Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Apparitions de Fauves et Félins-Mystères

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> La Cryptozoologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 529
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 16:26 (2008)    Sujet du message: Apparitions de Fauves et Félins-Mystères Répondre en citant

Apparitions de Fauves et Félins-Mystères.
Synthèse de Mikerynos ©2006


Les cas de félins-mystères ne sont pas typiquement anglais, on retrouve des cas aux USA, Australie, Afrique et aussi en Europe, et bien sûr en France. Il y a eu plusieurs histoires du même styles en Grande Bretagne, félins mystérieux (Puma ou Lynx) dans l’île de Wight, des « panthères noires » à Horndon (Essex), dans le Tetford et le Norfolk, un autre « Puma » dans le Durham. Sans oublier une « bête » qui hurle et attaque des moutons dans un coin reculé du Pays de Galles.

 

Contrairement à d’autres pays, un phénomène étrange concernant les « cas » anglais, puisque ce pays ne possède pas d’animaux sauvages sur son territoire, le « Puma de Surrey » et la « Bête d'Exmoor » sont les deux cas les plus connu.

Le « Puma » de Surrey.
Il semble que des témoignages avaient déjà eu lieu depuis 1962, le premier témoin du « puma de Surrey » est Ernie Jellet qui lui attribua une hauteur de 50 à 60 centimètres avec l’apparence d’un lionceau dans le Mid-Wessex (sud de l’Angleterre).

Il fallut attendre le 18 juillet 1963 pour que la police s’intéresse à l’affaire, ce jour là , à une heure du matin David Black, un chaffeur routier qui roulait près de Shooters Hill (Sud-Est de Londres) remarqua un animal apparemment blessé sur le bord de la route. Il s’arrêta, mais à son approche, l’animal nullement blessé se leva et disparu dans les bois. « Ce n’était pas un chien, il avait une longue queue pointue et recourbée vers la haut, il avait de longues pattes. » Première apparition, dans la nuit du 19 février 1964, une brève apparition le long d’une voie ferrée à East Runton (Norfolk), les témoins ne peuvent identifier l’animal. Les recherches de la police aidée par trente chiens ne donnèrent rien.

En août 1964, le « Puma » de Surrey passe du statut de nouvelle locale à celui d’information nationale, avec le 30 août de l’attaque sanglante d’un bœuf retrouvé vivant dans un sous-bois, baignant dans son sang et sauvagement blessé à coups de griffes. Explication officielle : Le bœuf s’était blessé avec les barbelés en défonçant la clôture…

Début septembre 1964, la police décida de prendre les choses au sérieux, et installa un QG dans la ville de Godalming. Elle s’était fait prêter une cage spéciale par le zoo de Londres. Le 7 septembre, apparition remarquée du « puma » à Munstead à 2 Km de Godalming.
Ensuite de très nombreuses observations continuèrent à se produire jusqu’au début 1965 dans le Surrey et les comtés avoisinants (Hampshire, West Sussex) et ceux tout proches à l’Est du grand Londres. L’idée d’une « bête » en liberté dans les bois du Surrey (proche du cœur de Londres) créa un impact important. Les récits d’attaquent de bétail attirèrent une attention accrue sur l’animal. La période la plus « chaude » fut de septembre 1964 a août 1966, lorsque la police de Godalming enregistra 363 rapports officiels de visions dont 42 qui furent considérés comme valides et crédibles. Un zoologue connu, le Dr Maurice Burton mena une enquête, dans sa conclusion il ramènera tout à des erreurs d’identifications et l’histoire s’arrêtera là.

Au cours de l’hiver, la police mit en garde la population, preuve qu’elle n’était pas dupe des histoires de renard (explication officielle). L’année 1965 fut moins fertile en rapports, mais comme le suggèrent Janet et Colin Bord, il se peut que ce soit dû à une certaine lassitude des médias.

La « Bête d'Exmoor ».
On dit que les 69 000 hectares du parc National d’Exmoor et de ses environs peuvent abriter ou abritent peut-être plusieurs félins distincts. En 1983, le mystère du « Puma » de Surrey est détrôné par ce que les médias commencent à appeler « La bête d’Exmoor ».

 

Bien que les premières attaquent débutèrent dans les années 1970, la période de sa notoriété à commencé en 1983, quand un fermier du sud de Molton a appelé Eric Ley prétend avoir perdu une centaine de moutons en l'espace de trois mois, tous apparemment tués par égorgement. Le journal « Daily Express » proposa 250 livres pour la première photographie de la bête. Au mois de juin, on comptabilisait déjà 200 animaux tués. A chaque fois, les victimes avaient été égorgées puis éventrées et dévorées.

On déploya des moyens considérables pour traquer la bête mais en vain.Fait étrange, le prédateur ne commettait ses forfaits que tous les trois jours. Il dévora même une brebis adulte en une seule nuit. Il s’agissait donc d’un animal de grande taille. Les descrïptions de cet animal varièrent du puma couleur ardoise à l’énorme chat noir de la taille d’un doberman, doté d’une queue aussi longue que son corps. La « bête d’Exmoor », comme on l’appela, pouvait courir à près de 50 km/h, sauter des haies ou cinq barrières alignées. Selon des témoins, la bête aurait entre 1 mètre et 3 mètres de longueur, ressemblant à une créature féline (Puma) et de couleur sombre, avec la capacité de sauter plus de barrières de 2 mètres.

En 1988, en réponse à l’hécatombe du bétail, le ministère de l'agriculture demande l’envoi de soldats de la Royale Navy avec des tireurs d'élite dans les collines du Devon, bien que quelques soldats affirment avoir aperçu la « bête » aucun coup de feu ne fut tiré, mais le nombre d’attaque sur les troupeaux a diminué pendant cette période, et finalement les Marines ont été retirés de la campagne anglaise. Après quoi les attaques sur les moutons ont augmenté de nouveau. le ministère de l'agriculture a continué à étudier le problème jusque dans le milieu des années 1990, avant de conclure que la bête était un canular ou un mythe, et que les décès de bétail ont été souvent attribuées à des grands chiens ou des chats domestiques dont la taille a été considérablement exagérée, car aucune évidence physique de l'existence de la bête n'a été découverte.

Les félins-mystérieux britanniques
Les noms principaux attribués à ces fauves sont la bête de Bodmin Moor, la bête de l’Exmoor, le lion de Nottingham et le puma du Surrey. Les médias locaux ont collé à ces félins diverses appellations changeant selon les endroits.

Les noms.
Léopard de Ashley dans le Kent, puma de Ayrshire en Écosse, bête de Ballymeana à Antrim dans le nord de l’Irlande, bête de Barnet au Hertfordshire, bête de Basingstoke au Hampshire, bête de Beacon Hill dans le Sussex, bête de Bennachie en Écosse, la bête de Bin à Grampians, bête de Blagdon au Somerset, bête de Bont à Ceredigion au Pays de Galles, bête de Broadoak dans le Gloucestershire, bête de Broomhill dans le Yorkshire, la bête de Bucks, bête de Carsington dans le Derbyshire, bête de Chiswick à Londres, la bête du Essex, bête de Inkberrow dans les Midlands de l’ouest, bête de Margam au pays de Galles, bête de Milton Keynes dans le Buckinghamshire, bête de Otmoor au Oxfordshire, la bête des frontières au Shropshire, bête de Tonmawr au Pays de Galles, bête de Tweseldown au Hampshire, la bête noire dans le Gloucestershire, la bête noire de Moray en Ecosse, bête Brechfa dans le Carmarthenshire au Pays de Galles, chat de Cadmore au Gloucestershire, puma de Chiltern au Buckinghamshire, puma de Durham, guépard d’Eccles dans le Norfolk, tigre de Fen au Cambridgeshire, le puma des Highland en Écosse, léopard de Lindsey dans le Lincolnshire, monstre de Mendips dans le Somerset, monstre de la M25 au Hertfordshire, monstre de Munstead au Surrey, le grincer du Norfolk, la panthère rose au Derbyshire, panthère de Penistone dans le Yorkshire, puma de Penwith dans les Cornouailles, bête de Powis au pays de Galles, lionne de Roshire en Ecosse, bête de Skerray dans les Highlands de l’Écosse, la terreur de Tedburn dans le Devon, lynx de Tilford et le chat sauvage des Wolds à Humberside.

L’Apparence physique.
L’animal observé a l’apparence d’un puma ou d’un lion dans la longueur va de 90 cm à 1,2 mètres pour une hauteur au garrot de 45 cm à 60 cm et 15 centimètres. Le pelage est brun, rouille, gris ou sableux mais le plus souvent noir, il peut être marqué de bandes ou de taches. Le visage est plat, dominé par des oreilles quelques fois touffues. Les jambes puissantes peuvent être longues ou courtes avec de grosses pattes. La queue d’une longueur variable est pointue avec quelques fois une extrémité blanche. Le félin a été parfois comparé aux guépards, a un singe, un tigre, un chat partiellement rayé, un ours ou un berger allemand.

Le cryptide laisse des traces de félin ou canines jusqu’à cinq pouces de long et qui sont plus grandes que celles d’un berger Allemand. Certaines traces montrent des griffes non rétractés, ce qui pourrait être le signe d’un canidé mais les félin peuvent parfois garder leurs griffes sorties lorsqu’il s’agit de garder l’équilibre ou de facilité le mouvement sur certains terrains.

Le Comportement.

Le félin grogne, hurle, rugit. Il tue et quelques fois mange le bétail et le gibier. Les chiens en ont peur.

L’Aire de répartition.
Ces félins sont observés dans les jardins, les champs, les bois, les collines et les rues des petits villages. On le signale dans de nombreuses parties de la Grande Bretagne avec une prédilection pour les contés suivants: le Hampshire, le Surrey, le Sussex, le Devon et les Cornouilles, le Lancashire, le Cheshire, le Nottinghamshire et le Yorkshire pour l’Angleterre; pour le Pays de Galles on a le Ceredigion; en Écosse on a le renfrewshire, l’Ayshire, le Strathclyde, les Highlands et le Lothian de l’est.

Les Observations de félins-mystères.

Le 18 juillet 1963, David Back un camionneur s’arrêta à Oxleas Woods dans la banlieue de Londres pour aller voir un chien accidenté sur la route, l’animal se redressa d’un coup et s’en alla dans les bois; il avait de longues pattes et une queue recourbée. Par la suite on signala qu’un animal ressemblant à un guépard avait bondi par dessus le toit d’une voiture de police. Des recherches relevèrent des traces aux griffes non rétractées.

En septembre 1976, Alec Jamieson observa dans le Lincolnshire un félin de couleur sable d’environ 1,5 mètres de long avec des traces de 7 par 5 centimètres.

Le 12 septembre 1977, Lors d’une chasse au renard, Donald Mackenzie et son fils virent et tirèrent sur un grand félin qui nageait dans la rivière Naver près de Bettyhill dans les Highlands de l’Écosse. Bien qu’ils lui tirèrent dessus et le touchèrent l’animal les sema alors qu’ils le poursuivaient dans leur Land Rover. Le félin avait un pelage sombre avec un plastron blanc, les yeux étaient rouges.

Le 29 octobre 1980 Ted Noble captura un puma femelle qui avait tué ses moutons, en utilisant un appât près de Cannich dans les Highlands écossaises; malgré cela les observations de félins continuèrent dans la région faisant soupçonner une population. Il se révéla que la femelle capturée était un puma apprivoisée et bien entretenu qui avait été lâchée dans la nature par un propriétaire peu scrupuleux d’animaux domestiques qui s’est ensuite retrouvé dans un parc zoologique des Highlands.

En novembre 1981 un grand félin gris a été vu par de nombreux témoins à Tonmawr au pays de Galles. Un grand félin et deux plus petits purent être photographiés. Di Francis lors d’une visite de la région pris la photo d’un individu noir de 1,2 mètres et trouva des empreintes de 12 centimètres de long.

La « Bête de Bodmin ».
Ou « Le Grand Chat d'Ardrossan »
Au début des années 1980, des rapports ont commencé à circuler au sujet de grands chats ou de félins, dans et autour de Cornwall, en Angleterre du sud-ouest. Bodmin est devenu le centre de nombreuses observations et de rapports de bétail inexplicablement massacré. Voici quelques faits marquants concernant cette histoire…

Le 5 Octobre 1995, M. David Byrne dit que lui et son épouse ont vu la créature tandis qu'ils conduisaient dans leur voiture la nuit au environ de la ferme de Trevenning, à Fowey. « La créature était noire, longue et mince ». La créature a été rapportée comme ressemblant à une panthère noire ou à un puma coloré foncé, avec de grands yeux blanc-jaunes. C'est taille à été rapporté comme s'étendant de 90 cm à 1 mètre long pour le corps, avec une queue d'approximativement de 45 à 60 centimètres. La créature fait les bruits habituels de sifflement et de grognement d'un grand chat tel qu'une panthère ou un puma, mais elle à fait également quels bruits comme une femme criant, le bruit est effrayant très fort.



Finalement le Ministère de l'Agriculture de la Pêche et de l'Alimentation ont décidé de conduire une enquête officielle en 1995. Les conclusions de cette étude rendu le 19 juillet est :« Il n’y a aucunes évidences vérifiables de félins exotiques en Grande-Bretagne, les animaux de ferme meurtris auraient pu être attaqués par espèce indigène locale ». Le rapport de l’enquête accepte quant même de dire « qu‘elle ne pourrait pas prouver qu'un grand félin n'est pas présent » Moins d’une semaine après la conclusion de ce rapport du gouvernement, le 24 juillet, un garçon (Barney Jones) qui marchait le long de la Rivière Fowey découvre un grand crâne du chat d’une taille de 10,5 centimètres de large sur 17,5 centimètres de long, sans la mâchoire inférieure. Celui-ci possède deux incisives proéminentes et tranchantes, comme celle d’un léopard.

Le crâne a été envoyé au Musée de l'Histoire Naturel à Londres pour vérification qui a déterminé que c'était le crâne authentique d'un jeune léopard adulte, mais a aussi prouvé qu’il n’était pas mort en en Grande-Bretagne, que celui-ci était un crâne qui avait été importé et qu’il faisait partie d'un « tapis léopard » a cause des traces typiques de coupures sur ce dernier. Le crâne avait commencé à se décomposer seulement après une immersion récente dans l'eau. Déjà en 1988, un crâne similaire avait été découvert par deux adolescents dans la région de Dartmoor, et un autre en 1993 dans la région Exmoor.

Octobre 1997, des empreintes ont été retrouvées dans la boue des landes de Bodmin comme étant celle d’un puma femelle adulte par des fonctionnaires du zoo de Newquay. Peut de temps après cette découverte, une photographie de la bête fut prise, mais non concluante… une autre observation date du 3 décembre 1997, une vidéo à été prise en août 1998.
En novembre 1999, un escadron de la RAF équipé de lunette de vision nocturne et de plusieurs dispositifs de détection s’installe dans la région, mais toutes les tentatives de surprendre la bête ont échoué. Cependant, Andrew McCombe, chef de l’escadron rapporte à la BBC que plusieurs dispositifs de détection d'intrus ont été déclenchés pendant la nuit « Quelque chose se déplaçait le long des voies, mais en raison des nuages nous ne pouvions pas obtenir une bonne vision ».

Fin 2002, les policiers du commissariat d'Ardrossan (Ecosse) ont annoncé que n'ayant plus enregistré d'observations, ils abandonnaient les recherches, à la date du 29 décembre 2002.
George Redpath, 58 ans, un officier de police à la retraite et membre de l'équipe du Scottish Big Cats déclare : «Qu'il n'y ait plus eu de rapports au sujet de l'animal vu à Ardrossan n'est pas un fait inhabituel. Les cris aigus pourraient être ceux d'une femelle puma à la recherche d'un partenaire.C'est le seul chat qui crie. Le territoire de l'animal peut avoir plus de 32 kilomètres carré de surface, ainsi si l'animal est dérangé il peut migrer rapidement vers un autre lieu pour se mettre à couvert».

Des policiers furent appelés le lundi 23 décembre 2002, le matin à 3h30, mais quand ils approchèrent l'animal, qu'ils décrivirent plus tard comme un chat ressemblant à un puma, il s'enfuit ventre à terre. La lumière de leurs lampes-torches fouillèrent en vain la nuit. La Police du Strathclyde (Ecosse) demande au public de rester vigilant et de rapporter toute observation de cet animal qui, disent-ils, ne devrait pas être approché.

Cet incident est le plus tardif des 120 observations alléguées de grands chats vagabondant en Ecosse cette année, observations s'étendant des Highlands jusqu'à Galloway, selon la Scottish Big Cats, une association de volontaires qui récoltent les observations concernant ces animaux. L'année dernière, on a recensé un total de 118 observations de Grands Chats en Ecosse et aux alentours de 800 dans l'ensemble du Royaume-Uni. Il y a vingt ans, on en rapportait seulement huit. Ainsi on pourrait supposer que la population de Grands Chats s'est accrue considérablement en Ecosse depuis lors - à moins que le nombre de fausses observations soit la cause de cet accroissement, après des observations telles que celui de la « bête de Bodmin » dans les Cornouailles.

Mr. Redpath qui a commencé à enregistrer les observations de grands chats en 1992 alors qu'il était officier de police à Cupar, a affirmé qu'il y a des pumas, des lynx et probablement des panthères noires dans la campagne près de sa maison aux abords de Balmullo au nord du Fife : « Nous avons eu beaucoup d'observations ici. Il y a eu des massacres de moutons, mais pour la plupart nous pensons que ce doit l'oeuvre de chiens. Nous croyons que les grands chats s'alimentent de lapins et de cerfs communs, d'oeufs de poisson, qui sont abondants partout en Ecosse, de même que dans le Ayrshire. Il n'y a aucune raison majeure pour qu'ils capturent une plus grande proie tels que des moutons ou du bétail »

Auparavant, Phil Crosby de la Scottish Big Cats, a indiqué qu'il était intéressant que la police ait diffusé l'observation d'Ardrossan, car dans le passé ils avaient toujours nié l'existence des « Big Cats ». Il y eut un certain nombre d'observations dans le Ayrshire, qui avaient généralement été prises pour un léopard ou un puma noir. Il a ajouté qu'il n'y avait aucun doute sur l'existence d' une population de grands chats se multipliant dans la nature en Ecosse. Les chercheurs concernés par le problème croient que, suite à la promulgation de la « Dangerous Wild Animals Act » il y a 27 ans exigeant des propriétaires de tout animal dangereux de posséder une autorisation, beaucoup de propriétaires de ces animaux de compagnie qui n'ont pas voulu se mettre en règle les ont lâchés dans la nature et que ceux-ci ont réussi à se débrouiller seuls.

Source: James Freeman - The Glasgow Herald – 26 décembre 2002.

Le 16 juin 1999 un camion élévateur conduit par Raymond Cibor dans le Doncaster a été attaqué par un grand félin orangé et jaunâtre avec des rayures noires qui s’est dressé sur ses pattes de derrière. Bien que le témoin avait dit que l’animal ressemblait à un tigre la police trouva des traces qu’elle identifia néanmoins comme celles d’un chien.

En septembre 1999 un grand félin noir été filmé par la caméra de surveillance interne d’une fabrique de briques près de Telford dans le Shropshire. Des vigiles avaient vu par deux fois une panthère d’environ 2 mètres.

Le 23 août 2000, près de Trellech dans le Pays de Galles un garçon de 11 ans, Joshua Hopkins a été soit disant griffé et mordu par un félin de 1,5 mètres.

Le 19 juillet 2001 dans le Lothian de l’est en Écosse, Elaine Ainsli a vu un félin semblable à une panthère noire pendant qu’elle faisait promener son chien dans un champ. Il avait une longue queue et était très musclé.

Le 25 septembre 2001 Vicar Kenneth Wakefield observa près de Launceston dans les Cornouailles une panthère noire au pelage brillant qui faisait environ 2 mètres de long pour une hauteur au garrot de 90 centimètres.

En avril 2004 un grand félin noir similaire à un puma a pénétré dans la base de la Royale Air force de St Mawgan dans les Cornouilles. Détecté par les soldats faisant des manœuvres nocturnes il fit l’objet d’une surveillante continue par le personnel militaire muni de caméras de vision nocturne, ils obtinrent plusieurs observation étalées dans le temps. L’animal faisait 2 mètres de long avec une tête de puma ou de panthère.

En juin 2004 sur une route près de la base de la Royale Air Force de Fylingdales dans le nord du Yorkshire un grand félin aurait été tué par une collision, Le corps aurait été emporté par la police qui nia par la suite l’existence de l’affaire et réalisa une censure.

Le 16 août 2004 Michael McFadden faisait promener son chien sur le bord de la rivière Gryfe à Houston lorsqu’un grand félin noir émergea des arbres à 45 mètres devant lui. Il étira ses membres contre le tronc d’un arbre, le regarda et s’en alla. Le témoin l’identifia comme étant un puma, sa couleur était noire de jet et il faisait environ 90 centimètres au garrot.

Un 29 mars 2005 un automobiliste traversant en voiture Berrhead eut la surprise de voir traverser devant sa voiture un grand félin. L’animal ressemblait à une panthère, il avait la taille d’un berger allemand en étant plus bas au sol, la queue faisait un mètre de long. Il alerta immédiatement la police qui lança une recherche dans la zone.

Le 22 décembre 2005, la police de Wales (Grande Bretagne) a été appelée en urgence dans les rues de la ville pour capturer une créature décrite comme une « grande hyène blanche », ayant été aperçue par de nombreux témoins dans la ville. Quand les policiers sont arrivés sur place, ils ont repéré une créature blanche beaucoup plus grande qu’un Berger Allemand et qui ne ressemblant à rien de connu. Un porte-parole de la police du Pays de Galles à déclaré : « Nous étions partis pour récupérer un grand chat, mais cela n’avait rien à voir. L’animal était très musclé et il ressemblait plutôt à un loup, avec des jambes avant plus grandes que celles de derrière et une longue queue qui traînait par terre ».
Un autre officier est parvenu à prendre une photographie de l'animal à l'aide d'un téléphone portable et un appel à la prudence à été lancé à tous ceux qui pourraient croiser son chemin.

Source : AFP

Des Explications ?
Le phénomène des félins mystérieux en Angleterre est plurifactoriel, les causes sont innombrables et n’impliquent pratiquement pas la présence d’une nouvelle espèce de félin en Angleterre.

Le chat sauvage écossais (Felis silvestris) a vécu en Angleterre, au Pays de Galles et en Écosse jusqu’à la fin du 19ème siècle où il fut exterminé. Des individus avaient survécu en Écosse ou la population remonta après la première guerre mondiale. L’espèce fait jusqu’à 90 centimètres et environ 2 mètres de long avec une robe brun grisâtre ou tigrée munie d’un plastron blanc, la queue est émoussée et en broussaille munie de rayures noires. La tête est plus large, les dents sont plus pointues, les membres sont plus longs et la queue plus courte que chez le chat domestique. Le mâle peut peser 5 kilos. Il est possible que cette espèce de chat sauvage nocturne ait constitué des petites populations en divers endroits de l’Angleterre et du Pays de Galles.

De nombreuses observations de félins mystérieux pourraient impliquer des chats domestiques féraux, dans certains rapports on a noté une odeur de chou de Bruxelles caractéristique des chats domestiques féraux. On peut supposer la possibilité d’une hybridation naturelle entre le chat domestique féral et le chat sauvage écossais ou européen. Le métissage est possible entre ces deux espèces rapprochées; entre 1873 et 1904 on réalisa des croisements expérimentaux entre le chat sauvage écossais et différentes races domestique mais le résultat se révéla être impropre à la domestication. Ces hybrides étaient plus petits avec des queues effilées, des rayures noires estompées et des taches blanches.

Karl Shuker suggéra des hybrides en liberté de chats domestiques féraux croisés naturellement avec des chats de la jungle (Felis chaus). De telles hybrides ont été créés volontairement aux USA qui ont donné une nouvelle race de chat nomenclaturée depuis 1995 sous le nom de chausie. Cette race a un poids allant jusqu’à 9 kilos pour une hauteur au garrot de 35-45 centimètres, les oreilles sont touffues; cette race à une réputation de vitesse et de faire des bonds verticaux de presque 1,50 mètres.

Entre 1984 et 1994 on a tué au moins quatre spécimens du chat léopard (Felis bengalensis ) en Agleterre. Cette espèce peut aussi se croiser avec le chat domestique, hybridation qui a donné la race bengalaise à la fourrure tachetée. Derrière les observations pourraient se trouver diverses espèces d’animaux exotiques apprivoisés qui se sont échappés ou qu’on a relâchés et qui se sont adaptés à la campagne anglaise. Le puma ombré ou gris (Puma concolor), qui fait 5 pieds de long pour un poids de 90 kilos. Le lynx commun (Lynx lynx) qui fait 90 cm à 1 mètre de long avec une queue de 10 à 27 centimètres. Le léopard et une lionne identifiable à la touffe noire a l’extrémité de sa queue. Il se peut que depuis l’instauration d’une licence dans l’île pour la possessions d’animaux exotiques en 1976 et du durcissement des pénalités en 1981, des propriétaires irresponsables on préféré mieux relâcher leurs protégés dans la nature au lieu de payer des amendes. Il pourrait en être de même pour le léopard tacheté (Neofelis nebulosa) et le guépard.

On pourrait avoir des erreurs d’identification de chiens domestiques féraux ou de renards roux observés de loin et dans de mauvaises conditions. Certaines races de chiens peuvent paraître félinoïdes quand on les voit de loin du fait de leurs petites têtes, de leurs oreilles arrondies et de leurs courtes jambes; de plus les chien errants forment des meutes qui ne manquent pas de s’attaquer au bétail. Enfin les traces de 12 cm ou plus sont plus dans l’ordre des canidés que le fait de félins qui ont des pattes plus petites.
Des gloutons échappés ont été trouvés dans divers endroits du Pays de Galles et du sud de l’Angleterre. Les belettes peuvent faire jusqu’à 1,2 mètres de long et 35-43 centimètres au garrot. On peut évoquer la survivance jusqu’à nos jours du chat aux dents en cimeterres (Homotherium), mais il est improbable que ce félidés de la taille d’un lion et à courte queue ait pu survivre en Angleterre sans se faire remarquer par les chasseurs et se faire exterminer à l’image du chat sauvage écossais.

Source : Article de l’AFRC : Association française de recherches cryptozoologiques
http://jeanluc.drevillon.club.fr/felides.html

Conclusion.
Il est impossible d'établir combien de gens ont vu de « Félins-mystérieux » en Grande Bretagne, entre avril 2004 et juillet 2005, la « the British Big Cat Society » a reçu 2 123 rapports d’observations de félins ou de grands chats. Cependant, presque un tiers d'entre eux peut être éliminé. Les seuls comtés de l'Angleterre où aucune observation n’a été rapportée sont le Comté Durham, Merseyside et du Greater Manchester.
Le « Top 10 » des régions ou comtés, entre avril 2004 et juillet 2005 sont sur 1085 observations :


  

Les félins aiguisent souvent leurs griffes sur des objets en bois ou des arbres. De nombreux arbres qui ont été endommagé par de grands chats ont été découverts en Grande-Bretagne dans le Gloucestershire en 2001, le Yorkshire en 2002 et le Kent en 2003.
Beaucoup d'empreintes ont été photographiées au cours des nombreuses années, certaines ont même été moulées en plâtre. Cependant, quelques personnes qui ont trouvé ces traces pensant à d’autres animaux, comme des chiens, des renards, des blaireaux et même dans un cas, des lapins. Beaucoups d’échantillons de poils trouvés avec les empreintes, se sont avérés provenir d'autres animaux que des félins, mais entre avril 2004 et août 2005, six échantillons qui ont été trouvés à travers le pays sont actuellement analysés. Dans les années 1990, des poils de Puma ont été formellement identifiés dans la région du parc National d’Exmoor.

Beaucoup d’animaux sont attaqués et tués dans de nombreux comtés, mais principalement dans celui de Devon, c’est surtout des vaches, des moutons et même des chevaux. Entre avril 2004 et juillet 2005 il y avait cinq attaques sur des chevaux et 37 attaques mortelles sur des moutons. Les animaux sauvages ne sont pas non plus épargnés, les cerfs sont aussi la proie de ces prédateurs, Une carcasse de cerf a été trouvée dans un arbre, en 2004 dans le Somerset, ainsi qu’un cas sur un chevreuil dans la même région et dans le Shropshire.

A ce jour, le Defra (the Department for Environment, Food and Rural Affairs) n'a pas confirmé l’existence de grands chats ou de félins en Grande-Bretagne…

Sources et références.
Sources perso.
« Des Fauves dans nos campagne » de Véronique Campion-Vincent du CNRS (1992)
« Sur les traces du Yeti et autres créatures clandestines » de Richard D.Nolane – Edition Plein Sud (1996) P.35
Autre source sur les « Félins mystérieux »
« Les félins-mystères, sur les traces d'un mythe moderne » de BRODU, Jean-Louis, et Michel MEURGER, Pogonip 1984
Les mystérieux chats d’Angleterre sur le web :

http://www.dinosoria.com/insolite_grand_chat.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Beast_of_Exmoor
http://en.wikipedia.org/wiki/British_big_cats
http://perso.wanadoo.fr/cryptozoo/expeditions/ecuador.htm
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Mar - 16:26 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 529
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 10 Oct - 19:43 (2011)    Sujet du message: Apparitions de Fauves et Félins-Mystères Répondre en citant

La « Bête » du Ruffécois est-elle une panthère ?
Le 3 Décembre 2003.


Le pays du Ruffécois est un des six pays du département de la Charente. Il est situé au nord du département, et il est centré sur la ville de Ruffec.

La question agite le village de Moutardon (Charente) où des témoins affirment avoir vu roder un fauve noir. Les gardes-chasses cherchent... en vain ! Charente, terre sauvage. Un petit lion au Fresquet, dans un quartier d’Angoulême. Un kangourou à Asnière sur Nouère et une panthère noire à Mourtardon. Les amateurs de safari photo vont devoir changer de destination et préférer les bois charentais aux steppes africaines. D’autant que celui qui arrivera à faire un cliché des ces fauves sera le premier à la preuve de l’existence de ces mystérieux animaux.

A Moutardon, ils sont au moins quatre ou cinq à avoir aperçu le fauve. Parmi eux, le garagiste du bourg. Gilles Rouffaud est presque un intime du fauve : « Ca fait trois ans que ça dure » La première rencontre a eu lieu au cours d’une ballade en forêt « Ce soir-là, j’ai entendu un cri, j’avais jamais entendu ça. Sauf au zoo » Dans la lumière du puissant projecteur de son 4x4, il n’a vu que des renards, mais par la suite, il ‘a vu, la bête « Deux fois, j’avais mon appareil photo, j’ai pas eu le temps de dégainer »

La démarche d’un félin.
Deux autres fois, il a eu le temps de l’observer longuement, sur un tas de bois, a proximité d’une maison « Un soir, elle gueulait. Un grognement suivi d’un rugissement puissant. J’ai vu un reflet dans ses yeux » Dans cette fameuse maison, habite Christelle Pasquet, secrétaire de la scierie de la commune. Le 31 Octobre dernier, elle était dans son salon, avec une vue imprenable sur toute la vallée « J’ai vu un animal de la taille d’un saint Bernard qui marchait, avec la démarche d’un félin, et une queue qui trainait par terre » Christelle a seulement manqué de présence d’esprit « C’est dommage, j’avais le caméscope à portée de la main. Je suis restée tellement interloquée que je ne l’ai pas pris » Le garagiste a noté également que depuis trois ans, il n’y a plus de ragondins le long de la Lisonne. Christelle ne voit plus de hérons. Mais paradoxalement « Les moutons du marquis, dans les fonds, n’ont jamais été attaqués »

« Une panthère, ça ne se nourrit pas d’escargots. Et si en plus ça fait trois ans que cela dure ! » Jean-Yves Morellec, le garde chasse, est persuadé qu’il s’agit d’autre chose que d’une panthère « Je suis sûr qu’il y a une bête dans le secteur, qu’ils l’ont vue, qu’ils sont de bonne foi » Mais une bonne foi peut-être trompée par une vision furtive, une perspective trompeuse. N’empêche, son service a pris la chose au sérieux. Les gardes se sont déplacés à trois reprises.
La panthère de Moutardon mobilise les esprits au-delà des limites du village charentais. Dans l’Indre, un habitant de Tournon Saint Martin a cru reconnaître dans la description de l’animal son chien. Un bas-rouge qu’il a perdu dans le secteur il y a quatre ans en allant voir sa fille. L’hypothèse est sympathique sauf qu’un chien ne grimpe pas aux arbres. Et certains témoins affirment avoir vu bondir la « Bête » du Ruffécois avec une agilité pour atteindre les branches, une affaire à suivre.

_______________________________________
Source : Article de Richard Tallet - Journal « La Nouvelle République du 3 et 4 Décembre 2003.
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Sam 29 Oct - 08:26 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 529
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 29 Oct - 08:25 (2011)    Sujet du message: Apparitions de Fauves et Félins-Mystères Répondre en citant

Espagne: Nouvelles rencontres avec la « Panthère de Gorliz »
Mai 2011.


Gorliz est une ville espagnole, située dans la province de Biscaye et la communauté autonome du Pays basque. Un jour comme aujourd'hui, le Samedi 22 octobre 2005, un résident de Erandio qui était allé à l'hôpital de Gorliz pour visiter un parent a vu un animal étrange autour de six heures de l'après-midi « Je flânais avec mon neveu âgé de 14 ans autour du parking, à côté de la pinède derrière l’établissemen hospitalier, quand nous avons vu la panthère. Elle était éloignée de nous d’environ dix mètres. Elle s'est avancée lentement de cinq mètres avant de s’arrêter, elle a tourné sa tête et nous a regardé fixement. Ses yeux brillaient comme ceux d'un démon. Après cela, elle a commencé à courir et a disparut dans les pins. Nous étions paralysés, mes jambes tremblaient »


L'hôpital de Gorliz et la pinède en arrière plan.

Celui qui témoigne de cette rencontre insolite, se nomme Emilio Torvisco, il a 31 ans. Il affirme que l’animal qui a vu ce jour là est bien une panthère « Elle était noire et avait une queue très longue, on l'a parfaitement vu. Nous étions à quelques mètres et la luminosité était parfaite » Oncle et neveu se précipitent chercher de l'aide « Comme nous n'avons pas rencontré de policiers, nous avons appelé l’Ertzaintza (1) Une patrouille de police a été dépêchée sur place quelques minutes plus tard » Le témoin a montré aux officiers l'endroit par lequel l'animal s'était enfui. Un des policiers, armé d'un fusil, entra dans la forêt dense sur les pentes d'une colline. Un coup de feu retentit, puis l'officier de l'Ertzaintza réapparu « Il nous à dit qu'il avait vu la panthère et qu'il a tiré dessus » Il se pourrait que l’animal soit blessé, même si aucune carcasse n'ait été retrouvée.

Partir de ce moment, une intense opération de recherche a commencé afin de retrouver l’animal. Les éléments de la police basque, les agents forestiers de la Base de Gorria et les membres de la garde urbaine de Gorliz armés de fusils et de lunette de visée entrent dans la forêt de pins afin de retrouver un grand félin. Le soir à 19h30, une autre patrouille de la base Gorria rejoint les recherches, ajoutant encore quatre gardes à l'opération. Des experts de la faune sont montés sur le versant de la colline et ont cherché des indices à l'emplacement ou l'animal a été vu, aidé par des torches électriques. L'opération gênée par la pluie, a été suspendue en soirée à 20h15, en raison d'un manque de clarté. Les recherches reprennent au levé du jour le lendemain, avec des personnes supplémentaires et des chiens de pistage. En raison d'un manque de résultats positifs, l’opération se termine dans l’après midi vers 16h30.

Depuis ce « Big Cat » a été vu par plusieurs personnes, mais il parvient toujours à disparaître sans laisser de trace. Il y a quelques mois seulement, la panthère a été vue de nouveau par un résidant en Mai 2011 « C'est un chat noir énorme, de la taille de quatre chats normaux. Il m'a fait face à environ trois mètres de distance et c'est impressionnant. Mais ce n'est pas une panthère, il a la tête d’un chat » déclare le témoin. A cette époque, dans la région de Mauri (environ à 9 kilomètres au sud de Gorliz) une autre observation avec une description semblable a eu lieu. Quelque chose de très grand et noir. Pourrait-il être le même animal vu en 2005 et maintenant 2011 ? D’autres observations ont eu lieu en 2003 à Lemóniz. Gardons à l'esprit que la distance entre ces villes est de seulement quatre kilomètres. Signifie-t-il qu'un animal ou plusieurs rodent dans la région et effrayent témoins locaux ?
___________________________________
(1) L’Ertzaintza est la police de la Communauté autonome basque espagnole.
Source: Criptozoologia en España - Par Javier Resines
_________________
Revenir en haut
Pat Vinciolo
Nouveau Membre

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2013
Messages: 1
Localisation: Belgique
Masculin

MessagePosté le: Dim 21 Avr - 10:27 (2013)    Sujet du message: Apparitions de Fauves et Félins-Mystères Répondre en citant

" Le 22 décembre 2005, la police de Wales (Grande Bretagne) a été appelée en urgence dans les rues de la ville pour capturer une créature décrite comme une « grande hyène blanche » "

Nom d'une Sainte puce Impérial 0o S'est quand même pas çà la " Hyène blanche " ? 0o

http://en.wikipedia.org/wiki/File:Homotherium_serum.jpg
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 529
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 16 Aoû - 08:26 (2013)    Sujet du message: Apparitions de Fauves et Félins-Mystères Répondre en citant

Gourdon (Lot) Animal mystère : lynx ou lémurien ?
Mercredi 13 août 2013, La Dépêche du Midi relatait le témoignage d’un Gourdonnais ayant aperçu un lynx devant chez lui. Depuis, d’autres personnes se sont manifestées, et leurs affirmations concordent. Ces différentes personnes, dignes de confiance, mais qui souhaitent conserver l’anonymat sont unanimes : l’étrange animal est plus gros qu’un chat, il a un museau pointu, sa fourrure est de couleur grise, ou marron foncé, et il a une longue queue arrondie, avec des cercles de couleur orange. Deux témoins l’ont vu mercredi et jeudi, 7 et 8 août, place Sainte-Claire ; il aurait passé la nuit sous un appentis. Un couple l’a croisé, mardi 13 août vers 20 heures au lieu-dit Coupiac près de Gourdon. Pour ces témoins, l’animal serait un maki catta, un lémurien originaire de Madagascar. D’autres évoquent la présence possible dans le secteur d’un chat «grand format» de race Maine Coon sans être affirmatif. Le mystère s’épaissit.
_________________________________
La Dépêche du Midi
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:01 (2016)    Sujet du message: Apparitions de Fauves et Félins-Mystères

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> La Cryptozoologie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com