Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château de la Grande Caillère.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 950
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 28 Fév - 09:15 (2018)    Sujet du message: Le Château de la Grande Caillère. Répondre en citant

Le Château de la Grande Caillère.
Chaumussay.


Une découverte déjà ancienne a mis en évidence l'antiquité de ce petit hameau. Le 24 janvier 1882, un cultivateur de la Caillère, occupé à labourer un champ, souleva avec l'aide de son fils, une lourde pierre qui arrêtait le soc de sa charrue. Il découvrit ainsi un sarcophage renfermant les ossements de trois personnes. Une vingtaine d'autres tombeaux furent mis à jour sous la direction du curé du village, l'abbé Brung, qui les jugea d'époque gallo-romaine. Aucune monnaie ni inscription ne furent rencontrées au cours des fouilles, mais seulement des débris de tuiles à rebords.

Au Moyen Age, la Caillère était un fief, relevant de la châtellenie de Chanceaux (1) à foi et hommage simple. Chaque année à la saint Martin, le seigneur était redevable envers son suzerain de six deniers et d'une paire de gants blancs. Le premier propriétaire cité par Carré de Busserolle est Jehan de Périon, bailli de Preuilly, qui rendit hommage pour sa terre de la Caillère le 13 mars 1558, au seigneur de Chanceaux. Son fils Antoine, avocat au Parlement, épousa Marie de la Roque, dame de Launay-sur-Fourche, en la paroisse de Bossay-sur-Claise, dont il eut Philippe, seigneur de Thaix, de la Grande et Petite Caillère. Gentilhomme de la Chambre du roi et maître de camp, il devint seigneur de Ports en 1627. Par testament, il légua 125 livres de rente à l'église d'Yzeures où il avait fait faire à la même époque de grands travaux de consolidation et d'embellissement, demandant à être inhumé dans le choeur, dans un cercueil de plomb, sous le banc seigneurial « avec écussons et armes timbrées ». Ses volontés furent exécutées quand il décéda en 1655 (2), mais son tombeau fut violé, paraît-il, au siècle suivant, par un prieur avide qui en vendit le plomb. Son successeur fut son fils unique, qui prit le titre de marquis de Ports. Au XVIIIe siècle, la Caillère appartenait à la famille du Puy.

Il ne reste aujourd'hui que bien peu de choses du vieux logis datant du XVe siècle. On remarque sur la façade Est, le linteau d'une porte orné d'une accolade, réutilisé dans une fenêtre moderne. A l'étage, une petite baie a conservé son entablement en saillie. Le pignon nord a gardé une belle fenêtre à meneaux, entièrement murée de gros moellons, dont chaque panneau est surmonté d'une accolade. Dans le grenier subsiste le jambage supportant l'une des consoles d'une cheminée disparue. L'embrasure d'une fenêtre est encore occupée par une banquette de pierre. Deux petits pilastres doriques encadrent la lucarne en plein cintre de l'étable. Il n'y a plus guère que ces quelques détails qui, de nos jours, rappellent l'ancienneté de la Caillère.

Le fief de la Caillère a été longtemps possédé par la famille de Périon, à laquelle appartenait le célèbre prieur de Cormery, Joachim Périon, né en 1498. Jehan de Périon, bailli de Preuilly, frère de Joachim, rendit hommage au seigneur de Chauceaux, pour sa terre de la Caillère, le 13 mars 1558. Antoine, fils de Jehan, seigneur de la Caillère et delà Grange, avocat au parlement et bailli de Preuilly, épousa Marie de la Roque, dame de Launay-sur-Fourche, paroisse de Bossay, et eu eut Louis de Périon, seigneur delà Caillère (1600) La fortune des Périon, très modeste du temps du prieur de Cormery, ainsi que le remarquent les biographes de ce dernier, s'accrut considérablement au commencement du XVIIe siècle. Philippe de Périon, fils de François, possédait en effet, outre sa terre de la Caillère, celles de Launay, de la Bivaudière, de Thaix, près Yseures, de Ports, et la vicomte de Grouin : Il était gentilhomme ordinaire de la chambre du roi et mestre de camp. Divers actes lui donnentle titre de marquis de Ports. I! mourut en 1649, et fut enterré dans l'église d'Yseures.
_____________________________
(1) Paroisse d'Etableaux, aujourd'hui commune du Grand-Pressigny.
(2) Carré de Busserolle donne la date de 1649. Mais Mme M.R. Souty a
retrouvé dans le registre paroissial de Ports l'acte d'inhumation provisoire de Philippe de Périon dans l'église: il est daté du 15 novembre 1555. Il fut exhumé le 6 octobre 1660 pour être transporté à Yzeures.

Source : Chaumussay et ses vieux logis, par M. André MONTOUX
Bulletin de la Société archéologique de Touraine - T. XXXVII (1972)
Mémoires de la Société archéologique de Touraine. Série in-8 (1842)Tome XIII (1860) P.212
_________________________
La Grande-Caillière. Cne de Chaumussay. La Grande Caillère, 13 mars 1558 (Dom Housseau, t. XIII) ; La Caillère, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; La Grande Caillière, 1811 (Cadastre) ; La Grande Caillière, 1971 (Cadastre). Fief.

Localisation.




Cadastre 1811.






_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 28 Fév - 09:15 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com