Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


La « Cache à Sel »

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 782
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 11:22 (2017)    Sujet du message: La « Cache à Sel » Répondre en citant

La « Cache à Sel »
Le Grand-Pressigny.


Non loin du Grand-Pressigny, sur le versant gauche du vallon de Fontgaudron, au bord d'un chemin, quelques pans de murs résistant encore à l'assaut des siècles marquent l'emplacement d'anciennes habitations. Sous un de ces bâtiments prend naissance un couloir légèrement sinueux. A peine engagé, les restes peu visibles d'une feuillure montrent qu'une porte bloquait déjà Ie passage aux assaillants. Puis, après plusieurs mètres, le couloir présente deux élargissements successifs formant comme un « S ». Ce dispositif étonnant permettait-il à deux personnes de se croiser dans ce boyau étroit, ou alors est-il do a des difficultés de creusement liées par exemple, a la nature de la roche ? Plus loin, après ce qui semble être les restes d’une autre feuillure, il faut franchir une courte mais étroite chatière pour atteindre la salle terminale (salle A)

 

Celle-ci, de dimensions assez modestes, est taillée avec soin et harmonie. Sur le coté droit, la paroi est bordée par une banquette de pierre qui se prolonge jusqu'au débouché de la chatière, de l'autre côté, un pilier soutient la voûte et précède le débouché d'un puits communiquant avec la surface. Ce puits carré, muni de marches, était clos dans sa partie supérieure par d'épaisses plaques de tuffeau encastrées dans des rainures horizontales. Cet aménagement est typique des souterrains refuges, et se retrouve dans de nombreuses salles terminales dont l'accès se fait par une chatière. En effet, lors du creusement de la salle, il était très difficile d'évacuer les déblais par l'ouverture étroite qu'offre le goulot, alors qu'un tel puits permettait de remonter sans trop de difficultés les blocs détachés. Lorsque= tous les déblais avaient été évacués, le puits était fermé, et son emplacement en surface camouflé, par exemple en recouvrant les blocs de fermeture par de la terre. Ces précautions étaient indispensables, car un puits débouchant dans la dernière salle aurait permis aux assaillants d'éviter tous les systèmes de défense, notamment le passage de la chatière.

Bien souvent, au niveau de ces puits de remontée, la voûte, fragilisée par la présence de l'ouverture, s'effondre. Les architectes de la cache à sel avaient sans doute pensé a cet inconvénient, puisque, jouxtant l’orifice, un pilier judicieusement disposé soutient parfaitement l’ensemble. La «cache à sel », nom évocateur inscrit dans la mémoire collective, attribuant à ce souterrain un rôle au temps de la gabelle : i| aurait servi a des faux-sauniers pour y cacher leur sel et même s’y réfugier. La gabelle, impôt sur le sel, était très impopulaire. Des le XIVe siècle, chaque foyer devait acheter le sel au grenier dont i| dépendait. Les contribuables étaient divisés en plusieurs catégories imposées différemment et une consommation minimale était établie ; celui qui ne la respectait pas était immédiatement soupçonné de contrebande.

 

Au XVIe siècle, selon les régions, le montant de la gabelle différait : La Touraine et toute la généralité de Tours était un pays de grande gabelle, Ie prix du sel y était élevé, alors que Ie Poitou, moyennant Ie versement d'une somme considérable, avait été exempté de cet impôt. Ainsi, « vers 1750, dans le Chatelleraudais, pays de franc-salé, le sel coûtait de 6 liards a 2 sols la livre, tandis qu'en Touraine on le payait 15 sols la livre » (1). Ces différences importantes entraînèrent Ia contrebande, les faux sauniers venaient du Poitou pour revendre leur sel en Touraine. Ce sel de Saintonge, différent du sel nantais, y était d'ailleurs déclaré faux-sel. Les gabelous, ou archers de la gabelle, surveillaient attentivement les allées et venues, arrêtant parfois les contrebandiers, comme en témoigne cette déclaration de 1733: « Certifions que sur I'avis a nous donné qu'il devait passer un équipage de faux sauniers sur la pentière du dit Pontille, nous nous sommes transportés au village de La Tourette, paroisse de Saint-Louand (au Nord de Chinon), pour y dresser embuscade, avons remarqué des traces de sel enterré dans un champ, avons rencontré trois chevaux puis un homme qui dormait près des chevaux et, sous un tas de foin neuf sacs de sel près de la maison de La Tourette. Il y avait deux ou trois jours qu’il était dans ce quartier sans pouvoir passer Ia rivière. Nous avons mis les chevaux en fourrière chez Ie sieur Jean, hoste de l'auberge ou pend l'enseigne des trois rois ». (1)

Les faux-sauniers formaient également des bandes organisées qui n'hésitaient pas à se battre, comme le signale un receveur des finances de Gisors en 1707 : « Je viens encore d'avoir avis qu'hier au soir deux troupes de faux-sauniers s'étant rencontrées à Cérifontaine se disputèrent. Ce sont des gens qui savent leur métier... Il en parait moitié soldats et moitié paysans, tous bien armés de fusils, mousquetons, pistolets et baïonnettes ; tandis qu'ils repaissent et reposent, Il y en a toujours trois ou quatre qui font la garde aux environs... » (2)

Ce souterrain de structure simple, un boyau menant à une petite salle protégée par une chatière, servait probablement a un petit groupe d’hommes. La légende nous incite à croire qu'il a été utilisé au temps de la gabelle par des contrebandiers afin d'y cacher hommes et faux sel. Elle a peut-être été creusée dans ce but ou seulement réutilisée. Il est certain que sa situation géographique, a l’extrême Sud de la Touraine, aux portes du Poitou, faisait de la « cache à sel » un repère idéal. II y a des siècles des faux sauniers y ont peut-être déjoué la surveillance des archers de la gabelle, narguant ainsi le pouvoir royal qui maintenait cette taxe des plus impopulaire.

Prendre à droite devant l'étang et suivre le chemin qui descend le long du vallon de la fontaine de Fontgaudron, où vous découvrirez une cache à sel du XIV eme siècle (se munir d'une torche pour visiter).
___________________________________________
(1) «La vie en Chinonais au temps de la gabelle », par E. Millet. BA VC VI, 10, 1966.
VII, 1, 196 7.
(2) «Les paysans, Ies républiques villageoises Xe, XIXe siécle », par H. Luxardo. Editions Aubier.

Source :
Jérôme Triolet et Laurent Triolet; souterrains du centre-ouest, 2005.

Localisation.




Cadastre 1831.






_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 11:22 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com