Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Eglise paroissiale Notre-Dame.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 27 Jan - 19:09 (2017)    Sujet du message: Eglise paroissiale Notre-Dame. Répondre en citant

Eglise de Rivière.
Rivière.


Eglise paroissiale Notre-Dame.
C’est la la plus ancienne église de Touraine. La tradition veut que saint Martin ait fondé en ce lieu une église, devenue aujourd’hui l’église Notre-Dame. Mais cette fondation n’apparaît dans les sources fiables qu’à partir de la fin du XIe siècle. Le sanctuaire est surélevé au-dessus d’une crypte dans laquelle on trouve trois chapelles. Celle de gauche est dédiée à saint Martin, les peintures murales étant l’œuvre du comte de Galembert (1864). Une légende du XIIIe siècle relate sur le mur la rencontre de saint Martin et de saint Mexme. Ce sanctuaire serait, en France, le plus ancien sanctuaire dédié à la Vierge Marie. Rivière doit son nom à sa situation sur le bord de la Vienne. Saint Martin passa sans doute plusieurs fois par cette commune en allant à Candes, car il existait autrefois en ce lieu un pont de bateaux qui permettait de passer d’une rive à l’autre.



Par la proximité du chemin de Saint-Jacques de Compostelle ; les pèlerins, hébergés non loin, à Sainte-Maure, faisaient souvent un détour pour vénérer Notre-Dame de Rivière, avant de rejoindre leurs compagnons soit à Châtellerault par voie d'eau, soit à Poitiers par la route qui traverse Ligré, au départ du Gué de Rivière, face au débouché, sur la rive opposée de la Vienne, de l'antique Via Turonensis. Sur un strict plan de solidarité familiale, nous pouvons nous souvenir que Geoffroy, seigneur de Rivière, était le gendre de Dame Odila. Dans la crypte une petite statue en pierre de la Vierge qui selon la légende de ND de Rivière aurait été trouvée au Ve siècle dans la rivière, puis installée dans un oratoire par St-Mexme. Parmi les nombreux pèlerins: St-Martin, Ste-Radegonde et Jeanne d'Arc, la reine Marie d’Ajou…

Cette église, à vaisseau unique de 9 mètre par 23 mètres, fût construite au 10ème et 11ème siècle sur un lieu de culte plus ancien. Elle est totalement enclavée dans un bâti. On y pénètre par un porche où se trouve une peinture du XI et XIIème siècle. Le chœur, accessible par deux escaliers latéraux est élevé sur une crypte à demi-enterrée, il est divisé en une nef médiane et deux collatéraux, communiquant par des arcades, couverts de voûtes d'arête, les chapiteaux de colonnes décorés de feuillage très sombre et de peu de relief, la crypte,divisée en trois nefs et troix travées, contient dans une chapelle latérale , le tombeau des seigneurs de Basché représentés par des gisants de pierre (XVI ème siècle) dans ce curieux mélange de styles, les décorations des colonnes des chapiteaux du chœur, la charpente lambrisé et ses poutres sont les éléments les plus intéressants, ils donnent une idée de ce que pouvait être la décoration d'une église médiévale, telle qu'on l'imaginait au 19 ème siècle.


Lors de la réfection des toitures de l'église dans le début des années 1990, on s'inquiéta de l'état de conservation des peintures du porche et une certaine curiosité se manifesta à l'égard des « traces étranges » visibles au-dessus de la porte d'entrée du sanctuaire. Les différents protagonistes de la conservation des biens culturels Monuments historiques, municipalité et restaurateurs— se réunirent. En 1996, les travaux commencèrent. Au cours de l'été furent découverts les blasons surmontant la porte d'entrée de l'église, et réapparurent les peintures murales duXIIe siècle qui devaient en leur temps décorer l'ensemble de l'édifice. On sait, en effet, qu'en 1562, l'édifice fut saccagé, le portail primitif détruit ainsi qu'une portion importante de la nef. Sans doute dans le courant du XVIIe siècle, le vaisseau mutilé fut fermé et un porche aménagé contre cette nouvelle façade. En 1862, l'édifice est classé au titre des monuments historiques. Le mauvais état de conservation des peintures murales existant sous le porche, dû entre autres à une infestation microbiologique importante, les avait fait considérer comme perdues, ou tout au moins comme irrémédiablement illisibles. Pour tenter de retrouver l'état de ces décors lors de leur découverte, il convient de relire Galembert, qui les mit au jour en 1853.




Toutes les parties de l'église Notre-Dame de Rivière présentent des vestiges de décors peints. Ces décors d'époques différentes cohabitent, se superposent ou encore s'inspirent des motifs précédents. Ainsi, du XIIe siècle au XXe siècle, au moins six campagnes de décoration ont eu lieu. En fait, l'étude des peintures de Rivière reste à mener dans sa totalité. Nous ne traiterons ici que des fragments des peintures murales datées du XIIe siècle et de leur conservation; de même pour les armoiries.
______________________________
Source : Bulletin - Amis du vieux Chinon. 2000. Tome X – No 4 Page 379

Fondation haut moyen âge ; édifice 4e quart 11e siècle : chevet plat, nef raccourcie ; restaurée au 19e siècle, peinture de Galembert, nef voûtée en berceau en bois, choeur voûte d'ogives, crypte avec trace de peintures médiévales sous le chœur qui est ainsi surélevé, fonts baptismaux dans un sarcophage
_________________________
Base Mérimée : PA00098039
Protection MH 1862 : classé MH - Eglise : classement par liste de 1862
Référence : IA00011810
Église Notre-Dame. Cne de Rivière. Riparia cum ecclesiis, vers 1070 (Dom Housseau, t. II, n° 318) ; De altari Sanctae Mariae de Ripera quod sub nostra diocesi in pago Turonico super Vigennae fluvium situm est, août 1115 (Dom Housseau, Charte de Raoul, archevêque de Tours) ; Sanctae Dei Genetricis Mariae ecclesiam super Vigennae fluvium in loco qui Ripera dicitur sitam, 1124 (Dom Housseau, Charte de Guillaume, seigneur de Rivière) ; Gervasius Mineau, parrochianus Beate Marie de Ripparia, 1247 (A.N.-JJ 274, Querimoniae Turonum, n° 1064) ; Riparia, 1290 (Pouillé de Tours, p. 9) ; Ecclesia de Ripparia, ad abbatem Majoris Monasterii, vers 1300 (Pouillé de Tours, p. 16) ; Ecclesia de Ripparia, ad abbatem Majoris Monasterii, XIVe s. (Pouillé de Tours, p. 39) ; Et souloient estre les esglises paroichiales de Rivière, Sazillé, Cravant, Penzolt et Tavent ou patronage et présentation dud. prieur de Tavent, mais de présent elles sont demourées ou patronaige du prélat et abbé de Maircoustier, 1506 (Dom Housseau, t. X, n° 4145) ; Notre Dame de Rivière, 1540 (Rabelais, Gargantua, ch. 27) ; Présentation à la cure de Notre Dame de rivière par le prieur et religieux de Marmoutier à l’archevêque de Tours, en faveur de Jacques Sazet, prêtre du diocèse de Tours, 13 avril 1750 (A.D. 37-2 C, Tours, t. 140, fol. 198 r° case 3) ; Prise de possession de la cure de Notre Dame de Rivière, par Jacques Saget, prestre, 15 avril 1750 (acte Gilloire-Chinon) ; Cure de Rivière, archiprêtré de Lille Bouchard, 1781 (A.D. 37-G 11, fol. 397) ; Église de Rivières, conservée à titre d’oratoire public, paroisse d’Anché, 1807 (A. du Diocèse de Tours, 3 C 1741). Bouchard de l’Isle donne l'église de Rivière aux religieux de Marmoutier (Dom Housseau, t. II, n° 318).

Localisation.




Cadastre 1832.









_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 27 Jan - 19:09 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com