Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château de la Tour du Raynier.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 861
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 28 Déc - 16:53 (2017)    Sujet du message: Le Château de la Tour du Raynier. Répondre en citant

Le Château de la Tour du Raynier.
Verneuil le château.

Au Nord du bourg de Verneuil le Château, une ancienne forteresse a conservé son donjon en fer à cheval et son logis à l’Ouest, ce château fort portait le nom de « La Giraudière » en 1447, en parti détruit par l’architecte piémontais Dimanche du Raynier qui rebâtit sur son emplacement en 1454 un nouvel édifice. Ce fief relevait du prieuré Notre-Dame de Loudun.


Historique.
Le donjon est une importante construction polygonale arrondie au nord, carrée au sud, dont le couronnement en crénelage a été remplacé par une toiture de tuiles canales sans supprimer les mâchicoulis. Il se compose de trois pièces superposées, toutes trois avec cheminées à hotte et un voûtement différent. De grandes ouvertures à meneaux éclairent les deux pièces supérieures. Un escalier à vis est incorporé à l'ouest du donjon. Le logis contigu peut dater de la fin du XVe siècle. Les fenêtres à meneaux possèdent encore leurs volets d'époque avec panneaux à serviettes.

Cet ancien fief relevait du prieuré Notre-Dame de Loudun. Vers 1447, Dimanche du Raynier et Jacques de Larçay le vendirent à Isaac Poitevin, maître apothicaire à Tours. Vers 1542, il appartenait à Lancelot du Raynier; en 1599, à un autre Lancelot du Raynier; en 1611, à Dimanche du Raynier; en 1642, à Louis de Tusseau, baron de Maisontiers, marié à Marguerite du Raynier, fille du précédent; en 1666, à Charles Odart, chevalier, seigneur de la Fuye; en 1722, à Claude-Henri Odart, chevalier, marié à Marie-Françoise du Chaussay; en 1770, à Claude-Henri Odart, chevalier, seigneur de Rilly, qui épousa Jeanne-Amable Chabert de Prailles.

Les Frères du Raynier.
Une bien curieuse famille que celle des du Raynier, ces gentilshommes Piémontais étaient venus en France dès le XVe siècle. Comme tant de leurs compatriotes d'outre monts, attirés par ce charme que la France et particulièrement nos belles provinces de Touraine et d'Anjou ont toujours exercé sur les étrangers, l'un d'eux, Dimanche du Raynier qui fut Maître d'Hôtel du Roi, Capitaine de 100 lances de la grande ordonnance et l'un des otages de la trêve pendant le siège de Vannes sous Louis XI, s'établit en Touraine par un mariage avec Perrine de Maillé, qui, par suite de la mort d'un frère devint héritière des domaines paternels de Cravant, Chézelles et la Giraudière (1492). Cette dernière seigneurie sur la paroisse de Verneuil, très proche de Chézelles et de Rilly, dans un site un peu sauvage et d'accès difficile plut aussitôt à ce nouveau seigneur qui se hâta de faire abattre le modeste castel qui s'y trouvait et le remplaça par une « maison forte », défendue par un puissant donjon qui demeurent aujourd'hui et fort intéressants, dès lors, la Giraudière prit le nom de la Tour du Raynier.

Cette race était hautaine et querelleuse, Joachim du Bellay qui lui fut allié, eut fort à s'en plaindre. François, seigneur de la Tour du Raynier et de Chézelles, fils de Lancelot et d'Antoinette de Mathefelon, d'une des grandes maisons féodales de l'Anjou, qui lui apporta d'importants domaines, ne vit pas d'un oeil favorable le partage des biens de son père qu'il dut faire avec ses frères, Charles du Raynier, Baron de Clermont, et Gabriel du Raynier, Seigneur de Dorée, il ne conserva de bons rapports qu'avec sa sœur Jeanne du Raynier, mariée à Gabriel Seigneur de Rasilly, l'un des 100 gentilshommes de la maison du Roi et gouverneur du château de Chinon ; sa haine se porta particulièrement sur son frère Gabriel du Raynier, qui lui contestait ses droits sur un Moulin situé entre la Tour du Raynier et Chézelles, la lutte commença par des procès, d'interminables procès qui n'accommodaient pas les parties. Le cadet, Gabriel, transporté de colère, poussé à bout, brusqua les choses, il arma une centaine d'hommes tant gentilshommes que paysans, les pourvut de « pistollets à feu, arbalestes, piques, Hacquebuttes a crocs » et s'enferma avec sa troupe dans le moulin convoité qu'il fit solidement fortifier, faisant « dresser et affuster plusieurs Faulxcohneaux entre les murailles », l'aîné n'avait pas perdu son temps, prévoyant ce qu'il allait arriver, il prépara son attaque dans le plus grand secret, à la tête de cinquante gentilshommes, ses vassaux ou ses voisins et de ses serviteurs « portant rondelles, chemises de mailles, morions, espées, dagues, pistollets » il entreprit une expédition nocturne contre ses adversaires et, à l'improviste attaqua le moulin qu'il emporta d'assaut après une lutte acharnée.


Crédit photo - litteratur.fr (Pierre Marie Danquigny) 2016

Gabriel avait juré en s'y renfermant « qu'on ne le ferait sortir que par la force », c'est ce qui se produisit, les vainqueurs se livrèrent au pillage, criant : « chair Dieu, sang Dieu, paillards vous êtes morts ! Ou estes vous mastins, paillards ! tués les, tués les tous ! » Cette scène de carnage prit fin par l'arrivée de la Maréchaussée. François du Raynier et ses principaux complices furent arrêtés. Pour sa défense il déclara ; « que ce qu'il a fait a esté pour la conservation de ses droits et déffence de sa personne par les moyens qui lui sembloient estre les meilleurs et sans inconvénient. » Ceci se passait en l'année 1556, la justice était indulgente pour ces sortes de faits, peut-être craignait-elle les représailles. François du Raynier avait de bons appuis à la Cour, peu après les événements tragiques, le roi lui accorda des lettres de remissions ainsi qu'à son frère. Il put couler des jours heureux et fortunés avec Yolande de la Jaille, sa femme, au milieu de ses nombreux enfants jusqu'à sa mort arrivée en 1575.

Le petit-fils de François du Raynier, Dimanche, 2ème du nom, Seigneur de la Tour du Raynier, Chézelles, etc., ne laissa que deux filles, l'une porta Chézelles dans la maison de Tusseau, sous la restauration le Marquis Henri de Rilly, descendant de l'autre, vendit la « Tour du Rilly » ou de Rigny.

Le Cte de RILLY.

André Montoux T3 P241
_________________________
Base Mérimée : PA00098277
protection MH : 1963/08/05 : inscrit MH : Le donjon (intérieur et extérieur) ; le logis ; les façades et toitures ainsi que les cheminées et menuiseries anciennes (cad. A 27) : inscription par arrêté du 5 août 1963.

La Tour du Raynier ou La Giraudière (1447, Archives départementales), La Tour du Raynier (1599 et 1611, Archives départementales), La Tour du Regnier (1639, rôle des fiefs de Touraine, rôle de Chinon), La Tour du Raynier (1770, Archives départementales), La Tour du Raynier (XVIIIe siècle, carte de Cassini), La Tour du Ragnier (1836, cadastre), La métairie de la Tour du Raynier (1884, acte notarié), La Tour du Ragnier (1933, cadastre), La Tour du Raygnier (1972, cadastre), La Tour du Ragnier (carte IGN).

Localisation.




Cadastre 1836.





_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Déc - 16:53 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com