Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château d'Argenson.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 781
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 26 Déc - 08:08 (2016)    Sujet du message: Le Château d'Argenson. Répondre en citant

Le Château d'Argenson.
Maillé.

L'imposant ensemble architectural d'Argenson est aménagé dans un parc d'une centaine d'hectares, à peu de distance au nord du bourg. Si la presque totalité de ses arbres a disparu pour faire place à des cultures, son enceinte est encore intégralement debout, formant un quadrilatère dont le côté longeant la route des Doucets mesure plus de 1300 m. Les murs de hauteur inégale sont partout couronnés de lierre. En son milieu, face à la ferme, débouche l'avenue qui en desservait les différents éléments que nous étudierons tour à tour: auditoire, église et son presbytère, les pavillons d'entrée, le château lui-même avec son importante fuie.

 

L’auditoire.
C'est un petit bâtiment de plan rectangulaire à toit d'ardoises à quatre versants qui a été défiguré par la transformation nécessitée pour les besoins de l'exploitation. Sa façade présentait cinq arcades en plein cintre séparées par des pilastres doriques en pierres de taille. Deux d'entre elles ont disparu pour faire place à une affreuse ouverture charretière à linteau de bois. Les trois autres ont été murées en moellons, il est accosté de chaque côté par des hangars inesthétiques

 

L’Eglise.
Privée de sa toiture depuis une trentaine d'années, ce n'est plus qu'une ruine pitoyable dont la visite est rendue difficile par les ronces et les orties qui s'y développent à loisir! C'est le 27 février 1666, au cours d'une de ses nombreuses retraites à Paris, que le pieux René II de Voyer reçut la grâce de bâtir une église dédiée au Père Éternel à Argenson. Ce n'est cependant que le 24 mai 1667 que l'autorisation de poser la première pierre fut donnée par l'archevêque de Tours. Sa construction devait durer cinq ans. Elle était donc terminée en 1677 où le 18 mai, pour la plus grande joie de son père on y célébra le mariage de sa fille Antoinette Catherine avec Louis de Valory, seigneur de Destilly. Car par la volonté de son constructeur, ce sanctuaire fut le siège d'une nouvelle paroisse empiétant sur le territoire de celle de Maillé, ce qui fut cause de nombreuses contestations.


L’Église en 1933.


L’Église en 1991. 

Le Presbythère.
De tout cet ensemble à vocation religieuse que nous venons de décrire et malgré le mauvais état de ses huisseries, c'est le seul élément entièrement hors d'eau qui peut encore être sauvé. Il est largement postérieur à l'église, puisque suivant un procès verbal de Me Girard, notaire royal à La Celle-Saint-Avant du 4 janvier 1736, il était alors en état de loger le sieur curé messire Jacques Galloche Un acte d'assemblée tenue à la porte de l'église d'Argenson le dimanche 3 juin 1736, indique avec précision les circonstances qui amenèrent sa construction: Feu illistrissime et révérandissime François-Hélie de Voyer de Paulmy.

 

Les pavillons d'entrée de la cour
La cour d'honneur du château était fermée à l'extérieur de l'avenue par deux pavillons semblables, réunis selon le plan de 1729 conservé aux Ormes (86) par un mur formant deux lignes incurvées réunies par une partie droite et aboutissant à une grille soutenue, semble-t-il, par deux piliers massifs. De plan rectangulaire, édifiés en pierres de taille, chacun comporte deux niveaux séparés par un cordon plat sous un comble à la Mansard, éclairé par des lucarnes à fronton courbe.

 

Le Château
Il apparaît étrangement isolé au milieu des champs cultivés tout autour et ne représente plus qu'une portion infime de ce que l'on voyait encore représenté sur le plan de 1729. D'importantes démolitions de chaque côté n'en ont guère laissé subsister que la partie médiane. Vue du couchant, il a l'aspect d'un édifice très classique, tandis qu'à l'est sa façade comporte deux éléments d'époque différente ! . Celui du midi est le seul vestige de la construction du XVe siècle qui formait un quadrilatère flanqué au levant de deux tours et à l'origine sans doute entouré de douves. Seul le bâtiment de l'angle sud-est est resté debout bien que tronqué à son extrémité méridionale comme le montrent des percements condamnés.

Le château que nous voyons aujourd'hui n'est donc pas celui que René de Voyer entreprit de restaurer. Le voeu exprimé dans son message de 1686 ne fut pas non plus exaucé. Ses descendants, dont il n'est pas utile de rappeler qu'ils accédèrent aux plus hautes charges de l'État, le trouvèrent sans doute trop modeste pour tenir dignement leur rang. En 1729, Marc-Pierre d'Argenson acheta le château des Ormes où peu à peu toute la famille se transporta. Le domaine d'Argenson fut loué, mais le château abandonné. Durant plus de deux siècles, le bâtiment subit des dégradations de toutes sortes: nombreux bâtiments rasés, portes et fenêtres détruites, lambris arrachés, pavages disloqués, parc anéanti. Ouvert à tous les vents ce n'était plus au milieu des champs cultivés qu'une ruine pathétique auprès de laquelle on songea un moment à faire passer l'autoroute A 10, en dépit de l'arrêté du 21 octobre 1947 qui a inscrit tout cet ensemble à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

 

Ce danger ayant été écarté, monsieur et madame d'Harcourt entreprirent il y a une dizaine d'années de mettre un terme à cette situation lamentable. Aujourd'hui le bâtiment est presque entièrement clos et plus de la moitié intérieure est habitable et habitée. Certes de longs efforts seront encore nécessaires pour aboutir à une restauration complète, mais la renaissance d'Argenson qu'on disait n'avoir jamais été achevé(9) méritait bien d'être signalée et encouragée. Ces derniers, dès leur entrée en possession, en 1959, s'intéressèrent à Argenson et envisagèrent sa restauration qui est maintenant en bonne voie. Le décès accidentel de madame d'Harcourt le 8 août 1990 ne devrait pas interrompre cette réhabilitation, car son fils, Olivier d'Harcourt, a repris le flambeau pour sauver ce qui reste de cette demeure qui est dans la famille depuis au moins 1538.

La Fuye.
Située à quelque distance au sud-ouest du château comme une sentinelle avancée, la fuye n'en est pas l'élément le moins intéressant. C'est une tour cylindrique en pierres de taille, sans l'habituel cordon contre les prédateurs, de plus de 9 m de diamètre avec des murs de 1,10 m d'épaisseur. Ranjard dit qu'elle n'était ni voûtée ni couverte, mais que l'intérieur était protégé du vent et de la pluie par un auvent. Mais ce qui donne à ce colombier toute son originalité et en fait un des plus beaux de Touraine, c'est sa porte à linteau cintré dont il existe peu d'exemples semblables. Elle mérite en tout cas d'être sauvegardée et débarrassée des végétations qui la couronnent mais compromettent la solidité de la coupole..

 

Historique.
Bien que faisant aujourd’hui partie de Maillé, Argenson fut au Moyen-âge un fief relevant de « Nouastre à foi et hommage lige et 15 jours de garde dans le château du suzerain », selon le dictionnaire de Carré de Busserolle. Au 15ème s. Jean Gueffault, seigneur d’Argenson obtint de Charles VII des lettres patentes l’autorisant à fortifier sa demeure. Son fils : Antoine Gueffault, seigneur d’Argenson, maître d’hôtel de Louis XI, gouverneur de Châtellerault, épousa en 1476 Marguerite d’Aloigny. Leur fils : François Gueffault épousa Marguerite de Couhé et, par l’intermédiaire de leur fille : Jeanne de Gueffault, la propriété passa à son mari Jean III de Voyer de Paulmy, grand-père de René, 1er comte d’Argenson.

Au 17ème siècle René II de Voyer de Paulmy, 2ème comte d’Argenson, qui avait été ambassadeur à Venise (d’où il avait tiré son blason ci-contre) reconstruisit le château et obtint que ses terres d’Argenson soient érigées en paroisse malgré l’opposition du prince Charles II de Rohan-Guémené, seigneur de Sainte-Maure et de Nouâtre, dont l’inspecteur-général Froger de la Carlière se plaignait que le comte d’Argenson eût « usurpé une partie des habitants de Maillé et de Nouâtre pour donner des paroissiens à son chapelain ». En février 1666, au cours d’une de ses nombreuses retraites, le pieux René II « reçut la grâce de bâtir à Argenson une église dédiée au Père éternel». La construction de l’église, commencée en 1667 dura cinq ans ; Antoinette-Catherine, fille de René II, s’y maria le 18 mai 1677 avec Louis de Valory, seigneur de Detilly et René II, décédé le 30 avril 1700, y fut enterré. Un presbytère fut ajouté en 1736, grâce à un legs de François-Hélie de Voyer, archevêque de Bordeaux.

 

Ce château, classé aux monuments historiques, comprend aussi deux pavillons et un pigeonnier (construit en 1683) ; il est vraisemblable qu’il accueillit l’écrivain Jean-Louis Guez de Balzac (1597-1654) qui était un ami du comte d’Argenson et qui vivait dans son château de Balzac, près d’Angoulême. À droite de l’entrée actuelle, transformé en bâtiment agricole, se trouvait l’auditoire de justice où l’on distingue encore la trace laissée sur l’entablement par les lettres de la devise : IN JUSTICIA JUDICABO (« je jugerai avec justice » ) Un petit-fils de ce comte d’Argenson : Marc-Pierre de Voyer, 3ème comte d’Argenson, fut le ministre de la guerre de Louis XV de 1743 à 1757. Disgracié suite à l’hostilité de Mme de Pompadour, il fut exilé sur ses terres des Ormes, qu’il avait achetées en 1729 et où il fit reconstruire le château. Ami des « philosophes », il accueillit Voltaire dans ce château et Diderot lui dédicaça l’Encyclopédie.

Très délabré, ce château fut progressivement restauré, à partir de 1959, après être entré en possession de Thérèse de Goulaine, descendante de Marc-René-Marie, 4ème marquis d’Argenson et de son mari Anne-François d’Harcourt ; après le décès accidentel de Mme d’Harcourt en août 1990, son fils Olivier d’Harcourt continua l’œuvre entreprise pour sauver cette demeure de la ruine.

 

_______________________
Base Mérimée : PA00097855
protection MH 1947/10/21 : inscrit MH
Château d'Argenson et ses dépendances, à savoir : l'église, le presbytère, le prétoire, les deux pavillons et la fuye : inscription par arrêté du 21 octobre 1947.
Historique : Fief relevant du château de Nouatre. En 1700, le fief fut érigé en châtellenie, puis en marquisat en 1718. En 1667, une église paroissiale fut bâtie à l'emplacement de l'ancienne chapelle seigneuriale. Le château fut construit ou commencé à la même époque, et n'a jamais été terminé. Bâti au nord d'un enclos rectangulaire entouré de murs, l'ensemble comprend une église, un presbytère, un prétoire, deux pavillons, le château et la fuye. L'église est de style classique avec façade couronnée par un fronton. Le transpet était accompagné de deux chapelles dont ne subsiste que celle du nord. En 1678 fut ajoutée la chapelle du calvaire. Le presbytère est situé derrière l'église. Le prétoire se présente comme un petit bâtiment à arcades. Les deux pavillons servaient de logement au personnel et d'écurie. Le château comprend un corps de logis central et une aile le prolongeant au nord, ainsi qu'une aile symétrique au sud et un corps de bâtiment projeté à l'est, jamais construit. La fuye cylindrique date de 1683.

Voir sur le forum:
L'Église d'Argenson.

Maillé.
_______________________
Source : Bulletin SAT 1991 – André Montoux

 

_________________


Dernière édition par Mikerynos le Lun 11 Sep - 11:51 (2017); édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 26 Déc - 08:08 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 781
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 26 Déc - 08:10 (2016)    Sujet du message: Le Château d'Argenson. Répondre en citant

Localisation.



 

Cadastre 1827.






_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 781
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 26 Déc - 08:18 (2016)    Sujet du message: Le Château d'Argenson. Répondre en citant






_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:43 (2017)    Sujet du message: Le Château d'Argenson.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com