Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Les « Mutilations Marines »

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Les Mutilations animales & Co
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 19:52 (2008)    Sujet du message: Les « Mutilations Marines » Répondre en citant

Les « Mutilations Marines »
Traduction & Synthèse Mikerynos de plusieurs articles.
 

« Encore de la viande de Baleine. »
par Jonathan Downes


Beaucoup de choses ont été écrites ces dernières années sur le sujet des « mutilations animales », dont certaines affaires semblent impliquées le phénomène OVNI, au centre du « Fortean Zoology » nous avons regroupé des rapports sur ces affaires durant de nombreuses années. Mais c’est récemment que nous avions reçu des rapports de ce qui semble être des « mutilations marines » concernant des mammifères marins et plus particulièrement les baleines et les dauphins. Nous avons personnellement étudié plusieurs de ces cas et en raison du nombre de textes qui leurs ont été consacrés, nous estimons qu’il est inutile de les décrire en détails.


Baleine femelle Globicéphale Noir (Globicephala melas) « La mutilation de Lyme Bay »
Le Mercredi 1er ocotobre 1997, Exmouth, Devon (Royaume Uni
)

Il y a 10 ans déjà, qu’une étrange série d'événements sont survenus dans l'Ouest de l'Angleterre, bêtes étranges, étranges mutilations animales et OVNI. Ses événements en question ont faits la chronique des pages du livre « The Rising of the Moon », un excellent livre écrit par Jon Downes et Nigel Wright, livre préconiser pour ceux qui portent de l’intérêt pour l’ufologie et les mutilations animales. Une de ces affaires est peu connue en en dehors du Royaume-Uni.

Tout comme celle du 1er octobre 1997, ou Nigel écrit : Il y a approximativement trois semaines, deux jeunes hommes qui nageaient dans la petite baie d’Otter Cove à Lyme Bay, située dans l’Exmouth en Angleterre, décident de rejoindre le rivage car l’obscurité commence à poindre, ils se changent et décident de rentrer chez eux. Une fois rhabillé, l’un des deux en regardant vers la mer, aperçoit une lumière « verdâtre » sous la surface de celle ci. Il appel alors l’autre jeune homme, et tous les deux regardent cette lumière devenu un peu « rosâtre » à la surface de l'eau. A ce moment une lumière très vive éclaire leurs visages, c’est alors qu’ils s’enfuient de la plage.

Pendant ce temps, sur le sommet des falaises, dit Nigel, des choses également étranges sont en préparation… Les deux jeunes hommes ont couru à la voiture d'un de leurs parents (la mère, de l’un d’eux) et ont expliqué ce qui s'était passé, cette dernière explique aussi qu’elle a vu aussi quelque chose de très inhabituel au même moment sur la route menant à Otter Cove: Un étrange animal qu’elle a comparé à un « énorme chat », quelle que soit l'origine de la bête, elle certaine d'une chose, il était lumineux, presque rougeoyant.

Le lendemain de ces événements, une baleine femelle Globicéphale Noir (Globicephala melas) a été retrouvée morte ramené par la mer sur la plage, juste en dessous des falaises. Cependant cela ne semble pas avoir été un simple accident tragique, la baleine avait été retrouvée précisément dans la zone anormale des lumières et une étrange créature avait été aussi aperçue, Nigel a alors démarré une enquête suite aux témoignages qu’il avait reçus.

Selon Nigel, « La première chose qui m'a frappé, lorsque je me suis rendu sur place, c’était l’état de la carcasse qui était parfaite, Il n'y avait pas de pourriture ou de gros morceaux de chairs déchirés, en faisant le tour de celle ci, j’ai remarqué qu’il y avait une seule blessure externe dans la région de l’appareil génital, une sorte d’incision de la taille d'une grande assiette, coupée dans les organes internes du mammifère. Les côtés de cette incision étaient parfaitement formés, comme si un dénoyauteur géant de fruit avait été inséré et été tordu autour de celle ci, et quelques-uns uns des organes internes pendaient de la blessure »

« J'ai interrogé le fonctionnaire du patrimoine, qui était responsable de l'élimination de la carcasse, Il m'a alors informé qu'aucun prédateur naturel ou bateau n’aurait pu causer ce style de blessure et la première chose qui m’est venue à l’esprit, a été la comparaison avec les cas de mutilations faite sur le bétail » Nigel a également pu déterminer que ce n'était pas la première fois que des lumières inhabituelles ont été aperçus dans les environs de Lyme Bay.

« Aucune date précise ne peut être donnée pour cette soirée, lorsqu’un bateau de pêche a rencontré une étrange lumière à Lyme Bay, j’ai rencontré le capitaine du navire concerné, et je peux témoigner de son authenticité » Le navire en question se trouver à cinq milles au large de « Budleigh Salterton » lorsque l’équipage observa une lumière bleu brillante qui tournait à une certaine distance de l’embarcation. Dans un premier temps, ils ont pensé que c’était un hélicoptère, mais aucun bruit n’était perceptible, ainsi qu’aucune lumière de navigations.

Nigel a été informé par le capitaine du navire que la nuit avait été « claire et silencieuse » et que si l'objet avait fait du bruit, il aurait certainement été « audibles à des kilomètres » La lumière est restée stationnaire environs 1h30 à une hauteur un peu plus élevée que le mat de leur navire qui fait 28 pieds de haut (environ 9 mètres), selon une estimation de l’équipage, puis celle ci a ensuite disparu soudainement. Dix ans plus tard, le mystère de Lyme Bay reste entier…. Et il y a un antécédent à cette affaire :

Baleine femelle à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris)
Le mardi 22 septembre 1987, Exmouth, Devon (Royaume Uni)


Dix ans avant, presque jours pour jours, c’est qu’une autre baleine femelle à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris) à été retrouvé échouée dans le même secteur, cette fois à la crique d’Otter Cove (journal « The Exmouth Heraldle » du vendredi 25 septembre 1987) qui publie l’article suivant :

« Pourrions-nous, s'il vous plaît nous récupéré la mâchoire de notre baleine.
Des pilleurs ou chasseurs de souvenir, ont emporté la mâchoire inférieure d’une baleine de 6 mètres de long (2 à 3 tonnes), échouée sur une plage près d’ Exmouth, pour voler les deux dents de devant (Les baleines à bec possèdent une ou deux paires de dents )« Exeter's Royal Albert Museum » et le « British Museum » de Londres ont envoyé des experts récupéré la carcasse afin d’étude, mais pendant la nuit, la baleine à flotter au loin dans la baie de Lyme, car personne ne l’avait arrimée dans l’attente des fonctionnaires qui étaient arrivés pour prendre en charge la carcasse, le mardi matin ont constaté que les dents qui sont la propriété de gouvernement étaient absentes. »

Les échouages de mammifères marins constituent la principale source de données et de prélèvements biologiques et le transport, ainsi que toutes autres interventions sur les mammifères marins sont interdites par la loi. Ici, nous pouvons constater que la mâchoire inférieure a été entaillée, scénario généralement rapporté dans les mutilations classiques de bovins, il y a aussi la coïncidence des lieux et la synchronisation (car nous verrons qu'il y a eu des rapports d’observation d’OVNI pour cette période de 1987). La crique d’Otter Cove est un lieu particulièrement isolé, qui ne peut être atteint que par un chemin étroit venant d’un camp de vacance local. Si la mutilation a été effectuée de nuit (le jour, difficile d'échapper aux yeux indiscrets des badauds) cela nous semble presque impossible après avoir visité l’endroit :

Il aurait fallu une tronçonneuse pour accomplir le prélèvement de la mâchoire, opération a effectué sans attirer l'attention. Une fois en possession de cette immense mâchoire, les voleurs auraient du emprunter le chemin étroit de la falaise sans courir un degré déraisonnable de danger. Ne rencontrer personne sur le chemin. Ceci réfute d'une manière satisfaisante toutes les allégations qu'elle aurait été mutilée par des chasseurs de souvenir même s’ils avaient eu le temps, l'occasion ou le motif son très incertain. Ces deux cas de baleines de la crique d’Otter Cove se situent au moment d’une forte activité OVNI dans les parages.

Grands Dauphin (truncatus de Tursiops)
Mars 1999, Devon (Royaume Uni)


En mars 1999, il y a eu de nombreuses observations d’OVNI dans le sud du Devon, John s'attend à ce qu'une corde des phénomènes anormaux apparents et disparates se produise pendant les flux d’activité OVNI, et nous avons reçu des rapports sur un animal étrange apparent à un lion dans le secteur concerné, ainsi que d’une série de mutilations sur de grands dauphins (truncatus de Tursiops) le long du rivage de la Manche.

Grâce à un représentant  local du « Brixham Seawatch » (fondé par Lindy Hingley) un groupement de défense et de la conservation des cétacés, nous pouvions examiner la carcasse d’un de ces dauphins, et pour la première fois nous pouvions effectuer une autopsie détaillée. Ce que nous avons trouvé ne semble malheureusement n’avoir aucun rapport avec les mutilations classiques ou autres mystères. Nos conclusions :

En dépit des rapports dans certains secteurs,  la tête de l'animal n'a pas été enlevée avec une simple coupe (évocation d’un laser selon une source), cette dernière à bien été enlevée par un instrument dentelé, du type fendoir. Il y avait des marques de scies sur les vertèbres cervicales et dans la graisse de l’animal, la coupe des vaisseaux sanguins de la tête a confirmé tout ceci. Nous avons enlevé les poumons pour examens, si l’animal s’était noyé, nous aurions retrouvé de l’eau de mer et si l’animal avait été asphyxié par exemple, les capillaires dans le poumon auraient éclaté et il y aurait eu excessivement de sang à l'intérieur des poumons. Dans ce cas, il n’y avait aucun fluide dans les poumons qui étaient complètement intacts.
Cependant, il y avait un excès de sang dans la cavité du corps lui-même, ce qui est conforme à un animal ayant été commotionné, sur la queue de l’animal, des traces ou des marques de ce qui apparaît être corde de nylon, ou probablement un filet.

Nos conclusions sont que ce dauphin c’est empêtré dans un filet dérivant, probablement placé illégalement par des pêcheurs de Cornish Crab, alors que ce dernier était encore vivant, les pêcheurs peu disposés à endommager leur filet, ont frappé le dauphin sur la tête pour l'assommer, ont ensuite scier celle ci et certains de ses ailerons, avant de rejeter-le tout à la mer.

Dauphin Rayés  (truncatus de Tursiops)
France, 1998


En 1998, un autre mystère survint en France sur la côte Ouest de la méditerranée qui se trouva jonchée de 22 cadavres de dauphins rayés, s’étalant sur une période de vingt jours entre les plages du Languedoc et du Roussillon, entre Agde et la frontière espagnole. En France, un Arrêté ministériel du 20 octobre 1970 porte sur l’interdiction de capturer et de détruire des Dauphins. Tous portaient des blessures, des trous de dix centimètres de diamètre dans la zone de la gorge ou une coupure à la mâchoire à peu près à la même place. La précision extrême des blessures suggéra plutôt une cause accidentelle comme une agression par un prédateur, mais d’explication ne vint pas. On évoqua alors le virus qui tua 65 dauphins de méditerranée en 1995 ou les filets dérivants. Un expert en dauphin, Leo Sheridan insinua que les animaux pouvaient provenir d’une base militaire (L’US Marine utilise des dauphins) et qu’on les avait sacrifiés une fois qu’on avait plus besoin d’eux. Le journal « Le Figaro » parla d’explosion à distance sur des dispositifs fixés à leurs colliers de repérage, dont aucun ne fut retrouvé d’ailleurs. Ces hypothèses furent rejetées à cause du fait que l’espèce impliquée de dauphin n’était pas celle qui sert normalement  pour ces expériences. On parla alors du réchauffement climatique et l’affaire fut classée, une opération plus pragmatique aurait impliqué les pêcheurs, mais elle circula sous le manteau. Le mystère reste donc entier. (Source Michel Granger)

Conclusion.
Des incidents plus célèbres concernent aussi d’étrange carcasse non identifié rejeté par la mer, souvent des carcasses décomposées de baleines, mais ceci sort du cadre de cette étude. En conclusion, seul les deux cas de la crique d’Otter Cove et ceux des dauphins rayés de méditerranée posent un problème, en l’absence de données plus précises, il est trop tôt pour dire s’il y a un réel mystère dans les faits cités. Le dossier reste ouvert.
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Mer 19 Jan - 19:20 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Mar - 19:52 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 17 Aoû - 17:52 (2010)    Sujet du message: Les « Mutilations Marines » Répondre en citant

Blakeney Point, Norfolk (Royaume-Uni) Le 14 Août 2010.
Mutilation de phoques.


Le 13 Août, des dizaines de phoques gris et commun ont été retrouvées morts avec des mutilations mystérieuses, les carcasses se sont échouées sur plusieurs plages (1) autour de « Blakeney Point » située sur la côte Nord du Norfolk. Ce sont plus de 38 phoques depuis le mois de décembre 2009. Les mammifères morts ont tous des lacérations profondes, les experts indiquent que cela a été causé par une lame aiguisée et une force considérable. Des milliers de badauds viennent sur la plage ou en bateau pour observer ces mammifères marins. Cette découverte a déconcerté la population locale. Une blessure en sorte de spirale présente sur tous les animaux, suggère que toutes les victimes aient emprunté une sorte de sas et happé par un instrument tranchant. Les autorités de police et de protection des animaux ont exclu l’attaque d’Éléphant des mers (le plus imposant représentant de la famille des phoques) qui ont été aperçu, ces derniers temps, au large de la côte Nord du Norfolk. Il n'y a aucune indication que ces décès ont été causés par la maladie ou tout type de prédateur.

  

L'inspecteur Mike Brown, de la police de Norfolk au poste de Fakenham a déclaré hier aux médias: «Les phoques ont tout subi des blessures terribles, mais pour le moment nous n'avons aucune idée de ce qui leur a causé. Ce n'est pas un phénomène naturel qui vient de se produire et nous aimerions entendre quelqu'un qui peut trouver une explication »

Les faits et les carcasses seront analysés par les agents de la National Trust (2), de la police, du R.S.P.C.A (3), du NWT (4) et de la N.W.C.U (5). Deux phoques ont fait l'objet d'examens post mortem par deux organisations différentes, mais les résultats n'ont pas encore été publiés. Actuellement, une collaboration étroite avec les pécheurs locaux est en cours, une équipe de personnel et des bénévoles surveillent de près la population de phoques.

Le biologiste de la faune marine, Dave Thompson qui travaille à la « Sea Mammal Research Unit in St Andrews » en écosse, est venue prêter mains fortes à l’enquête. Ce dernier déclare «Il y a bien eu quelques morts inexpliquées avec des blessures similaires au large de la côte de Fife au cours des deux dernières années, mais jamais en si grand nombre, comme à Norfolk. J’ai 20 ans de carrière derrière moi, je n'ai jamais vu un si grand nombre de phoques morts de la même blessure sur une période de temps relativement court, nous ne savons pas encore quelle est la cause de ces blessures » le Dr Thompson rajoute « Les blessures ne semblent pas être compatibles avec les pales d’une hélice. Cela semble être causés par une sorte de rotation d’une lame unique dans un canal ou un sas ou par un système rotatif avec une lame statique. Ils ont presque certainement été tués peu de temps avant qu'ils ne soient trouvés, à quelques kilomètres de l'endroit où ils ont été rejetés sur le rivage. » Dr Thompson dit qu’il est impossible que ces blessures soient causées par un prédateur. Il n'y a aucune chance qu’un individu puisse le faire avec un couteau. Les phoques sont des prédateurs intelligents qui ne se laissent pas prendre facilement. Il dit aussi qu'il est peu probable que les phoques ont été tués délibérément, qu’il serait très difficile de le faire actuellement, l'explication la plus plausible est que ces phoques ont été tués par un propulseur azimutal ou une hélice encapuchonnée, qui sont à la fois commune sur les types de navires modernes.


Cette année, rien que pour le Norfolk: 18 cas signalé a St Andrews Bay et dans le Firth of Forth, 20 cas au cours de l'année 2008, dont 6 cas au mois de Juillet, le long de la côte à Blakeney, Morston et Wells. Dernièrement des cas similaires ont été découverts au Canada.
____________________________________________
(1) Blakeney, Morston, et la région de Wells.
(2) Antenne britannique de préservation du patrimoine.
(3) La «Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals»
(4) Norfolk Wildlife Trust: Agence de la faune et la flore du Norfolk.
(5) National Wildlife Crime Unit: L’unité criminelle nationale de la faune et de la flore.

Source: http://www.telegraph.co.uk
http://www.norfolk.police.uk/newsevents/newsstories/2010/august/sealdeathsi…
Vidéo:
http://www.bbc.co.uk/news/uk-england-10968630
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 31 Aoû - 19:35 (2010)    Sujet du message: Les « Mutilations Marines » Répondre en citant

Mutilation de phoques gris et de phoques communs (suite)

Le phoque gris est plus massif que le phoque commun, un mâle de phoque gris pouvant atteindre 3,3 mètres pour 330 kilos, alors qu’un mâle de phoque commun dépasse péniblement 1,80 mètre et 130 kilos.

« A St. Andrews nous avons d’abord remarqué un événement bizarre concernant la mortalité à partir de fin Juillet ou début Août 2009. Nous avons découvert deux bébés phoques âgés de 11 ou 12 mois, mort sur la plage avec des blessures en forme de spirale de 1,5 à 2 rotations progressant vers l’arrière de l’animal. C’est une blessure catastrophique pour l'animal, car elle pousse la couche de lard avec une perte de sang massive, blessure très distincte sur ces animaux entrainant une mort instantanée»

Interview du docteur Dave Thompson (1) par Linda moulton how
Synthèse et traduction Mikerynos


Carcasse de phoque découvert le 10 Juin 2010 à Norfolk (UK)  

Q - vous avez été sur la plage voir les dépouilles de animaux ?
R- En réalité, ils échouent sur une plage située à seulement de notre laboratoire du SMRU, de sorte qu’ils sont repérés tous de suite par une personne qui travail pour nous, cette personne fait du recueillement et de l’analyse. Le prochain plan d’action et d’essayer de comprendre localement ce qui est en cause, car le mécanisme qui mutile ces phoques n’est pas clairement identifié.

Q - « The U.K National Trust » a bien voulu nous faire parvenir cinq photos de quelques phoques tués. Pouvez vous nous décrire quelles sont vos perceptions quand ces phoques sont arrivés dans votre laboratoire en Ecosse ?
R- Les coupes sont très tranchantes et lisses, elles sont en continues autour de l’animal et non pas une série de coupe. Nous pensons qu’une lame de rasoir n’est pas responsable, car les poils seraient coupés et ils sont toujours intacts de chaque côté de la blessure. Si vous regardez bien les photos, vous ne verrez que la coupe est simple et tranchante 'est probablement quelque chose de plus apparenté à un bord à angle droit dont le coup est très puissant. Dans le processus mutilatoire qui élimine la peau et la graisse de tout les phoques que nous avons examiné, y compris les deux bébés, les omoplates sont retirés de l’animal, Il n'y a aucun dégât osseux. Les os ne sont pas cassés, mais ils sont enlevés de l'animal. Ainsi, même si la mort n’est pas immédiate, ce dernier serait incapable de nager.

Q -Quand vous dites que les omoplates sont retirées, vous voulez dire qu’elles sont coupées proprement ?
R - Non, en réalité, elles sont simplement repoussées. Le choc est si violent et traumatisant que les couches tissulaires supérieures sont repoussées et effectivement disloquées. Actuellement, nous sommes en pleine spéculation et n’avons pas assez de preuve pour dire ce qui se passe réellement, mais nous sommes sur d’une action mécanique, tous simplement parce que les coupes sont propres, lisses et en continues. Pour produire ce que vous voyez, le corps de l’animal doit tourner contre la lame, ce n’est pas une blessure liée à un propulseur normal comme une hélice. Dans le cas d’une hélice, vous obtiendriez une série de blessure caractéristique par a coup. Ici, c’est très différent, nous pensons que le corps de l’animal tourne autour de la lame dans une sorte de tunnel.

Q - Un peu à la façon d’un éplucheur de pomme ?
R - Oui, nous pensons à un mécanisme de ce type, le seul à produire ce type de blessures. Certainement une lame tournante à l'intérieur d'un logement circulaire. L’animal est pris dans une sorte de spirale et il est lui-même en rotation.

Q - Docteur Thompson avez vous fait un examen des bords d’excision dans les phoques que vous avez examiné, s’il y avait une trace de chaleur ?
R - Non, il n’y a aucune trace de chaleur, la coupe est propre et sans cautérisation.

Q - Vous travaillez et cherchez à comprendre ce qui se passe dans la baie de St. Andrews en Ecosse, travaillez-vous aussi sur les cas similaires apparus le long des côtes du comté de Norfolk dans le Nord de l’Angleterre.
R - Bien sur, il y a eu des phoques morts pendant l’hiver, en décembre 2009 et aussi de Janvier à Février 2010. Puis cela a recommencé successivement depuis Avril 2010. Nous sommes à 25 phoques échoués depuis Avril 2009 dans le comté de Norfolk.

Q - Dans votre laboratoire, avez-vous comparé les blessures provenant des phoques de St. Andrews à ceux du Norfolk ?
R - Oui, j’ai observé et comparé les deux.

Q - Comment les comparez-vous ?
R- C’est le même type de blessures, celles du Norfolk sont légèrement plus cohérentes. Elles commencent presque toutes au même endroit sur la tête de l’animal, et a part ce détail, c’est la même chose.

Q - Ou commencent-elles sur la tête de l’animal ?
R - Par le nez, puis le long de la mâchoire inférieure, ainsi la coupe démarre directement à la partie avant de l’animal.

Q - J’ai remarqué, sur certaines photos, que la coupe semble s’arrêter au milieu du corps.
R - Oui, sur quelques animaux, la coupe s’arrête au milieu, là où la partie est la plus large. Sur d’autres phoques, elle continue un peu plus loin vers le bas du dos.

Q - Il y a-t-il des différences concernant l’arrêt de cette coupe entres les phoques de la baie de St. Andrews et ceux du comté de Norfolk ?
R - Difficile de dire, probablement que dans les deux cas il y a des différences, essentiellement du à la corpulence des animaux concernés.

Q - N’y a-t-il rien de particulier dans les mœurs ou les habitudes des phoques pour qu’ils deviennent des victimes particulièrement exposées à ce type de blessure, plus qu’un autre animal ?
R - Pour ce qui concerne l’espèce, ce sont des phoques gris ou communs qui sont impliqué localement. Au niveau de la faune marine, ces animaux ont un corps qui est très « flottant » En d’autre terme, la chance que le corps de cet animal s’échoue sur une plage est beaucoup plus élevé que celui de poisson plus grand. Il y a pas mal de petits cétacés en Mer du Nord, s’ils étaient touchés par le même problème, ils flotteraient et s’échoueraient aussi. Mais à l’heure actuelle, il n’y en a pas. Aucun d'entre eux n’est associé à ces événements. Les blessures en forme de « tire-bouchon » arrivent là où il y a des concentrations de phoques. Je suppose que c’est l’explication la plus logique concernant le pourquoi de ce que nous voyons.

Q - Qui pourrait être l’auteur de ce type de blessures particulières ? Comment l’identifier ?
R - C’est une bonne question, la première importance est de déterminer le lieu ou cela se produit, nous connaissons un peu les endroits ou les phoques se retrouvent sur la terre, le flux côtier et les marées, des informations sur la direction du vent afin de localisé le secteur ou les blessures sont faits. Une fois la zone localisée, nous pourrons rechercher et à exclure beaucoup de mécanisme possible. Nous pensons que cette zone maritime est de petite taille, sans doute une zone côtière assez peu profonde et relativement près des sites ou les phoques se regroupent.

Q - Pourquoi la baie de St. Andrews et les plages du Norfolk ? Quelle est la distance entre ces deux endroits ?
R- C’est une bonne question, Il doit y avoir 300 miles en ligne droite entre ces deux zones. L’environnement est assez similaire à bien des égards. Eaux peu profondes et fonds sablonneux, submergé en pente douce à partir de la plage comme à « Blakeney Point », c’est la même chose à St. Andrews. A part cela, il n’y a pas beaucoup de similitudes ou de différences évidentes, elles sont des zones normales du littoral. Il y a un peu d'activité navale dans les deux secteurs.

Q - Ces blessures ont-elles un rapport avec le moteur d’un bateau ?
R - Nous n'en exclusions pas la possibilité à l'heure actuelle. Si c’est une lame coupante à l’intérieur d’un capot, la première chose qui nous vient à l’esprit est un propulseur canalisé ou n’importe quoi de similaire sur un navire. Je reste prudent à ce sujet, car nous ne connaissons pas encore la vérité. Nous n'avons pas encore identifié le mécanisme responsable de ces coupes, mais nous n’éliminons pas cette possibilité du moteur d’un bateau.

Q - Mais si un bateau est responsable, pourquoi cette endémique en Mer du Nord ?
Ce phénomène n’a seulement été remarqué qu’en 2008 dans la baie de St. Andrews et en 2009 dans le Nord du Norfolk pour la première fois, c’est un fait récent, pourquoi rien de similaire avant ?
R - Effectivement, pour autant que nous savons, il ne semble pas y avoir de rapport similaire dans ces zone avant.

Q - Cela doit être embarrassant ?
R - Oui, c’est très embarrassant, c’est une question que nous devons résoudre. C’est très important, cela pourrait avoir des conséquences sur la population des phoques si les choses continue comme cela.

Q - Quelqu’un d’entre vous à eu connaissance de quoi que ce soit au fond de l’océan, au large des côtes du Norfolk ou de la baie de St. Andrew, qui serait mécaniquement capable de produire ce type de blessures en forme de « tire-bouchon » ?
R - Non, en terme de dispositif mécanique au fond de la mer qui pourrait faire des coupes similaires en forme de « tire-bouchon », nous n’avons aucune information de quoi que ce soit.
____________________________________
(1) Le docteur Dave Thompson est un scientifique et un chercheur qui travail au « Sea Mammal Research Unit « (SMRU), Scottish Oceans Institute, University of St. Andrews, Fife, en Ecosse.
Index photos : Date et lieux de découverte pour les photographies No 1 et No 2, Juillet 2008 à Norfolk (UK) Photo No 3 le 15 Juillet 2010 à Norfolk (UK) Photos No 4, 5 et 6 le 23 Mars 2009 à St. Andrews (Ecosse) Photo No 7 le 30 Juin 2010 à St. Andrews (Ecosse)









 


Note: Les photos No 1 et 2 sont dans la première partie.
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 24 Oct - 20:28 (2010)    Sujet du message: Les « Mutilations Marines » Répondre en citant

Un petit suivi de cette affaire : Un certain nombre de personnes ont été contacté et semblent convaincus que la mort de ces phoques mutilés découverts sur la côte Nord du Norfolk pourrait être causé par des requins du Groenland (2) qui est purement hypothétique, ce requin n’a jamais été signalé dans le Sud de la Mer du Nord. Ces requins sont probablement les coupables les moins susceptibles.

D’autres personnes ont tenté d'impliquer l’exploitation de « Sheringham Shoal » (3) et son activité offshore lors de la mise en chantier d'un parc éolien. « Nous avons réalisé notre propre enquête et avons vérifié tous les équipements d'exploitation du site. Notre conclusion est qu’à notre connaissance, qu’aucun de nos équipements ne peut être associé à la mort des phoques » Déclare le porte-parole de l’entreprise Norvégienne « Statoil ». Mike Brown inspecteur de la police de Norfolk déclare que les installations offshores et la drague qui est utilisée pour maintenir ouvert le canal du nouveau port n’étaient probablement pour rien dans les blessures entrainant la mort des phoques découverts. Pendant ce temps, une déclaration en ligne a été publiée par la commission Wells Harbour (WHC), qui a également souligné l’hypothèse « erronée» concernant le calendrier des travaux pour construire un nouvel avant-port pour les navires de service du parc éolien. Elle explique que les bateaux utilisant des hélices carénées fonctionnent depuis de nombreuses années sans problèmes signalés.
______________________________________
(2) Somniosus microcephalus
http://fr.wikipedia.org/wiki/Requin_du_Groenland
(3) Sheringham Shoal
http://www.scira.co.uk/news/news23_08_10.html
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 10 Jan - 12:10 (2011)    Sujet du message: Les « Mutilations Marines » Répondre en citant

Le 11 Janvier 2011.
La Marine Management Organization (MMO) indique dans son communiqué de presse du 11 Janvier que quatre autres phoques ont été trouvés en Décembre 2010, trois d'entre eux ont subi des blessures similaires, tandis que le quatrième est encore à l'étude. Ils ont été découverts au large de la côte Nord du Norfolk, actuellement aucune explication concernant la cause de ces décès n’a été trouvée par les experts. La MMO lance un nouvel appel vers les résidents autour de la côte Nord du Norfolk pour qu’ils se manifestent s'ils ont des informations. Depuis Août 2010, 41 phoques ont fait l’objet d’une enquête de la part de cet organisme.

«Nous recueillons toutes les informations venant des habitants autour de cette zone du littoral dans le cadre de notre enquête qui est en cours. Toutes les informations fournies resteront confidentielles et les appelants pourront garder l'anonymat, à leur demande » déclare Neil Wellum directeur du MMO.

Source : http://www.marinemanagement.org.uk/
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:11 (2017)    Sujet du message: Les « Mutilations Marines »

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Les Mutilations animales & Co Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com