Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Mutilations d'êtres humains.
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Les Mutilations animales & Co
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 20:00 (2008)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Difficile de parler de ce sujet, sans aborder ces faits, qui sont à prendre avec un certain recule.
 

Mutilations d'êtres humains.
Par Jean Sider
 

J'ai obtenu une copie de document émanant d'un organisme de police du Texas, dont j'ai publié le contenu dans mon premier livre. Il y est question de sept cas d'hommes mutilés découverts, dont trois dans la région de Minneapolis, Minnesota, sans autres précisions. Plusieurs auteurs signalent d'autres incidents impliquant des mutilations d'êtres humains, mais aucun détail n'est donné, et l'identité des éventuelles victimes n'est pas révélée. Bill Fawcett, dans "Contact", en cite deux cas. N. Pacheco et T. Blamm en évoquent plusieurs dans "Unmasking the Enemy".

Enfin, un cas brésilien datant de 1986 concerne le corps d'un homme portant des dommages physiques similaires à ceux commis sur des animaux. Il avait été trouvé sur le bord du lac réservoir de Guarapiranga. Plusieurs autres cas de mutilations sur des êtres humains concernent le Brésil également.

http://www.menphis75.com/foto_mutilazioni_animali.htm
Guarapiranga, Brésil : Les photos.


 


 


 


 


 

 



Le corps nu et affreusement mutilé d'un homme de 40 ans environ est retrouvé à proximité du lac artificiel de Guarapiranga. Il est identifié, mais sa famille demande que son anonymat soit préservé. L'affaire n'est donc pas ébruitée et va grossir le lot des crimes non résolus de la police brésilienne. En 1994, l'ufologue Encarnacion Garcia qui enquêtait depuis longtemps sur les mutilations de bétail au Brésil apprendra par hasard que le docteur Rubens Goes, un de ses amis, était en possession de 7 clichés étranges qu'il tenait de Rubens Sergio, son cousin, technicien des services de police. Les similitudes entre les blessures infligées à l'homme du lac Guarapiranga et celles du bétail dépecé par les mutilateurs fantômes sautèrent aux yeux de l'ufologue. Le docteur Cuenca qui avait procédé aux examens à l'époque accepta de lui céder son dossier.

Outre le rapport d'autopsie, ce dossier contenait le rapport de police qui précisait que la victime semblait ne pas s'être débattue ni avoir été attachée. Bien que retrouvé entre 48 et 72 h après la mort, le corps ne présentait aucun signe de putréfaction ou d'attaques par des prédateurs et ne dégageait aucune odeur — détail surprenant sous un climat chaud comme celui du Brésil. Les joues et les lèvres avait été précisément découpées, la langue sectionnée, les yeux et les oreilles — y compris la partie interne — enlevés. L'absence de toute trace de sang semblait indiquer qu'on avait opéré à l'aide d'un instrument cautérisant par la chaleur, du genre laser.

Des perforations circulaires faites à l'emporte-pièce, d'un diamètre variant entre 3 et 4,5 cm, étaient visibles sous les bras, les épaules et les jambes. On pouvait voir un trou net de 4,5 cm à l'emplacement du nombril et le scrotum avait été découpé suivant une incision elliptique de 3,5 cm sur 1,5. Les testicules avaient été extraits avec la même précision chirurgicale. En revanche, le pénis était toujours en place mais curieusement distendu. Quand à l'anus, il avait été excisé suivant une large ellipse de 8,5 cm sur 17 cm. On relevait aussi l'ablation de quasiment tous les organes internes, sans doute extraits par les orifices pratiqués. Tout alissait supposer que la victime avait subi une monstrueuse opération chirurgicale pour laquelle on l'avait préparée, comme le suggère le pubis soigneusement rasé.

Les similitudes avec les mutilations de bétail sont frappantes : même technique précise, mêmes organes découpés extraits avec la même habileté et même mépris pour le cadavre, jeté après l'opération comme un vulgaire détritus.

Le cas de Sgt. Jonathan P. Louette.
Il y a quelques incidents qui se sont produits sur quelques années et qui portent le fait que les mutilations ne soient pas seulement réservées aux animaux.

Le premier cas qui est venu aux oreilles du public a impliqué un Sergent de l'armée de l'air américain appelé Jonathan P.Louette qui servait aux White Sands Proving Groupe au Nouveau Mexique, une base éloignée et vaste où la technologie américaine la plus récente est testée. Il y a beaucoup d'histoires qui lient White Sands à des contacts étranges.

Les Faits.
Le Sergent et un officier supérieur ont été détaché avec un véhicule pour retrouver tous les débris d’un essai de missile. A un endroit, ils ont laissé leur véhicule et sont partis en reconnaissance dans le désert. Ils se sont séparés pour couvrir plus rapidement une large région plus de dunes de sable.
Soudainement l'officier à entendu crie dans la région des dunes où le sergent cherchait. Il a accouru vers le bruit et il pense qu'un serpent à sonnettes a mordu le sergent. Arrivé au sommet de la dune, il voit un disque en suspension juste en contrebas et une longue tentacule très habile qui provient du dessous du disque. Celle-ci est enveloppée autour du sergent hurlant, puis elle le traîne sur une grande distance.

L'officier est revenu à la base dans un état de choc. Quand il a rapporté ce qui s'était passé il n'a pas été cru et a été arrêté pour meurtre. Une recherche immédiate dans toute la région n’a pas permis de retrouver un signe de vie du sergent, qui à complétement disparu.

Trois jours plus tard, le corps mutilé de Sergent Louette a été retrouvé. Les mutilations étaient cliniques, précises et compliquées avec le prélèvement des organes génitaux, du rectum et des yeux. Typiquement il n'y avait aucune trace de sang sur le corps, les organes cardio-vasculaires étaient encore présents. L'officier a été libéré sans charge. Bien qu’il y ait eu une fuite de l'histoire par des personnes impliqués dans l'incident, l'armée à refusé de confirmer ou de nier que cet incident n’a jamais eu lieu.

Le cas du Sgt. Le cas de Jonathan P. Louette met à nu une ressemblance frappante avec le cas de Guarapiranga, par la précision des actes chirurgicaux (les yeux excisés d’une manière tout à fait semblable aux incisions faites sur notre victime Guarapiranga)

Voir aussi:
http://www.rr0.org/Grudge13.html


_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 2 Mar - 20:09 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Mar - 20:00 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 20:02 (2008)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Sujet délicat, a lire avec un certain recul...
 

Mutilations humaines et Ovnis  

Mutilation de bétail : nous avons tous entendu parler de cela et chacun a son opinion. Pour certains, les aliens visitent la terre et excisent les tissus, le sang et les organes des animaux pour Dieu seul sait quel but scélérat. D'autres voient l’aspect ovni des mutilations de bétail comme une couverture brillamment exécutée pour cacher une vérité plus sombre : à savoir que "le Gouvernement" est concerné par les maladies émergeantes dans le monde animal qui peuvent se transmettre à la race humaine et exerce soigneusement une surveillance de la situation en découpant en tranches des animaux de temps en temps pour des buts expérimentaux. Ensuite, il y a ceux qui roulent des yeux et concluent que tout ça n’est qu’un paquet de non-sens hystérique causé par rien de plus étrange que des prédateurs, le mouvement incessant du moulin à rumeur et la mythologie culturelle...

Quiconque est intéressé par ce sujet devrait jeter un coup d'oeil à ce qui suit : le livre de Linda Howe de 1989 An Alien Harvest ; le titre de 2004 vraiment dérangeant de Colm Kelleher Brain Trust ; le nouveau documentaire de Paul Kimball pour la télévision canadienne (où j'ai été interviewé à Porto Rico en 2005) Fields of Fear ; Mute Evidence de Ian Summers et Daniel Kagan ; Mystery Stalks the Prairie de Roberta Donovan et Keith Wolverton ; et The Choppers and the Choppers de Tom Adams. Collectivement, ils fournissent des données essentielles pour quiconque veut en savoir plus au sujet de la polémique des mutilations de bétail - mais ne vous attendez pas à trouver le même avis chez tous les auteurs et producteurs. Non : comme je dis, c'est une question controversée comprenant plus de théories que Roswell - et cela indique quelque chose.

Mais il y a une question qui fait surface occasionnellement et dont - jusqu'ici - personne n’a jamais entrepris une étude vraiment approfondie : les mutilations humaines. Maintenant, avant que les sceptiques ne montent sur leurs grands chevaux et me foudroient pour avoir amené une question aussi controversée, je ne dis pas que je suis un champion de l'idée que les aliens (ou qui que ce soit) filent comme un éclair dans la campagne, tuent des gens et volent leurs organes. Ce que je dis est qu'il y a des gens (et des rapports) l’affirmant, et donc peut-être il est temps que quelqu'un - croyant, sceptique ou agnostique – essaye de s’y attaquer une bonne fois pour toutes, et indépendamment de la direction où mènent les preuves.

Certainement, à un niveau officiel, on s’est intéressé aux affirmations des mutilations humaines reliées au mystère ovni. Par exemple, en septembre 1976, le magazine Oui a édité un grand article complet décrivant l'histoire des mutilations de bétail, les théories entourant qui ou quoi en était responsable et les avis de nombreuses personnes qui, d’une manière ou d’une autre, ont été impliquées dans l'affaire - quelque chose dont le FBI a pris note soigneusement.

Comme preuve de cela, sous le couvert du mémorandum suivant, une copie de l'article de Oui a été envoyée à Washington par l’Agent spécial du FBI en charge du bureau de Springfield, Illinois : "Ci-joint pour le bureau une copie d'un article intitulé « Le Mystère des mutilations » qui, dit-on, est paru dans le magazine Oui, numéro de septembre 1976. Pour l'information du bureau, le shérif Russell Crews, Illinois, a fourni l’article ci-joint le 30/09/76 à SA Donald R. Sorensen puisqu'il concernait des incidents répandus comme ceux présenté dans l’article référencé. Ceci est fourni au bureau en raison de nombreuses références dans cet article aux agences fédérales d’investigation et aussi des théories que ces mutilations de bétail sont seulement un précurseur à des mutilations ultérieures d'êtres humains".

Considérez aussi la chose suivante : il y a un certain nombre d'années, et en examinant les affirmations que des êtres humains avaient été mutilés d'une manière semblable à celle rapportée pour le bétail, Don Ecker, le directeur de recherche d’UFO Magazine, a contacté un ami enquêteur de police actif, "Scot", qui avait été impliqué dans une enquête sur un certain nombre d'incidents de mutilation de bétail. Ecker (dans un article publié dans UFO Magazine vol. 4, numéro 3) énonçait : "J’ai transmis mes diverses informations sur les mutilations humaines à [Scot] et ai demandé s'il serait disposé à envoyer une requête par l’ordinateur de son département au Centre National de l'Information Criminelle, exploité et entretenu par le FBI à Washington, DC."

Plusieurs jours plus tard, Scot, qui paraissait préoccupé, a recontacté Ecker : "Quelqu’un est assis sur quelque chose, grand comme l’enfer." Contact fut pris avec une autre source, cette fois au Ministère de la justice, qui aurait seulement déclaré que "s’ils étaient futés, ils oublieraient tout simplement cette question."

Aussi énigmatique que ça l'était certainement, plus était à venir. Dans le vol. 5, No.2 d’UFO magazine, il fut révélé qu'un inspecteur auxiliaire du comté de Westchester, New York, avait informé un chercheur, Bill Knell, en 1989, que plusieurs morgues du secteur avaient été "frappées" au milieu de la nuit et des cadavres humains frais avait été mutilés, ce qui consistait en un enlèvement partiel du visage et une ablation totale des yeux, de la thyroïde, de l'estomac et des parties génitales. Selon l’auxiliaire ME, "les morgues en question n'ont pas perdu de temps pour dissimuler les mutilations aux yeux du public."

Il y a bien plus de comptes-rendus - tous bouillonnant tranquillement sous la surface du moulin à rumeur ovni. Maintenant, pour insister, comme je l’ai dit, je ne dis catégoriquement pas que nous devrions tous fermer nos portes à clef et nous cacher dans la cave parce que des bouchers extraterrestres veulent nous servir sur une assiette. Mais, je précise qu’on prétend dans certains milieux que c’est un vrai aspect du grand puzzle ovni. Et si seulement pour en finir avec le sujet, quelqu'un lançait une étude approfondie de la controverse. Quelqu’un pour relever le défi ?

Source:  Ufo Mystic
http://www.infos-paranormal.com/index.php
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 20:04 (2008)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Au cours des trois ou quatre dernières décennies, les spécialistes du paranormal se sont habitués aux images de bétail mutilé qui paraissent dans des livres et des magazines...

et plus récemment sur internet. L'image du cheval "Snippy" du Colorado est toujours le point de référence auquel d'autres photographies sont comparées : l'image en noir et blanc du crâne dénudé et des orbites béants a provoqué des cauchemars à plus d'un lecteur.

Les vaches inanimées aux trous béants dans le corps, aux pis manquants ou aux morceaux de peau proprement enlevés font simplement partie de cette ligne d'investigation. Mais il existe une frontière qui est mentalement dure à franchir, la possibilité que nos concitoyens humains pourraient avoir succombés, à une occasion ou à une autre séparées par le temps et l'espace, à une force inconnue dévastatrice qui les débarrasse de leurs fluides corporels. Quelques photographies existent mais celles-ci portent un coup émotionnel exponentiellement plus fort que les images de bovins morts qui ont passé l'épreuve du temps.

Les exsanguinations de Punta Arenas

Selon le chercheur chilien Raul Nuñez de l'IIEE, un curieux et proprement terrifiant cas de mutilation humain a eu lieu dans les alentours de Punta Arenas – le long d'Ushuaia, un des centres de population les plus au sud des Amériques. Aucune donnée spécifique n'existe pour l'incident et cela constituera probablement une raison suffisante pour que les sceptiques forcenés s'en détournent. Mais le cadre temporel donné est 1977-1978 où d'autres évènements à haute étrangeté se sont déroulés au Chili, et en Amérique du Sud dans l'ensemble, comme la mystérieuse disparition et réapparition du Caporal Valdez dans la banlieue de Putre.

Aux abords de Punta Arenas – à 6,5 km de la ville pour être exact – un homme nommé "Juan" a eu envie d'installer un clapier sur sa propriété. Il acheta tous les éléments nécessaires et construisit les cages lui-même, y installant des lapins et visitant sa petite ferme chaque week-end. Tout allait bien jusqu'à un week-end particulier, celui où il retrouva ses animaux morts.

Attristé mais éminemment pratique, Juan se met à mettre en sécurité la fourrure et la chair des animaux, découvrant lors de la procédure que les lapins avaient été saignés à blanc, un phénomène curieux qui ne l'empêcha pas de repeupler le clapier avec d'autres lapins et de recommencer. Quand il retourna à la propriété le week-end suivant, il retrouva ses nouvelles acquisitions mortes et complètement exsangues comme les premiers. En colère, il interrogea les voisins qui n'avaient pas de réponse à fournir. Personne n'avait rien vu.

De retour à Punta Arenas, Juan parla de l'affaire avec sa famille et décida de retourner à la petite ferme et de recommencer son élevage de lapin pour la troisième fois mais cette fois-ci, il resterait sur la propriété pour attraper le "quoi que ce soit" qui était derrières ces horribles agissements. Il demanda à son amie de l'accompagner et de rester le week-end. Ils partirent de Punta Arenas un vendredi après-midi à 16 h, décidés à résoudre le mystère.

Quand ils ne sont pas rentrés à la maison dimanche soir, leurs parents respectifs ont commencé à s'inquiéter mais ont cru qu'ils rentreraient probablement le lendemain. Le lundi vers midi, des appels inquiets furent échangés entre les deux familles : Juan et son amie n'étaient pas rentrés à Punta Arenas. Craignant le pire, les membres des deux familles montèrent dans une camionnette et se dirigèrent vers la propriété rurale.

A leur arrivée, ils virent que le véhicule de Juan était garé devant la maison, personne cependant n'était à la fenêtre pour leur faire signe comme il est de coutume dans une propriété rurale isolée lorsque le bruit d'un véhicule qui arrive se fait entendre. Les proches se demandèrent si le couple dormait toujours ou était peut-être sorti faire un tour. En entrant dans la cabane et en allant vers l'une des chambres, les nouveaux arrivants firent face à une scène que même l'imagination débordante de Lovecraft ne pourrait avoir conçu.

Ahuris, dans un abîme de silence, incapables de traiter l'information que leurs yeux transmettaient à leur cerveau, les proches du couple regardaient les corps sans vie de Juan et son amie – tous les deux nus, avec un air de terreur absolue figée sur leurs visages et des signes évidents de vomissures et de défécation en présence de quelque chose qui les avait probablement tué par pure terreur.

La police, appelée sur la scène du crime, mena une enquête de routine et parvint à l'idée que le couple était mort d'un empoisonnement au gaz, due à une fuite de la cuisinière. Pour confirmer cela, les forces de l'ordre déposèrent des chats dans la maison, laissant le robinet à gaz ouvert. Quand ils revinrent le lendemain, les chats bondirent hors de la maison par la porte ouverte – clairement pas en raison de leur exposition à la cuisinière. Intrigués, les enquêteurs envoyèrent les corps à la morgue de Punta Arenas où des médecins légistes découvrirent qu'il n'y avait plus une goutte de sang chez eux.

Eugenio Bahamonde, l'investigateur en paranormal qui étudia le cas, a eu la chance de parler à Maria, une infirmière impliquée dans l'affaire. Lors de leur conversation, la professionnelle lui dit que les autorités avaient exclus le vol ou tout autre motif criminel dans ces morts, confirmant qu'elle pouvait attester de l'absence totale de sang dans les corps ou sur la scène. Bahamonde contacta plus tard le légiste qui indiqua que l'exsanguination des corps était effectivement vraie mais refusa d'ajouter quoi que ce soit. Ces évènements, écrit Bahamonde, se sont produits à la fin des années 1970 où il n'était question ni de mutilations de bétail ni d'activités de Chupacabras dans cette partie du monde.

Un an après les évènements, Bahamonde proposa d'emmener la parapsychologue Bettina Allen à la propriété rurale où Juan et son amie étaient morts de peur. Quand ils arrivèrent à quelques kilomètres de la maison, la parapsychologue lâcha un cri et supplia Bahamonde de faire demi-tour parce qu'elle se sentait submergée par des forces négatives alors qu'ils approchaient. Le chercheur obéit et l'incident reste un autre mystère inexpliqué du sud de notre planète.

Argentine, 24 ans plus tard


Le 13 août 2002, alors que l'Argentine connaissait les derniers jours de sa plus grande épidémie de mutilation de bétail, les autorités policières de La Pampa trouvèrent le corps sans vie d'un homme identifié seulement par "L.J.C." qui s'était apparemment suicidé en se pendant à un gros arbre. Bien que les légistes s'accordèrent à dire que l'homme s'était lui-même ôté la vie quelques semaines auparavant, il y avait des détails inhabituels qui suggéraient la possibilité que quelque chose de plus sinistre s'était produit.
Le rapport des experts suggérait que le corps de L.J.C. présentait des blessures et des incisions sans relation avec quoi que ce soit de la cause de la mort et de l'état général du corps qui était "prématurément momifié" et auquel il manquait des tissus et de la peau sur le côté gauche de la mâchoire. L'œil et l'oreille du même côté du corps avaient été enlevés et il s'avéra que les parties génitales du malheureux homme également. Selon le coroner qui était également pathologiste, "les incisions étaient similaires à celles trouvées sur du bétail mutilé" et qu'étant donné la vaste dévastation du bétail, ils "s'attendaient à trouver un homme mutilé à un certain moment". Il ajouta que même si les conditions météorologiques avaient exercées leur influence sur le corps, cette observation était contredite par l'état de "momification avancée prématurée" qui s'était déroulée sur une durée estimée de 20 jours.

L'utilisation dans le rapport de la phrase "… comme il est d'usage dans ces cas de la zone pampéenne occidentale " a mené l'enquêteur sur les mutilations Raul Oscar Chaves à suspecter que plus d'une mutilation humaine s'étaient produites à l'époque.

La mutilation de Tabasco au Mexique

D'autres récits de mutilation humaine ont émergé d'autres régions d'Amérique Latine. L'auteur Salvador Freixedo décrit un cas particulièrement épouvantable qui a connu une notoriété mondiale : la nuit du 9 janvier 1978, la moitié supérieure d'un torse humain traversa le pare-brise d'un AMC Gremlin conduit par un groupe d'ouvriers de la raffinerie de pétrole PEMEX dans l'état mexicain de Tabasco qui se produisit alors qu'ils allaient à une soirée. Le conducteur terrifié n'arrêta pas le véhicule avant de s'être éloigné du point d'impact d'1 km alors que les trois passagers du siège arrière criaient que quelque chose était tombé sur leurs genoux. : le torse d'un homme qui avait été soigneusement coupé en deux à la taille.

Ne sachant que faire, les ouvriers méchamment effrayés abandonnèrent le torse sur le bord de la route près du village de Loma de Caballo et rentrèrent chez eux. Le conducteur fut plus tard accusé d'homicide par automobile et envoyé en prison. Assez étrangement, la moitié inférieure du corps fut retrouvée non pas sur le bas-côté de la route, comme cela aurait été logique, mais dans un champ voisin pas très loin de l'autoroute. Quand les autorités réalisèrent qu'en aucune manière le véhicule ne pouvait avoir coupé quelqu'un en deux et encore moins déposé les jambes à distance, le conducteur fut innocenté et relâché.

Interrogé, le fils du mort déclara qu'il ne croyait pas que la mort de son père avait pu être causée par un quelconque véhicule. Son père, affirma-t-il, était un père de famille tranquille qui ne se serait jamais promené dans une telle campagne désolée la nuit et que son corps ne présentait aucun des signes attendus chez quelqu'un qui se fait renverser par une voiture. "Mon père a été scié à la taille. Je ne sais pas par qui mais il n'a pas été heurté par une voiture." Les détails de l'examen de médecine légale étaient également bizarres. Il n'y avait aucune déchirure d'aucune sorte sur la chair ou les vêtements, malgré le fait que la coupure soit dans une région où il y aurait eu forcément des tissus ballants, que ce soit l'estomac ou les intestins. Les vêtements et la chair avaient été coupés proprement comme par une gigantesque guillotine et il y avait une nette absence de sang. Aucun os n'était cassé non plus, la colonne vertébrale du paysan mort avait été coupée sans fracturer une seule vertèbre. Freixedo a conclu, après avoir analysé le cas, que les forces derrière cet évènement diabolique avaient délibérément lâché le torse depuis le haut sur le pare-brise d'une voiture en marche afin de le fracasser et d'effrayer les occupants du véhicule.

Le Dr Jacques Vallée mentionne une mutilation humaine bizarre – quoi que pas d'aussi grande proportion – en relation avec les étranges documents ummites qui ont déchaîné l'ufologie française et espagnole dans les années 1960 et ont plus tard acquis une dimension internationale curieuse. Un de ces prétendus documents extraterrestres datant de 1969 mentionne comment les entités d'Ummo ont mené des expériences "psychophysiologiques" dans les années 1950 sur de nombreux animaux appartenant à la baronne espagnole de la ville d'Alicante. D'horribles dissections animales ont eu lieu dans un cachot sous le château de l'aristocrate et, en 1954, les yeux, la langue et une main ont été ôtés du corps de la fille de la baronne récemment décédée avant son enterrement. La mutilation avait été réalisée avec une précision chirurgicale.

Nombre de mutilations "vampiriques" – surnommées ainsi à cause de l'absence totale de sang dans le corps des victimes – doivent peut-être aussi être prises en considération comme elles se sont produites dans des endroits aussi différents que le Canada, la Yougoslavie, le Mexique. Quatre corps mutilés exsangues ont été découverts en Yougoslavie dans les années 1950. Le 17 novembre 1977, trois chasseurs canadiens ont été retrouvés morts et exsangues sur une île boisée du lac Winnipeg de Manitoba après une nuit d'intense activité ovni au-dessus de la dite étendue d'eau. Des bébés exsangues ont été découverts dans l'état mexicain de Queretaro à la fin des années 1970 à la suite d'une avalanche d'observations d'ovnis généralement associés aux "sorciers" par la population locale.

Une fois de plus, c'est l'infatigable Salvador Freixedo qui nous donne les sinistres détails. En 1977, il entend parler de cas impliquant des nouveaux-nés retrouvés mort par exsanguination à San Luis Potosí. Les bébés présentaient des hématomes ou des tuméfactions de la peau, suggérant que le sang avait été aspiré à travers plutôt que par des perforations.

Freixedo raconte dans "Ellos: Los dueños invisibles de este mundo" ["Eux : les propriétaires invisibles de ce monde" Mexico: Posada, 1991] : "dans certains cas, on a l'impression que le sang a été extrait par la bouche comme il n'y a aucune blessure ou marque d'aucune sorte sur la peau. Il faut aussi souligner que les mères de ces enfants ont été retrouvées dans un état de léthargie comme si elles avaient été droguées par la chose en train de drainer le sang de leur progéniture. Il y a aussi des adultes qui affirment – ou conjecturent – qu'ils ont aussi été attaqués pendant leur sommeil car ils se retrouvent avec des plaies et des contusions sur tout le corps à leur réveil et se plaignent d'une lassitude considérable."

Un de ces cas, rapporté dans le journal Heraldo de San Luis Potosí, décrit comment la fille de 7 ans de Josefa Jasso de Martínez s'est réveillée en retrouvant sa mère serrant le corps de son bébé de 2 jours. La fille alerta sa tante qui arriva pour découvrir l'enfant mort et exsangue. La mère n'avait pas encore totalement repris conscience les deux jours qui suivirent.

Guarapiranga, Brésil : meurtre ou mutilation ?

Le bureau du coroner l'a écarté comme un simple – quoi que sinistre – cas de dégâts causés par des prédateurs : le corps hideusement mutilé trouvé près d'un barrage dans la localité de Guarapiranga au Brésil (pas loin de Sao Paulo) avait été tué par la foudre puis déchiqueté par de féroces urubus, de grands charognards semblables à des vautours originaires de la région.

Comment des oiseaux de proie avaient-ils pu produire l'enlèvement presque chirurgical des lèvres, des yeux, de la langue, de l'anus et des parties génitales (avec les poils pubiens) n'était pas considéré dans leur auguste verdict. L'affaire fut classée, le corps déposé sans cérémonie dans une fosse commune et le bureau du coroner retourna à ses affaires habituelles.

Cela, jusqu'à ce que la chercheuse et traductrice Encarnación Zapata ne reçoive des informations par un ami dans la profession médicale sur le corps excessivement étrange de Guarapiranga qui lui fournit les preuves photographiques horribles qui restaient du sinistre évènement.

Zapata passa les photos sous une loupe grossissante à la recherche de toute preuve qui l'amènerait à accepter le verdict légal mais c'était totalement irrecevable : "alors que j'analysais chacune des 7 photos couleurs dramatiquement réelles," dit Zapata, "des images que nous connaissons tous me vinrent à l'esprit – les animaux mutilés aux USA et dans d'autres régions du monde."

Prenant contact avec le Dr. Jose Roberto Cuenca, responsable des poursuites criminelles dans cet "homicide", elle le trouva d'assez bonne volonté pour l'aider dans son investigation du cas en tant que possible mutilation humaine par des entités non humaines. Là, une exhumation du corps fut envisagée mais cet espoir s'est évanoui lorsqu'il a été appris que la famille avait contacté les autorités pour ordonner le déplacement du corps vers leur propre cimetière. Néanmoins, le docteur s'arrangea pour mettre les dossiers de la police à sa disposition dans lesquels on apprend l'information suivante :

"… il a été porté à mon attention que le 29 septembre 1988, à une heure inconnue, près de la ville de (omis), le corps d'une personne inconnue a été découvert. Homme blanc, environ 40 ans, présentant des déformations sur le corps et le visage dues à des urubus ont résolu le greffier, sous ma direction, à transmettre cela et d'autres documents et à entamer la procédure judiciaire appropriée pour une meilleur compréhension des faits."

Mais ni la police ni les experts criminels n'ont pu trouver de signes de violence sur le corps ni aucun indice indiquant ce qui c'était produit près du barrage de Guarapiranga.

Enlever le corps du site, a appris Zapata, a été si difficile que l'assistance des pompiers locaux a été demandée, en improvisant un hamac de fortune. La police a pu plus tard identifier le corps : c'était un homme de 53 ans, marié, catholique pratiquant qui vivait au bord du réservoir et travaillait comme gardien pour une ferme près de Guarapiranga et qui allait souvent s'asseoir au bord du réservoir pour pêcher.

Dans son article pour le journal du Centro Brasileiro de Pesquisas de Discos Voadores (Centre Brésilien pour la Recherche sur les Soucoupes Volantes), Zapata fait les remarques suivantes sur les incisions réalisées sur le corps de la potentielle victime de mutilation :

1) des zones étendues de tissus ont été enlevées des mâchoires supérieures et inférieures ainsi que les yeux et les globes oculaires, la langue et d'autres muscles ;
2) extirpation chirurgicale de certains muscles et viscères en sous-cutané ;
3) extirpation du nombril et perforation circulaire d'environ 3 cm de large par laquelle les organes abdominaux ont été enlevés
4) ablation de la poche du scrotum et des testicules ;
5) excision de l'anus de la victime par un orifice ouvert chirurgicalement.

Encarnacion Zapata ajoute que le coroner, Jorge Pereira, a déclaré : "je n'ai jamais vu un cas comme celui-là. C'est comme ci un moteur de 200 CV avait aspiré ses organes internes." Peut-être que le détail le plus effrayant dans l'enquête de Zapata est le fait que la victime était probablement vivante au moment de l'incident.

Selon ses dires, Zapata se bat pour obtenir l'accès à 12 cas similaires enfermés dans les archives du bureau du coroner de Sao Paulo et pour convaincre les autorités de médecine légale de la sombre réalité des mutilations humaines par des forces non humaines : "il est difficile de dire si cet homme a eu son premier et dernier contact avec des forces extraterrestres cette nuit là parce qu'il semble n'y avoir aucun témoin de l'évènement. Mais je peux affirmer que la région de Guarapiranga est riche en manifestation d'ovnis."

Sources
http://www.ufodigest.com/news/0307/mutilate.html
http://www.infos-paranormal.com/modules.php?name=News&file=article&…
Source:
Forum Veritas-Europe
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 20:05 (2008)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Mutilation Humaine de Hervé Clergot
Source - Sentinel UFO New No 32 page 8.(2006)
Scanne Mikerynos










_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 4 Jan - 17:56 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Hervé Clergot et les mutilations (in vivo, ou post-mortem ?) humaines.

L'article sur les mutilations volontaires humaines traduit - ou écrit à partir des photos - par Hervé Clergot, que l'on a pu lire dans le N° 7 de sa revue Beta Tauri n'est vraiment pas rassurant. J'avais déjà entendu parler de cela, et avais même acheté une réédition de deux romans vérités de Jimmy Guieu en un seul livre « Alerte rouge » et « L'entité noire d'andamooka », que je n'ai jamais lu, mais ai parcouru en le feuilletant rapidement pour trouver le passage dit « authentique » par l'auteur : un avion serait tombé dans la jungle au niveau de la canopée presque, et auraient été trouvés à bord des cadavres mutilés. L'article de seconde main ?, paru dans Béta Tauri et pourvu de photos, devrait, si Hervé Clergot sait en tirer parti, faire beaucoup pour que sa revue soit beaucoup mieux connue. Même s'il est morbide, le sujet devrait inviter les ufologues à réfléchir sur le fait qu'il n'est pas bon partout d'avoir les pieds sur cette planète, ni d'avoir la tête dans les nuages pour oublier certaines réalités, à l'état brut. Même si l'homme qui en fut victime était peut-être quelqu'un de non recommandable (éventualité à envisager cruement hélas), c'était quand même un être humain (échelle de valeur bien humaine ; et inhumaine envers les animaux, dits « espèces inférieures ».

Comme si une souffrance était plus noble étant subie par l'homme), enfin bref, pas de réthorique sur un sujet déplacé. Il est probable qu'il ne s'agissait pas d'une mise en scène à partir du cadavre d'une personne décédée de mort naturelle. L'ex personne est dénudée, et il est douteux que des animaux (pies, corbeaux s'il en est) aient prélevé les yeux d'une personne morte sous le coup, ou non à la suite d'un accident (à moins que le ou les auteur (s), involontaire (s) souhaitons le, ai (ent) voulu rendre la victime moins identifiable ? Improbable, car ce cas n'est pas isolé !). Si les auteurs sont, involontairement ou non, des E.T, les prélèvements n'ont certainement pas eu lieu pour relever le taux de pollutions de toutes sortes ! Cela fait craindre le pire ; Cet homme se sera-t-il montré violent lors d'un contact inopiné ? Les prélèvements n'étaient-ils alors prémédités ? S'ils l'étaient, seuls des spécialistes dans les domaines concernés pourraient dire ce que l' étude des prélèvement biologiques visait !

A la décharge de ... ?
Si ce sont des humanoïdes qui pratiquent ces mutilations, ce n'est sans doute pas pour menacer notre espèce, ni celles animales (sic). Les études portent probablement sur l'incidence des pollutions de toutes sortes dont l'homme est responsable, car, au moins pour les animaux tels que le bétail et les chevaux, les mutilations, donc les prélèvements (avec l'aide d'un laser infra-rouge incisant le cuir et les chairs circulairement, avec réduction des orifices ?), ont lieu depuis des années et des années. Quelques cas de mutilations humaines se sont fait connaître. Mais, si ce sont des humanoïdes qui pratiquent ces mutilations, pourquoi se dénonceraient-ils en laissant les corps sur place ? Sûr de l'impunité, montreraient-ils aussi peu d'égard pour l'homme qu'ils n'en ont pour des cadavres d'animaux, faisant eux peu de cas d'être enterré ou non. L'ex personne découverte mutilée se sera-t-elle tuée en voulant fuir ? aura-t-elle était tuée parce que menaçant la vie d'un des humanoïdes ? Ces derniers voyant là une occasion de vérifier l'incidence des pollutions sur l'homme, en prélevant des organes ? Je doute qu'il s'agisse d'un avertissement envers qui irait fouiner dans le coin. Bien que l'humain ayant subi ces mutilations, on l'espère post-mortem (sinon c'est atroce !), fut laissé au sol - et épargné par les bêtes sauvages -, comme une vache une fois fut laissée morte et mutilée près d'un endroit où des autorités avaient leurs bureaux en Amérique, comme si l'on narguait ces dernières. Mais rendre exangue des animaux vivants, c'est monstrueux (selon des abductés, cela fût fait devant eux !).

En Amérique du Sud
Au Brésil, les tentatives d'enlèvements d'humains ne font montre d'aucune immobilisation - akinésie - par ondes, à voir les récits émanant de cette partie du monde. Ni d'annihilation temporaire du conscient par soumission à l'hypnose, en entrant chez les gens de nuit, en jouant au passe-muraille, à l'instar de leurs rayons lumineux, et fortement calorifiques (d'après les témoignages de ruraux). Il semble donc exister une typicité ufologique propre à chaque pays ! Au Brésil, les paysans rencontrant des ovni, sont-ils agressés à chaque fois ? Les E.T présumés ne paraissent pas vouloir « abducter », mais plutôt « terroriser » les gens ce à quoi s'occuperaient les présumés E.T pendant cette partie des 24 H. Ou veut-on que ces paysans quittent la région, afin d'exploiter par exemple une mine ayant un grand intérêt et inconnue des brésiliens eux-mêmes ? En Chine, ai-je lu dans un livre dont l'auteur est Shi Bo, des paysans étaient terrorisés :: des ovni démolissaient à coups de rayons lumineux, mais infra soniques sans doute par leur effet, les maisons d'un village de montagne : sans qu'il y ait de victime. Le but semble donc être l'exploitation d'une mine non répertoriée. Puisque l'on fait peur aux gens (là sans s'en prendre directement à eux). Mais allez vérifier ce témoignage !

Source: Jean-Pierre Delbarre - OVNI.info
_________________
Revenir en haut
Nocte
Membre VIP

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2009
Messages: 120
Localisation: Tours, centre
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 23:09 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Je viens de parcourir la page, pas en profondeur je le reconnais car il est tard et je l'étudierai plus tard à tête reposée. la première photo a retenu mon attention : on peut apercevoir sur le bras droit de la victime, provenant de la blessure circulaire impressionnante (faisant penser à une biopsie effectuée par un boucher) deux traces de sang perpendiculaires et cela m'interpelle:

 -1) pour que le sang coule de cette manière, rouge, la photo a été prise très peu de temps après le décès.
 -2) la trace de sans s'écoulant de la blessure vers l'exterieur du bras est logique avec le postulat d'un corps allongé sur le sol, le bras dégagé du corps. l'aspect de cette "coulure" est frais, pas brunatre, la photo a été prise vraiment très peu de temps après le décès.
 -3) la trace de sans s'écoulant de la blessure en direction du pli de l'épaule dénote que le bras a été levé après que cette blessure ait été infligé: soit de manière volontaire par la victime elle même soit par une tierce persone ce qui laisse entendre que quelqu'un se soit saisit du bras et l'ait levé perpendiculairement à l'axe couché du corps, la conclusion logique serait en vue de déplacer le corps par traction.

En conclusion ce qui me gène vraiment dans ces clichés c'est le délai entre la prise de ceux ci et le décés de la victime, il est vraiment très court.

Je ne suis pas spécialiste de ce genre de chose mais ces photos me laissent perplexe.

bonne soirée
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 23:31 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Les photos ont étaient prises par la Police entre 48h et 72 h après la mort et le corps ne présentait aucun signe de putréfaction, peut-être qu'un produit anticoagulant ou d'autres substances ont été utilisés, ce qui expliquerait la "fraicheur" du corps.
_________________
Revenir en haut
Nocte
Membre VIP

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2009
Messages: 120
Localisation: Tours, centre
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 23:35 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Oui l'hypothèse pour la coagulation du corps est crédible (j'ai vu dans les articles que les animaux charognards évitaient ce genre de dépouille aussi). Reste la trainée de sang qui est bizarre. si le corps avait été manipulé par des policiers pour le retourner par exemple la coulée de sang aurait eu un aspect estompée, brouillé. ici elle est nette vraiment comme si le bras avait été levé... pour le trainer c'est vraiment ce qui me tape à l'oeil (sans jeu de mot). 
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 23:41 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Tu parle bien de la trainée de sang en haut du bras droit, là ou il y a une perforation ?
_________________
Revenir en haut
Nocte
Membre VIP

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2009
Messages: 120
Localisation: Tours, centre
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 23:47 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

oui je parle de cette trainée de sang qui part de l'orifice vers le pli de l'épaule... ça me paraît être le fait de quelqu'un qui a prit le bras de la victime pour la trainer ... quelque chose de très "humain", dans le cadre de l'hypothèse ET cela m'étonnerai qu'ils se cassent la tête à trainer un corps par les bras... reste l'intervention des enquéteurs mais cela me paraît vraiment pas très professionnel de la par d'un enquêteur de prendre une victime par les bras... ce ne sont que des hypothèses de ma part et comme je le disais je ne suis vraiment pas coutumier de ce genre de choses, simple construction intellectuelle de ma part lol
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 00:06 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Je ne me suis jamais posé cette question, a vrai dire j'ai toujours pensé que cette coulée de sang était du à la perforation, et non à un déplacement du corps, ce qui me parait plus logique. Les mutilations semblent avoir étaient effectuées in vivo, ce qui paraitrait normal pour cette trace de sang ainsi que l'hématome qui va avec.. Mais bon, je ne suis pas médecin.
_________________
Revenir en haut
Nocte
Membre VIP

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2009
Messages: 120
Localisation: Tours, centre
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 00:19 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

je ne suis pas medecin non plus lol! c'est plutôt affaire de logique en fait: si tu met une goutte de liquide sur une surface celle ci va suivre l'inclinaison de la surface. dans le cas ou le sang ait débordé de façon naturelle de la blessure , il suit le sens de la pente... les deux coulée indique deux pentes différentes, une vers le "bas" (bras couché contre le sol) et une vers le bas (pli de l'épaule , bras levé) . cela n'est que conjoncture de ma part lol
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 00:35 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Le ou les mutilateurs n'ayant sans doute pas effectué leur travail sur place, le corps à forcément été déplacé... Nous sommes d’accord. Wink mais pas obligatoirement pas traction. Pour en revenir à ton premier message: "pour que le sang coule de cette manière, rouge, la photo a été prise très peu de temps après le décès", la réponse est non...
_________________
Revenir en haut
Nocte
Membre VIP

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2009
Messages: 120
Localisation: Tours, centre
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 00:58 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

le corps a été déplacé: oui je pense, reste a savoir pourquoi et comment? je m'explique: dans le cas d'une abduction au sens ET du terme les témoignage de témoins rapporte qu'ils auraient été l'objet de manipulation de type médicale (couchés sur une table) je ne cite pas de sources car j'écris à la volée ce soir lol! donc dans le postulat d'un scénario ou la victime ait été l'objet d'une "étude" de la part d'entité étrangères à notre planète, ceux-ci les faits commis "déposent" la victime à l'endroit ou on la découvre. Ont ils commit ces actes à cet endroit même (dans ce cas pourquoi l'avoir tractée par les bras) ou l'ont ils "examinée" dans leur moyen de transport pour la déposer? j'ai du mal à imaginer des êtres évolués à un point ou personne ne les prends en flagrant délit, transbahuter un corps en le trainant par les bras! les traces sont nettes, pas brouillées par contact... Pour imager mon raisonnement: je transperce le bras de ma victime, le sang coule (trace vers l'extérieure), peu de temps aprés je prends cette vitime par le bras afin de la déplacer (deuxième trace). en aucun cas le bras n'a toucher le torse de la victime sinon les traces auraient été brouillées. Ce raisonnement explique le fait que je reste perplexe face à ces photos. J'ai du mal à m'imaginer des ET deplacer une victime en la trainant par les bras, c'est trop "humain". peut etre que mon raisonnement est erroné car je n'ai pas l'habitude de ce genre de fait mais il n'en reste pas moins que quelque chose ne colle pas avec la théorie ET. mais comme je te le dis cela n'engage que moi Smile

Quand au délai entre les prises de vues et le décès je reste circonspect: Comment un légiste pourrait il dater la mort à 48H minimum si on prend en compte les anticoagulants? encore une affaire de logique en fait: par le postulat que l'état du corps ait été modifié par l'adjonction d'anticoagulant voir par des pratiques non encore connues, l'évaluation de la date du décés du légiste ne peut être acceptée comme fiable. si l'on exclu ces faits alors non les photos n'ont pu etre prises 48H après. dans les deux cas on reste dans le doute comme cela arrive souvent dans ce genre d'affaire. je le dis encore une fois cela n'engage que moi et je ne suis pas médecin lol
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 6 Oct - 08:59 (2009)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains. Répondre en citant

Bien sur, l’hypothèse du crime crapuleux n’est pas a écarté, cependant celui ci n’est pas commun. Et pourquoi le corps à-t-il été retrouvé dans ce cas précis ? Une bavure ? D’ailleurs les enquêteurs de l’époque n’ont pu pas expliquer les blessures et l’autopsie confirmera la disparition d’organe. Reste que ce crime (unique) n’a toujours pas eu d’aboutissement à ce jour dans sa conclusion, et qu’il présente toutes les caractéristiques des mutilations classiques de bovins aux USA et en Amérique du Sud.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:15 (2017)    Sujet du message: Mutilations d'êtres humains.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Les Mutilations animales & Co Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com