Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Les pluies de pierres de la Ville-aux-Dames.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Faits Insolites
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 782
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 21 Mai - 20:33 (2017)    Sujet du message: Les pluies de pierres de la Ville-aux-Dames. Répondre en citant

Les pluies de pierres de la Ville-aux-Dames.
la Ville-aux-Dames.


 

Les pluies de pierres sont des phénomènes dont nous avons eu déjà l'occasion de parler a plusieurs reprises. Nous avons même publié à leur sujet, des témoignages tout à fait inattendus, celui notamment de M. Chaulin-Servinière, député de la Mayenne, mort depuis dans des circonstances si mystérieuses. Un de nos amis de Tours (L.G) nous envoie le récit suivant, qui relate une série de faits du même genre. Nous le donnons comme une contribution nouvelle a l'étude d'un phénomène, dont la réalité ne semble plus aujourd'hui douteuse, mais dont l'explication n'a pas été fournie encore. On lit dans la « Touraine Républicaine » du mercredi 31 mai 1905:

« On nous signale de la Ville-aux-Dames un fait curieux qui s'est passé vendredi soir et sur la nature duquel on n'est pas encore éclairé. Vendredi soir, donc, vers neuf heures, au hameau de la Carte, près de la route de Montlouis, les époux Coulon étaient avec leurs deux fils, âgés de vingt et un ans et de douze ans, tranquillement attablés pour le repas de famille. Tout était clos, les volets et les portes. Tout à coup, sans qu'ils pussent savoir d'où cela leur tombait, les quatre convives reçurent sur la tête une véritable pluie de pierres et d'objets divers. Cela ne dura pas moins de deux heures pendant lesquelles plusieurs vitres volèrent en éclats. Les époux Coulon cherchèrent à deviner à quelle détestable plaisanterie ils pouvaient être en butte, mais ne découvrirent rien.

Ils cherchèrent aux alentours de leur maison s'ils trouveraient quelque indice, mais sans résultat. Samedi soir, à la même heure, lé même fait s'est produit, constaté par une quarantaine de personnes qui s'étaient rendues au café Coulon, curieux de pénétrer ce mystère, et qui d'ailleurs n'y sont pas parvenues. On se perd en conjectures sur la cause de ce phénomène dont l'explication sera peut-être très simple et qui, déprimé abord, paraît devoir être, comme dans toutes les maisons hantées de France et de Navarre « l’œuvre de joyeux fumistes ! »

Et dans le numéro du lendemain :
« On nous annonce que les habitants du hameau de la Carte, ayant soupçonné un individu étranger au pays, mais y résidant, d'être l'auteur des maléfices, que nous rapportions hier, lui administrèrent, sous; un prétexte quelconque, une maîtresse correction. Le prétendu sorcier a porté plainte contré ses agresseurs. C'est un pensionnaire de l'auberge Coulon, nommé Auguste Rondeau, âgé de quarante-deux ans… »

Les deux informations sommaires qui précédent appellent des compléments : La Ville-aux-Dames est ce village qu'on peut remarquer près de la ligne d'Orléans, avant d'arriver à la bifurcation de Saint-Pierre-des-Gorps, avant la gare de Tours. En 1793, on débaptisa la Ville-aux-Dames sans doute de nom trop aristocrate et on l'appela commune des Sables, en raison de ce que le sol y est a fonds de sable et aussi parce que, à chaque débordement de la Loire, celle-ci laisse d'assez grandes épaisseurs de sable qui rendent les champs incultes jusqu'à ce qu'on les ait profondément retournés (revirés, comme on dit au pays) Or, juste près du hameau de la Carte, dont il est question dans l'entrefilet de la « Touraine Républicaine » le long de la route, se trouve la levée de Conneuil, qui crève à chaque grande inondation du fleuve et contribue ainsi à préserver Tours au détriment des Varennes de la Ville-aux-Dames et de Saint-Pierre-des-Corps, alors complètement submergées. Et, à la Carte ou à Conneuil, on va tirer du sable pour les constructions ou autres usages.

C'est là qu'un entrepreneur avait mis à l’œuvre le terrassier Rondeau, en répondant de sa dépense de nourriture et de logement chez les époux Coulon. Il faut croire que Rondeau, dans certaines circonstances, a une grande extériorisation de fluide vital ou psychique, car, dès le premier soir de son entrée chez les Coulon, alors qu'il prenait son repas avec eux ou auprès d'eux, les jets de projectiles se produisirent dans la salle. Et cela recommença de plus belle le lendemain en présence de la quarantaine de personnes mentionnée dans l'article de la Touraine : Pierres plus ou moins volumineuses atteignant même la grosseur des 2 poings, morceaux de tuiles ou de briques, débris de bouteilles, etc. Entre autres, figuraient des. Pierres qu'on ne trouve guère dans l'endroit ou du moins qu'il faudrait longtemps chercher pour les
découvrir…

Un long os de bœuf attira plus particulièrement l'attention des curieux, Il avait été remarqué tombant dans la chambre. Ce que voyant, d'aucuns allèrent plusieurs fois rattacher solidement au dehors de la maison, à une selle à laver, et quelques minutes après, il retombait à nouveau avec sa ficelle d'attaché, bien que porte et fenêtre fussent absolument fermées. Un homme armé se coucha même pendant plus d'un quart d'heure au-dessous de la selle, mais sans avoir pu voir l'os prendre son vol. Notre homme sitôt levé et éloigné, ledit os faisait sa réapparition dans la maison.

C'est pendant que Rondeau dînait ou jouait aux cartes avec les Coulons ou d'autres partenaires, que de temps en temps les projectiles tombaient de-ci et de-là. Un témoin rapporte qu'il vit décrire une projection peu normale à un gros, caillou qui vint, dans sa chute, se poser sur un verre à boire où il ne put entrer, mais qu'il ne brisa pas. Il convient encore d'ajouter que certaines personnes atteintes par les projectiles ne ressentaient aucun mal, alors qu'il n'en était pas de même pour d'autres. Une jeune fille notamment eut l'arcade sourcilière coupée et ne laissa pas que de saigner fort. Vous vous imaginez bien que les curieux, plutôt sceptiques et hostiles, ne manquèrent pas de visiter la maison de fond en comble, de la cave au grenier. On ferma les portes de tout et on s'empara des clefs.

Au nombre des enquêteurs se trouvait en première heure un nommé Clemenceau, qui m'autorise à le nommer et quia répété devant moi à Papus (Tourangeau le mercredi et le samedi) comment les choses se sont passées. Clemenceau frappé lui-même d'une pierre, fut un de ceux qui usèrent de toute leur habileté pour attacher ferme le fameux os de bœuf. Doublé de son associé B (fabricant d'une composition dite philo fer), avec lequel il demeure tout près de là, et un employé de chemin de fer M. N., qui se rendit chez les Goulon armé de son fusil, il passa nombre d'heures à explorer, réfléchir et surveiller. « Je me crois, dit-il, un esprit fort, pas du tout crédule, mais à présent, quand on viendra me soutenir que ces faits là sont des inventions, je saurai le prendre de haut avec les dénégateurs, fussent-ils des savants. Rien ne peut faire que moi et les autres, nous n'ayons vu et bien vu. Quant à la cause et au modus operandi, je n'y comprends rien… » La soirée du samedi se passa comme il a été dit. Rondeau s'en alla au grenier coucher sur une botte, de paille écartée et couverte d'un drap, et les Coulon dans leur lit. Le dimanche vinrent deux cents personnes. En présence de cette foule, il ne se produisit rien. Mais, au contact, les têtes se montèrent : le tireur de sable ne pouvait être qu'un sorcier faisant des tours aux gens. Le lundi (29 mai) nouvelle foule de plus en plus excitée. On ne parlait que de faire à Rondeau son affaire... D'où querelle et coups. Rondeau perdant patience, saisit une table et Ia lança sur ses plus proches assaillants. Mal lui en prit ! On tomba dessus, on lui creva l’œil à moitié et on; le roua de coups. Après quoi, il envoya une plainte à l'autorité et disparut du pays... Ainsi, du reste, que les sorcelleries qu'on lui imputait.

Que deviendra sa plainte ? J'avais oublié de vous dire que les lumières municipales s'étaient montrées dans la personne du garde-champêtre, que les gendarmes aussi avaient été envoyés...Mais que vouliez vous que fit Pandore, sinon demander à Rondeau ses papiers, qui étaient en règle ? Au parquet, on dira : « Quelle sotte farce ! Est-ce que nous allons nous occuper de ça ? Rondeau a ses coups qu'il les garde. Fallait pas qu'il aille tirer du sable par-là. Classons bien vite l'affaire. »

Et voilà comment sera traitée et étudiée la dite affaire, alors qu'il serait si intéressant de s'attacher à Rondeau pour savoir s'il est conscient de sa faculté, ce qui est assez improbable, bien que Clemenceau ait rapporté à Papus ces paroles énigmatiques qu'il aurait prononcés :« J'en ai vu bien d'autres ». Il y a plus. La femme Coulon, elle aussi, serait un médium. Lors d'une maladie qu'elle fit, il y a sept ou huit ans, elle aurait été soulevée et dansée dans son lit. Depuis, elle aurait aussi été l'objet de jels de pierres... sans jeteur apparent...


Route de Tours à La Ville aux Dames.

Qui sait, au cas où Rondeau en aurait été à ses débuts comme « faiseur de tours », si la rencontre de ces deux médiumnités n'aurait pas été le facteur des mystérieuses manifestations en jeu, dont le résultat le plus clair fut d'occasionner, avec grandes scènes de violence, la réédition d'un tas d'imbécillités toujours formulées quand pareils faits arrivent ? Maintenant, et les autorités locales ? Le maire, un brave homme aussi pacifique que possible, n'entend pas se mêler en quoi que ce soit aux différends de ses administrés, d'ailleurs, il se déclare incompétent en la matière. Le curé idem, avec une apparence de raison d'autant plus grande qu'il eût été exposé à ce qu'on dise : « C'est le curé qui a fait le coup » Puis, c'est un prêtre sage, qui s'abstrait en lui-même, attendant, résigné et sans conflit avec personne, qu'on lui enlève son église, ce qu'il ne se décide peut-être pas au fond à croire, pas plus que, de leur côté, ne le croient ses ouailles en général pas trop hostiles. Reste le maître d'école qui, lui, ne peut admettre de pareilles choses...

Complétant ces premiers renseignements, Monsieur L. G. nous a adressé, il y a quelques jours, la lettre suivante :

« Monsieur Gaston Mery,
Comme suite à mon précédent envoi, je vous adjoins ce qui suit touchant la maison hantée de la Ville-aux-Dames. J'ai revu Clemenceau aujourd'hui. Ce n'est pas lui qui est l'auteur, des communications à la « Touraine Républicaine » mais le garde-champêtre.
- Celui-ci à exagéré en disant qu'il y avait quarante personnes le samedi soir pour voir le phénomène : il n'y en avait pas plus d'une douzaine (à rectifier en conséquence le passage de mon article répétant le fait des quarante personnes)
A noter que les pierres tombaient également en dehors de la maison. A noter surtout que le dimanche soir où il ne se produisit rien quand vint la foule, Rondeau étant du reste déjà couché dans le grenier, des gens de cette foule jetèrent des pierres sur la maison et brisèrent des vitres, ce qui fait répéter à d'aucuns : « Vous voyez bien qu'un tel ou un tel ont lancé des projectiles. La veille, c'était certainement là même chose et ce ne sont tous que des fumistes... »

Il n'en fut pas de même, par exemple, le lundi, et les pierres se firent remarquer de ceux qui étaient là. D'où cris et altercations, pendant lesquels un coup de poing fut envoyé à Rondeau qui riposta par la jetée d'une table, ce dont mal lui en prit, puisqu'il fut à demi-assommé. Je me suis rendu au parquet afin de savoir où Rondeau séjournait maintenant. Là on ne sait rien, mais on attend de lui la lettre qu'il a promis d'envoyer quand il aurait retrouvé du travail. On ne croit pas que son affaire soit appelée avant quinze jours. Je me tiendrai au courant et sitôt que je saurai son nouveau domicile, je tâcherai de le voir et de le faire causer.

Salutations dévouées, L. G. »
________________________
Source: « L'Écho du merveilleux » revue bimensuelle du 15 Juin 1905. Directeur : Gaston Mery.
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 21 Mai - 20:33 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Faits Insolites Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com