.01.1983
(49) « Nouvelle république du centre-ouest » du 25.01.1983, une photo du « Trous » illustre cet article.
(50) « Nouvelle république du centre-ouest » du 05.02.1985


Deux jours plus tard, le Jeudi 7 Février, une institutrice de Joué-Les-Tours, affirme avoir observé entre 21h30 et 22h un disque qui faisait des sillons dans le ciel. « Comme une grosse étoile jaune, entourée d’un anneau rouge, l’engin avait parfois la forme d’une soucoupe et s’est éloigné puis et revenu à plusieurs reprise » (51).

Il faut maintenant franchir les trois années qui nous séparent de l’observation suivante.

Le Mercredi 21 Décembre 1988, de nombreux couche-tard ont observé un étrange phénomène lumineux traversant le ciel vers 0h50 dans la nuit du Mardi au Mercredi. tous les témoins s’accorde pour dire qu’il s’agissait d’un « truc énorrme » (Dont les descrïptions varient cependant d’une personne à l’autre) laissant dans son sillage une gerbe étincelante et d’autres petites lumières, ayant elles aussi un sillage lumineux.
« C’était un immense feu d’artifice qui se déplaçait à très vive allure » a déclarer un retraité de l’armée de l’air à St-Cyr-Sur-Loire (52). « Il allait du Sud-Ouest vers le Nord-Est, et est allé d’horizon à horizon en environ 30 secondes ». D’autres témoins ont eu l’impression au contraire que « La chose » allait assez lentement, comme cette secrétaire administrative de Tours, qui note que ce qu’il a frappé, elle et ses amis qui l’accompagnaient, c’est que « C’était totalement silencieux ».
A la gendarmerie et la police de Tours, on prétend de ne pas avoir été averti de cet étrange spectacle. mais d’autres témoins se sont manifestés dans le département de la Sarthe, de l’Yonne, et de Paris et sa région.

L’année suivante, un étrange phénomène va avoir lieu dans le Sud du département. Il ne s’agit pas d’observation d’OVNI, mais des faits a qui si rapproche.

Le Vendredi 28 Février 1989 (53), entre 21h20 et 21h25, selon les uns, et 21h31 ou 21h32 pour les autres, un bruit énorme et sourd a secoué tout le bourg de Braslou: « J’ai cru qu’une voiture avait percuté un mur, ou qu’une cheminée s’était écroulée » dit un habitant. « On pouvait aussi penser à l’éboulement du cave, c’était très proche, et je suis même sorti dans la rue en pensant trouver une explication ».
« Notre TV marchait mal, et après ce bruit, elle était parfaitement nette », note une habitante du bourg.
Le plus étrange dans cette histoire, c’est qu’à Razines, bourg distant de 4 Km de Braslou, le même bruit a fait trembler aussi les maisons. « Je lisais dans mon lit, le dos appuyé au mur, les vibrations mon fait sursauter » raconte une habitante de Razines. Les deux bourgs sont situés tous les deux sur la départementale No111 au Sud-Est de Richelieu. Selon la gendarmerie de Richelieu, il n’y avait à ce moment là ni orage, ni avion dans le secteur. L’origine de ce « Bruit » n’a jamais été élucidé (54).

La première observation de 1989, à lieu le Lundi 25 Décembre sur la RN10 à 6 Km au Sud de St-Maure-De-Touraine. Le témoin, monsieur L. Claude (Chef cuisinier de Tours, âgé de 40 Ans au moment des faits) circulait sur la route nationale dans le sens Châtellerault - Tours, et se trouvait à la hauteur du lieu dit « Beauvais » entre Maillé et Draché vers 19h.25. Malgré le temps couvert ce jour là, la visibilité était très bonne. L’automobiliste vit sur la route, un objet ressemblant à un anneau ovale, apparemment d’assez grande dimension, de couleur vert jade très nette avec un léger halo autour. La chose émettait des éclaires environ tous les quatre à cinq secondes, aucune lumière n’éclairait le sol environnant.
Le témoin, sagement, ne se hasarde pas a estimer la distance de l’observation. Il n’a perçu aucun bruit, mais il est vrai qu’il ne s’est pas arrêté. Il a cependant ralenti de façon considérable, et se souvient qu’une autre voiture l’a doublé, puis elle à aussi ralenti, ce qui permet de supposer que son conducteur à également vu le phénomène. Monsieur L. a été très surpris, et comme « Hypnotisé » par la vision de cette chose, bien qu’il est gardé toute sa lucidité (55).

_________________
(51) « Nouvelle république du centre-ouest » du 07.02.1985
(52) « Nouvelle république du centre-ouest » du 22.12.1988
(53) « Nouvelle république du centre-ouest » du 28.02.1989
(54) de nombreux faits similaires au lieu dans le Midi de la France.
LDLN No: 320 - P21
(55)LDLN No: 301 - P16 (Information de Mr Lafanechère)


_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 2 Mar - 13:09 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 13:00 (2008)    Sujet du message: Les OVNI en Touraine Répondre en citant

Les Observations en Indre & Loire, Quatrième partie.

L’année 1990 est riche en observation, pas seulement en Touraine, mais partout en France.

La première observation à lieu le Lundi 29 Janvier 1990 à Tours. Un habitant du quartier des Fontaines a observé vers 18h34 une lueur d’un blanc très vif qui a traverser le ciel du Sud au Nord. « C’était une boule de la grosseur d’un ballon dégageant un éclair, et se déplaçant à la vitesse d’une étoile filante, les enfants qui jouaient dans la cour ont interrompu leurs jeux et levé la tête.. » (56).
La veille, une autre observation faite par monsieur Gendre (habitant de St-Cyr-Sur-Loire) a observer le même phénomène, alors qu’il circulait près de Poitier en direction de Tours, vers 18h.30 le dimanche soir du 28 Janvier.
Il faut noter que l’observation a été aussi faite par une habitante de Lencoïte (Vienne) qui se trouvé entre Poitier et Richelieu sur la route départementale No 757, madame Pineau Solange qui a vu une étoile tomber avec des flammèche.

Le lendemain, Madame Merri (Demeurant rue de la Bafauderie à Montbazon) signalait une observation faite le matin, vers 7h.30 d’une « Sorte d’assiette brillante, assez basse sur l’horizon, et qui stationnait au-dessus du centre de Montbazon, puis qui est partie à toute vitesse... ». La gendarmerie qui effectue une procédure quand de tels faits lui sont signalés, n’a pas été avertie de ce phénomène (57).

Bléré, le 12 avril 1990 à 12 h 17, un témoin circulant en voiture a été « survolé » par une ombre en forme de raie (poisson) qui a traversé sa trajectoire. Cette ombre assez sombre a laissé supposer au témoin qu'il avait été survolé par un objet à basse altitude volant aux environs de 60 à 80 km/h. Aucune autre information n'a pu être recueillie. Ce cas est dans les archives du GEIPAN est a fait l’objet d’un PV de Gendarmerie N° 1990307177 [PV 187]

Montbazon, le 26 mai 1990 vers 22 heures un témoin et son épouse observent un phénomène sombre prolongé d'une flamme orangée se déplaçant rapidement. La descrïption faite par les témoins montre qu'il s'agit très vraisemblablement d'une rentrée atmosphérique. Ce cas est dans les archives du GEIPAN est a fait l’objet d’un PV de Gendarmerie N° 1990307160 [PV 654]

Une autre observation a été faite à Richelieu le Lundi 16 Juillet par un témoin qui a été réveillé par un « Bruit d’air qui se déplace », il aurait alors aperçu par la fenêtre de sa chambre un objet qu’il décrit comme « Sombre, mais éclairé à l’intérieur » et qui tournait autour d’un axe horizontal, il était alors 2h. du matin (58).

Au mois de Novembre 1990, le Lundi 5, un phénomène lumineux a traversé le territoire national. Il a suscité de nombreux témoignage dans divers régions de France. Beaucoup de publications et d’articles dans les journaux, et à la télévision. Ce phénomène n’a pas épargné la Touraine (59). Toutes les observations suivantes ont été faites la nuit du 5 Novembre 1990.

La première observation commence par le témoignage de Jacques B. pilote chevronné (Qui a connu les début de l’Aéropostale) et qui se trouvait dans son jardin à Sorigny, a d’abord cru qu’il s’agissait d’un exercice de l’école de chasse de Tours, « Il y avait des feux rouges et verts (ou bleu) sur les côté et blanc au milieu, comme sur les avions. C’était comme ci neuf appareils se déplaçaient par groupe de trois. Le groupe venait du Sud-Ouest et se dirigeait vers le Nord-Est, comme une escadrille allant à Parcay (Base 705 de Tours). Ces Objets étaient à environ 1500 Mètres d’altitude et se déplaçaient à 300 Km/h. mais comme il n’y avait aucun bruit de moteur, je me suis rendu compte qu’il ne s’agissait pas d’avions. cela a duré près de deux minutes et j’ai eu le temps de faire le tour de ma maison pour suivre leur trajectoire » (60).

_________________
(56) « Nouvelle république du centre-ouest » du 30.01.1990
LDLN No301 - P17
(57) « Nouvelle république du centre-ouest » du 30.01.1990
(58) SOS OVNI du 6.03.1991
(59) Le livre de Franck Marie « OVNI Contact » résume très bien les nombreuses observations département par département.Voir en fin de volume les références.
(60) (61)« OVNI Contact » de F. Marie - P198. « Nouvelle république du centre-ouest » du 8.11.1990


La seconde observation a été faite sur la commune de Joué-Les-Tours à 19h. par un témoin qui raconte:
« J’allais fermer les volets quand j’aperçus au-dessus de la maison voisine une très forte lumière suivie d’une deuxième... Lorsque c’est passé au-dessus de notre maison, je me suis rendu compte que ces deux lumières étaient le début d’un très grand triangle composé d’une multitude de points scintillants ou clignotants. Des traînées blanchâtres suivaient ce phénomène. L’ensemble avançait sans bruit et d’une manière compacte, sur un même plan. J’eus le temps de passer de l’autre côté de la maison pour le revoir. Il est passé derrière un nuage qui l’a caché et après quelques instants sont réapparus, uniquement les deux gros points lumineux (Ces deux gros points n’étaient pas clignotants), l’observation a duré environ 75 Secondes » (61).


 
(Dessin Mikerynos)
 

Troisième observations faite à St-Michel-Sur-Loire par un témoin (Contrôleur de qualité sur matière plastique) qui raconte ce qu’il a vu à 19h pendant 2 minutes:
« Cette formation était composée d’une quinzaine de points lumineux en forme de triangle vers l’avant et moins bien définie vers l’arrière. Les deux côtés du triangles comprenaient 4 ou 5 Points chacun, de grosseur à peu près égale et équivalents à la taille de Jupiter, (à peine). Leur éclat était jaunâtre à orange, à rougeâtre, variant peu, mais en aucun cas ni blanc ni bleu. Leur écartement ne semblait pas varier non plus, mais cependant, j’ai eu l’impression pendant quelques secondes que 2 ou 3 Points d’un côté du triangle se déportaient vers l’intérieur en se rapprochant de ceux du centre. Tout ce contour extérieur en forme générale de cerf-volant était environ de surface égale à celle de la main tendue a bout de bras (à peine) et je me répète, cette géométrie n’a pour ainsi dire jamais varié... Les trois points du milieu et eux seuls projetaient derrière eux un faisceau lumineux aussi intense et aussi rectiligne et aussi long qu’un rayon laser; je n’exagère pas !... Cela faisait parfaitement horizontalement parfois plus courts, parfois s’allongeant, semblables aux rayons laser.... Lorsque cette formation passait à proximité ou coupait la lueur d’une étoile, j’arrivais à distinguer brièvement cette étoile au travers... Cela avait la vitesse d’un planeur à 800 Mètres... » (62).

La Quatrième observation de ce soir là, nous somme dans le bourg de Bléré par madame De Smet qui en roulant à la sortie de Bléré a d’abord vu des faisceaux lumineux. « J’ai ralenti en voyant ce curieux phénomène sur ma droite, puis devant, puis se déplaçant lentement vers la gauche (Dans une orientation Sud-Nord/Nord-Est), c’était une sorte de gros nuage noir qui est passé près de moi, tout près de l’horizon. De trois quarts, j’ai bien vu une forme oblongue comportant à l’arrière des parois striées percées de faisceaux de lumière. Je n’ai pas eu peur, je me suis dit: ça va s’écraser bientôt. ça glissait en rase mottes, sans faire de bruit. J’ai trouvé ça très beau ». Madame De Smet a apporter son témoignage à la gendarmerie de Bléré, sur une observation qu’elle évalue à 1 Minute (63).

_________________
(62) )« OVNI Contact » de F. Marie - P199 (Extrait du rapport de 6 Pages- Lettre du 9.11.90)
(63) « Nouvelle république du centre-ouest » du 8.11.1990
(64) « OVNI Contact » de F. Marie - P200


Le cinquième témoignage nous viens d’un témoin habitant le bourg de La Tour St-Gelin dans le Sud du département, non loin de Richelieu:
« Il était environ 19h quand je suis sortie de la maison pour fermer les volets. Un bruit de frottement ou plutôt de glissement d’ailes, très doux, m’a fait lever les yeux et j’ai vu venant de l’Ouest, quelque chose en forme de delta, éclairé aux trois angles d’un point fortement lumineux orange, accompagné de plusieurs points lumineux plus petits. Cette chose glissait d’Ouest en Est, cachant les étoiles sur son passage. cela semblait très gros et était suivi de deux traînées blanches qui ont persisté quelques minutes après la disparition à l’Est de cette chose lumineuse. La traversée d’Ouest en Est a duré environ 1 Minute. Tout cela était très beau, nullement stressant et les lumières n’éclairaient pas le sol. » (64).

Il faut noter que pour l’instant, après ces observations, qu’aucun témoins ne semble avoir vu la même chose...

Le témoignage suivant nous vient de la Riche, il est 19h et son observation à durer que 15 Secondes:
« Il fait nuit noire, mon attention est attirée pas de forte lumières formant un grand triangle dans le ciel, sans que je puisse distinguer de forme reliant ces lumières entre-elles, mais elles avancent toutes ensemble dans la même direction Ouest-Est, ce qui fait que je pense quand même qu’elles sont reliées entre-elles. Une de ces forte lumière laisse derrière elle un panache de fumée blanche, et le tout est suivi par un tas de petites lumières scintillantes. Je n’ai pas entendu de bruit, sans doute à cause du passage des voitures. Le phénomène est passé plus au Sud de la Loire, à une vitesse assez lente, facile à suivre du regard et ne m’a pas semblé à très haute altitude, mais dans la nuit il est difficile d’évaluer la hauteur . Le triangle formé par ces lumières m’a semblé trop énorme pour un avion normal. » (65).


 
(Observation de la Tour St-Gelin – Richelieu le 05 Novembre 1990 - Dessin Mikerynos)
 

Autre témoignage venant maintenant de trois témoins qui ont observés à Neuillé-Pont-Pierre vers 19h.03 un phénomène lumineux d’une durée de 70 Secondes:
« Vers 19h ou 19h05 un objet se déplaçait Ouest-Sud-Ouest et Est-Nord-Est et il n’y avait aucun bruit. La forme générale était surtout définie par les lumières de plusieurs couleurs, blanches, rouges et vertes. Une lumière blanche, la plus remarquable était situé en avant. Certaines de ces lumières avaient un faisceau blanc, comme les avions à réaction. Malgrés ses lumières, l’ensemble paraissaient plus sombre que la clarté du ciel, qui été très dégagé à ce moment là. »
« Sa taille est plus difficile à définir. En l’observant, j’ai fait à ma fille la réflexion qu’il était gros comme une petite voiture mais elle le trouvait beaucoup plus gros. En ce qui me concerne, j’ai eu la chance d’observer voici quelques années la rentrée dans l’atmosphère d’un satellite et je puis vous dire ce que j’ai vu Lundi soir n’avait rien à voir. Cet objet était beaucoup plus important... » (66).

________________
(65) « OVNI Contact » de F. Marie - P201
(66) « OVNI Contact » de F. Marie - P201
(67) « OVNI Contact » de F. Marie - P202


Témoignage suivant, l’observation à Joué-Les-Tours par un témoin (Fonctionnaire au ministère de la défense) qui raconte ce qu’il a observer ce soir là:
«... A mon avis, ce n’est pas du tout un OVNI, ni une météorite comme les journaux ou la télévision en ont fait la une, c’est bel et bien un avion de forme triangulaire, silencieux, se déplaçant à la vitesse de ses réacteurs (au moins deux). J’ai bien tendu l’oreille afin de percevoir le moindre bruit, sans succès, le silence total.... Cela formait comme un « Chariot » de la Grande Ourse, mais cela se déplaçait vers l’Est. Il était 19h.05 quand j’ai regardé ma montre. Ces point avançaient dans un même ensemble et espace, à la vitesse d’un avion à réaction à basse altitude. En prenant le temps de regarder plus intensément , j’ai pu constater qu’il avait la forme d’un triangle flou avec des points lumineux clignotants rouges et verts (ou bleus), au moins 8, et 2 traînées blanches (Comme les avions à réaction qui volent, eux, beaucoup plus haut). J’ai suivi un peu son éloignement, en pensant qu’il allait atterrir sur la base de Parçay-Mesaly (B.A 705 de Tours). (67)

L’observation suivante a été faite à Tours par deux témoins, la durée de celle-ci étant d’une minute:
« Nous étions juste au-dessus du Cher, il était précisément 19h.10 quand nous avons remarqué venant de l’Ouest, allant vers l’Est, trois lumières à l’avant en triangle (dont une clignotant et deux à l’arrière semblables à des sorties de réacteurs, mais jaune-rougeâtre). Il est passé juste au-dessus. En vue arrière, il semblait plus brillant, moins net, je ne voyais plus les trois lumières en triangle, mais les deux lumières arrières plus vive et dégageant fumée ou vapeur. Il a tourné légèrement sur sa gauche et a disparu très bas. » (68)

Enfin la dixième et dernière observations rapportées pour ce soir là, est celle faite par un témoin (responsable d’un centre de formation) vers 18h58, à Richelieu (Observation d’une minute):
« Peu avant 19h, alors que je me dirigeais vers Richelieu, j’ai observé en face de moi, au-dessus de la ville, 3 Lumières orange non clignotantes. Compte tenu de leur disposition, j’ai pensé qu’il s’agissait de trois hélicoptères volant en formation (Je voyais alors l’engin de face).
Lorsque l’angle d’observation a augmenté à son approche, je me suis rendu compte qu’il y avait de nombreuses lumières et que cet engin paraissait imposant. J’ai donc stoppé mon véhicule et en suis sorti pour continuer mon observation. J’ai pu alors parfaitement examiner l’engin, car le ciel était dégagé (Ciel étoilé, sans vent). L’engin se déplaçait à basse altitude, à vitesse constante et de façon rectiligne et horizontale. Il m’a paru très important. Il se composait de 15 à 20 Lumières rouge-Orangé de répartition plus dense vers l’avant de l’engin. Ces lumières étaient non éblouissantes, ne laissaient aucunes traînées et de positions géométriques relatives constantes. »

« Le centre de l’appareil était noir et occultait les étoiles. ma main, bras tendu n’a pas caché la totalité de l’engin. A partir de l’arrière de l’engin , il y avait 5 faisceaux lumineux très puissants de couleur blanche non éblouissante; deux de ces faisceaux étaient situés légèrement en avant et en dessous des trois autres. Ces faisceaux étaient parallèles, dirigés vers l’arrière dans l’axe de la trajectoire. Il est a noter que ces faisceaux avaient une très grande portée et que leur section était constante. Aucun phénomène de divergence.
L’engin glissait sans bruit dans le ciel avec une certaine majesté, c’était très beau à regarder. Il a disparu vers le Nord-Est, et j’ai pu constater la persistance des faisceaux lumineux arrière qui se sont estompés tout doucement sans changer de section, ni de position, phénomène lié soit à l’éloignement progressif de l’engin, soit à une rémanence (Ionisation de l’air). L’observation s’est terminé à 19h très précise... » (69)

la conclusion de cette soirée d’observation de phénomènes lumineux dans le ciel de notre région est la suivante. l’enquête réalisé par la Banque Internationale de donnée Ufologiques (70) montre que le département de l’Indre et Loire a été survolé par 19 Objets différents, 15 en formations, 2 masses noires au minimum et 2 Triangles noirs entre 18h58 et 19h10. Le nombre d’observation sur la France, ce soir là est estimé à 400. Et ce malgré la thèse officielle de la rentrée atmosphérique d’une fusée soviétique qui avait servi au lancement d’un satellite de communication Gorizont-21 le 3 Octobre, et qui est rentré dans les couches denses de l’atmosphère à 18h T.U (19h heure de Paris) selon une trajectoire allant de Pau à Strasbourg.

_________________
(68)«OVNI Contact » de F. Marie - P202
(69)«OVNI Contact » de F. Marie - P203
(70) Banque Internationale de donnée Ufologiques
Edition S.E.R.S BP41 - 92 224 Bagneux Cedex

_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 2 Mar - 13:10 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 13:01 (2008)    Sujet du message: Les OVNI en Touraine Répondre en citant

Les Observations en Indre & Loire, Cinquième partie.

Le cas suivant diffère un peu des observations classique que nous avons vu, néanmoins ce cas mérite d’être cité dans ce livre :

L’histoire se passe le Vendredi 21 Février 1992, sur la commune de St-Martin-Le-Beau.
Une personne de cette petite localité téléphone à la rédaction du journal (71) et informe le correspondant au bout du fil qu’un avion de tourisme à fait un atterrissage sur la D140,
« Il s’est trompé, au lieu d’atterrir sur la piste de l’aéroclub de Dierre, il a atterri sur la route, la voie rapide qui mène à Bléré… ».
Les coups de téléphones se multiplient, les pompiers d’Amboise ne savent rien et n’ont reçu aucun appel, les gendarmes de la brigade de Bléré ne sont pas plus informés et plusieurs sources de renseignements sont recoupées. Le capitaine Salvador, commandant de la compagnie de la gendarmerie d’Amboise va pousser plus loin l’enquête, l’audition du témoin à lieu à dierre :
« J’ai été arrêté par des personnes sur la route, il y avait un barrage avec des voitures à gyrophares, et même un hélicoptère qui survolait les lieux, j’ai cru voir dans le noir, sur la route, la forme d’un avion de tourisme au loin », expliqua en substance le témoin et qui selon le capitaine Salvador « est quelqu’un de respectable, de bonne foi, qui semble raconter ce qu’il a effectivement vu, une personne de bon sens et qui n’affabule pas ».
Alors que s’est-il passé ce soir là ?
Un accident de voiture sans gravité à bien eu lieu sur cette route, en amont vers Bléré, mais avant la tombé de la nuit. Un hélicoptère a bien survolé le site de la région, entre 19h00 et 19h50, à basse altitude. Cette manœuvre a été effectuée par le chef de la section aérienne de la brigade de gendarmerie de Tours. Sur ce point le témoin a raison, même si l’hélicoptère n’a pas eu de lien avec le barrage routier décrit.
L’avion de tourisme ? La gendarmerie de l’air, le centre de surveillance de Cinq-Mars-La-Pile et l’aéroclub des ailes tourangelles ont été contactés, sans succès. Aucun avion n’a été déclaré en perdition ce vendredi soir. Il faut ajouter que l’aéroclub de Dierre s’est équipé, huit jours avant les faits, d’un système de balises qui permet d’éclairer la piste et de pratiquer le vol de nuit.

Le barrage routier ? Le mystère reste complet ce week-end, malgré les multiples démarches du capitaine Salvador, contrôle des douanes ? Non répond celui-ci qui s’est informé auprès de ce service. Ce Barrage de véhicules à gyrophares n’a donc pas d’explication à ce jour. Tous les faits qui viennent d’être relatés, sont donnés à titre d’information, même la similitude avec un possible atterrissage d’un OVNI reste à démontrer.

Cormery , le 16 mai 1993 vers minuit un couple accompagné de leur fille rentrent à leur domicile en voiture après une soirée. Ils observent soudain une forme éclairée par-dessous d'une lumière bleutée, se situant devant le véhicule à la hauteur des phares et se maintenant devant le véhicule qui roule à environ 100 km/h. Durant 4 km, cette forme allongée, qui semblait sans consistance, a précédé le véhicule en s'adaptant à sa vitesse. Il a disparu à l'intersection d'un rue. Seule la femme du couple témoin a été entendue, les autres témoins se trouvant absents pour l'audition. Le phénomène n'a pu être expliqué. Ce cas est dans les archives du GEIPAN est a fait l’objet d’un PV de Gendarmerie N°1993309710 [PV 518]

Chinon, Le 10 juillet 1993 vers 01 heure, un témoin observe une lumière sans forme précise qui tourne dans le sens des aiguilles d'une montre avec un léger bourdonnement. Le témoin intrigué va chercher son amie qui observe également le phénomène et va à son tour réveiller sa mère qui peut également l'observer. Deux autes témoins ont été retrouvés par les gendarmes mais n'ont pas souhaité s'exprimer. Le phénomène apparaît de façon récurrente toutes les 20 minutes environ jusqu'à 2h30 du matin heure à laquelle les témoins décident de se coucher. Le phénomène n'a pas été formellement identifié mais il est probable qu'il s'agisse de l'observation du rayon laser d'une discothèque distante d'environ 10 km compte tenu de la couche nuageuse présente ce jour là et de l'axe de visée. . Ce cas est dans les archives du GEIPAN est a fait l’objet d’un PV de Gendarmerie N°1995307723 [PV 964]

_________________
(71) « Nouvelle république du centre-ouest » du 24.02.1992
Mme Chantal Leveau, 31 ans, domiciliée à Brizay, et sa fille Aurélie de 13 ans, en sont encore toutes émerveillées.Dans la nuit du vendredi au samedi 11 Décembre 1993 (72), elles ont assisté à un spectacle aussi beau, qu’inexpliqué.


« Il était environ 1h15, nous venions de quitté Chinon en voiture pour regagner Brizay, et c’est Aurélie qui m’a fait remarquer, au-dessus de l’horizon, en direction du sud, des boules lumineuses bleues disposées en cercle et qui tournaient très vite sur elles-mêmes, c’était très beau et impressionnant, mais pas effrayant. Ces boules semblaient suivre la voiture. A la sortie d’Anché, je me suis arrêtée, les boules aussi ! J’ai coupé le moteur, on n’entendait aucun bruit, j’ai éteint les phares et les boules ont disparu ! J’ai rallumé et elles sont revenues ! » Nous raconte Mme Leveau.
« Ensuite, je me suis arrêtée au sommet d’une colline, peu avant Brizay, pour mieux observer le spectacle : Les boules ont fait le tour de la voiture, se sont immobilisées, puis nous ont suivies quand nous sommes reparties.
J’ai réveillé mon mari qui a filmé le phénomène au caméscope, sur le film on voit des lueurs, mais aucune étoile, finalement les boules bleues ont disparu vers 3h00 du matin, comme je ne crois pas plus aux OVNI, qu’aux petits hommes verts, je cherche une explication rationnelle… Mais il est vrai que je n’en trouve pas ! » Le film à été visionné par les gendarmes.
Il semblerait qu’un phénomène identique ait été observé cette même nuit, vers 22h30, dans la région de Crouzilles.

Le 18 Mai 1994, une observation d’une boule lumineuse se déplaçant par bonds successifs a survolé la centrale nucléaire d’Avoine, près de Chinon. Je n’ai pas plus de précision pour le moment. (73)

Un phénomène lumineux à été aperçu, le jeudi 1er août 1996, vers 21h30 par des centaines de Poitevins (74), du Nord au sud de la vienne, dans les Deux-Sèvres, ainsi qu’en Haute-Vienne.
Observation d’une traînée lumineuse, parfois blanche, jaune ou orange. Ce phénomène a été aussi remarqué dans le ciel de Touraine.
A Cléré-Les-Pins, Mr Delabarre qui promenait son chien un labrador. Il était 21h35 lorsque celui a aperçu dans le ciel « Une sorte de flamme en forme de cigare de plusieurs couleurs : Blanc, orange et parfois bleu »
Elle se déplaçait du Nord au sud à moyenne hauteur, ce phénomène a duré de 5 à 10 secondes. « Je me suis demandé de quoi il pouvait s’agir, on apercevait très nettement la lumière qui n’évoluait pas dans un halot. »

Le soir même, un habitant de Tours Nord, affirme avoir vu vers la même heure « Une boule lumineuse se déplaçant d’Ouest en Est, avec une grande queue lumineuse » (75)
Comme nous allons le voir plus loin, l’objet a été aussi observé par deux témoins de Tours centre.
Selon les chercheurs du CNES (76), il s’agirait probablement d’une météorite de plusieurs kilos entrée dans l’atmosphère à une très haute altitude, laquelle n’a pas été prouvée. En ce qui concerne l’hypothèse du fragment de satellite, elle a été écartée à cause de la très grande vitesse de l’objet.

Mme Yvonne Guiloiseau et son mari Roger ont été les témoins de la première apparition de l’objet, lequel est revenu à nouveau le mercredi 7 août vers 22h00.
Le couple demeurant rue du Dr Denoyelle (Tours), a revécu exactement le même phénomène :
« Nous étions dans notre séjour, devant la télévision, et nous avons vu comme la dernière fois une chose très haute dans le ciel. Avec des yeux comme des phares, et comme des bras lumineux pendant de chaque côté, la chose est restée immobile un long moment. On a préféré fermer les volets, mais on se demande d’où ça vient. » Commente Yvonne Guiloiseau, avec encore un brin d’angoisse dans la voix. (77)
Un récit qui va naturellement à l’encontre des premières explications fournies par les chercheurs du CNES. A noter que la base aérienne 705 était en travaux, et ne connaissait pas d’activité aérienne.
Aucunes informations a été signalées à la gendarmerie, ou au commissariat de Tours.
_________________
(72) « Nouvelle république du centre-ouest » du Mardi 14.12.1993
(73) Revue « Mystere » No 15 P.65
(74) « Nouvelle république du centre-ouest » du 05.08.1996
(75) « Nouvelle république du centre-ouest » du 06.08.1996
(76) Centre National d’Etude Spatial à Toulouse, crée en 1961.
(77) « Nouvelle république du centre-ouest » du 09.08.1996


Le témoin me communique par eMail le 18 avril 2003 à propos de son observation à Tours, France:

« Bonjour, je viens régulièrement sur votre site internet pour consulter des informations sur les ovnis sans trop y croire, mais hier soir à 22h30 j'ai fait une drole d'observation, je me suis dit que cela vous intérresserait peut être »
« Tout a commencé vers 22h15, ma soeur descend me voir pour me dire qu'un objet doré fait des « pirouettes » dans le ciel et qu'il est « tombé », au debut je ne la croyait pas, finalement je monte voir pour regarder par la fenetre mais je ne vois rien, ma soeur dit qu'il est parti et elle redescend »
« Au bout d'un quart d'heure d'observation un énorme objet doré apparait brutalement comme venant de nul part à l'endroit designé par ma soeur, j'avais l'impression qu'il se montrait comme pour dire « tu me cherches ? je suis là! ». J'ai descendu les marches quatre à quatre pour rappeler ma soeur, mais quand nous sommes remontés plus rien! J'ai voulu rester pour le revoir mais ma soeur avait peur et elle voulait que l'on ferme les volets. » (78)

Langeais, observation probable de la chute d'un météorite, le 8 février 2004 un peu avant 19 heures, observation de la chute rapide d'un objet lumineux rouge incandescent. Il s'agit probablement de la chute d'un météorite. Ce cas est dans les archives du GEIPAN est a fait l’objet d’un PV de Gendarmerie N° 2004309901 [PV 208]

Savigné sur Lathan, le samedi 29 juillet 2006, vers environ 20h30 Nous sommes six personnes (79) à avoir aperçu durant moins d’une minute un objet de forme sphérique voir hémisphérique, aspect métallique, se déplaçant vers l’est/nord-est à grande vitesse en droite ligne et de façon totalement silencieuse. A cette heure il fait encore parfaitement jour, aucune lumière, ni poussée de réacteur ne sont détectable. A l’avant de l’objet une sorte d’antenne métallique, ma femme pensait à une hélice, je ne le crois pas, l’objet n’a pas d’aîle et donc pas de « portance ».

Impossible de déterminer l’altitude, la taille et la vitesse de l’objet. Compte tenu de notre habitude de voir des ULM, je dirais sensiblement la même altitude, aux environs de mille mètres, mais volant plus de dix fois plus vite. Si l’on admet cette hypothèse l’objet est environ deux fois plus grand qu’un ULM trois plan. Soit une quinzaine de mètres de diamètre. Mais cette hypothèse est très contestable.
Je ne pense pas que cela soit un dirigeable météo, la vitesse nous est tous apparue comme impressionnante... accompagnée d’un silence qui ne l’était pas moins.

« Nous étions six personnes à diner dehors ce samedi 29 juillet. Il était aux allentours de 20h30, à Savigné sur Lathan. Le temps était lumineux, visibilité parfaite. Notre ami agriculteur de 80 ans lève les yeux et dit d'un ton tout calme « Tiens on dirait qu'un de leur spoutnik est en train de se casser la figure » - On regarde vers l'ouest et l'on voit une masse grise anthracite qui file dans le ciel passe presque à notre verticale et file tout droit presque plein est un poil est sud-est. Pas un bruit rien et ça ne se casse pas du tout la figure mais l'engin semble bien voler et vite encore puisqu'il disparait, on est tous d'accord en moins d'une minute, trente secondes pour la majorité d'entre nous.

Jamais vu un truc pareil et j'ai beau fouiller dans une foison de photos, je ne trouve rien qui y ressemble de près ou de loin. Impossible de déterminer la taille et l'altitude de l'enfgin et bien sur personne n'a pensé à chercher un portable pour prendre une photo, hélas ! Là où nous sommes tous d'accord c'est que l'objet est très sombre, gris-noir, mat, pas du tout brillant. Pour sa taille en allongeant le bras on l'estime entre 4 cms et 20 cms. C'est moi qui le voit le plus petit. Pour sa forme, là les avis divergent franchement ! Je trouve assez juste l'aspect « coccinelle » de ma femme, mais je peux être influencé, je le vois avec un profil hémisphérique. Nous voyons tous quelque chose à l'avant, certain diront une hélice, d'autre un nez pointu, triangulaire. Nous sommes tous d'accord pourdire que cela volait nettement plus haut que les ULM du coin, mais nettement moins haut que les avions de ligne. Une distance raisonnable estimée entre 1000 et 5000m cela donne donc une estimation de la taille de l'objet de 1000m (Taille de 20 cm à bout de bras, distance de 5 kms) à 50m (Taille de 5 cms à 1 km). C'est ma perception mais je suis le seul à le voir si petit et si bas... Cela nous laisse pas mal de marge d'erreur. La où je suis plus sûr c'est pour le calcul de sa vitesse, une haie d'arbre d'une hauteur de 6 mètres situé à 60 mètres me fait dire que si l'objet volait à 1 km, nous le perdions de vue à 10 kms en 30" soit 300m/s environ. S'il volait à 5000 mètres, il faudrait multiplier par 5 sa vitesse, ce qui en fait une sacré petite bombe GTI.
Voilà. »
_________________
(78) http://www.ovnis.atfreeweb.com
(79) Les témoins : Un couple d’agriculteurs retraîtés leur fille agent RATP, l’amie de leur fille inspectrice au Service des Fraudes, Ph Boismard cadre informaticien au CHU de Tours, son épouse ancienne agent du Conseil Général d’Indre et Loire ayant pris sa retraîte pour problême de santé

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:38 (2017)    Sujet du message: Les OVNI en Touraine

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Ufologie Tourangelle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com