Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le souterrain refuge de Prinçay.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Insolites & Archéologie Région Centre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 12 Avr - 11:09 (2016)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay. Répondre en citant

Le souterrain refuge de Prinçay.
Availles-en-Châtellerault (86)



Les collines du Châtelleraudais encadrant les vallées de la Creuse, du Clain et de la Vienne, sont généralement formées par les assises puissantes d'une craie grisâtre, assez tendre pour se laisser entamer avec facilité, et néanmoins assez compacte et assez résistante pour conserver, à l'abri de l'air, les formes que lui impriment le pic et le ciseau. C'est sans doute à cette double propriété du tufeau que les innombrables souterrains de cette partie du Poitou doivent naissance, et les prétendues caves de Prinçay furent elles-mêmes creusées dans un tout autre but que celui d'abriter des barriques et des bouteilles, comme nous allons le voir.

L'entrée actuelle du souterrain est ouverte dans un clos voisin du presbytère elle est tout encombrée de ronces, d'arbustes et de décombres. Dès l'origine, le plan des galeries se bifurque la partie droite forme une espèce d'étage supérieur composé d'un couloir aboutissant à une salle ronde qui avait jadis une seconde issue régulièrement voûtée, mais qui se trouve aujourd'hui comblée par un éboulement. On voit déjà que cette disposition à plusieurs issues n'a pas été imaginée pour servir de cellier seulement les brusques détours des couloirs, leur peu de largeur témoignent clairement l'intention de se masquer les rainures indiquées dans les parois opposées du rocher attestent, en outre, qu'autrefois on pouvait établir dans les étranglements des galeries un obstacle mobile à l'aide de madriers superposés. La partie gauche s'enfonce brusquement à trois ou quatre mètres au-dessous de la précédente, et c'est à celle-là surtout qu'il convient d'appliquer le nom de retraite souterraine.


A quelques pas à peine de l'entrée, le couloir surbaissé se coude si brusquement, qu'on n'oserait y pénétrer sans allumer préalablement des flambeaux pour éviter les excavations ou les décombres accumulés çà et là par suite des éboulements. Des piliers ménagés pour soutenir les voûtes plates, dans l'épaisseur même du tufau, masquent habilement une série d'enfoncements capables d'abriter des réfugiés qui, tombant à l'improviste sur les visiteurs, les auraient bientôt mis hors d'état de nuire. Ces piliers dépassés, on s'engage dans un couloir étroit, plusieurs fois brisé à angle droit et flanqué de retraites plus ou moins profondes; il descend brusquement, s'élargit, se resserre et finit par aboutir à une salle rectangulaire assez vaste, haute de sept à huit pieds, dont le pourtour est garni de banquettes ménagées dans le tuf et d'excavations demi-circulaires pratiquées dans les parois verticales figurant des niches propres à poser des lampes, des vases ou tous autres objets destinés aux usages domestiques.

La tradition locale veut qu'autrefois les habitants du pays soient venus passer dans cette salle quelques-unes de ces longues veillées d'hiver qui voient naître et mourir, tout en filant le chanvre ou la laine, tant d'historiettes où la réputation du prochain joue un rôle si important à la campagne, hélas! Comme à la ville. La tradition ajoute aussi que ces veillées cessèrent parce qu'il en était résulté quelques inconvénients pour ceux et celles qui les fréquentaient. Pour celui qui connaît le caractère toujours empreint au fond de quelques craintes superstitieuses de nos populations rurales, le fait de la fréquentation habituelle de ces souterrains paraîtra peu probable; mais nous trouverons dans ce qui va suivre une explication assez plausible de ces vieux souvenirs. La salle de la Veillée paraît avoir eu trois issues. L'une a été comblée par un éboulement et semble avoir communiqué directement avec les salles supérieures.


C'est par la seconde que nous avions pénétré dans le souterrain, et la troisième, qui lui est diamétralement opposée, couloir bas, étroit et mystérieux que nul n'avait sondé depuis longtemps, conduisait à la salle des Fadets! Respirons-nous voilà tout à coup en plein moyen âge peut-être allons-nous pénétrer dans les annales secrètes des souterrains de Prinçay à l'aide de ce nom cabalistique. Eh bien, FADETS qu'est ce à dire? Fera quelqu'un. Ouvrez le glossaire de notre vieux Ducange, et vous verrez que FADETs dérive de fadus, fada, fata, faie ou FÉE, sorte d'esprit malin ou de démon (1)

Les deux étages du souterrain de Prinçay correspondent entre eux et avec l'extérieur à l'aide d'un système de tubes cylindriques perforés dans les parois du tuf, prolongés même à travers les couches plus meubles du sol à l'aide de tuyaux en terre cuite emboités l'un dans l'autre Cette intelligente disposition permet donc en tout temps à l'air de circuler librement jusque dans les profondeurs les plus reculées de ces cryptes. Mais nous n'avons pas tout dit encore par surcroît de précautions, ce système de tubes verticaux (la salle des Fées compte cinq, celle de la Veillée deux seulement, et les couloirs qui les précèdent, trois autres) est complété par des tubes obliques qui se dirigent dans plusieurs sens et nous semblent destinés avec les premiers, non-seulement à renouveler l'air des souterrains, mais encore à établir entre les réfugiés et les vigies de rentrée ou du dehors une facile et rapide communication acoustique. Ce vaste ensemble de cavités étaient donc pourvues de toutes les mesures de précautions si nécessaires à des hommes dont l'existence est menacée et de tous les moyens d'échapper aux recherches.

Nous rencontrerons d'autres souterrains encore autour de Châtelleraud et ailleurs, mais à leur destination ordinaire, celui de Prinçay, comme nous venons de le dire, nous a paru ajouter celle d'un lieu où l'on pouvait célébrer la messe à l'abri de toutes persécutions, et jusqu'à meilleur informé, nous lui laisserons le nom de cryptes. Les ossements humains que l'on a trouvés dans le sol de l'une des salles, fait que nous avons nous-même constaté dans une autre petite crypte de la métairie de Neuville, à deux kilomètres d'Ingrande, n'infirment en rien les précédentes conjectures. Il ne serait pas étonnant que ces souteirains eussent été parfois convertis en ossuaires, pour soustraire les dépouilles des fidèles aux profanations des sectaires…

A. DE LONGUEMAR, 1855.
__________________________________________________
(1) Peut-être vos souvenirs d'enfance seront-ils un peu déroutés par cette assimilation de nos gentilles fées avec maître Satan peut-être aurez-vous du regret de leur voir échanger de la sorte leur couronne de roses contre une paire de cornes; leur gracieux sourire contre la grimace infernale de l'esprit du mal, et leur blanche robe contre le nuage de soufre qui sert à draper Belzébuth. surtout à l'Opéra. Mais qu'y faire ? L'histoire inflexible est là avec ses scrupuleuses investigations elle a soulevé le voile de tous les souvenirs populaires et, le fil à la main, elle a remonté pas à pas jusqu'au berceau des traditions, éclairant sur la route chacune des transformations subies par l'idée-mère à mesure que les croyances des populations se transformaient elles-mêmes. Les fées, telles que le moyen âge les a transmises aux conteurs italiens dont les recueils ont servi de modèle à Perrault et madame d'Aulnoy, réunissaient les attributs propres aux divinités et aux prêtresses des religions antérieures au christianisme sur le sol des Gaules.


Dessin de 1855.


Historique.
Les premières recherches concernant les souterrains de Prinçay débutent en 1855, au-delà des légendes et des croyances, une approche descriptive et scientifique commence. Le premier explorateur de Prinçay est Alphonse Le Touzé de Longuemar (1803-1881), ancien capitaine, il quitte l’armée en 1832 sillonne le Poitou et raconte ses découvertes (archéologie, légendes, géologie, histoire). Pierre Amédée Brouillet sculpteur (dont le fils André peintre immortalisera l'hystérie décrite par Charcot), l’accompagne (1826-1901), nous leur devons les premiers croquis des souterrains qui paraitront au Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest . A l’époque nous sommes loin des aménagements faits par Monsieur Dumoulin, actuel propriétaire des souterrains. L’entrée est encombrée de décombres et de ronces, on tatonne éclairé à la bougie. Après avoir un peu tourné en rond dans les galeries supérieures, ils s’enfoncent à 4 m sous terre pour aboutir à une salle assez vaste « dont le pourtour est garni de banquettes » et de niches : La salle de la veillée. Amédée et Alphonse découvrent alors un couloir miystérieux menant à la salles des Fadets.

Le souterrain est décrit en détail, il est bien noté qu’il ne s’agit pas d’une cave ou d’un cellier. Les couloirs sont répertoriés, ainsi que les banquettes, niches et conduits d’aération, autant d’éléments d’une cavité artificielle à l’architecture spécifique
L'abbé Lalanne (1859), Enlart (1904), Blanchet (1923), Pouliot (1938), l'abbé Longer (1941), Turquois (1966), Broëns (1976), la Société des Antiquaires de l'Ouest, la Société des Sciences de Chatellerault, la Société préhistorique de France, la Société française d'étude des souterrains, il ne manque pas de bonnes fées pour se pencher sur la salle des Fadets et tenter d'en percer les secrets ! Le souterrain de Prinçay, pourtant grand et vaste, est entièrement contenu dans une surface au sol qui ne dépasse pas 1000 m2. La longueur totale développée de ses galeries et de ses salles n’atteint pas 120 ! La plus grande longueur d’une extrémité à l’autre est de 40 mètres. Les pièces sont rectangulaires et hautes de 2 mètres.

Les souterrains de Prinçay s'ouvrent au public.
Août 2012…C'est François Dumoulin, le propriétaire qui sert de guide. Une vieille habitude puisque l'habitation est dans sa famille depuis 1953 et qu'il a pris l'habitude d'ouvrir les portes de son souterrain à la demande. Et il en connaît l'histoire au bout de sa langue. Des premières traces qui remontent au XIIe siècle – un morceau de bois a été même daté au carbone 14 entre 950 et 1050 – à ses dimensions assez impressionnantes : 120 mètres de galerie qui s'enfoncent sur une profondeur de dix mètres. Comme d'autres dans la région, ce souterrain servait aux villageois de Prinçay – la commune était indépendante jusqu'en 1820 – à se protéger des bandes de pillards qui remontaient la Vienne. Celui de Prinçay est composé d'une série de salles – dont certaines très vastes, ce qui évite tout risque de claustrophobie – dont une a longtemps été considérée comme une crypte de l'église toute proche de par ses voûtes.

Renseignements : 05 49 21 05 47

_______________________
Sources : Lulu Archive Availles-en-Châtellerault.
Les Bulletins de la Société des Antiquaires de l'Ouest 1855
Revue d'Aquitaine (Poitiers). 1875/05/15-1875/11/01.


_________________


Dernière édition par Mikerynos le Mar 12 Avr - 11:21 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 12 Avr - 11:09 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 12 Avr - 11:10 (2016)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay. Répondre en citant

Localisation.


NOTE ESSENTIELLE
SUR LES PLANCHES QUI CORRESPONDENT A CE MÉMOIRE.
A. DE LONGUEMAR, 1855.


Les deux étages distinctement superposés du souterrain de Prinçay ont permis d'en rendre un compte suffisant à l'aide d'une coupe verticale et d'un plan exécutés par les procédés habituels des projections. Mais il ne pouvait en être de même pour les méandres si compliqués du labyrinthe de la Saulnerie. Ses détours multipliés et les réduits auxquels ils aboutissants ont en effet placés à des niveaux sans cesse variables et placés en outre sur plusieurs plans. Une ou plusieurs coupes verticales n'eussent fait voir que des sections isolées les unes des autres, et n'auraient nullement permis à l’œil de suivre les circonvolutions des couloirs.


En conséquence, nous avons été forcés d'avoir recours à ce qu'on nomme ordinairement la perspective cavalière, ou à vol d'oiseau sorte de combinaison qui permet de rendre saisissables tout à la fois les formes horizontales et verticales des objets. Nous avons donc développé, d'après ce procédé, toutes les parties de ce souterrain compliqué, absolument comme s'il avait été pratiqué dans l'épaisseur d'un rocher transparent qui eût permis à l'oeil d'en sonder toutes les profondeurs. Des cotes de niveau, invariables quand les diverses parties des couloirs et réduits sont de niveau et variables au contraire quand le labyrinthe s'enfonce dans le sol, aiderons à saisir facilement son assiette intérieure. Enfin, les chiffres placés sous les dessins de cette planche et des suivantes indiqueront suffisamment les principales dimensions de ces retraites qu'il était intéressant de signaler.
____________________________________
Les Bulletins de la Société des Antiquaires de l'Ouest 1855, p .32
_________________
Revenir en haut
Alix
Membre VIP

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2008
Messages: 398
Localisation: CHAUVIGNY - Vienne
Masculin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Lun 18 Avr - 20:26 (2016)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay. Répondre en citant

J'habite pas loin pourtant, mais je ne connaissais pas !!
ET en plus, je suis passé à côté des centaines de fois, puisque c'est le long de la route Chauvigny-Châtellerault que j'ai emprunté souvent
et encore demain, justement !!

Merci Rémy 
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 19 Avr - 14:11 (2016)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay. Répondre en citant

Je passe aussi devant à chaque fois que je vais chez toi et Je vais le visiter pendant les grandes vacances... Wink
_________________
Revenir en haut
Alix
Membre VIP

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2008
Messages: 398
Localisation: CHAUVIGNY - Vienne
Masculin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Jeu 21 Avr - 01:00 (2016)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay. Répondre en citant

tu pourras en profiter pour venir boire un godet dans mon modeste manoir, à quelques lieues de là  
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 23 Avr - 18:12 (2016)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay. Répondre en citant

Pas de problème...
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 19:38 (2016)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay. Répondre en citant

C'est fait... Visite le 18 Aout 2016. Wink




_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:39 (2017)    Sujet du message: Le souterrain refuge de Prinçay.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Insolites & Archéologie Région Centre Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com