Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Les mutilations, les différents points de vue

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Les Mutilations animales & Co
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 799
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 16:01 (2008)    Sujet du message: Les mutilations, les différents points de vue Répondre en citant

Les mutilations, les différents points de vue



Mutilations d'animaux en Amérique: Le mal vient-il du ciel ?

Par Michel Granger © Septembre 2003


Il n'y a pas que du bétail qui est mutilé mystérieusement en Amérique ; il y a aussi des spécimens de la faune sauvages et certaines circonstances insolites enregistrées pour les exactions à l'encontre de ces derniers pourraient-elles apporter une réponse aux questions qu'on se pose ? Pourquoi pas à condition de jeter un regard impartial sur le phénomène.
Au cours de l'incessante quête que je mène depuis plus de 20 ans à propos les mutilations de bétail à travers le monde (1) et (2) et qui aujourd'hui passe, entre autre, par Internet, je suis tombé l'autre jour sur cette fantastique information qui me donne l'occasion de focaliser sur une des facettes de ce mystère, pendante depuis plus de 30 ans : un cerf rapporté accroché dans un arbre dans le comté Delaware, Etat de New York, en bordure de la Pennsylvanie, le 18 novembre dernier !

Cerfs volants en Amérique ?
Un chasseur a même photographié le jeune animal mâle retrouvé suspendu à plus de 4 mètres du sol dans les branches d'un peuplier ! Les cervidés volent-ils si bas en Amérique qu'ils frôlent ainsi la cime des arbres et peuvent s'y poser ?, me suis-je dit tout d'abord imitant en cela mon maître Charles Fort ?
En vérité, le corps mort était coincé dans une fourche d'érable de taille plutôt modeste, mais il a fallu quand même couper le tronc à la tronçonneuse pour le récupérer. Un trou lui transperçait le cœur et les poumons, selon Scott Van Arsdale, technicien du Bureau de la Vie Sauvage, à Stamford [NY] (tué par une flèche ?). Difficile, malgré tout, d'inférer que, sous la douleur de l'impact du trait, il ait pu sauter jusqu'à une telle hauteur. La flèche, d'ailleurs, n'a pas été retrouvée. La seule explication possible évoquée fut celle d'un ours ou d'une créature aux grands pieds ayant transporté là le corps du cerf pesant 70 livres …

Mutilations de cervidés
Pour ma part, cette anecdote m'a amené à faire certains rapprochements dont le premier concerne maintes mutilations signalées en Amérique à l'encontre de cerfs, élans et orignaux et qui viennent se superposer aux mutilations du bétail domestique ou redevenu sauvage. Comme par exemple en juin 2002, en Oregon, dans la forêt nationale Siskiyou (près de Medford), sur une daine à laquelle il manquait les yeux et une partie des tissus de la mâchoire ; un trou dans la poitrine et la cuisse gauche complétait la " chirurgie ".
J'ai enregistré des cas documentés de cervidés mutilés dans les états américains et province canadienne suivants, en fonction des années : 1974 (Minnesota), 1975 (Idaho), 1978 (Missouri), 1980 et 95 (Colorado), 1980 (Nouveau Mexique), 1987 (Arkansas), 1998 (Saskatchewan)…

Mais c'est surtout le côté " tombé du ciel " de ce cervidé (non mutilé à ma connaissance contrairement à la biche - bouts des pattes arrière sectionnés - déposée sur un poteau électrique tel que montrée en photo sur la toile en janvier 2002 !) qui m'a interpellé tant il vient relancer une thèse qui fit fureur dans les années 75/80 à savoir que les animaux ne sont pas mutilés directement dans leur " habitat ", c'est à dire en plein champ, mais ailleurs (où ?). Ainsi, ces pauvres animaux, victimes des mutilateurs, transiteraient par la voie des airs avant (et après) avoir été excisés. En clair, on les enlèveraient nuitamment pour les charcuter à loisir à l'abri des regards indiscrets.

L'image d'animaux ainsi suspendus en l'air par le cou ou par les pattes, et déplacés, fait d'ailleurs partie du folklore américain qui trouve ses racines dans le fameux épisode du cas Hamilton (1897), lequel se confond avec celui du fameux " airship hanteur " dans plus de vingt Etats américains, à la fin du 19ème siècle.

Les mutilateurs venus du ciel ?
Est-ce à dire que " les animaux à mutiler " seraient tout d'abord neutralisés pour contenir leur réflexe de fuite (on a trouvé des calmants chimiques dans certains) puis hélés - hélitreuillés dirait-on aujourd'hui - et transportés de façon aéroportée en un endroit inconnu (personne ne s'est jamais risqué à en préciser les coordonnées ; d'ailleurs, il pourrait être " itinérant " en fonction des zones visées), fouillés à loisir, et leur dépouille, délestée de plusieurs organes vitaux (sexuels surtout), laissée tomber en chute libre, comme une goutte d'eau (dropping), jusqu'à son point de départ.
Par erreur, quelquefois, on les retrouverait de la sorte dans un champ voisin comme, par exemple, au Sud Dakota, en 1981, au Texas, en 1986, ou plus loin (à une distance de plusieurs kilomètres), comme au Colorado, en 1975.
Un cas typique est celui d'un veau mâle, croisement Hereford/Angus qui, le 26 avril 1978, fut découvert mort et mutilé (organes sexuels + oreille droite) à 650 m d'une ferme de Elsberry, dans le Missouri. Or, l'animal n'aurait jamais dû se trouver là : en effet, la semaine précédente, ainsi que tout le troupeau, il avait été déplacé par son propriétaire dans un champ plus éloigné de la ferme. Les mutilateurs avaient oublié de mettre à jour leur cartes de repérage !

De même et alimentant la même thèse, à plusieurs reprises, on a entendu dire que divers animaux mutilés avaient été retrouvés accrochés en hauteur dans les arbres. Comme à Elsberry, petite ville du comté Lincoln, dans le Missouri, touchée par une véritable hystérie mutilatoire, en 1978. Même chose, au Nouveau Mexique, en 1975. Un bovin aurait même été repéré dans un peuplier au Nouveau Mexique, en 1996 ! Mais jamais le phénomène n'avait été photographié, comme cette fois.

Les conséquences du " dropping "
Ce scénario de mutilations, non pas " in situ " mais " délocalisées ", expliquerait aussi l'absence de traces autour des animaux découpés, sur laquelle on se perd toujours en conjecture. Ensuite, il justifierait le fait que souvent les animaux ont des membres brisés, une corne enfoncée dans le sol (1975, Wyoming, 1984, Colorado, 1995, Californie), ou même plus récemment une patte littéralement " rentrée dans le corps " (comté Lake, Oregon, en 2002).

Le 6 juillet 2002, en effet, dans la Christmas Valley (OR), une vache " à trois pattes " était découverte, la zone rectale creusée et la mamelle découpée. Sa patte avant gauche brisée lui était littéralement rentrée dans la poitrine comme si, larguée " d'une hauteur considérable ", elle était tombée dessus et, sous l'impact, l'os s'était enfoncé dans sa poitrine comme un pieu ! Des membres brisés sur des animaux mutilés, on en a constaté en Alberta et au Nouveau Mexique, en 1979, au Colorado en 1984, au Montana en 2001…

Par ailleurs, ces " largages d'altitude " expliqueraient aussi les branches cassées constatées dans les arbres au-dessus des corps mutilés : Minnesota (1974), Oklahoma (1975), Arkansas (1979), Nouveau Mexique (1993), etc. et parfois décrites comme dégoulinantes de sang (témoins alertés par le bourdonnement des mouches attirées) et encore cette position particulière des carcasses, sur le dos, les pattes en l'air, tel que montré ici sur une photo que m'a fournie le shérif H. L. Graves du comté Logan (CO).

Quant à savoir si ces observations insolites (dont je ne mets aucunement en cause la véracité mais m'étonne tout de même en les entendant poussées à l'extrême comme par un témoin qui décrit le bruit des corps de bovins traversant des branchages en chute libre et s'écrasant au sol) : animaux retrouvés mutilés hors de leur prairie d'origine, membres brisés, arbres ébranchés, positions allusives, etc., allant toutes dans le sens de l'hypothèse de mutilations délocalisées grâce à l'utilisation d'un engin volant (ovni, hélicoptère ?), reste à se demander si elles ne constituent pas l'exception plutôt que la règle.

Attention à ne pas biaiser les faits
Tout d'abord, je peux témoigner que de nombreux relations d'animaux mutilés (officielles, journalistiques), ainsi que les indications de l'environnement qui les entourent, ne mentionnent pas ces caractéristiques. Pourquoi ? Parce qu'elles n'existent pas dans ces autres cas ou bien par omission involontaires du fait qu'elles ne sont pas directement reliés aux actes de mort et de mutilation des bestiaux ?

De même, on peut remarquer que ce sont toujours les mêmes enquêteurs - une poignée de " mutilogistes " très ciblés - qui les rapportent et ce, depuis des décennies au même titre que les coupures lasers, la radioactivité, les lumières célestes, etc.
Ne s'agirait-il pas là d'un biais ufologique qui consiste à remarquer des faits banals comme des arguments en faveur de la thèse extraterrestre comme cela se pratique si souvent dans la problématique ovni ? En vérité, ces caractéristiques, pour la plupart, peuvent avoir pour origine des causes tout à fait naturelles: trous de mémoire du fermier, coup de vent dans les arbres, maladies des animaux, violence des prédateurs, coups de foudre, gonflement, satellites célestes nocturnes… Kevin Stern ne vient-il pas de diffuser sur Internet une théorie qui, selon lui, explique naturellement les principales particularités des mutilations de bétail : une maladie, l'acidose lactique, liée à l'alimentation des bêtes qui les ferait mourir et détruirait tissus et organes d'une manière tout à fait conforme à ce qui est constaté sur les animaux mutilés ? Inutile de dire que je ne souscris pas à cette thèse folklorique.

Il serait bon, par contre, de faire une statistique sur les caractéristiques mentionnées plus haut en sortant du " réseau " des mutologistes acquis à la cause E.T., histoire de voir si elles se retrouvent dans d'autres circonstances et dans quelle proportion. Les phénomènes fortéens - ovnis, mutilations, etc. - offrent cet inconvénient maintes fois dénoncé de fournir à chacun des arguments propres à nourrir un jour ou l'autre ses propres convictions. D'où la grande cacophonie qui règne autour, chacun s'arc-boutant à ses observations personnelles qui vont dans le sens de son interprétation et refusant les autres : celles qui vont à l'encontre..

Heureusement pour les mutilations, il n'y a pas que le témoignage humain qui entre en jeu ; les vaches mutilées ne volent pas, même si certaines peuvent en donner l'illusion. Du moins, aboutissent-elles irrémédiablement en tant que carcasse au milieu d'un champ ou d'un bosquet où chacun peut alors aller les examiner à loisir pour peu que l'affligeant spectacle ne le rebute pas trop. Ma démarche est celle qui croit que la vérité sortira de l'examen strict des faits, de leur matérialité, laquelle est un grand avantage des mutilations de bétail par rapport aux observations célestes. Cela dit, je ne suis pas moi-même à l'abri d'un biais fortéen quand j'apprends qu'un chasseur de l'Indiana a été surpris de voir un rocher de 150 kilos logé dans les branches d'un arbre, à 10 mètres de hauteur, dans la forêt d'état de Yellowwood. Or, à ma connaissance, il n'y a pas de mutilations de pierres sauf peut-être dans l'imaginaire de romanciers de SF tel le méconnu Léon Groc (3) !

Cas récents
Revenons aux carcasses de bétail mutilé car, si elles sont moins nombreuses qu'il y a 30 ans, elles existent encore aujourd'hui. Une opportunité pour les scruter avec plus d'attention et fournir matière à un troisième livre dans 10 ans ? Qui sait?

2003, en Amérique, semble un cru " mutologique " plutôt pauvre à l'instant où j'écris ces lignes, du moins à ce que j'en sais. J'ai rameuté vainement mes correspondants cet été, en vue de cet article. Selon mes sources, deux Etats seulement ont signalé des mutilations de bétail cette année : l'Iowa, près de Des Moines, en janvier, avec un cheval mutilé tâté " encore chaud " et le Nebraska, en avril. D'après le Omaha World Herald du 16 avril 2003, deux vaches et un taureau ont été trouvés morts et mutilés (pis de mamelle manquant, rectum, testicules), les 5 et 7 avril, dans un même pâturage à environ 3 miles à l'ouest de Valparaiso, NB. 6000 dollars de récompense ont été promis à qui permettrait d'arrêter les coupables.

Quant à l'Argentine, ça continue, comme on dit, mais je n'ai pas encore acquis l'intime certitude que les mutilations de bétail argentines soient " comparables " à celles d'Amérique du Nord comme je l'ai vu écrit. Ne me demandez pas encore pourquoi car je ne voudrais faire de peine à personne… Mais on ne m'a pas encore montré un cliché de mamelle de vache argentine découpée comme ci-dessous, au Kansas, comté Meade. Et ceci même si on nous parle de coupures géométriques, de plaies cautérisées, de précision chirurgicale et d'animaux délocalisés (UFO Roundup, 30 juillet 2003)…

(1) Michel GRANGER, "Le Grand Carnage", Editions Vertiges/Carrère, 1986.
(2) Michel GRANGER, "Mutilations de bétail, Trente ans de mystère extraterrestre ?", JMG Editions, 8, rue de la Mare, 80290 Agnières. Tél: 03 22 90 11 03, juillet 2003; prix 18,50 euros.
(3) Léon Groc, "La révolte des pierres", Les Classiques de l'Utopie et de la Science-Fiction, Editions Ombres, 1998, 50, Rue Gambetta, 31000 Toulouse.

_________________


Dernière édition par Mikerynos le Mar 20 Mai - 10:51 (2008); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Mar - 16:01 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 799
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 16:03 (2008)    Sujet du message: Les mutilations, les différents points de vue Répondre en citant

Des sacrifices abominables.
Par Gary Stearman

 

Un des plus récents rapports en matière de mutilations animales est apparu dans le UFO magazine de février 1999. Comme plusieurs cas semblables, ce dernier événement eut lieu près de Durango dans le sud du Colorado. Les vaches qui furent retrouvées gisaient dans un étrange cercle d'herbe brûlée. Cela fit dire aux enquêteurs qu'une forme quelconque de radiation, telle que des micro-ondes, ou des lasers furent utilisés dans cet acte barbare de mutilation.

Dans le monde mystérieux des OVNI, il y a un phénomène des plus étranges qui consiste en une série de rituels qui impliquent la destruction de milliers de bêtes, acte primitif qui trouve ses sources dans les racines les plus profondes du spiritisme.
Tout croyant placé devant les innombrables témoignages qui relatent les différentes expériences en matière d'OVNI est tôt ou tard confronté à la conclusion suivante. Beaucoup de ces phénomènes sont des faits indiscutables, et demeurent des plus évidents parmi ceux les mieux documentés. De plus, les preuves qui entourent ces phénomènes sont à la fois si convaincantes et si troublantes qu'aucun homme de science n'a pu trouver quoi que ce soit pour réfuter ou expliquer l'existence de ce genre de chose. Mais parmi cette multitude d'événements bizarres, il y a également ceux qui semblent présenter un lien direct et qui concordent parfaitement avec certains passages de la bible. Ceci est particulièrement vrai dans l'un des aspects les plus noirs des manifestations d'OVNI:

LA MUTILATION DU BÉTAIL… EN GÉNÉRAL.
L'accroissement récent et la fréquence toujours plus grande de ce que l'on appelle "la mutilation du bétail", est une facette très troublante de ce véritable puzzle que constitue le monde étrange des OVNI. Ces phénomènes sont maintenant en pleine effervescence dans le monde et leur fréquence est de plus en plus grande. Le fait que ce sont des OVNI qui perpètrent ce genre d'événements est hors de tout doute, car il existe beaucoup de témoignages solides qui attestent ces choses. Mais quand ces êtres mystérieux font de telles choses, que recherchent-ils en réalité? Est-ce qu'ils utilisent certains produits de source animale, pour exécuter certaines expériences scientifiques inconnues, comme quelques-uns l'ont suggéré? Ou bien, essaient-ils de nous envoyer un message par le moyen de certains symboles rituels, comme d'autres l'ont prétendu?
Comme la Bible est inspirée de Dieu, celle-ci est suffisante pour nous venir en aide dans tous les aspects de la vie. De même celle-ci, par une analyse encore plus poussée, est à même de répondre à cette question. Lorsque nous regardons de plus près les écritures, il apparaît de façon certaine que l'activité générale des OVNI et la nature même de leurs occupants trouvent des échos directs avec la croyance, la nature même et l'activité des anges déchus et des démons que la Bible nous décrit. De nombreux Chrétiens ont rassemblé nombre d'évidences qui attestent cette affirmation. Et si les écritures nous décrivent la véritable identité de ces visiteurs extra dimensionnels comme tirant réellement leur origine dans les fonctions attribuées à Satan et à ses anges déchus, nous serions alors clairement placés devant une simple et seule évidence. Ces événements qui arrivent dans notre époque trouvent en fait leurs racines dans les annales les plus sombres des cultes païens de l'histoire humaine. L'histoire ancienne est parsemée de ce genre d'activités paranormales, dont les motifs sont les mêmes maintenant que ceux qui apparaissent dans les récits de l'Ancien Testament. Bien que ces manifestations modernes se présentent de façon extérieurement différente, leur motif de base reste cependant le même qu'autrefois. Ce seul fait devrait suffire à apporter encore plus de lumière au sujet de la croyance en ces créatures.

Dans divers autres documents, nous avons couvert bon nombre d'événements de ce genre, tels que les enlèvements d'êtres humains par des OVNI, ne se limitant pas seulement aux récits et au caractère de plus en plus fréquent de ces événements, mais également en exposant clairement les origines démoniaques de ces manifestations. Mais qu'en est-il réellement de ces choses? Apparemment, il y a ici les traces d'une certaine activité génétique de type "HUMANO-DÉMONIAQUE". Plusieurs experts dans ce domaine arrivent très près de cette conclusion, disant que ces êtres mystérieux tentent en fait de produire une forme viable d'êtres humanoïdes par une mutation des gènes humains, pour donner ainsi naissance à une nouvelle race qui serait alors reconnue par l'humanité comme étant de type extra-terrestre. Un des processus de leur création est déjà accompli dans ceux que nous appelons les visiteurs venus de l'espace, lesquels sont en fait une contrefaçon de l'être humain, créés par eux dans le but ultime de s'approprier le contrôle des infrastructures terrestres, car ceux-ci, à cause de leur caractère angélique, se trouvaient jusqu'à maintenant emprisonnés dans leur propre dimension à cause de leur nature spirituelle. En effet, Satan ayant failli dans sa tentative de conquérir le Royaume des cieux, s'est alors tourné vers la quête du contrôle du Royaume terrestre.

Ayant traité de ce sujet en profondeur en maintes occasions, nous avons déjà expliqué comment Satan, apparemment, essaya de faire la même chose dans les jours de Noé, mais il fut arrêté par la main de Dieu, lorsqu'Il déversa sa colère lors du déluge, détruisant du même coup et effaçant toute trace de la nouvelle race que Satan et ses anges avaient alors créée. Le récit qu'en fait le texte de Genèse 6, parle d'une liaison illicite entre anges déchus et certaines femmes de la terre. Cette union illicite donna naissance, selon le texte, "à une race de géants", qui était en fait une progéniture impure et exécrable de par sa nature. Mais la corruption de la pureté de la race humaine n'est pas la seule chose que ceux-ci recherchent, car pour des raisons qui ne sont pas totalement claires, ils sont également préoccupés par les formes de vie les moins évoluées de cette planète.
En effet, d'innombrables ouvrages de littérature bien documentés, rapportent la disparition d'animaux sauvages ou domestiques, qui furent retrouvés ensuite dépouillés de plusieurs de leurs organes vitaux par de délicates opérations chirurgicales. Ces faits sont si horribles et si incroyables qu'ils sont généralement écartés du revers de la main par la plupart de ceux qui entendent ces choses, et cela même si des témoignages des plus documentés ne laissent planer l'ombre d'un doute quant à leur véracité.

Qui a mutilé Snippy?
Dans les premiers mois de l'année 1967, un incident qui se produisit dans le sud du Colorado captiva l'attention de tous les habitants du pays. Les journalistes les plus renommés ainsi que la presse officielle rapportèrent une série d'histoires au sujet d'un malheureux cheval nommé "Snippy". Cette même année, la petite région tranquille de la partie centrale du Sud du Colorado connue comme "La vallée de San Luis", fut envahie par une vague de manifestations d'OVNI, lesquels se manifestèrent par l'apparition d'une multitude de cercles d'herbe brûlée, à divers endroits de la région. Plusieurs de ces observations furent même photographiées, et ces images apparurent dans les différents journaux et magazines de tous les États-Unis, et également ailleurs dans le monde.

La plupart du temps, de mystérieuses machines de lumière, rondes ou ovales apparurent, parcourant les régions entourant les montagnes de Sangre De Cristo à l'est et au sud, puis également la région de San Juans vers le nord. A maintes occasions, elles furent également observées comme des masses lumineuses immobiles à la surface du sol. Mais dans la majorité des cas, ces mêmes brûlures de formes circulaires à la surface du sol furent observées. Les témoignages des gens au sujet de ces manifestations parlèrent de ces masses lumineuses comme provenant d'engins circulaires en forme de dômes, se tenant
debout sur trois pattes ou au dessus de la surface du sol. Avant cet événement, cette région qui ne comportait qu'une très faible densité de population, n'était en fait qu'une immense prairie parsemée principalement de buissons dénudés et d'arbrisseaux. Mais soudainement, la petite ville d'Alamosa devint le centre d'intérêt des chercheurs en matière d'OVNI, et cette petite ville tranquille vit sa population s'accroître à 10 000 habitants, dont la plupart d'entre-eux demeuraient cependant sceptiques quant à sa nouvelle popularité. Un étudiant du Collège Adam State de la ville de Alamosa profita de cette opportunité pour faire connaître la réputation de sa ville en matière d'OVNI, en érigeant un gros panneau blanc à sept milles à l'est de la ville. Sur ce panneau était inscrit, "La maison de Snippy…La Capitale Mondiale des Soucoupes Volantes...Prenez garde aux OVNI qui circulent à basse altitude, ils viennent peut-être pour vous..."

Snippy, un jeune cheval, gardé et élevé par Berle et Nellie Lewis, avait été la victime, quelques jours plus tôt, d'un enlèvement d'OVNI, comme il fut rapporté par les habitants de cette petite localité. Le Ranch de Lewis était situé à 25 milles au nord-est d'Alamosa, dans la région de Dry Lakes et au pied de la spectaculaire chaîne de montagnes de Sangre De Cristo. En octobre de cette même année 1967, la dépouille mortelle de Snippy fut découverte dans des conditions si mystérieuses et si grotesques, qu'il apparut sans l'ombre d'un doute à tous ceux qui furent témoins de cette macabre découverte, que cette mort n'était en aucun cas le résultat d'un phénomène terrestre. Premièrement, la chair et la peau avaient été retirées de la partie supérieure du corps, des épaules, du cou et de la tête. Ensuite, sur les lieux du drame il n'y avait aucune trace de sang, ni de fluide corporel, ni d'aucune autre sorte auprès du corps. Des incisions chirurgicales sur le corps avaient été pratiquées, et la plupart des organes vitaux avaient été retirés. De plus, une autopsie révéla que le cerveau avait disparu, et chose techniquement impossible, il avait été entièrement retiré sans même que le crâne ait été brisé
Ensuite, plusieurs cavités profondes furent découvertes sur le sol autour du corps, et certaines d'entre-elles jusqu'à 500 pieds du lieu de la découverte. Ces "traces", étaient le résultat de quelque chose d'inconnu et certaines étaient si profondes, qu'elle suggèrent la présence de quelque chose de gigantesque. Sur ce propos, Nellie Lewis affirma à quiconque qu'elle croyait que Snippy avait été tué par des visiteurs étrangers, venus d'un autre monde. Snippy fut la première victime de ce genre à devenir l'attraction du grand public, et son histoire captiva toute l'attention nationale. Mais si nous regardons ces événements, il y a maintenant de nombreuses évidences que nos gouvernements sont conscients que ce genre de phénomènes existe réellement depuis le milieu du siècle, plus précisément à partir des années 1967-68, où ces phénomènes furent observés dans les environs de la Vallée de San Luis, laquelle devint alors un point chaud en matière de manifestations d'OVNI. À partir de ces années-là, les lois locales furent renforcées pour permettre une meilleure surveillance en la matière, dans les régions d'Amalosa, de Mosca, de Monte Vista, de Hoop Crestone et de Blanca, où de nombreuses apparitions de ce genre furent rapportées par la suite.

Un exemple typique de ces manifestations fut rapporté en mai 1967 par Eleanore Blundel, l'épouse d'un policier, qui observa un de ces phénomènes au Monument National du Great Sand Dunes, non loin de la ville de Blanca. Mme Blundel fut témoin de l'apparition d'un étrange appareil, tout près des dunes, à peu près à 100 mètres des habitations les plus proches. Étant elle-même une artiste, elle peignit plus tard un portrait de cet appareil, qu'elle décrivit comme ayant l'apparence d'un croissant de lune. Elle dit, "Et en dessous de ce croissant, il y avait de nombreuses petites lumières." Alors qu'elle observait cet étrange objet, elle eut juste assez de temps pour avertir les quelques familles qui habitaient non loin des dunes. Elles observèrent également ce phénomène et parlèrent d'un très beau croissant lumineux, qui semblait émettre une lumière irradiante venant tout droit d'un autre monde.

Après la diffusion de cet événement, cette vallée devint l'objet d'un gigantesque cirque médiatique, et de nombreuses personnes vinrent pour observer ce phénomène.

Les Résidents de l'endroit couvrirent les quelque 6300 milles carrés de la vallée afin de fournis aux intéressés une information ponctuelle sur le développement de ces phénomènes dans la région. Durant les deux années suivantes, ils purent observer de nombreux phénomènes semblables qui se manifestèrent selon leurs dires, "sous la forme de très belles lumières colorées qui se déplaçaient gracieusement au-dessus des champs de la région". Chaque fois qu'ils apercevaient ces manifestations, ils entraient en transe, comme hypnotisés par ces phénomènes. Et leur émerveillement premier laissa place à une grande frayeur, lorsqu'ils constatèrent l'enlèvement et la mutilation de plusieurs bêtes de leurs troupeaux, dont Snippy.
Dans le "Mutual UFO Network journal" de juillet 1999, un étrange cas d'enlèvement de bêtes par des OVNI fut rapporté. Cette organisation qui a son Quartier Général à Seguin dans le Texas, rapporte le témoignage de 14 travailleurs forestiers qui attestèrent l'existence de ces mystérieux phénomènes d'enlèvements et de mutilations d'animaux. Les détails entourant leur témoignage appuyèrent le fait des enlèvements du bétail par des OVNI et aussi le fait que ceux-ci utilisaient quelque chose comme des rayons lasers pour perpétrer leurs actes effroyables de mutilation. Quand nous comparons tous les phénomènes semblables, il devient évident qu'il s'agit d'une vaste activité, consistant à s'approprier le sang et les organes vitaux des animaux à des fins encore inexpliqués.

LA MUTILATION: UN PHÉNOMÈNE SURRÉEL
Depuis l'année où la mésaventure de Snippy captiva l'attention des médias, le phénomène de mutilation du bétail augmenta de façon très rapide. Mais, tandis que ce phénomène faisait au début état de cas isolés, les observateurs rapportent désormais des centaines de cas semblables. À présent, le phénomène est tel dans les terres d'élevage de l'ouest de l'État de Washington et de l'Orégon, du Texas, du Nouveau Mexique, du Colorado et également dans toutes les autres zones d'élevage des États-Unis, qu'il pèse maintenant une menace de ruine économique sur les nombreux éleveurs du pays. Plusieurs d'entre-eux estiment avoir perdu plus de dix pour cent des bêtes de leurs troupeaux. C'est très grave, surtout si l'on considère le fait qu'un éleveur de bétail n'a pas à perdre beaucoup de bêtes de son troupeau pour que sa marge de profit disparaisse.

Étrangement, lorsque les médias parlent de ces événements, ils blâment les auteurs de ce qu'ils appellent "des rituels étranges provenant de cultes Sataniques", qui se résumeraient par la mort rituelle de centaines de victimes sacrificielles. Ce genre de conclusion n'est pas difficile, surtout si l'on considère le fait que les victimes sont toujours vidées de leur sang, et que des incisions très précises sont pratiquées sur ces bêtes pour en retirer les yeux, la langue, les oreilles et les parties génitales, selon un rite très mystérieux. Mais cependant, dans les milliers de cas qui ont été rapportés, aucun membre d'un quelconque groupe occulte n'a été arrêté ni même aperçu faisant ces choses. Aucune accusation de ce genre n'a jamais été portée contre qui que ce soit. Les éleveurs de bétail ont formé de nombreux groupes de surveillance nocturne, en collaboration avec les autorités locales, en aucun temps ceux-ci n'ont trouvé quoi que ce soit qui ressemble à des envahisseurs humains.
Dans un des cas les plus récents, un taureau de grand prix a été abattu et mutilé à une distance d'à peine une centaine de pieds de la maison des propriétaires du ranch. Ceci se passa en pleine nuit, tandis que le propriétaire du Ranch dormait paisiblement avec son épouse, leur fenêtre toute grande ouverte. Lorsqu'ils se réveillèrent au petit matin, ils firent la macabre découverte. En approchant l'animal, ils constatèrent que le taureau avait été disséqué chirurgicalement, tandis que plusieurs de ses organes internes et de ses parties avaient été enlevés. Le cœur avait été retiré de la cage thoracique sans même avoir brisé la membrane péricardiale qui l'enveloppait. Le cadavre ne portait aucune trace de sang, ni à l'intérieur, ni à un quelconque endroit autour de lui.

Des pertes de ce genre représentent des milliers de dollars pour des éleveurs de bétail. En dépit des nombreuses surveillances nocturnes qui ont été organisées, le phénomène a progressé depuis ce jour. L'année 1999 témoigne d'un accroissement majeur du nombre de cas de ce genre, qui ont été rapportés aux autorités en place.
Un cas typique analogue fut rapporté à Durango dans le Colorado, en septembre 1998. Il s'agissait de la mort étrange d'une vache, dont la plus grande partie de la carcasse avait été proprement excisée. Son corps avait été abandonné au milieu d'une clairière, dont la terre brûlée et noircie, suggérait l'utilisation d'une source intense de chaleur. Le cœur de la vache, ainsi que de nombreuses autres parties internes de son corps avaient complètement disparu, ainsi que la majeure partie de sa peau et de sa musculature. À d'autres endroits, des vaches, des brebis, des chevaux et également des animaux sauvages avaient été tués et mutilés dans des circonstances similaires. Chaque fois, leurs dépouilles mortelles reposaient de façon grotesque sur le sol et leurs organes avaient été retirés de leur corps par le moyen d'interventions chirurgicales faites avec beaucoup de précision. Les autopsies pratiquées sur les victimes démontrèrent que les instruments utilisés lors de ces opérations, avaient eu un effet de cautérisation sur les plaies des animaux, par l'action d'une intense chaleur. Plusieurs avancèrent l'hypothèse que des lasers ou des micro-ondes avaient été utilisés.

Mais par dessus tout, c'est l'absence de sang, soit à l'intérieur des victimes, soit sur le sol, qui relie entre elles toutes ces mystérieuses mutilations. Personne, jusqu'à maintenant, n'a pu expliquer de quelle façon une telle chose peut se produire. Quiconque est familier avec l'abattage des bêtes dans les boucheries, sait pertinemment qu'une bête laisse échapper une quantité impressionnante de sang lors de l'abattage. Et dans tous les cas observés, la carcasse des bêtes avait été vidée de son sang, sans même qu'une seule goutte ne tombe par terre. Comme nous le verrons plus loin, ce fait est vital pour la compréhension de ces événements.

Les témoignages d'enlèvements; des phénomènes très fréquents.
Pour la croyance populaire, la mutilation du bétail est un mystère complet. Mais en fait, la population ne lit jamais les nombreux témoignages de gens qui affirment avoir assisté à l'enlèvement de bêtes. L'un de ces témoignages est décrit avec exactitude dans le livre de Linda Moulton Howe, intitulé "Glimpses of Other Realities" édition de l'année 1998. Cette femme est généralement connue comme une des plus éminentes expertes en matière d'OVNI. Son rapport est des plus significatifs puisqu'il provient directement de l'Oregon, un des points les plus chauds en matière de manifestations d'OVNI. Elle rapporta dans son livre, le témoignage d'un jeune homme de 27 ans, nommé Timothy Fint, qui décrivit son propre enlèvement depuis un appartement de Portland. Ce jeune homme aurait été personnellement enlevé dans le but ultime d'être témoin d'une mutilation de bétail. Alors qu'il se trouvait dans son appartement, il fut soudainement transporté dans une sombre prairie, très éloignée du lieu où il vivait, et il lui fut donné d'assister à un étrange rituel.

Il décrivit un dôme, un disque lumineux d'une lumière irradiante, qui se tenait immobile au dessus d'une vache de la prairie: "Cette chose descendit de la colline qui se trouvait non loin de moi, à ma gauche, puis se stabilisa en vol au dessus d'une vache rousse. La vache était en train de brouter, et elle ne semblait pas s'apercevoir de la présence du dôme. Soudainement, un rayon de lumière descendit de ce qui me paraissait une base arrondie et bleue, fixée en dessous de l'objet lumineux. Le rayon qui descendit était une lumière de la blancheur du lait, au travers de laquelle on pouvait voir parfaitement. Elle entoura la vache, qui commença à s'élever dans les airs. Puis elle se figea, sa tête enfla et s'ouvrit. Je vis ses yeux s'agrandir et sortir de leurs orbites ; ensuite sa langue se détacha et ils montèrent vers l'objet". Le rayon lumineux fit monter ensuite la vache au-dessus du sol, puis à la grande horreur de Timothy, il commença à la disséquer sur place. Il entendit "un bruit ultra-rapide, comme celui d'une scie puissante coupant du bois". La vache fut soudain renversée les pattes en l'air. Le témoin involontaire fut horrifié: "Je pouvais clairement voir que le côté droit de la vache avait complètement disparu. Elle n'avait plus d'yeux, ni d'oreilles, la langue avait été enlevée, et l'os de sa mâchoire pendait de sa bouche. La viande avait été complètement retirée des os".

Le jeune Timothy venait d'être lui-même la victime d'un enlèvement extra-dimensionnel, et pour quelques sombres raisons, avait été autorisé à assister à un des nombreux événements desquels les policiers de l'endroit avaient été témoins à plusieurs reprises, mais, pour des raisons très évidentes, avaient gardé le silence. Ils avaient peur d'être regardés comme des fous, et ils refusèrent de divulguer quoi que ce soit. Ce fut le cas du premier policier qui trouva Snippy au tout début, et cela est également vrai pour ceux qui sont présentement en poste aujourd'hui.

Dans une autre histoire, Dwain Wright, un chasseur de la région de Grants Pass en Orégon, rapporta une conversation qu'il eut avec un fermier habitant à l'est de Bend, lorsqu'il revint d'un voyage de chasse, dans un endroit situé non loin de la terre de ce fermier. Leur conversation dériva sur le sujet des OVNI, et le fermier lui posa une question des plus inhabituelles et également des plus intrigantes: "Croyez vous aux soucoupes volantes? Et le chasseur lui répondit que oui. Alors le fermier commença à lui expliquer que des OVNI étaient passés dans le désert la nuit d'avant, et il lui proposa de lui montrer le site de ces apparitions. Il montra au chasseur un taureau mort, dont la carcasse gisait là, écrasée dans le sol, comme si la bête avait été soudain jetée par terre à partir d'une bonne hauteur dans les airs. La bête, littéralement enfoncée dans le sol, avait été projetée depuis une hauteur d'au moins deux cents pieds depuis les airs, et certaines de ses parties internes avaient été retirées: les oreilles, les yeux, les organes sexuels, et son rectum avaient également été enlevés. Le fermier affirma "que cette victime n'était pas la seule. Il décrivit les mystérieuses apparitions de soucoupes volantes, venues de nuit, flottant dans les airs au-dessus des pâturages, s'arrêtant de temps à autre au-dessus du bétail qu'elles enlevaient tour à tour, avant de l'abandonner dans les abominables circonstances que nous connaissons.

Dans cette région, les fermiers affirment qu'il n'est pas inhabituel de trouver des bêtes mortes dont les carcasses reposent de façon grotesque au travers des branches des arbres de la prairie. Un tout dernier rapport d'un cas semblable et bien documenté, impliqua plus de 14 travailleurs forestiers de la région du Mont Saint-Hélène, dans l'État de Washington. Cet événement se passa en février 1999, lorsque les ouvriers plantaient de nouvelles pousses sur le sommet d'une colline. Soudain ils aperçurent un OVNI en contrebas de la colline. Il était petit, à peu près de la taille d'un de ces parachutes rectangulaires, ouvert de toute sa voilure. En fait, c'est ce dont les travailleurs croyaient qu'il s'agissait à ce moment là, en le voyant descendre tout doucement au dessus d'un troupeau d'élans. Comme il s'approchait encore, il devint de plus en plus évident qu'il ne s'agissait pas d'un parachute. Lorsqu'il fut au-dessus du bétail, le troupeau s'affola soudainement, et la plupart des bêtes s'enfuirent, tandis que leur cible se dirigea sur une femelle qui avait été séparée du troupeau. Les observateurs, complètement horrifiés, virent ensuite l'élan s'élever dans les airs, en-dessous de l'étrange appareil, qui semblait remonter avec difficulté en traînant avec lui tout le poids de la bête. Après avoir touché la cime des arbres qui se trouvaient en bordure de la clairière, il commença à monter avec un angle de 45 degrés, pour disparaître ensuite dans les nuages. Après cet événement, les travailleurs acceptèrent de témoigner auprès de certains investigateurs professionnels dans le domaine des OVNI, mais pour des raisons obscures, ils insistèrent pour que leur témoignage demeure anonyme.
Jusqu'à la fin de 1999, d'inhabituelles mutilations de bétail furent rapportées en Orégon, au Nouveau-Mexique et au Colorado. Les éleveurs de ces régions furent profondément affectés par toutes ces activités, sans disposer d'aucun pouvoir pour arrêter le déroulement de ces choses. Dans la région de Snohomish au nord ouest de Seattle, Washington, des douzaines de morts étranges d'animaux ont été récemment rapportées, et nos gouvernements ne les ignorent pas. Déjà, dès les années 1960, la mystérieuse activité des OVNI, consistant à enlever des humains ou des animaux, était connue par bon nombres d'enquêteurs sur le sujet, et de nombreux ouvrages traitent de ces questions. Plusieurs spécialistes disent que les premiers cas connus de mutilation aux États-Unis, apparurent à partir de l'année 1966. À cette époque, un fermier de l'Ohio affirma qu'une grande partie de son bétail avait été "taillé en pièces", tandis que les carcasses mortes avaient été complètement vidées de leur sang.
Cependant, le vrai développement de ces événements est beaucoup plus près de nous. En 1997, le lieutenant Colonel Philippe J. Cross écrivit un best-sellers intitulé: "Le jour après Roswell". Dans ce livre, il parla de la connaissance gouvernementale des enlèvements d'humains, et des mutilations d'animaux. Il affirma que ces phénomènes étaient connus par eux dès les années 1950! Il écrivit: "Ces OVNI appartiennent à des extra-terrestres, se pensant eux-mêmes invulnérables et invisibles, lorsqu'ils s'élèvent dans notre atmosphère, pour descendre ensuite en détruisant nos systèmes de communications. Avec des pulsions électromagnétiques, ils font exploser, où endommagent nos engins spatiaux, colonisent la surface de notre Satellite Lunaire, mutilent notre bétail dans d'horribles expériences biologiques, enlèvent des êtres humains dans le but de faire des tests médicaux et de les aider à créer une nouvelle race hybride d'êtres humanoïdes. Et nous ne pouvons rien faire pour nous défendre, parce que nous n'avons pas d'armes contre eux". Comme beaucoup d'autres commentateurs qui ont eu des contacts étroits avec "le programme du gouvernement secret", Corso croit fermement que ces "Extra-terrestres" ont fait des ententes avec nos leaders politiques et militaires. Le cœur d'un tel arrangement serait de laisser ceux-ci agir en toute liberté dans leurs opérations, en échange de certaines technologies plus avancées. Si comme nous le suggérons, ces "extra-terrestres" sont les entités spirituelles démoniaques dont parlent les écritures, ces alliances ne constitueraient rien de moins qu'un pacte avec le monde des ténèbres.

Au sujet des mutilations du bétail, Corso écrit: "Au Pentagone, entre 1961 et 1963, j'ai eu connaissance de plusieurs rapports provenant des autorités policières de la ville et de l'État, qui décrivaient la découverte de troupeaux mutilés, et du témoignage de plusieurs personnes qui prétendaient avoir été enlevées par des extra-terrestres et être les victimes de certaines expériences médicales. Un des fils conducteurs les plus communs en ce qui concerne ces histoires provient de témoignages personnels de gens ayant été les victimes d'enlèvements, d'expériences, d'interventions chirurgicales, contrôlées par de petits, mais très puissants faisceaux lumineux. Des rapports provenant de la police locale disent que lorsque des vétérinaires furent appelés à se rendre sur les lieux des mutilations, ils trouvèrent que non seulement les bêtes avaient été vidées de leur sang, mais qu'elles avaient été également vidées de leurs organes internes, avec une précision chirurgicale déconcertante. Ceci élimina toute éventualité que cette œuvre soit celle d'un quelconque prédateur ou encore de vandales qui auraient enlevé les organes, dans le but supposé de se livrer à des rituels plus ou moins mystérieux.

Dans le cas de Snippy, il fut également mentionné que "bien que ce cas fut le premier qui fut médiatisé et porté à la connaissance du grand public, et cela dès 1967 au Colorado, à la Maison Blanche, il a circulé de nombreuses histoires au sujet de la mutilation des bêtes, qui furent cependant gardées secrètes, et qui dataient déjà du milieu des années 1950.
Vaisseaux spatiaux, ou voyages trans-dimensionnels?
Pour les croyants qui considèrent que la Bible est la révélation inspirée de Dieu, et qu'elle offre des explications dans tous les aspect de la vie, il existe un profond désir d'expliquer tous ces bizarres événements dans le contexte des écritures. Comme nous l'avons déjà expliqué à plusieurs occasions dans bon nombres d'articles du même genre, ces apparitions de supposés "extra-terrestres", sont en fait des apparitions trans-dimensionnelles.

Leur vrai lieu d'origine se trouve en dehors de l'univers matériel connu par l'être humain. Cet univers parallèle est celui des anges déchus et des démons, qui sont continuellement en guerre pour essayer de prendre le contrôle, à la fois de cet univers parallèle que la Bible appelle les cieux, et de l'univers matériel qui a été attribué comme limite à l'être humain. Au-dessus des êtres humains, il existe une bataille spirituelle dans laquelle les démons s'acharnent sans cesse de part et d'autre, dans le but d'obtenir le pouvoir dans les deux mondes. Dans Éphésiens 6:12, l'Apôtre Paul décrit parfaitement cette lutte contre les puissances des ténèbres:

"Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les principautés dans le monde des ténèbres, et contre les esprits méchants dans les lieux célestes."
Dans le Nouveau Testament, ces anges des ténèbres et leurs hordes démoniaques, sont mentionnés essentiellement en tant qu'esprits, à la recherches d'habitations terrestres, c'est à dire d'incarnation dans des corps terrestres. Durant son ministère terrestre, le Seigneur Jésus les chassa à de nombreuses reprises, des corps de leurs infortunées victimes qu'ils s'étaient appropriés pour en faire leur demeure. Mais en plus de la "possession" proprement dite des corps des êtres humains, les démons s'étaient apparemment engagés dans une toute autre activité qui affectait la vie quotidienne des hommes de cette époque, sur une très large échelle. C'était dans la période où l'Église n'existait pas encore pour contrer leur action. À ce moment là, le monde était pleinement immergé dans le culte du "Serpent ancien", celui auquel dans Éphésiens 2:2, l'Apôtre Paul se réfère en l'appelant: "Le prince de la puissance de l'air". En outre, nous savons que les anges des ténèbres travaillent maintenant à combattre les puissances des cieux. C'est précisément une action semblable que le passage de Daniel 10 nous décrit, lorsque l'Ange Gabriel déclara à Daniel qu'il avait été retenu 21 jours par le chef du Royaume de Perse. Ce Prince, bien sûr, était Satan lui-même, le prince des anges des ténèbres.

Dans le Nouveau Testament, l'un de ces anges des ténèbres nous est décrit dans l'Apocalypse quand il est fait mention de l'ouverture "du puits de l'abîme". Ce passage nous parle de créatures démoniaques sortant de l'abîme, dont il est dit "qu'ils ont comme roi l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon" ce qui signifie "le destructeur"(Apocalypse 9:11). Cet ange "destructeur" est celui qui attend depuis des siècles le moment où il sera enfin libéré des limites, ou des contraintes trans-dimensionnelles que Dieu lui a fixées, afin qu'il ne puisse pas, avant son temps, sortir de son lieu d'habitation et être révélé à la face du monde. Lorsque ce moment arrivera, Satan et ses hordes, libérés de leur prison, pourront combattre l'humanité. Prophétiquement, nous sommes très proches de l'accomplissement de cet événement. Peut-être est-ce une explication partielle qui permet de comprendre ces étranges événements, auxquels nous assistons maintenant.
Les dieux de l'Ancien-Testament

Dans l'Ancien-Testament, ces créatures des ténèbres se révélèrent sous les diverses formes que nous connaissons comme étant les dieux et les déesses de l'antiquité. Voici entre-autres, ceux qui sont les plus connus:
Il y a Baal, ou "le Seigneur", le chef des divinités qu'adoraient les peuples de Canaan. Il y eut une lutte constante entre Baal et Jéhovah (L'Éternel), conflit qui connut son point culminant lors de la confrontation entre Élie et les prêtres de Baal sur le mont Carmel. Dans le Nouveau Testament, on trouve une autre référence à cette divinité païenne dans le nom de "Beelzebub, le prince des airs". L'expression "des airs", est une métaphore pour "les démons", ce qui fait de lui le prince des démons. Baal, comme plusieurs dieux de l'Antiquité, a sa propre contrepartie féminine en la déesse Ashtéroth, la déesse reine de la ville de Tyr. Dans I Samuel, chapitre 7, le prophète Élie se trouva dans l'obligation de conduire le peuple vers un nouveau réveil, parce que celui-ci s'était livré à des pratiques sexuelles illicites, dans son culte idolâtre avec les divinités païennes. Dagon était le dieu souverain chez les Philistins et également le dieu de l'agriculture. Il était connu et adoré sous le titre de "père de Baal". L'arche de l'alliance détruisit un jour une statue de Dagon, lorsqu'elle fut placée dans un temple dédié à cette divinité païenne. Plus tard, Samson détruisit ce temple.

De son côté, le roi Nabuchadnedsar adora Mérodach, aussi appelé Marduk, le plus grand des dieux du Panthéon babylonien. Le portrait de Moloc, des Ammonites, est des plus macabres et des plus noirs parmi les divinités païennes décrites dans l'Ancien-Testament. En son nom, les parents sacrifiaient leurs enfants sur ses autels. Les rois Ahaz et Manassé sacrifièrent tous deux leurs fils à Moloch, en les passant par le feu pour assouvir la soif de sang de ce dieu sanguinaire. Pour leur part, les Grecs et les Romains avaient pour dieux; Zeus, Jupiter, Artémis/Diane, et Hermes/Mercure, ainsi que plusieurs autres dieux plus ou moins importants. Les innombrables détails entourant les croyances en ces divinités, ainsi que leurs cultes, rempliraient à eux seuls de nombreux volumes si on devait les énumérer. Mais le point commun à tout ce qui entoure les cultes de ces divinités païennes est très certainement le fait que leurs rituels étaient pratiqués par le moyen de sacrifices sanglants et de pratiques sexuelles illicites.

De nouveaux dieux sortis tout droit du passé
Si nous voulons demeurer dans la logique biblique, il est impératif de comprendre que les forces des ténèbres qui agissaient autrefois contre les prophètes de l'Ancien Testament, sont les mêmes que celles qui agissent présentement contre les croyants, et qui se révèlent à travers les puissances célestes démoniaques. Il est également impératif d'assumer que leurs comportements - modifiés afin de se conformer à la pensée moderne - sont vraiment de la même nature que dans l'Ancien testament. Baal, par exemple, est fréquemment associé à un ancien rituel païen, dont le culte est dédié "au conducteur des nuées". Ce titre, permet d'associer à l'expression biblique de "prince de la puissance de l'air", que nous avons vue précédemment. N'est-il pas étrange que précisément, ces apparitions d'OVNI aient la même connotation que ces divinités anciennes? En effet, le mythe entourant le culte de Baal contient plusieurs rituels qui s'apparentent étrangement aux événements qui caractérisent l'Ufologie moderne. Dans l'Encyclopédie Biblique Zondervan Pictorial, vol.1, p. 432, nous lisons: "Aliyan Baal, (adoration à Baal le puissant) dans la huitième sécheresse d'été, (i.e. quand la végétation est morte et que la terre est complètement sèche) fut tué par Mot (le dieu de la mortalité). Anath chercha son corps qui avait été assassiné pour la déesse solaire, Shapsh. Elle le trouva au beau milieu de nombreux animaux sacrifiés (soixante-dix de chaque espèce, buffles, petits bétails, cerfs, chèvres de montagnes et chevreuils). Baal fut ramené à la vie et devint roi au dessus de Mot, ce qui assura à chacun la vie et la fertilité pour toutes les années qui suivirent". (Ce qui apparaît entre parenthèse a été ajouté).
Notez également le grand appétit qu'éprouve Baal pour le bétail, et toutes autres sortes d'animaux. Cette caractéristique est propre à toutes les divinités de l'antiquité, lesquelles semblaient tirer leur gloire dans les sacrifices de leurs fidèles, par des offrandes de sang de toutes sortes, dans le but de satisfaire leurs noirs désirs, et leur soif despotique de devenir des dieux. Dans les jours anciens, les prophètes mensongers de ces faux dieux, tels que ceux de Baal, combattirent farouchement les vrais prophètes de Dieu. Au sens physique, ceux-ci menaient un combat extérieur identique à celui qui faisait rage dans les cieux dans le même temps. L'exemple le plus frappant, est sans doute cette opposition que nous trouvons dans I Rois chapitre 18, et qui relate la lutte ouverte entre Élie et les prophètes de Baal. Dans la plus célèbre de ses actions, Élie se leva devant le peuple et le bouscula haut et fort:

"Jusqu'à quand clocherez-vous des deux côtés ? Si l'Éternel est Dieu, allez après lui; si c'est Baal, allez après lui! Le peuple ne lui répondit rien."(1 Rois 18:21).


Et dans les événements qui suivirent, les prophètes de Baal préparèrent un taureau, puis ils convoquèrent leur dieu afin qu'il accepte leur sacrifice, mais ce dernier demeurait toujours silencieux. Alors les prophètes païens commencèrent à faire des imprécations et à se faire des incisions sur le corps avec des lances et des épées, jusqu'à ce que leur sang coule sur eux, offrant ainsi leur propre sang en sacrifice. Mais malgré cela, Baal demeurait toujours silencieux. Et ils continuèrent ainsi depuis le matin jusqu'à midi. Mais leur dieu ne répondit pas, et Élie commença même à les ridiculiser et à se moquer d'eux en les raillant de belle façon devant le peuple. Plus tard dans la journée:
"Au moment de la présentation de l'offrande, Elie, le prophète, s'avança et dit: Eternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Israël! que l'on sache aujourd'hui que tu es Dieu en Israël, que je suis ton serviteur, et que j'ai fait toutes ces choses par ta parole! Réponds-moi, Eternel, réponds-moi, afin que ce peuple reconnaisse que c'est toi, Eternel, qui es Dieu, et que c'est toi qui ramènes leur coeur! Et le feu de l'Eternel tomba, et il consuma l'holocauste, le bois, les pierres et la terre, et il absorba l'eau qui était dans le fossé."(1 Rois 18:36-38)

Le feu de l'Éternel agréa l'offrande d'Élie, prouvant ainsi la supériorité de l'Éternel sur le faux dieu Baal. Alors tous les serviteurs de Baal furent capturés et exécutés sur place. Et les cieux, qui jusqu'alors avaient retenu la pluie si vitale pour les récoltes, s'ouvrirent et une pluie torrentielle se mit à tomber sur tout le pays. Ce fut le Seigneur, et non Baal, qui ramena la fertilité dans le pays.

Le mystère de l'iniquité
Dans les siècles de la domination des empires grecs et romains, la religion babylonienne dite "des mystères" fleurissait dans le monde de l'Antiquité. Cette religion mystérieuse rassemblait toutes les anciennes pratiques païennes, en une seule et même religion, dans laquelle les participants s'engageaient les uns envers les autres par une série d'initiations, par des actes et des serments, dans le but de forcer les initiés à garder le silence au sujet de toutes leurs pratiques secrètes. En fait, leurs prêtres eurent tant de succès dans leurs entreprises, qu'un très petit nombre connaît aujourd'hui la nature et l'existence de leurs pratiques encore actuelles. Comme leurs prédécesseurs païens, cette religion tire ses racines les plus profondes dans les mythes d'Ishtar et de Tammuz, les deux époux mythologiques associés au culte de la Reine/Mère du ciel et de son Fils/Époux en tant que sa contrepartie masculine.

Ishtar, la grande déesse Mère, devint le modèle pour toutes les déesses qui suivirent. Pour sa part, Tammuz apparaît sous la forme d'un jeune enfant époux, ou comme l'amoureux de Ishtar. Selon la légende, Tammuz fut tué et mit en pièce par un rival jaloux. Alors la déesse se leva et rechercha ses parties dispersées par le monde. Après les avoir trouvées, elle rassembla ses membres et le ramena à la vie. En Égypte, ce mythe fut transporté pour devenir l'histoire dramatique d'Isis et d'Osiris. Dans son livre "Les Deux Babylones" en page 66, Alexandre Hislop écrit: Osiris, le dieu favori des Égyptiens, était mystiquement représenté d'ordinaire sous la forme d'un jeune taureau ou d'un veau; le veau Apis. C'est à lui que les Israëlites avaient emprunté leur veau d'or.

Lorsque Aaron façonna le veau d'or, il répondait en fait au désir du peuple, qui avait appris en Égypte à croire en la puissance de ses sacrifices, pour ensuite embrasser la coutume de lui offrir des offrandes, afin d'amener sur eux la bénédiction.
En Égypte, le culte d'Isis était basé sur la divinité traditionnelle d'Astarté, la Ashtéroth des Cananéens, de laquelle vient également l'Aphrodite et l'Artémis des Grecs et la Diane des Romains. Le dieu Baal, se révéla tout d'abord en Égypte sous le nom de Baal, puis se présenta ensuite sous une autre identité. Et c'est ainsi qu'il devint Mithra, le médiateur, connu aussi sous le titre de "victime humaine", que ses adeptes appelaient: "Le sauveur de

tous les hommes". Lorsqu'arriva l'ère Chrétienne, l'époque ancienne de la religion des mystères fut finalement abandonnée par ceux qui se détournèrent des pratiques païennes, pour embrasser les croyances du christianisme. Mais de l'autre côté, le mysticisme et les rites de ces anciennes pratiques païennes survécurent et se transformèrent pour donner de nouvelles religions, qui sont demeurées jusqu'à aujourd'hui. Dans le passé, les faux dieux, par le moyen d'une abominable séduction, entraînaient leurs adeptes à leur offrir le sang des animaux en échange d'une fausse rédemption. Ces rituels étaient en fait abominables : un taureau était conduit sur une grille de fer où on lui tranchait la gorge devant les idoles. Le sang frais et encore chaud tombait sur le dessus du plafond située juste en-dessous de la victime, et giclait alors sur les adorateurs qui se baignaient dans le sang de la bête, auquel ils prêtaient une puissance régénératrice.

Des sacrifices abominables

De façon très étrange, les puissances des ténèbres de notre époque, semblent montrer le même appétit pour le bétail, tout comme celles des temps anciens. Dans les jours du prophète Élie, lorsqu'il défia les 400 prophètes de Baal 900 ans avant Jésus-Christ, les dieux païens demandaient ce même genre de sacrifices abominables. Maintenant, tout comme dans le temps des prophètes, ils détruisent des troupeaux et entraînent le peuple à se corrompre avec eux. Se présentant comme "des voyageurs venus d'un endroit éloigné dans la galaxie ", ils ne sont cependant rien d'autre que de faux dieux, se révélant aux humains par une série de rites sanguinaires et par le moyen de la débauche sexuelle.
L'une des plus récentes de leurs activités implique l'enlèvement d'êtres humains pour des fins d'inséminations. Nous avons maintes fois abordé ce thème dans d'autres articles. Mais ce qui semble le plus caractéristique des dernières années, c'est l'accroissement majeur et la fréquence accentuée des témoignages de fermiers à travers le monde, prétendant avoir été victime de la mutilation de leurs troupeaux.
Lors de l'époque des prophètes de Baal, la fidélité d'Élie fut récompensée lorsque le feu descendit du ciel pour consumer l'holocauste, effaçant ainsi toute trace du taureau et de son autel, tandis que de leur côté, les prophètes de Baal avaient essayé de faire la même chose, sans succès. Leur puissance avait été retenue par la force supérieure qui émane du vrai Dieu, le Seigneur l'Éternel.

De nos jours, c'est dans le même sens que les observateurs en matière d'OVNI rapportent l'existence réelle, quoique d'origine surnaturelle, de jets de lumière ou de feu descendant du ciel, lors des apparitions d'OVNI au moment de la mutilation du bétail. En effet, ceux-ci rapportent l'apparition de rayons lumineux, brûlant la végétation et ayant le pouvoir de transporter les humains, les bêtes, et également les automobiles! Le feu mystérieux provenant de ces étranges manifestations, a la particularité effrayante de brûler et de foudroyer sur place tout ce qu'il touche. Le très célèbre cas de Cash-Landrum de l'année 1980, offre un parfait exemple des effets et des conséquences que peuvent produire de tels faisceaux lumineux sur ce qui existe sur cette terre. Cette année là, Betty Cash et Vickie Landrum de Dayton, Texas, rapportèrent une mésaventure impliquant une rencontre avec un OVNI. Lors de cette rencontre, elles entrèrent en contact avec une étrange radiation, qui par la suite les contraignit à subir de longs traitements à cause de la gravité de leurs brûlures. Cet événement produisit chez elles d'inexplicables symptômes qui ont été fort documentés à l'époque dans le monde médical. Selon leur témoignage, l'étrange objet qu'elles rencontrèrent laissait échapper de nombreux rayons lumineux, dont la nature est encore inconnue jusqu'à maintenant. Après avoir été brûlées, les deux femmes eurent ensuite l'horrible spectacle de voir leur voiture et même l'asphalte, disparaître devant leurs yeux. Une telle puissance, pourrait parfaitement s'accorder avec un passage concernant "la bête qui monte de la terre" dans l'Apocalypse:

"Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et qui parlait comme un dragon. Elle exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes." (Apocalypse 13:11-13)
Ici, nous voyons que cette bête, qui fit que tout homme reçût une marque, possède le pouvoir surnaturel de commander sur la puissance des énergies célestes. Il ne fait donc aucun doute que cette puissance est la même qui animait autrefois les faux dieux lors des rituels sacrificiels païens de l'ancien monde. Certains bronzes représentant d'anciennes effigies aux dieux Baal et Moloch, étaient conçus de façon à permettre l'accumulation de grandes quantités de bois, pour brûler les holocaustes. Mais d'anciennes références suggèrent la source surnaturelle également de la nature du feu qui consumait les victimes. Voici comment le bon roi Josiah fit cesser ce genre de pratique:
"Le roi ordonna à Hilkija, le souverain sacrificateur, aux sacrificateurs du second ordre, et à ceux qui gardaient le seuil, de sortir du temple de l'Eternel tous les ustensiles qui avaient été faits pour Baal, pour Astarté, et pour toute l'armée des cieux; et il les brûla hors de Jérusalem, dans les champs du Cédron, et en fit porter la poussière à Béthel." (2 Rois 23:4)
Ensuite, le roi Josiah ordonna que les idoles de Moloch soient réduites en pièces, et que les pratiques idolâtres consistant à consumer des victimes aux dieux païens cessent pour toujours dans le pays. Ce dieu, dont le nom veut dire textuellement "Le roi des sacrifices", demandait le sang des enfants des Cananéens et des Israélites. Quelquefois des agneaux étaient utilisés lors de ces sacrifices, mais comme toutes les divinités païennes, celles-ci demandaint également du sang humain, et surtout celui des jeunes victimes humaines. Mais malgré tous les efforts des rois pour faire disparaître le nom de Moloch, ce culte colla à Israël tout au long de son histoire. Puis ce fut au tour du roi Ahaz de s'attaquer à ce faux-dieu:
"Le roi souilla Topheth dans la vallée des fils de Hinnom, afin que personne ne fît plus passer son fils ou sa fille par le feu en l'honneur de Moloch." (2 Rois 23:10)

Les dieux de l'Amérique
Comme leur contrepartie européenne, moyen-orientale, africaine et asiatique, l'Amérique possède également de faux dieux ayant un vif appétit pour le sang des victimes sacrificielles. Quetzalcoatl, le dieu Aztèque de la création, était reconnu chez ce peuple comme l'inventeur de l'agriculture, et aussi comme l'instigateur de la connaissance. Mais en réalité, la nature même de ce culte était des plus sanguinaire, ses adeptes sacrifiant des milliers de victimes chaque année pour obtenir des dieux, la paix, la bonne température, et aussi de bonnes récoltes. Le dieu solaire des Aztèques, connu comme le dieu de la guerre, était aussi appelé Huizipochtli, un nom ayant le sens de "l'oiseau bourdonnant à la main gauche." De tous les dieux indigènes du Mexique, celui-ci démontrait le plus d'appétit pour le sang de victimes humaines. Du temps de la gloire de l'Empire Aztèque, des milliers de victimes étaient sacrifiées chaque année sur les autels de ce dieu. Lorsqu'on les sacrifiait, on leur arrachait littéralement le cœur de la poitrine. De tels sacrifices sanglants était communs aux Incas, aux Mayas et aux Aztèques. Leurs prêtres étaient très corrompus, accumulaient pour eux une énorme quantité d'or, et conservaient jalousement le secret de toutes leurs méthodes agricoles qu'ils avaient développées en communion avec leurs dieux. Tout ce qu'ils faisaient, dans leurs sculptures, leurs peintures et leur architecture était d'un ordre supérieur. Mais leur culture était fortement entachée du sang des victimes immolées en l'honneur de leurs dieux.

La valeur du sang
Les plus anciens rapports historiques suggèrent que le sang des sacrifices avait une très grande valeur symbolique dans les pratiques religieuses. Ceci est en parfait accord avec la doctrine chrétienne, selon laquelle le salut des âmes repose dans le sacrifice ultime du fils de Dieu, par le moyen du sang de Jésus-Christ versé une fois pour toutes. Mais comme nous l'avons souvent constaté, Satan s'insurge sans cesse contre le plan de Dieu pour la rédemption de l'humanité, en offrant une fausse alternative au sang du fils de Dieu versé pour la purification des péchés. De tous les temps, Satan s'est montré un grand imitateur des choses de Dieu. L'homme a toujours mis beaucoup d'emphase sur le sang des sacrifices d'animaux et d'humains, tout particulièrement chez les Aztèques. À cause de cela, le Seigneur dut Lui-même légiférer à ce sujet dans le Lévitique. Ce commandement contient une vérité évidente, dont le message central nous aide à comprendre la nature de ces pratiques:

"Si un homme de la maison d'Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d'eux mange du sang d'une espèce quelconque, je tournerai ma face contre celui qui mange le sang, et je le retrancherai du milieu de son peuple. Car l'âme de la chair est dans le sang. Je vous l'ai donné sur l'autel, afin qu'il servît d'expiation pour vos âmes, car c'est par l'âme que le sang fait l'expiation. C'est pourquoi j'ai dit aux enfants d'Israël: Personne d'entre vous ne mangera du sang, et l'étranger qui séjourne au milieu de vous ne mangera pas du sang. Si quelqu'un des enfants d'Israël ou des étrangers qui séjournent au milieu d'eux prend à la chasse un animal ou un oiseau qui se mange, il en versera le sang et le couvrira de poussière. Car l'âme de toute chair, c'est son sang, qui est en elle. C'est pourquoi j'ai dit aux enfants d'Israël: Vous ne mangerez le sang d'aucune chair; car l'âme de toute chair, c'est son sang: quiconque en mangera sera retranché." (Lévitique 17:10-14)
Selon ce texte, le sang renferme tout ce qui est nécessaire à la vie. De nos jours, l'usage qu'on en fait lors des transfusions sanguines prouve que le sang est vital pour sauver des vies humaines. Physiologiquement, il maintient la vie dans la chair. Pour les Israélites, la consommation de sang comme nourriture est totalement interdite. En Amérique, il n'est ordinairement pas de notre coutume de se nourrir du sang des animaux, mais chez les autres peuples, cette pratique est fort répandue, et elle se pratique encore aujourd'hui. Les écritures enseignent l'expiation par le moyen du sang. Ceci est un grand mystère qui tire son origine dans le Jardin d'Éden, alors qu'Abel offrit le premier sacrifice de l'histoire humaine:
"Abel, de son côté, fit une offrande des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande." (Genèse 4:4)
Nous voyons ici que Dieu accepta favorablement l'offrande d'Abel, parce que celle-ci avait été faite avec le sang versé. Ce premier sacrifice représentait déjà le sacrifice parfait de "l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde." (Jean 1:29)
L'offrande d'Abel offrait une toute autre image que celle de Caïn, car celui-ci avait fait une offrande à partir de fruits, et également du produit de ses champs. Il nous est dit dans les écritures que "sans effusion de sang il n'y a pas de pardon." (Hébreux 9:22) Mais c'est seulement par le moyen du sang de Jésus-Christ que l'homme peut réellement être purifié de tous péchés:

"Ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience." (Romains 3:24)

En conclusion, seul le sang de Jésus-Christ peut satisfaire les exigences que Dieu le père a fixées pour le salut de ses créatures. En lui se trouve toute la puissance régénératrice du sang originel qui fut mis en place lors de la création. Cette vérité est si importante que Dieu la rend facilement accessible à la compréhension de tout être humain. Mais il nous faut saisir cette vérité du plus profond de notre cœur si nous voulons y avoir accès. C'est ce que la Bible appelle LA NOUVELLE NAISSANCE. Le Seigneur a donné sa vie afin de justifier ceux qui étaient perdus à cause du péché qui habite en eux, et par son sang, il nous est donné non seulement d'être purifiés de nos péchés, mais aussi de purifier nos cœurs et notre conscience des œuvres infructueuses des ténèbres, afin de nous faire marcher en nouveauté de vie.

Certainement, Satan connaît la valeur et la puissance du sang de Christ, de l'Agneau de Dieu, pour la régénération des âmes, et c'est pourquoi il essaie de supplanter Dieu dans ce domaine, en contrefaisant la vérité. À travers les cultes idolâtres du paganisme, Satan a séduit des millions personnes, et les a entraînées à se livrer à de faux sacrifices sanglants, en l'honneur des démons. À Babylone, en Perse, en Grèce et dans l'Empire Romain, tout aussi bien que dans les régions de l'hémisphère Ouest, il a mystifié les masses pour les livrer à des cultes abominables et à une multitude de faux dieux pour leur propre destruction. Maintenant que l'humanité est arrivée à son niveau scientifique le plus avancé de toute l'histoire, Satan a adapté ses anciennes pratiques sanguinaires, pour qu'elles se marient parfaitement avec la mentalité moderne du vingtième siècle, en masquant les abominables sacrifices comme étant ceux d'ambassadeurs d'un autre monde, venus tout droit de l'espace. Et quel est le message de ces êtres mystérieux? "Nous sommes venus d'une autre planète pour sauver l'humanité d'une inévitable autodestruction". N'ont-ils pas tout à fait adapté leur message selon la pensée du monde moderne? Ils se présentent en fait comme les sauveurs de l'humanité, une autre tentative de supplanter le vrai Sauveur du monde, Jésus-Christ.

Comme nous arrivons toujours plus près du moment extraordinaire de l'enlèvement de l'Église, les démons s'élèvent maintenant de façon à se présenter bientôt comme les maîtres incontestés et les sauveurs de cette planète. Que font-ils réellement avec le sang et les organes qu'ils prélèvent de leurs victimes? Essaient-ils de nous faire croire que c'est pour trouver des solutions génétiques à nos problèmes? Ou bien essaient-ils de créer une nouvelle forme de vie de type humanoïde? Nous ne le savons pas réellement. Et peut-être, est-ce mieux ainsi. Quoi qu'il en soit, leurs pratiques sont abominables, viles et détestables, et contraire à l’éthique divine.
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 799
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 16:07 (2008)    Sujet du message: Les mutilations, les différents points de vue Répondre en citant

Des empreintes insensées : l’enigme des mutilations de bétail
par Gildas Bourdais

 

Certaines énigmes ont la particularité de laisser des empreintes matérielles déconcertantes. Des figures géométriques de grande dimension apparaissent subitement dans des champs du monde entier. Des statues religieuses se mettent à verser des larmes de sang. Autour de mystiques des prodiges matériels déroutants sont constatés, parfois inquiétants. De tels phénomènes provoquent un malaise, largement renforcé par l’exploitation très intéressée qui en est faite par certains. Beaucoup moins connu, et néanmoins chargé de mystère, le phénomène des mutilations d’animaux, particulièrement vécu dans le sud des USA, véhicule également un malaise que les tentatives d’explications jusqu’à présent peu convaincantes ne parviennent pas à dissiper.

L’un des dossiers les plus controversés, bizarres et inquiétants, sans doute lié aux ovnis, est celui des étranges mutilations de bétail constatées en grand nombre depuis la fin des années 60, principalement aux États-Unis. S’agit-il d’un « mythe » typiquement américain, ou encore d’expériences militaires ultra secrètes menées dans ce pays, comme certains en sont persuadés ? L’observation assez fréquente d’hélicoptères non identifiés, à proximité des lieux de mutilations, a pu sembler étayer cette hypothèse. Cependant, celle-ci peut être mise en doute par d’autres arguments, par exemple le fait que des cas semblables ont été également constatés ces dernières années dans d’autre pays, notamment en Europe. Aujourd’hui, cette question des mutilations animales, encore peu connue en France, reste un mystère, mais de nombreux témoignages indiquent bien un lien avec l’observation d’ovnis, eux aussi observés fréquemment sur les lieux de mutilations animales. En mars de cette année, le FBI, qui restait très silencieux sur cette question, a rendu public un dossier de 124 pages, dont j’ai reçu copie à la suite de la demande que j’avais faite deux ans plus tôt, en application de la loi sur la liberté de l’information (FOIA). Ces pages n’apportent rien de très nouveau, mais contiennent tout de même de nombreux rapports de police, confirmant les enquêtes privées. Cette publication par le FBI est l’occasion de faire le point sur le mystère du bétail mutilé, qui pourrait bien être l’un des dossiers majeurs de l’ufologie.

Septembre 1967 : la mort d’un petit cheval
Madame Nelly Lewis était l’heureuse propriétaire d’un ranch dans la vallée de San Luis, une belle région assez sauvage du Colorado, aux Etats-Unis. Elle y élevait des chevaux de selle, comme la petite jument « Lady » âgée de trois ans, qui vivait en liberté dans les pâturages mais revenait tous les soirs au ranch pour boire. Or elle n’était pas apparue depuis deux jours, et l’on commençait à s’inquiéter sur son sort. Le 9 septembre 1967 fut une sombre journée lorsque son frère Harry King découvrit, non loin du ranch, la petite jument morte, affreusement mutilée. La peau et la chair de son cou avaient été entièrement enlevées, laissant les os à nu, mais le reste du corps paraissait intact. Mme Lewis était très intriguée car il n’y avait aucune trace de lutte, ni de pas ou de pneus, aux alentours. Les empreintes de sabots montraient que Lady avait galopé vers la ferme, mais que quelque chose l’avait stoppée net. De plus, les dernières traces de sabots s’arrêtaient à une centaine de mètres de son corps ! En revanche, on découvrit à peu de distance huit trous profonds de 12 centimètres, espacés régulièrement, et aussi des marques noires sur le sol, un peu plus loin. Mme Lewis trouva également une touffe de poils de la crinière de Lady, enrobée dans une sorte de poche, d’où s’échappa une substance visqueuse, vert clair, qui lui brûla la peau. Elle appela le shérif pour élucider cette énigme, mais celui-ci estima que le cheval avait dû être frappé par la foudre, bien qu’il n’y ait pas eu d’orage les jours précédents, et il ne jugea même pas utile de se déplacer.
Il se trouve que la région était fertile en observations d’ovnis. Mme Lewis fit rapidement le rapprochement entre les deux phénomènes, d’autant plus que sa propre mère, Mme Agnès

King, avait vu un « gros objet inconnu » passer silencieusement la nuit au dessus de la maison, le soir même de l’agression ! Nelly Lewis alerta la presse locale et accusa publiquement les ovnis, et l’histoire fut connue rapidement, même si les journalistes se trompèrent sur son nom en l’appelant Snippy, qui était en fait le nom de sa mère (selon l’excellente enquêtrice Linda Moulton Howe).

« L’affaire Snippy » ne fut que la première d’une longue liste de victimes, surtout des bovins, toujours aussi étrangement mutilés. Déjà, beaucoup d’observations étaient signalées dans la région. Le 10 octobre 1967 par exemple, c’est un juge à la Cour Suprême, Charles Bennet, qui vit avec sa femme, alors qu’ils rentraient en voiture à Denver, « un objet volant énorme en forme de triangle avec des anneaux à chaque sommet ». Des étudiants de l’université du Colorado vinrent camper dans le parc des Great Sand Dunes et observèrent dans la nuit du 13 octobre une grosse lumière blanche qui semblait se diriger vers le lieu de la mutilation de Snippy. Cet épisode déjà révélateur est rapporté par Michel Granger dans son livre Le grand carnage. Il observe avec humour que, à la même époque, avait lieu la fameuse enquête du professeur Condon, également à université du Colorado. Le bon professeur, lui, ne s’était pas dérangé (1). Dès cette époque d’autres cas de mutilations étranges étaient signalés dans plusieurs états, non seulement aux Etats-Unis (Pennsylvanie, Ohio) mais aussi au Canada (Manitoba, Ontario).

Une véritable épidémie de bétail mutilé.

Le phénomène, d’abord sporadique, prit l’allure d’une véritable épidémie à partir de 1974 et 1975 dans tout l’ouest des Etats-Unis et du Canada, dépassant vite les 10 000 morts suspectes vers la fin des années 70. En voici un bref résumé :
- En 1973, première vague, en Pennsylvanie et dans le Minnesota. Déjà, on signale, non seulement des ovnis, mais aussi la présence de mystérieux hélicoptères.
- La même année, forte poussée au Texas.
- Au printemps de 1974, le phénomène se propage, au Nebraska, au Kansas et de nouveau au Minnesota. On voit toujours de mystérieux hélicoptères, mais certains témoins doutent de leur véritable nature car ils volent trop bas et par trop mauvais temps pour être des hélicoptères. Des groupes de fermiers armés montent la garde la nuit, ce qui n’empêche pas le redoublement des cas en septembre.
- 1975 : c’est la « grande année » des mutilations avec 1 700 cas recensés dans les trois états les plus touchés : Texas, Oklahoma, Colorado. L’observation d’ovnis et d’hélicoptères continue, en particulier d’hélicoptères silencieux. Le gouverneur de l’Oklahoma ordonne une enquête, qui va tenter en vain de faire porter les soupçons vers de jeunes maniaques. Aucun suspect ne sera jamais condamné.
- 1975-1976 : les mutilateurs narguent les autorités. Plusieurs bêtes sont découvertes près d’installations militaires. En octobre 1975, deux cas sont constatés près de l’entrée de l’usine de fabrication d’armes nucléaires de Rocky Flats, près de Denver. En août 1976, une bête est même trouvée à l’entrée du quartier général du NORAD au Colorado ! Dans la même région, près de Sterling, les observations sont si nombreuses que les fermiers se sont organisés en surveillance nocturne. Ils voient, avec le shérif Tex Graves, de petits ovnis sortir d’un objet lumineux beaucoup plus grand. Au Texas, le shérif Richards, du comté de Cochran, découvre deux bêtes mutilées, chacune au centre d’un cercle parfaitement circulaire. Dans le second, l’herbe est brûlée l’on y observe une faible radioactivité.
- Le sénateur du Colorado Floyd Haskell demande une enquête du FBI, qui s’y refuse, arguant que c’est une affaire interne à l’état ! Or l’épidémie s’étend encore à d’autres états :

Montana, Wyoming, Arizona, Wisconsin. Au Montana, enquêtes remarquables du shérif Keith Wolverton , qui écrira un livre sur le sujet (2).
- 1976-1978 : Le Nouveau Mexique est durement touché, en particulier dans la région de Dulce, au nord de l’état, une région de réserves indiennes à faible densité de population . En 1978, l’épidémie se répand vers le sud des États-Unis. En Arkansas, où elle s’intensifie, la grande presse se déplace : New York Times, télévision ABC.
- 1979-1981 : la vague continue, notamment au Nouveau-Mexique. Le policier Gabe Valdez, auteur de nombreuses enquêtes, laisse entendre qu’il est muselé. Sous la pression des éleveurs et de leurs représentants, le FBI se décide à confier une enquête à un agent qui vient de prendre sa retraite, Ken Rommel. Au bout d’un an, celui-ci conclut à l’action des prédateurs. Une conclusion qui est rejetée aussitôt par les éleveurs.
- En 1979, le sénateur Harrison Schmitt, gouverneur du Nouveau-Mexique, très insatisfait de l’enquête du FBI, organise un débat à Albuquerque le 20 avril 1979, qui donne la parole à des enquêteurs indépendants, convaincus d’un lien avec les ovnis. Schmitt est lui même scientifique et ancien astronaute.
- 1982-1983, et années suivantes : après des années d’agitation, la résignation semble s’installer. Les autorités semblent impuissantes et les forces de police ne veulent plus en parler. Le phénomène se trouve marginalisé, mais il est toujours là.
- 1989 : entrée en lice de l’enquêtrice Linda Moulton Howe, journaliste et productrice de télévision. Spécialiste d’émissions scientifiques, elle est rapidement convaincue du lien avec les ovnis et va devenir le « champion » de cette thèse, avec une émission très remarquée, A Strange Harvest, suivie d’un livre illustré, An Alien harvest. Elle produira encore plusieurs livres et vidéos sur cette question au cours des années 90.
- 1992 à 1994 : nouvelle vague importante de mutilations, après quelques années d’accalmie, toujours avec le même cortège de lumières nocturnes et d’hélicoptères mystérieux. De nombreux états sont touchés : Colorado, Texas, Arkansas, Missouri, Mississippi, puis Alabama. « Ils sont de retour ! », s’exclame le shérif Lou Girodo, l’un des rares policiers qui osent évoquer ouvertement les ovnis.
- Dans un entretien avec Linda Howe, il suppose même que certains hélicoptères étranges sont peut être des ovnis camouflés (3). En août 1994, à Wauricka dans l’Oklahoma, c’est un troupeau entier de 1 700 bovins qui est signalé manquant !
- Au Nouveau-Mexique et au Colorado, des réunions de fermiers et d’enquêteurs, dont Linda Howe, poussent les responsables politiques à réclamer de nouvelles enquêtes, mais sans grand résultat.
- Dans les années 90 apparaissent des cas de mutilations suspectes dans d’autres pays, tels que les Îles britanniques et l’Europe du Nord. Des cas sont signalés aussi en Amérique latine. Au total, aux États-Unis et au Canada, seuls trois états n’ont pas été touchés par ces vagues successives de mutilations : Maine, Nouveau Brunswick et Québec, tous au nord-est.
Essayons maintenant de voir de plus près en quoi consistent ces mutilations qui intriguent tant les fermiers et les enquêteurs américains.

En quoi ces mutilations sont-elles étranges ?
Il y a environ 130 millions de bovins aux États-Unis et, chaque année, meurent des dizaines de milliers de bêtes, en particulier dans tout l’ouest, où elles restent dehors toute l’année. Beaucoup meurent de froid en hiver quand le blizzard frappe ces régions, et il n’y a pas là de quoi émouvoir les fermiers, qui ont l’habitude de retrouver leurs carcasses plus ou moins nettoyées par les animaux prédateurs tels que coyotes, renards, corbeaux, ainsi que toutes sortes d’insectes nécrophages. Ce qui a d’abord attiré leur attention, c’était la nature des plaies, très précises, découpées comme au laser, et les prélèvements d’organes, toujours les mêmes : organes digestifs et reproducteurs, les pis des vaches, les oreilles, les yeux, la langue, morceaux de peau bien découpés, et souvent la presque totalité du sang, alors que l’on n’en trouve pas une goutte à terre. Souvent, également, des organes internes sont prélevés. Dans le cas de la petite jument Lady, ou Snippy, le docteur John Altshuler, professeur à l’université du Colorado à Denver qui vint à la ferme quinze jours plus tard, découvrit que son cœur, ses poumons et sa glande thyroïde avaient été prélevés. Altshuler allait par la suite examiner bien d’autres cas, avec l’aide de l’enquêtrice Linda Howe, et il a pu établir notamment que les bords de certaines plaies avaient été chauffés à haute température, comme pour une découpe au laser.

On ne trouve pas de traces autour des animaux , ni de pas, ni de lutte. On trouve parfois, cependant, des traces étranges, comme dans le cas de Snippy. L’auteur français Michel Granger, qui a rassemblé de très nombreux témoignages, rapporte celui d’un équarrisseur, Drexel Lawson, qui a traité des milliers de carcasses de bovins dans son entreprise de Denver au Colorado. En juin 1977 dans la région d’El Paso, une vache présentant tous les symptômes « classiques » reposait sur une petite surface sablonneuse. Or Lawson fut effrayé de découvrir sur le sable des empruntes très étranges, de petites bottes qui auraient pu tenir dans la paume d’une main, et dont le devant et le talon étaient triangulaires ! Une autre fois, en août 1978, il trouva près d’une génisse une zone circulaire d’herbe écrasée, de trois mètres et demi de diamètre. Le cercle était parfaitement formé et il y avait une empreinte creuse peu profonde dans le terrain.
Un exemple de rapport de police

Dans le dossier divulgué par le FBI en mars 1998, figurent d’assez nombreux rapports d’enquêtes de police sur ces mutilations, rédigés toujours sur le même formulaire. Les photocopies sont peu lisibles (la fin des lignes, notamment, est souvent coupée), mais voici la substance de l’un d’eux, tout à fait typique, concernant un taureau du fermier Manuel Gomez, dans la région de Dulce au Nouveau-Mexique, rapport signé par l’officier de police Gabriel (Gabe) Valdez et un officier témoin, de la police du Nouveau-Mexique. Les mots manquants ou illisibles sont signalés par une parenthèse (...).

Type d’incident : mutilation de bétail
Lieu : Dulce, Nouveau-Mexique. Date : 24 avril 1976
Nom et adresse du plaignant : Manuel Gomez, P.O. Box 372 Dulce, N.M.
Narration : « Le 24 avril 1978 à 7 h 30, l’auteur de ce rapport a été contacté par M Manuel Gomez, Dulce, N.M., au sujet d’un taureau Herford-Charolais âgé de onze mois, lui appartenant, Qui avait été apparemment mutilé. L’enquête a montré que ce taureau de onze mois avait été jeté depuis un appareil aérien de quelque sorte au nord de la maison de M Gomez (à environ 200 mètres). Le rectum et les organes reproducteurs avaient été enlevés avec un instrument très coupant et précis. L’os (...) avait été enlevé. Le taureau avait des marques visibles autour de la poitrine et (...) semblant indiquer qu’une courroie avait été utilisée pour hisser l’animal vers l’appareil aérien et l’en faire redescendre. Le taureau semblait être mort depuis

5 h. environ. Des empreintes ont été trouvées à 10 (...) au nord de l’animal tué. Ces empreintes rondes de 4 pouces (env. 10 cm) de diamètre conduisaient à l’animal et (...) 100 pieds où elles retournaient apparemment vers un appareil en vol stationnaire. Les empreintes provenaient manifestement d’un poids très lourd car le soc était très sec et dur, et les traces de pneus de la voiture de police étaient à peine visibles.
« Ces empreintes semblaient avoir gratté le sol pendant leur déplacement. L’auteur de ce rapport a prélevé le cœur et le foie de l’animal. Ces organes étaient tous les deux blancs et pâteux. Ils avaient la texture et la consistance du beurre de cacahuète. La carcasse était déshydratée. Le cœur a été porté au laboratoire médical de Los Alamos pour être analysé, et le foie a été réparti entre trois laboratoires privés pour examen. Le laboratoire de Los Alamos a renvoyé son rapport (ci-joint) sur le cœur ».

Résumons la suite du long rapport de l’officier Gabe Valdez. Les analyses de laboratoire n’ont rien donné de probant, sinon que l’animal n’est pas mort d’une maladie infectieuse. D’autre détails méritent d’être cités : l’idée exprimée par des experts que la couleur rose pâle des organes et du sang serait due à un certain type de radiation utilisé pour tuer l’animal. Ce type de radiation ne serait pas dangereux pour les hommes. Cependant, sept personnes ayant visité le site se sont plaintes de nausée et de maux de tête. D’autre part, on ne pouvait accéder au lieu de la mutilation que par la porte d’entrée du ranch, or aucun véhicule n’a été vu ou entendu. En revanche, un témoin de passage, M Joe Martinez, a entendu un appareil aérien volant à faible altitude près du lieu de la mutilation.

Un point important de la déposition de l’officier Valdez, qui a fait de nombreuses enquêtes de ce genre dans la région, est son opinion que les responsables de ces mutilation sont « très bien organisés, avec des moyens considérables de technologie, de financement, et de maintien du secret ». Il se déclare convaincu que les animaux sont enlevés par voie aérienne, mutilés ailleurs et ensuite remis à leur emplacement en étant jetés depuis l’appareil. Les auteurs de ces sinistres opérations sont-ils, comme il le pense alors, et il n’est pas le seul, des agents de services militaires très secrets ? En fait, il va ensuite pencher en faveur de l’hypothèse ovni, avec d’autres policiers, tels que les shérifs Tex Graves et Lou Girodo, A la conférence du sénateur Schmitt à Albuquerque, en 1979, il déclarera : « Partout où nous avons eu une mutilation, il y a eu aussi un rapport d’ovni » (4). Examinons rapidement, maintenant, les principales hypothèses en lice.

Toutes les explications échouent, sauf ...les ovnis
L’explication officielle, qui fut fournie notamment par le FBI en 1979 après enquête d’un inspecteur à la retraite, Ken Rommel, reste celle des animaux prédateurs, mais elle n’a convaincu aucun fermier, et guère plus les forces de police locale. Les animaux prédateurs s’attaquent d’abord aux parties molles du bas-ventre et n’étaient sûrement pas responsables de ces étranges mutilations. En fait, on a souvent constaté qu’ils évitaient les animaux mutilés, et que les autres animaux du troupeau s’en écartaient également comme si quelque chose les repoussait. Cela dit, certains cas sont sans doute dus à des prédateurs, mais cette explication est complètement écartée par tous les enquêteurs indépendants dans la grande majorité des cas.
Une autre cause souvent évoquée a été celle des sectes « sataniques », qui pratiqueraient des sacrifices nocturnes. Mais, depuis trente ans que cela dure, aucun coupable n’a jamais été vu ni arrêté, et cette explication a été complètement écartée, y compris par les autorités.

Une autre explication, qui continue à être mise en avant par certains est, on l’a dit, celle des expériences militaires très secrètes. Celle-ci mérite un plus long développement. Une première version de cette hypothèse fut lancée en 1976 par Ed Sanders, qui évoqua des essais secrets d’armes bactériologiques. Deux autres enquêteurs, G. C. Erianne et Joseph

Burns, se déclarèrent également convaincus que c’était là l’explication. Notons que, selon Michel Granger, Erianne était un ancien membre de la CIA...(5). Cependant, un expert en armes chimiques et bactériologiques, Mathew Meselson de Harvard, observa qu’aucune bactérie de ce type n’avait jamais été détectée dans une bête mutilée. D’autres idées analogues furent avancées : injection de toxines, expériences d’ingénierie génétique, mais toutes ces idées se heurtent à une simple remarque de bon sens : pourquoi faire ces dangereuses expériences de manière si voyante et spectaculaire, en ameutant la population aux quatre coins du pays et même des pays voisins ? Et que dire des cas, qui commencent à être assez nombreux, dans d’autres régions du monde ?

Une nouvelle hypothèse, plus subtile, est apparue, selon laquelle il s’agirait de surveiller les effets de la contamination radioactive, à la suite des expériences nucléaires, en prélevant des bêtes au hasard sur tout le territoire. Cette thèse est présentée, par exemple, dans la vidéo diffusée avec le « Dossier OVNI » numéro 6 « Traces d’Aliens ? » publié par les éditions Marshall Cavendish en France en juillet 1998. On peut d’abord remarquer que les essais atmosphériques ont été arrêtés depuis longtemps, mais à cette hypothèse, comme aux autres du même genre, on peut faire la même objection : pourquoi ces mises en scène de grand guignol, affolant les populations, coûteuses et très difficiles à mettre en œuvre (hélicoptères lourds et néanmoins très silencieux, appareillage laser très lourd, intransportable par hélicoptère, ou alors très sophistiqué, etc.), alors qu’il serait si simple d’acheter discrètement des bêtes à leurs propriétaires et d’en faire l’autopsie derrière les murs de laboratoires militaires à l’abri des regards indiscrets ?

Il y a cependant un aspect très troublant, qui a renforcé la thèse militaire : l’apparition fréquente d’hélicoptères sans marques d’identification, peu de temps après les mutilations. Mais cette présence pourrait fort bien s’expliquer dans le cadre de l’hypothèse ovni, en prenant en compte l’idée que les militaires sont au courant depuis longtemps du problème ovni en général, et particulièrement des mutilations, et qu’ils s’efforcent par tous les moyens de surveiller et, si possible, de contrecarrer ces agissements. Or la politique militaire et gouvernementale reste encore aujourd’hui, au moins aux États-Unis, la négation totale de la réalité des ovnis, comme si l’on redoutait d’ouvrir cette boite de Pandore. A vrai dire, le problème des mutilations peut expliquer à lui tout seul ce silence obstiné, tant il est inquiétant et impressionnant. Ainsi, cet effort de surveillance devrait, lui aussi, rester secret. On peut même se demander si l’idée que les militaires seraient seuls responsables des mutilations n’a pas été répandue à dessein, toujours dans le but de cacher au public les vrais responsables, les ovnis et leurs mystérieux occupants. Certains témoignages permettent de le supposer.

Pour en finir avec cette hypothèse d’expériences militaires, mentionnons encore une idée qui a germé ici et là : les militaires cacheraient leurs expériences en favorisant discrètement l’hypothèse des ovnis. Là, c’est vraiment le monde à l’envers. S’il y a un fait bien établi en ufologie, c’est que le gouvernement américain et les responsables militaires de ce pays ont toujours nié systématiquement l’existence des ovnis. Imaginons un instant ce scénario digne du Docteur Folamour : l’armée américaine se livrant depuis trente ans à des milliers de mutilations effrayantes de bétail, sous le nez des habitants, pour on ne sait quels tests biologiques, et décidant de faire porter le chapeau aux ovnis, alors qu’elle a tout fait depuis 50 ans pour démolir cette « croyance » aux ovnis ! Une vraie politique de malades mentaux !
Si l’hypothèse ovni est la bonne, comme il faut le craindre, la question se pose des raisons de ces agissements inquiétants. Une explication pourrait être la collecte à bon compte de matériel biologique et génétique, pour alimenter on ne sait quel programme de recherches. On ne peut s’empêcher, à ce stade de la réflexion, de faire un rapprochement avec les rumeurs de plus en plus insistantes sur l’existence parallèle d’un vaste programme d’enlèvements humains dont l’objectif serait la poursuite d’expérience bio-génétiques. Pour

certains, il s’agirait d’un programme de sauvegarde de la vie humaine, menacée de catastrophes écologiques. Mais alors, pourquoi faire peur aux populations ?

L’un des aspects les plus frappants de ces mutilations, c’est leur caractère provocant, et même ostentatoire. On retrouve les bêtes bien en vue, souvent à proximité des habitations, affreusement mutilées. Rappelons le cas déjà cité de l’animal retrouvé à la porte du NORAD dans le Colorado ! Un autre bœuf mutilé fut trouvé à moins de 4 km de l’Ecole de l’Air, dans la même région (6). Pourquoi de telles provocations ? Cela nous pose également beaucoup de questions. Les êtres, quels qu’ils soient, responsables d’un tel programme, ne le font pas, ou pas tout à fait, clandestinement. Veulent-ils semer l’inquiétude dans la population, ou est-ce seulement un message adressé au gouvernement du genre « Sachez que nous sommes là et que vous n’y pouvez absolument rien ! ». A l’heure actuelle, le mystère des mutilations reste total. Que peuvent-elles bien signifier ? Les enquêteurs s’interrogent toujours, mais insistent de plus en plus sur l’idée que certains « visiteurs » extraterrestres clandestins se procurent à bon compte du matériel génétique de la planète Terre, pour poursuivre de mystérieuses expériences biologiques !

Notes
(1) Linda Moulton Howe, An Alien Harvest, 1989, p. 1. Publié par l’auteur, P.O. Box 300, Jamison PA 18929-0300, USA
Jerome Clark , The UFO Encyclopedia, Volume 3, Animal mutilations ans UFOs, p. 17. Omnigraphics, Penobscot Building, Detroit, MI, 48226, USA.
Michel Granger, Le grand carnage, éditions Vertiges du Nord/Carrere, 1987.
(2) Roberta Donovan et Keith Wolverton, Mystery Stalks the Prairie, 1976, T.H.A.R. Institute, Raynesford, Montana, 59469 USA. (3) Linda Howe, An Alien Harvest, p. 45
(4) Michel Granger, Le grand carnage, p. 183, et Jerome Clark, UFO Encyclopedia, Vol. 3, p. 25
(5) Michel Granger, Le grand carnage, p. 336.
(6) Ibid., manuscrit mis à jour, communiqué par l’auteur, p. 137

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:49 (2017)    Sujet du message: Les mutilations, les différents points de vue

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> Les Mutilations animales & Co Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com