Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château de Boufféré.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 09:27 (2016)    Sujet du message: Le Château de Boufféré. Répondre en citant

Le Château de Boufféré.
Le Grand Pressigny.


Situé le long de la D42, a 2 km l’Ouest du Dans un parc de 46 hectares, le château de Boufféré ou Bouc-Ferré a été édifié vers la fin du XVIIIe siècle puis agrandi au XIXe siècle. C’était un fief relevant de la baronnie du Grand-Pressigny. Le domaine propose actuellement des chambres d’hôtes.

A deux kilomètres du Grand-Pressigny, dans la vallée de la Claise. à proximité de la route qui conduit à La Haye, se trouve, à mi-côte, dans l'un des sites les plus riants des environs, une maison de campagne au clocheton aigu, à la couverture d'ardoise et dont la blanche façade se développe en regard d'un magnifique horison. Cette habitation si avantageusement située est la maison de maître de la terre de Bouferré, seigneurie autrefois, et i'un des plus anciens fiefs de la contrée. La reconstruction en est récente : ses bâtiments accessoires, son vaste pigeonnier quadrangulaire sont eux-mêmes modernes.


Ils occupent la place du vieux manoir seigneurial dont les derniers vestiges ont depuis longtemps disparu. Si l'intérêt n'est pas éveillé ici par l'aspect d'ouvrages imposants d'architecture, oeuvres du passé, ou par le souvenir de grands faits historiques, l'ancienneté de cette seigneurie présente encore, pour l'histoire locale, une certaine importance. Dans les vieux titres, la seigneurie de Bouferré est désignée sous les noms de Bouferré, Bout-Ferré, Bouc-Ferré, Bouferay, Bouferay.. La tradition n'a rien conservé de précis sur son étymologie; on manque également de renseignements sur son origine. Après avoir appartenu à une famille de Bouferré, elle a été pendant plus de 400 ans possédée par la famille de Lestenou. On trouvera plus loin une liste chronologique de ses anciens seigneurs, remontant au commencement du XVe siècle. La trace de ceux antérieurs à cette époque nous échappe. Les domaines du « Roughoux », de la « Russellerie « (Autrefois Lussellerie), de « la Poterie » et de « la Choix » dépendent depuis longtemps de cette propriété. Ceux de la « Raterie » et « l’Épiuette » y ont été annexés récemment.

Un moulin à eau existait autrefois à Bouferré sur la Claise. Dans l'angle du coteau, proche de la rencontre du ruisseau le Brignon avec la route, on remarque des excavations en partie comblées qui paraissent avoir une certaine étendue. Si l'on eu croit la tradition, elles se prolongeraient jusqu'au puits du domaine de 1"Épinette, dont la profondeur n'a pas moins de 45 mètres. Dans le principe, elles auraient fait partie d'un ensemble de travaux de fortifications, puis elles seraient devenues l'asile d'une troupe de bandits qui rançonnaient les voyageurs au passage- On y trouverait même une salle spacieuse dans laquelle existe une table garnie de cuillères sur lesquelles personne n'a jamais osé- porter la main.


En tout cas, si ces excavations indiquent l'emplacement d'anciennes fortifications, le lieu était parfaitement.choisi, au point de vue stratégique, pour y établir un ouvrage avancé. Occupant l'angle d'un coteau , protégées de deux côtés par la Claise et le Brignon dont les eaux se réuuisseut dans le voisinage, ces fortifications recevaient e la nature de puissants moyens de défense. Des fouilles et des explorations plus complètes que celles qui ont eu lieu jusqu'à présent seraient nécessaires pour déterminer avec plus de certitude leur origine et l'usage auquel elles étaient primitivement destinées.

Jeanne de Bouferré est le plus ancien propriétaire de la seigneurie de Bouferré dont nous ayons retrouvé la trace. Elle épousa Jean de Lestenou qui suit, et au moyen de cette alliance la terre de Bouferré passa de la famille de ce nom dans celle de Lestenou.
_________________________________
Source: Mémoires de la Société archéologique de Touraine. Série in-8 (1842) Tome XVII


Ce lieu s'est appelé: Buphferret (1114, cartulaire de Noyers), Debusferré (1116, cartulaire de Noyers), Bucferré (1185, cartulaire de Noyers), De Beferé (1247), Boucferré, Bousferré, Boutferray, Boufferay (XVIIe siècle), Bouferré (1639, rôle des fiefs de Touraine, rôle de Chinon), Boufféré (1698), Vieil Bouferré (1700), Boucferré (1764), Boutferré (XVIIIe siècle ,carte de Cassini), Bouc Ferré (1812, cadastre), Bouc Ferré et Bouferré (1968, cadastre), Château Bouc-Ferré (carte IGN).

Localisation.


Cadastre 1812.






Cet ancien fief relevait de la baronnie du Grand-Pressigny à foi et hommage plain. Il s'étendait sur les paroisses du Grand-Pressigny et de Saint-Martin-d’Étableaux. Le vieux manoir seigneurial a disparu. Dans les environs, sur la Claise, se trouvait un moulin appartenant aux seigneurs de Bouferré. Il n'en existe aucune trace aujourd'hui. Les domaines de la Croix, de la Poterie, de la Russellerie et du Rouchoux dépendaient de Bouferré.

Guillaume de Bouferré possédait ce fief en 1318-1340. Son fils, Guy de Bouferré, cité dans un acte de 1390, eut une fille, Jeanne, qui porta la terre de Bouferré dans la maison de Lestenou, par son mariage avec Jean de Lestenou, vers 1400. Jean de Lestenou, premier du nom, écuyer, seigneur de Bouferré, rendit hommage, le 28 octobre 1433, à Brunissende d'Agenton, dame du Grand-Pressigny, veuve de Thibault Chabot. Il eut cinq enfants de son mariage avec Jeanne de Bouferré, entre autres, Jean, qui suit, et Olivier, auteur de la branche du Rouchoux. Jean de Lestenou II, écuyer, rendit hommage au baron du Grand-Pressigny, pour la terre de Bouferré, le 2 octobre 1451. Il épousa, par contrat du 17 juillet 1456, Marguerite du Bois, dont il eut plusieurs enfants. David de Lestenou, écuyer, seigneur de Bouferré, fils aîné du précédent, rendit hommage à Jean de Beauvau de Tigny, baron du Grand-Pressigny, le 7 avril 1499. Claude de Lestenou, écuyer, fils aîné du précédent, seigneur du même fief, rendit hommage, le 18 janvier 1532, à Anne de Tende, dame du Grand-Pressigny. Louis de Lestenou, écuyer, seigneur de Bouferré, comparut à la rédaction du procès-verbal de la coutume de Touraine, en 1559. Jean de Lestenou III, fils de Jean II et d'Isabeau de la Bachellerie, seigneur de Bouferré, épousa Françoise de Blancleu, dont il eut un fils, qui suit. Claude de Lestenou, écuyer, épousa Anne de Beauvollier. Par décret de septembre-octobre 1580, la terre de Bouferré fut saisie sur lui, puis adjugée à Antoine Poitevin et à Renée de Lestenou, sa femme; mais quelques mois après, ceux-ci la revendirent à Claude de Lestenou. Par acte du 8 mars 1617, ce dernier rendit hommage pour son fief. René de Lestenou, écuyer, seigneur de Lestenou, fils aîné du précédent, épousa, le 5 mai 1607, Gabrielle de la Bouchardière, fille de Georges de la Bouchardière, écuyer, seigneur de la Vienne, et de Louise de Montalembert. Emmanuel de Lestenou, écuyer, fils du précédent, seigneur de Bouferré, de la Gaudetterie et de la Poterie, épousa, le 3 avril 1641, Françoise de Bellère, fille d'Urbain de Bellère, seigneur de la Gaudetterie et de Narbonne, et de Gabrielle Moynier. Il rendit hommage, le 5 avril 1645, à Charlotte d'Estampes de Valençay, baronne du Grand-Pressigny, veuve de Pierre Brulard. Joseph de Lestenou, écuyer, fils aîné du précédent, seigneur de Bouferré, épousa, le 22 janvier 1686, Angélique, fille de Charles de Préville, chevalier, seigneur de Touchenoire, et de Marguerite Mauduit. En 1689, il comparut au ban de la noblesse du bailliage de Chinon. Il mourut le 27 juillet 1728. Joseph de Lestenou, écuyer, fils du précédent, seigneur de Bouferré, épousa, en premières noces, Marie-Anne de Monsérand, décédée le 20 mai 1733, et, en secondes noces, Jeanne Riffaux. Il mourut le 26 juin 1782, sans laisser d'enfants. Ses biens passèrent à son cousin, qui suit. Joseph-Isaac-Louis de Lestenou, écuyer, seigneur de Bouferré et de la Gaudetterie, épousa, le 17 octobre 1788, Anne-Hélène Odard, fille de Jacques-Jean-Baptiste Odard, chevalier, seigneur de Parigny et de Grand-Vaux, et de Marie-Jeanne-Henriette de Gruault de Blangy. Il mourut le 3 juillet 1807, laissant plusieurs enfants, entre autres, Marie-Martine, mariée en 1810, à Victor de la Lande, écuyer, et qui posséda Bouferré après la mort de son père. En 1877, cette terre appartenait à M. Bréchard.

Le château de Boufféré ravagé par le feu, le 25 Mai 2016.

Quelque cinquante pompiers sont intervenus sur l'incendie qui a débuté hier, mardi, vers 1 h, sur la commune du Grand-Pressigny, dans le Sud lochois. Venus de plusieurs centres de secours, ils ont, sous le commandement du capitaine Olivier Bossard, du CSP Sud-Agglo, lutté durant quatre heures contre le feu qui s'est déclaré au niveau de la toiture du château de Boufféré, avant de se propager à l'étage et au rez-de-chaussée. De gros moyens ont été déployés, dont deux grandes échelles et trois fourgons-pompe. Vers 9 h, le brasier était maîtrisé et les sapeurs-pompiers avaient mis en service les moyens de la cellule de sauvetage et déblaiement pour sécuriser le site, étayer les planchers, enlever les débris afin d'éviter toute reprise du feu. Sur place, le commandant des moyens opérationnels indiquait : « On est maintenant dans la conservation du patrimoine de façon à ne pas abîmer les façades. »


_________________


Dernière édition par Mikerynos le Jeu 26 Mai - 22:25 (2016); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 09:27 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 26 Mai - 09:49 (2016)    Sujet du message: Le Château de Boufféré. Répondre en citant

Référence Mérimée. IA37001217

Historique.
La première mention connue donne Bothferre à la fin du 11e siècle (toute construction de cette époque a disparu) ; le fief releve de la baronnie du Grand-Pressigny ; un souterrain refuge avec meurtrières situé à peu de distance au confluent du Brignon et de la Claise remonte peut-être au 14e siècle ; le fief passe aux Lestenou vers 1400 et le reste jusqu'au 19e siècle ; pigeonnier du 17e siècle ; la maison de notable est construite vers la fin du 18e siècle, agrandie en 2 temps : en 1855 d'après Montoux, puis à la fin du 19e siècle ; au 19e siècle sont bâtis la grange qui contient le puits, le four à pain et l'abri troglodytiques, et 2 portails ; vers 1860 (source orale) , on réalisé le parc, le vivier et le potager ; les autres dépendances (écurie, étable, poulailler et granges) datent de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle

Description .
pigeonnier à toit en pavillon couvert de tuile plate ; en 1855, la maison est agrandie par la construction d'un étage carré couvert d'un toit à longs pans et croupe, par l'édification d'un bâtiment en rez-de-chaussée accolé à l'Ouest et d'une tourelle d'escalier octogonale hors-oeuvre ; vers la fin du 19e siècle, la maison est agrandie à l'Est par la construction d'un bâtiment en retour d'équerre couvert d'un toit à longs pans et pignon découvert, par l'ajout d'une tourelle ronde hors-oeuvre au Sud, et d'une tourelle d'escalier circulaire hors-oeuvre au Nord ; à la même époque, la corniche de la maison est transformée au Sud, et on ajoute des lucarnes ; l'élévation principale de la maison (Sud) est en pierre de taile.

54 - Le Grand Pressigny, « Bouféré »
A 3,5 Km Est-Nord-Est du Grand Pressigny, à la pointe de l’éperon, au confluant du Brignon et de la Claise, souterrain avec meurtrières taillées dans le roc. « Si l’on en croit la tradition, ces excavations de prolongeraient jusqu’au puits du domaine de l’Epinette, dont la profondeur n’a pas moins de 45 mètres. Dans le principe, elles auraient fait partie d’un ensemble de travaux de fortifications, puis seraient devenues l’asile d’une troupe de bandits qui rançonnaient les voyageurs au passage. On y trouverait même une salle spacieuse dans laquelle existe une table garnie de cuillères sur lesquelles personne n’a jamais osé porter la main. En tout cas, si ces excavations indiquent l’emplacement d’anciennes fortifications, le lieu était parfaitement choisi, au point de vue stratégique, pour y établir un ouvrage avancé... » (Malardier)

Ces souterrains sont malheureusement très remblayés et l’on ne risque guère aujourd’hui de s’approcher de cette voie du puits de l’Epinette situé à 700 mètres de là.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:29 (2017)    Sujet du message: Le Château de Boufféré.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com