Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Vampire de Moka (1975)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Le Chupacabras
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 13 Nov - 16:04 (2016)    Sujet du message: Le Vampire de Moka (1975) Répondre en citant

Le Vampire de Moca.
Article & Synthèse de Mikerynos - 2016


Bien avant les histoires et les faits concernant une créature mystérieuse dénommée « Chupacabra » (1) qui sévit toujours depuis 1992, une autre bête a également défrayé la chronique dans cette partie du monde qu’est l’île de Porto Rico (2), à partir de Février 1975 sous le nom de « El Vampiro de Moca » (3) Son nom provient de la municipalité de Moca, qui se trouve dans le Nord-Ouest de l'île… Dire que c’est la même créature agissant sous un nom différent, il y a un pas que je franchis aisément…


Entre Février et Juillet 1975, des morts mystérieuses d’animaux inquiète la population de la localité de Moca, une ville qui compte alors 40 000 habitants à l’époque. De nombreux éleveurs ont rapporté comment leurs animaux de ferme étaient massacrés violemment et retrouvé exsangues. L’histoire comme un peu avant le mardi 25 février 1975, quand un journal portoricain publie un article concernant des morts étranges d’animaux. La première zone visée était la région de Barrio Rocha, où plusieurs chèvres, au moins quatre cochons, de nombreux poulets et plus d'une douzaine de vaches ont été retrouvés morts avec des marques de ponction sur leur corps et de profondes griffures sur leur peau…

Durant cette période, les riverains, fermiers et éleveurs étaient terrifiés. Les autorités locales, et surtout la police, ont bien essayé de minimiser ces incidents en les attribuant à des attaques de chiens errants. Une explication qui a été reçu avec mépris par la population. À la fin de la première semaine du mois de mars 1975, le nombre d’animaux tués était proche de la quarantaine. Au fur et à mesure que le nombre de victimes augmentait, le « Vampire de Moka » acquérait une identité propre, tout comme les Chupacabra, vingt ans plus tard… C’est aussi dans cette semaine que la bête a été aperçue pour la première fois…

C’est une femme du nom de Maria Acevedo, qui a observé une énorme bête ailée qui a atterri au sommet de sa maison, et qui a ensuite grimpé sur son toit de zinc. C'était n'est clairement pas un oiseau normal, il à une taille d’environ 1,50 m et à l'aspect d’un ptérodactyle, un reptile volant présumé éteint du Jurassique. La bête était hurlante et criarde. Quelle que soit la véritable nature du monstre, il a rapidement pris les cieux et disparu dans l'obscurité étoilée… Moins de quarante-huit heures plus tard, un agriculteur nommé Cecilio Hernandez a contacté la police après plus de trente de ses poulets ont été tués d'une manière qui a été rapidement attribuée aux prédations du « vampire Moca »

Le Vendredi 7 Mars 1975, une vache appartenant à Rey Jiménez a été retrouvée morte dans le Barrio Cruz de Moca, présentant des blessures profondes et perçantes sur son crâne, et un certain nombre de griffures autour des plaies sur son corps.


Le Mercredi 12 mars 1975, Luis Torres, son fils et sa fille ont vu quelque chose qu'ils ont décrit comme ressemblant à des « Lumières de gyrophare » tournant dans le ciel nocturne à la périphérie de Moca, déclarant que l'objet avait volé au-dessus des champs dans lequel certains des animaux avaient été étrangement tués.

C'est dans la même période que le témoignage d’un certain Hernandez a été largement rapporté dans l’île. Deux énormes serpents (Boas) ont été tués à Moca, juste avant qu'ils étaient sur le point d'attaquer une génisse de 300 kg appartenant à un éleveur nommé Luis Torres. Bien sûr, cela n'explique pas le monstre ailé que Maria Acevedo a observé quelques jours plutôt.

Le Samedi 15 mars 1975, Don Cécilio Hernandez âgé de 65 ans a perdu 35 poules au cours de plusieurs nuits. Lors de la dernière attaque, il a pu voir comme un chien laineux sans tête ni pattes qui s’enfuyait sans bruit vers la montagne.

Le Mardi 18 mars 1975, la bête frappe de nouveau, les victimes sont deux chèvres retrouvées exsangues et appartenant à Hector Vega, un éleveur du Barrio Pueblo de Moca. La nuit suivante, pas moins de dix sept animaux sont été attaqués, dix ont été tués à cause de blessures profondes et pénétrantes, de traumatismes et de perte massive de sang. Nous reviendrons en détail sur ce cas, un peu plus loin.

Le vendredi 21 Mars 1975, soit cinq jours plus tard, un porcelet a été retrouvé mort par le fermier Felix Badillo. Le sang a été enlevé en quantités significatives, et il y avait un trou dans la tête de l'animal, qui a donné toute apparence de quelque chose de puissant avait violemment pénétré dans le crâne. Une des oreilles de cochon était absente d'une manière qui, plutôt intrigante, a été attribuée à une intervention chirurgicale… A propos de ce porcelet, le docteur Angel de la Sierra, biophysicien de l’université de Puerto Rico qui examiné la découpe de l’oreille, déclare « La coupure faite à l’oreille de ce porcelet est semblable à ce que l’on fait en chirurgie expérimentale pour les recherches sur la surdité »

Le mardi 25 Mars 1975, Pellin Marreo de Rexville, dans la région de Bayamon déclara à la presse qu’il avait observé un grand vautour ou un condor volant au-dessus de la région.

Le mercredi 26 Mars 1975, Juan Muniz un ouvrier qui habite le quartier de Barrio Pulido à Moca déclare avoir été attaqué à 22h le soir alors qu’il rentrait chez lui. L’agresseur était un animal grisâtre avec beaucoup de plumes et un cou plus long qu’une oie, il évalua le poids à 50 kg. L’animal a fait de son mieux pour forcer à le faire tomber à terre. Dans un état de panique, il réussit à se sauver. La créature se sauva en volant lorsque Muniz lui lança des pierres et appela ses voisins à l’aide.

La majeure partie de ces cas furent enquêté par la police sans résultat….

A la fin du mois de Mars, on parle d’un premier cas à Aguadilla, la nouvelle était en première page des principaux journaux. C’est le journal « El Vocero » qui en parla longuement et demanda dans son éditorial du 15 Mars, qu’une enquête officielle soit ouverte. Le journal traite de nouveau le sujet dans son édition du 21 Mars. Le samedi 22 Mars la première explication concernant tous ces décès et la suivante : Attaque de serpent. Le Dr Juan A. Rivero, herpétologiste de l’université de Puerto Rico examina les cas et déclara que cela n’était pas le fait d’aucun serpent. Le même jour, le sénateur Miguel A Deynes Soto, président de la commission d’agriculture du sénat visita la région de Moca, accompagné du procureur Calderon et du colonel Samuel Lopez alors commandant de la police pour la zone Ouest de l’île. Ayant écarté le serpent comme possible coupable, les autorités se tournent vers un déséquilibré et on promit sa capture rapide. Mais personne n’a été inculpé


Cependant la rumeur populaire parle d’une « chauve souris vampire » et de nouveau, c’est le Dr Juan A. Rivero, auteur de nombreux ouvrages en zoologie des caraïbes qui écarte cette possibilité lors d’une déclaration publique le 7 Avril. Plusieurs jours avant le superintendant de la police, Astol Calero Toledo avait déclaré qu’il ne croyait pas aux vampires. Le 9 Avril, Felipe Rodriguez, secrétaire auxiliaire de l’agriculture déclara que la situation préoccupait son département. Alors que Isaias Fernandez, inpecteur fédérale de la viande disait ignorer la cause de la mort des animaux en question.

Début Avril, le « Vampire de Moka » commence à étendre son territoire de chasse à toute l’île, avec de nombreuses attaques signalées un peu partout. Il y a des rumeurs d’attaque sur des humains et même sur un policier. Durant le mois d’Avril, deux nouveaux cas ont été signalés dans les environs de la localité de San Juan. C’est dans cette période qu’un nombre d’observation de lumières étranges dans le ciel sont faites.

Le Mercredi 2 avril 1975, Isauro Melgar déplore la perte de huit chèvres et une douzaine de lapins qui sont retrouvés morts dans la municipalité de Corozal, située à 80 km à l’Est de Moca.


Le samedi 5 Avril 1975, Isauro Melgar, propriétaire des animaux tués le 2 Avril, veille toute la nuit avec un groupe de voisins armés. Ils ont répandu du poison sur le terrain pour protéger ses lapins. Ils sont restés debout jusqu'à trois heures du matin, mais quelque temps après la dissolution du groupe Melgar et ses compagnons furent subitement assourdis par un bruit qui semblait être présent partout dans la campagne. Dans la même nuit, une silouette étrange a été vue courir à travers les arbres loin d'un pâturage ouvert. Ils ont découvert plus tard que quatre autres chèvres avaient été tuées.

Le samedi 5 Avril 1975, A Carolina, le même jour, Buenaventura Bello découvre dans son arrière cours d’une maison voisine qui était vide, 10 oies et 3 poulets morts et éparpillés formant une sorte de cercle. Ce dernier avertit aussitôt la police, laquelle fit une enquête très approfondie, ainsi que le département de l’Agriculture qui fit emporter plusieurs oies pour des examens. Nous reparlerons de ce cas en détail un peu plus loin…

Le Mardi 13 Mai 1975, Jos Santos, du secteur Palo Blanco à Corozal, aurait rencontré une créature à tête ronde, avec des poils longs et de grands yeux, qui émettait des grognements semblables à ceux d'un petit chien.

Le Mercredi 25 juin 1975, vingt cinq animaux ont été retrouvés morts et exsangues, dans une ferme située l'extérieur de la locaité de Isabela qui se trouve à 12 km au Nord-Est de Moca dans la région de Yuaco. Le même jour, 14 coqs de combat subissent le même sort à Yauco, une localité située à 48 km au Sud-Est de Moca. Peu de temps avant la fin de juin, les attaques n’existent plus… A ce jour aucun rapport officiel n’a tenté d’expliquer ce carnage…



Observations.
- Les décès surviennent la nuit, de préférence vers l’aube.
- Dans presque tous les cas, le propriétaire dort non loin de ses animaux et n’entend aucun bruit, de signe de panique venant des animaux eux-même.
- Dans certains cas, l’éleveur est réveillé par un fort glapissement ou un battement d’ailes.
- Dans de rares cas, le propriétaire déclare avoir vu un animal étrange fuyant après une attaque sur ses animaux.
- La mort des animaux semble être due aux blessures reçues, bien que parfois insuffisante pour donner la mort.
- Les blessures découvertes semblent être calquées sur le même modèle, une sorte de « poinçon » détruisant sur son passage les organes et les os.
- La taille des blessures varie apparemment avec la taille des animaux, dans le cas des volailles, elles ont un diamètre d’environ 0,5 cm et sur les chèvres 2,5 cm.
- La profondeur de ces blessures varie elle aussi, mais il est curieux de noter qu’autour de la blessure n’apparaît pas une goutte de sang. La blessure reste béante comme si l’instrument qui l’avait produite extrayait en même temps la chair et les organes qu’il rencontre sur son passage.
- La localisation des blessures varie aussi, mais dans la majeur partie des cas, on les trouve près du cou ou de la poitrine.
- On note que les « victimes » sont saignées et non consommées.
-
On observe que la mutilation d’un organe de l’animal apparaît dans de nombreux cas, celui qui fut le plus étudié dans ce sens fut examiné par le docteur Angel de la Sierra, biophysicien de l’université de Puerto Rico à propos d’un porcelet.
Dans de nombreux cas, la mort est « sélective » c’est à dire que dans les exploitations ou les basses-cours, s’il y a plusieurs animaux différents, une seule espèce est attaquée et tuée. Les autres ne sont ni attaqués, ni blessés.
Les cas d’attaques sont aussi bien présentes en zone rurale qu’en zone urbaine, et un grand pourcentage concerne les animaux de basse-cour.

Certains aspects font penser aux mutilations de bétails, cependant ici, des témoignages rapportent une créature comme étant la responsable de ces carnages. La taille des animaux « sélectionnés » est aussi différente, ils sont généralement plus petits dans la majorité des cas. Le nombre de victimes tuées en une seule fois est supérieur aux classiques « Mutes »

Trois ans après, Une autre série de mutilations animales s'est produite en République dominicaine, Le journal dominicain « El Caribe »rapportait dans son édition du 18 décembre 1978 qu'un étrange animal à caractère canin dévorait des poulets, des coqs, des lapins et d'autres animaux domestiques… Les similitudes sont impressionnantes tant en ce qui concerne les animaux morts, que les caractéristiques du « responsable » de ces tueries. Mais ceci est une autre histoire…
___________________________________________
(1) Chupacabra signifiant « suceur de chèvres » en Espagnol. Cette créature fait partie de la culture populaire dans toute l'Amérique latine, notamment au Mexique et sur l'île de Porto Rico. L'animal se nourrirait en suçant le sang des animaux de ferme comme les chèvres ou les vaches en faisant des trous parfaitement circulaires dans le cou jusqu'au cervelet tuant l'animal en ne provoquant aucune souffrance.
(2) Porto Rico ou Puerto Rico est un territoire non incorporé des États-Unis avec un statut de commonwealth. Située dans les grandes Antilles, l'île est baignée au nord par l'océan Atlantique et au sud par la mer des Caraïbes. Le territoire est constitué de l'île de Porto Rico proprement dite, ainsi que de plusieurs îles plus petites, dont Vieques, Culebra et Isla Mona.
Le radiotélescope d’Arecibo est situé à Arecibo sur la côte nord de l’île de Porto Rico.
(3) Bien que peu connu en France, un article à été publié en 1976 dans le No 157 (Page 9 à 12) de la revue LDLN sous le titre de « OVNI et morts mystérieuses d’animaux » un texte traduit par A. Fernandez de Sébastien R. Lamarche. Avec un court encart dans le No 163 de 1977 (page 19/20) de la même revue.
___________________________________________
Source : Biblioteca Virtual de Puerto Rico


_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 13 Nov - 16:41 (2016); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 13 Nov - 16:04 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 13 Nov - 16:14 (2016)    Sujet du message: Le Vampire de Moka (1975) Répondre en citant





_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 13 Nov - 16:18 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 798
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 13 Nov - 16:16 (2016)    Sujet du message: Le Vampire de Moka (1975) Répondre en citant

Le Vampire de Moca.
Article & Synthèse de Mikerynos - 2016


Bien que le résumé de tous ces décès soit un peu complexe et certainement peu précis par manque de donnée, la statistique sur les animaux morts est la suivante:

Animaux
Nb   
%   
Volailles
182   
58,15   
Canards
40   
12,78   
Chèvres
33   
10,54   
Lapins
20   
6,39   
Oies
18   
5,75   
Vaches
8   
2,56   
Moutons
5   
1,60   
Porcs
3   
0,96   
Chiens
3   
0,96   
Chats
1   
0,32   
    
313   
100,00   
   
Nous allons maintenant détailler deux cas qui ont été assez bien documentés.

Le 18 Mars 1975.

Hector Vega est le propriétaire d’une petite ferme du quartier Barrio Pueblo situé dans la périphérie de la ville de Moca. Le mardi matin du 18 Mars il découvre deux chèvres mortes ayant chacune une blessure profonde dans le bas du cou et dans le haut de la partie antérieure. Le lendemain, il découvre avec stupeur que le fait s’est reproduit de nouveau, mais cette fois-ci il y a 10 chèvres de mortes, 7 sont blessées et 10 autres ont disparues. La disparition et la morts de 29 chèvres sur deux jours se répand largement dans la communauté.

Luis Urbina, instructeur en radiologie à la défense civile fut cité comme ayant déclaré avoir découvert sur les lieux de la radioactivité et cette nouvelle provoqua une grande inquiétude. Quelques jours après, Milred Caban, technicienne en radiologie déclara elle aussi avoir trouvé sur la même zone une valeur de 0,005 mSv à l’aide d’un compteur Geiger, elle démontra que cette valeur indique une radioactivité normale.


La ferme est une exploitation pratiquement ouverte séparée de la route qui la relie au quartier de Pueblo par une petite palissade en fer. Cette zone manque d’éclairage et pour quiconque étudie les lieux, il serait très difficile de comprendre comment quelqu’un, agissant avec l’aide d’autres personnes pourrait en une nuit capturer dans un endroit non clos, 10 chèvres pour les tuer, en blesser 7 autres et en faire disparaître 10 autres. Les blessures sur les animaux se situent aux environs du cou, elles ont presque 2,5 cm de profondeur. Dans certains cas, la blessure mortelle traverse complètement l’animal sans laisser de trace de sang autour des plaies.

Bien que Hector Vega pense lui-même à la possibilité d’un maniaque déséquilibré, la solution n’est pas si simple si l’on considère les circonstances. La police après enquête n’a élis aucune conclusion sur ce cas.

Le 5 Avril 1975.
Avant d’aller se coucher, Buenaventura Bello avait pour habitude de nourrir ses oies qu’il élevait pour se distraire dans l’arrière cour de sa résidence située à Los Angeles un quartier de Carolina dans la périphérie de la capitale San Juan, située sur la côte Nord-Est de Puerto Rico à 120 km à l’Est de Moca.

Donc, le samedi 5 avril vers 0h30 il fit selon son habitude, et bien qu’il ait noté que ses deux chiennes qui l’accompagnaient toujours, avaient préféré rester à une certaine distance aboyant avec une insistance contre quelque chose. Le lendemain matin, vers 8h30, Bello découvre 10 oies et 3 poulets morts, éparpillées et formant une sorte de cercle. A l’examen des corps on vit que chacune des oies, avaient deux blessures profondes de 5 mn de diamètre autour desquelles les plumes avaient été écartées. Une des oies fut retrouvée dans l’arrière cour d’une maison voisine inoccupée. Cette oie contrairement aux autres, avait la partie supérieure du corps coupé net, sans doute par un instrument bien effilé. Buenaventura Bello avertit aussitôt la police laquelle fit une enquête très approfondie, de même que le Département Fédéral de l’Agriculture qui fit emporter plusieurs oies pour des examens. Après cet incident, les chiennes se refusèrent de retourner dans la cour, et cela même de force, pendant plusieurs jours.

Il est curieux de noter que la chambre de Bello donne directement derrière la cour ou se trouvaient les oies. D’autres part ces animaux sont connus pour donner l’alarme au moindre bruit, et servent dans certaines zones pour faire du gardiennage. La nuit ou les faits se sont produit, Bello n’entendit aucun bruit.


Le mardi 8 Avril, alors qu’il cuisinait dans la cuisine, Bello entendit tout à coup un bruit bizarre et « bien pénétrant » qui le laissa assourdi. Immédiatement, une de ses chiennes commença à aboyer frénétiquement comme si une présence était dans la pièce. Cela dura juqu’a que le bruit cesse. Bello n’explique pas ce bruit étrange, de même qu’il ne comprend pas qui ou quoi a pu tuer ses oies de façon si étrange.

Une radiographie d’une des oies ainsi qu’une autopsie a été pratiquée par un pathologiste connu ayant préféré garder l’anonymat. Le résultat de son analyse démontre que le volatile a reçut deux blessures profondes de 2,5 cm et mesurant 0,5 cm de diamètre qui détruisirent les organes voisins et qui dans le même temps étaient cicatrisées pour qu’elles ne répandent pas de sang. Ces blessures semblent converger à l’intérieur de l’animal. Ni le lieu de l’incident, ni l’oie analysée ne présentaient un taux de radioactivité anormale. La cause des deux blessures n’a pu être déterminée, bien que tous semble indiquer qu’elles avaient été faites simultanément causant ainsi la mort imédiate de l’animal.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:52 (2017)    Sujet du message: Le Vampire de Moka (1975)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Le Chupacabras Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com