Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


La Cave Charles VII. (Ferrière-sur-Beaulieu)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Archéologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 782
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 16 Avr - 16:14 (2017)    Sujet du message: La Cave Charles VII. (Ferrière-sur-Beaulieu) Répondre en citant

La Cave Charles VII.
Ferrière-sur-Beaulieu.


Située dans la forêt domaniale de Loches, « La cave Charles VII » un ancien rendez-vous de chasse, présente encore un mur et l’entrée d'une cave voûtée aujourd’hui comblée. Selon la description de M.Dubuisson vint à Loches en 1635 : « Dans le vieil logis, on montre encore la chambre de Charles VII, et tout joignant au bout d'un corridor est une tour ronde donnant sur le petit fort et vers la rivière, en laquelle il y a trois chambres égales, une au plan de la chambre du roy et du corridor qui peut servir de garde-robe ; la seconde au- dessus, dans laquelle logeoit la belle Agnès, et encore à présent l’appelle-t-on « La chambre de la belle Agnès ».




Agnès se rendait au château de Loches à toute heure suivant son bon vouloir. Mais ses rendez-vous avec Charles avaient lieu, le plus souvent, en dehors de la ville et de la Cour. Elle possédait une grande maison à Beaulieu. Là, se trouvait une salle immense et secrète pour recevoir « le gentil sire ». Dans ce logis, un souterrain s'ouvrait, il communiquait avec la cave de Charles VII, située le long de la forêt de Loches.

Dans la partie de la forêt de Loches appelée autrefois « La Taille-Saint-Nicolas » l'existence d'une motte dont Dufour (1) donne la description : « Le tertre, dit-il, a quatre mètres environ d'élévation. Sa figure est ronde; il est entouré de tous côtés d'un fossé en talus ayant dix mètres dans sa plus grande largeur et quatre mètres environ de profondeur. Ce fossé ne parait avoir été interrompu que du côté du midi, par lequel il semble que l'on montait par une pente assez douce sur la plate-forme de l'éminence, dont le circuit est de 207 mètres à sa base et de 200 mètres au sommet. On remarque, du côté de l'Ouest, une espèce de puits dont la profondeur n'est que de 5 mètres sur une circonférence est de 3,5 mètres. Il devait être autrefois beaucoup plus profond. Bien certainement, il n'a point été creusé pour se procurer de l'eau. Dans la partie Nord-Ouest de ce tertre, évidemment composé de terres rapportées, se trouve une cave dont l'ouverture a 2 mètres dans sa largeur moyenne sur 3,5 mètres de longueur. Cette voûte, dont la pente est roide et qui va toujours en se rétrécissant, paraît avoir été fermée autrefois par une porte assez basse, à en juger par son cintre, laquelle donne entrée dans une seconde cave, dont la voûte en ogive, à son ouverture seulement, s'élargit ou s'étend ensuite un peu sur les côtés. Cette seconde cave a 7 mètres de longueur et se trouve encore fermée par une porte qui donne entrée dans une troisième cave aujourd'hui bouchée.


Dufour ne peut s'expliquer la destination de ces souterrains qui ne lui paraissaient pas avoir une grande antiquité, mais il incline à croire que la motte, qui est couverte de bois, était une sorte de monument druidique, un bois sacré, où l'on s'assemblait pour des cérémonies religieuses. Le bois, au milieu duquel cette motte est placée, appartenait au prieuré de Saint-Nicolas.

La fontaine d’Orfonds.
A proximité, ce trouve la fontaine d’Orfonds entourée par un muret en forme de fer à cheval et de deux petits escaliers qui permettent de descendre jusqu'a la source. Cette jolie source est associée à une bien curieuse légende : « Orfons l’enchanteur, avait la science des druides, c’était un magicien. Invisible aux yeux des humains, il se plaisait à amasser des trésors. Ainsi, avait-il volé la robe blanche parsemée de diamants de Notre-Dame-de-Beautertre et fondu en lingots d’or la statue de Saint Bruno de la Chartreuse du Liget, de telle sorte qu’il fut condamné par Dieu à rester enfermé dans la crypte de la chapelle Saint-Nicolas-du-Bois, fermée par une porte de fer, gardée par un monstrueux crapaud noir au yeux vert. Une seule fois par an, à chaque minuit de Noël, il pouvait, avec une clé magique, s’échapper de la crypte, et se livrer à son occupation favorite, vanner les pièces d’or de son trésor et dès que les cloches de l’église Saint-Ours de Loches sonnaient la fin de la messe, Orfonds devait rentrer dans sa prison jusqu’au Noël suivant…» Autrefois, le lieu était dénommé « Aurea fonte », la « fontaine d’or » Cette source servait probablement à alimenter un édifice Gallo-Romain au lieu-dit Contray ou l’on retrouve les restes d’un aqueduc.
(Voir sur le forum : Aqueduc de Contray)


La Chapelle Saint-Nicolas-du-Bois.
A cet endroit, il y avait au XVIe siècle, la chapelle Saint-Nicolas-du-Bois qui était celle d’un prieuré Augustin dépendant de l’Abbaye Saint-Nicolas de Miseray, à Heugnes (Indre) et supprimé en 1759. Près de la chapelle se trouvait une maison destinée à loger le prieur et qui était complètement détruite au commencement du XVIe siècle. Les deux bàtiments étaient entourés de douves profondes. Dès 1650, la chapelle elle-même était dans le plus triste état. La toiture tombait en lambeaux et l'une des murailles menaçait de s'écrouler. Par suite des réclamationsdes gardes forestiers et de quelques habitants du voisinage qui, de temps immémorial, avaient l'habitude d'entendrela messe dans cette chapelle, le procureur du roi, à Loches, et le maitre des eaux et forêts prirent des mesures pour forcer le chapelain, qui teuait ce bénéfice en commende, à faire les réparations nécessaires. Ces réparations ne furent exécutées qu'en 1735.

On voit par le devis des travaux que la chapelle avait une longueur de quarante pieds sur vingt-un à vingt-deux de largeur. Les prieurs étaient nommés par le pape, sur la présentation de l'abbé de Miseray : Jean Hiaux était prieur en 1489-1510; puis N. Thory en 1682, Silvain-François Charrault, en 1725, puis Étienne Vaudry, chanoine régulier de la maison de Sainte-Croix de Buzançais en 1726-1752, Louis-Jean Gaillard de la Bouëxière, en 1753; Nicolas Montjoye, chanoine régulier de Sainte-Croix de la Bralonnerie, 1756, Philippe-Charles-François Gerault, nommé le 19 août 1757.

Vers 1759, ce prieuré fut annexé à la cure de Ferrière. Son revenu à cette époque, était évalué à deux cents livres. Parmi ses biens se trouvait une petite borderie située au Bas-Hèlas-de-la-Chaine, paroisse de Chambourg. Un bail, passé le 7 novembre 1733, porte que le fermier devait au prieur, outre une certaine somme d'argent, quatre oies blanches qui devaient être déposées à la chapelle Saint-Nicolas le jour de la fête des morts.
_________________________
(1) Dictionnaire de l'arrondissement de Loches (Tome I, p. 246)

La Cave-du-Roi-Charles-VII. Cne de Ferrières-sur-Beaulieu. Les Caves du Roi Charles VII, XVIIIe s. ; Cave du Roi Charles VII, 1825 (Cadastre). Forêt de Loches.

Le Prieuré-Saint-Nicolas-des-Bois. Cne de Ferrière-sur-Beaulieu. Le fief et seigneurie de Ferrières sur le Beaulieu, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, roolle de Loches, fol. 39, 41) ; Le fief du Prieur de Saint Nicolas, du 14 novembre 1639, par devant nous, lieutenant général en Touraine, est comparu frère Pierre Pournin, religieux en l’abbaye de [blanc], lequel a déclaré qu’il est seigneur dud. fief et a été déclaré exempt, 1639 (B.N.-Fonds Châtre de Cangé, n° 4835, Roolle des fiefz de Touraine, rolle de Loches, fol. 53) ; Chapelle Saint Nicolas des Bois, paroisse de Ferrière, 1682 (A.D. 37-G 806) ; Prise de possession de la chapelle du Prieuré Saint Nicolas des Bois par Philippe Charles François Gérault, chanoine régulier de Saint Augustin, ordre de Prémontré, 19 août 1757 (A.D. 37-G 807) ; Ferrières, chapelle de Saint Nicolas du Bois, dont est titulaire le Sr curé, pauvrement pourvue du nécessaire, sans calice ; le Sr curé y en porte un pour acquitter le service, 1775 (A.D. 37-G 14, p. 5 v°) ; Chapelle Saint Nicolas des Bois, en bon état, 1787 (A.D. 37-G 14, p. 26 v°). Fief. Prieuré dépendant des chanoines réguliers de l’ordre de Saint-Augustin de l’abbaye Saint-Nicolas de Miseray (36-Cne de Heugnes), réuni de fait en 1757 au prieuré cure de Ferrière-sur-Beaulieu. Le prieur est le seigneur temporel de la paroisse. A.D. 37-G 806-807.

Localisation.

  

Cadastre 1825.





  

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 16 Avr - 16:14 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Archéologie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com