Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Poltergeist à La Haye Descarte (1857)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Faits Insolites
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 782
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 21 Mai - 19:39 (2017)    Sujet du message: Poltergeist à La Haye Descarte (1857) Répondre en citant

Poltergeist à La Haye Descarte (1857)
Descartes.


La petite ville de Descartes s’est appelée successivement La Haye, puis La Haye-en-Touraine puis (en 1802) La Haye-Descartes et enfin Descartes depuis sa fusion, en 1967, avec la commune voisine de Balesmes… En 1857 certains événement vont deffrayer la chronique. Le mot allemand Poltergeist, également employé pour désigner ces phénomènes et qui dérive de poltern, faire du bruit, et de Geist, esprit, spectre, implique l'intervention d'entités extérieures à l'homme…

 

Cette jeune fille, nommée Honorine Séguin, âgée de treize ans et demi, et appartenant à une famille de cultivateurs aisés, était placée en apprentissage chez une lingère de la Haye. Un jour, au commencement du mois de décembre 1857, pendant qu'elle travaillait à côté de sa maîtresse, la table qui leur servait éprouva une secousse violente, sans cause appréciable. Les deux femmes, enrayées, se retirent; la table suit Honorine dans tous ses mouvements, enfin elle s'éloigne et se renverse brusquement. Les mêmes effets se reproduisent sur tous les meubles qui se trouvaient en contact avec les vêtements de la jeune fille, chaises, tables, bois de lit, etc…

Il y avait déjà plus de deux mois que ces phénomènes curieux se renouvelaient journellement, sous les yeux d'une multitude de témoins appartenant à toutes les classes de la société, quand le docteur Pineau (1) se décida à s'y transporter à son tour, le 10 février 1858, et voici ce que ce médecin put constater :

La jeune fille était douée de beaucoup d'intelligence, et avait reçu chez ses parents une certaine éducation morale. Quand le docteur fut arrivé, elle s'assit près de lui sur une chaise, et plaça près d'elle une autre chaise, en contact avec le bord inférieur de sa robe, qui traînait sur le parquet. Après une demi-heure d'attente, on vit tout à coup son jupon se gonfler et s'appliquer sur l'un des barreaux de la chaise vide, qui fit aussitôt un léger mouvement de rotation, accompagné d'un craquement caractéristique. A partir de ce moment, la chaise parut obéir à tous les ordres qu'il plut à Honorine de lui adresser. Elle tournait en glissant sur le parquet, elle frappait le nombre de coups demandés, elle se soulevait sur deux pieds et y restait en équilibre, elle battait la mesure pendant qu'Honorine chantait, enfin elle se renversait avec violence. Si l'on approchait alors la main du jupon, il perdait aussitôt son état de rigidité; mais un instant après, on le voyait se gonfler de nouveau, s'approcher de la chaise et y adhérer, comme s'il avait été attiré par une force analogue à celle de l'électricité.

Pendant toute la durée de l'expérience, qui dura deux heures, les pieds et les mains de la jeune fille restèrent immobiles et en évidence, ce qui éloigne tout soupçon de supercherie de sa part. Au reste, cette supposition paraît entièrement inadmissible à l'observateur, qui mit, ainsi que les personnes présentes, la plus minutieuse attention à surveiller les mouvements du sujet. Il paraît que dans l'origine ces phénomènes offraient une intensité beaucoup plus grande. Ainsi l'étoffé de la robe devenait tellement rigide, qu'elle résonnait comme du carton lorsqu'on la frappait avec un corps dur. De plus, les meubles auraient continué à effectuer leurs mouvements à distance, après avoir été toutefois préalablement soumis au contact du jupon.


Honorine Seguin « La fille electrique » de La Haye (Indre-et-Loire)
regardée par le Dr Pineau et d'autres, repousse les meubles avec son tablier. Date: 1857-8
 

L'auteur de la relation, où nous trouvons ces détails, n'a pu vérifier lui-même ce dernier fait. Toutes les fois que, sous ses yeux, le contact des vêtements venait à cesser, la chaise devenait complètement inerte. Afin de découvrir, autant que possible, la nature de cette force mystérieuse, M. le docteur Pineau présenta au corps de la jeune fille un petit appareil composé de deux boules de sureau suspendues à un fil de soie, pour reconnaître si ces petits corps seraient attirés comme ils le sont par l'électricité. Mais le résultat fut entièrement négatif, les boules restèrent immobiles à l'approche du jupon, qui, en ce moment, soulevait et renversait une chaise en bois de noyer fort pesante. La robe était d'un tissu de laine et de coton. Cet état remarquable se produisit dans l'origine d'une manière toute spontanée, et l'apparition des phénomènes auxquels il donnait lieu, était complètement involontaire leur fréquence était même incommode pour la jeune fille. Mais plus tard, ils diminuèrent graduellement de fréquence et d'intensité. Quand M. le docteur Pineau l'examina, il y avait treize jours que les phénomènes d'attraction ne s'étaient manifestés et il fallut un effort prolongé de volonté de la part du sujet pour les faire reparaître. Finalement, ils disparurent, et depuis cette époque Honorine Séguin n'a plus rien présenté d'insolite.

Cette observation nous semble propre à confirmer la réalité des facultés électriques d'Angélique Cottin (2) et à prouver qu'il n'y avait dans le fait de la jeune fille de Bouvigny, ni supercherie, ni compérage, mais seulement un état pathologique, qui disparut spontanément comme il était venu, et comme disparaissent les troubles anormaux qui ont agité le système nerveux. Par cette explication, nous croyons qu'il est plus facile d'enlever aux partisans du surnaturel, qui l'ont exploité à cette époque, le fait d'Angélique Cottin. Dans ce cas, comme dans tant d'autres, il nous semble que l'explication scientifique vaut mieux que le scepticisme systématique et la négation.

(1) Le docteur G. Pineau, médecin aux Peluies (Cher)
(2) Angélique Cottin « La fille electrique » (14 ans) 1846, village de Bouvigny, près la Perrière (Orne)
____________________________________________
Source : « Histoire du Merveilleux et du Surnaturel » Tome 4, Par Louis Figuier. 1860.

 

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 21 Mai - 19:39 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Faits Insolites Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com