Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Créatures mystérieuses en Italie

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> La Cryptozoologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 12 Fév - 23:32 (2010)    Sujet du message: Créatures mystérieuses en Italie Répondre en citant

Créatures mystérieuses en Italie - Synthèse et cas
Synthèse & Traduction Mikerynos

Je précise que tous les faits qui suivent n’ont pas été vérifiés et n’engagent que leurs auteurs. Je ne fais que transmettre les cas qui me semble dignes d’intérêts et pouvant être sujet à une contre-enquête.

Alvignanello, (CE) Italie
Décembre 1996.


Des attaquent touchant un troupeau ont eu lieu en décembre 1996 dans les environs de la petite ville d’Alvignanello, région de Campanie située au Nord-Est de Ruviano. De vaste étendue de terrain parsemé de collines, de forêts et d’une épaisse végétation sauvage difficile d’accès. Une enquête du CUN à été faite à l’époque par Antonio Ladicicco et Carmine Silvestri, aujourd'hui membres du GIRUC dirigé par Umberto Telaro.

Chronologie des faits.


Dans la soirée du 15 Décembre 1996, à 22h00, Andrea G. regardait la télévision avec sa femme, quant il a eu le pressentiment que quelque chose d’anormal concernait son troupeau de 620 moutons. Il décide de sortir pour vérifier si tout va bien, mais sa femme le retient, car un orage violent éclate. Le lendemain matin, vers 7h30, en se rendant à l’élevage, il découvre que le grillage de la clôture est cassé, que ses chiens ont peur et que le troupeau est éparpillé dans les alentours. Les dégâts sont considérables, 80 brebis sont mortes et 60 sont blessés. Le vétérinaire venu sur place reste étonnés par le nombre de victimes et le mode de l’agression. Les animaux sont intacts et ne portent comme blessure, que deux trous d’un diamètre de quelques centimètres à la gorge, et un seul pour d’autre. Autre fait marquant, l’absence totale de trace de sang sur le sol et sur les carcasses. Il conclut que le prédateur en question était du type hématophage. Il hésite à tirer des conclusions et déclare que l’attaque est probablement liée à une meute de chiens sauvages. On a également constaté que les cadavres des victimes ne montraient pas la rigueur et la rigidité, comme dans les décès par hémorragie. En outre, l'élevage était principalement composé de femelle, âgé entre un et cinq ans, ne montrent pas de signes associés à des maladies infectieuses liées à leur espèce.

Le même jour, le frère de Andrea G. commence la recherche d'éventuelles traces laissées par les prédateurs et remarque sur le terrain une empreinte circulaire large de 10 centimètres, à côté d’un mouton mort, dans laquelle il était possible de relever la présence de griffes. La recherche a également continué les jours suivants afin de trouver d’autres empreintes similaires.

Le 31 Décembre, vers 22h30, Andrea G. est prévenu par un voisin de l‘aboiement de ses chiens. Ce dernier se précipite armé d’un fusil vers l’élevage et le découvre apeuré. Il ne trouve rien d inhabituelle et décidé de rentrer chez lui. Cependant, sur le trajet du retour, il remarque deux yeux rouges qui brillent dans l'obscurité et pense que c’est l’un de ses chiens, il n’y prête pas d’attention. Le lendemain, de retour à la grange du fourrage pour les moutons, il retrouve 11 animaux tués de la même manière que les précédents. Cette fois ci, les autorités locales interviennent, la police et les services sanitaires se rendent sur les lieux. Après les constations, les carcasses sont enterrées à une profondeur d'environ 2 mètres. Les nuits suivantes, Andrea G. est de garde armé de son fusil. Une nuit, il entend ses chiens aboyer, ils sont nerveux. Il se rapproche et aperçoit une silhouette qui se déplace très rapidement et qui passe à quelques centimètre de lui, occasionnant un déplacement d’air, puis celle-ci disparait dans l'obscurité. Cela a été si rapide, que Andrea G. n’a pu en remarquer des traits distinctifs.

Une vingtaine de jours plus tard, un autre éleveur de la même région, M.C associé à Andrea G. pour la garde du troupeau avec deux de ses chiens. Il remarque que ces derniers se mettent à aboyer en direction de la forêt tout proche. Les chiens pénètrent alors dans la végétation et n’en reviennent pas. C’est seulement, plusieurs jours plus tard, que leurs cadavres sont retrouvés avec les mêmes perforations que celles trouvées sur les brebis. A la même période, la situation se complique dans la campagne proche d’Alvignanello, car les chiens d’autres éleveurs sont attirés par quelque chose présent dans les buissons qui les effrayaient. La zone est finalement examinée, dans les hautes herbes, un sillon profond long de 5 mètres est découvert.

Le 31 Mars 1997, un agriculteur découvre la carcasse d’un mouton exsangue présentant deux trous au niveau de la gorge.

Le 3 Avril 1997, vers 17h30, Mario C. cultivateur situé à quelques kilomètres de l'élevage d'Andrea G. occupé à récolter ses asperges, ressent comme un étrange sifflement (comme un essoufflement) venant de l'intérieur d'un buisson à quelques mètres de lui. L'homme s'approcha, et le son s’intensifia, ce dernier déclare par la suite « Il y avait certainement un animal inconnu qui était présent, je suis rentré dans la végétation, et en déplacement les feuilles, soudain un animal poussa un cri fort et intense, je pouvais voir une forme noire qui avait environ 1m 20 de haut, j’ai pris peur et je me suis sauvé » Les empreintes relevées par le cultivateur ont été soumises à l’expertise d’un vétérinaire, ce dernier n’a pu répertorier l’animal en question. Elles ont également été soumises au service du Zoo de Naples, qui après quelques jours d’étude, n’a pas réussi à déterminer l’espèce, celle ci ne rentre pas dans la catégorie des canins-Félins. Cette empreinte mesure 10 centimètres de diamètre, avec un pouce arrière et quatre doigts possédant des griffes non rétractables pénétrant d’environs 2 cm dans le sol. L'hypothèse initiale d'un animal sauvage comme un ours ou un gros chat, a été rejeté par les consultants. L'étude des empreintes montre une posture bipède.

La série de ces évènements anormaux s'étendra jusqu'au printemps passé...
_____________________________________________

C’est aussi à cette période, au début du mois de décembre 1996 qu’un fait similaire est rapporté venant de la région rurale de Salve qui est une commune de la province de Lecce dans les Pouilles en Italie. Les cadavres d'un chien, d’un chat et de 15 poules sont découverts par deux fermiers et attirent la curiosité des locaux. Le « tueur » frappe par deux fois et disparaît mystérieusement. Les victimes possèdent toutes trois petits trous dans le cou ou sur le corps. Le chien et le chat ne présentaient pas de rigidité cadavérique plusieurs heures après la mort et n’étaient pas entièrement exsangue.

Selon le propriétaire, le chat se trouvait dans une petite chambre de la ferme lorsque quelque chose l’a effrayé, de nombreux objets ont été retrouvés sur le plancher. Lors de l’examen de la pièce, on remarque un fort « bourdonnement » électrique, dû à un poste Enel (Ente Nazionale per l'Energia Elettrica) qui se trouve à proximité. L'autre ferme se trouve presque à 1 km de distance de celle-ci. Il y a réseau métallique de protection tout autour séparant les propriétés. Après avoir trouvé une porte barrée, il semblerait que le « tueur » soit rentré par une petite fenêtre qui se trouve à une hauteur d’environ 1,5 m du sol.




Des traces de griffes y sont visibles. A l’intérieur de la maison, il tue le chat. Puis à l’extérieur il trouve 15 poules, qu'il tue ainsi qu’un chien. Celles-ci ne sont pas complètement saignées, elles sont recouvertes d'une substance gélatineuse et verte qui ne sera pas recueillie pour examen, a ma connaissance, par le scientifique venu de Lecce. Une seule poule à eu de la malchance, elle a été dévorée à moitié.

Non loin de la ferme, deux arbres portent des traces très profondes, ainsi qu’un sarment de vigne complément détruit suggérant que l'animal devait avoir une force incroyable.


Le journal local « il Quotidiano » du 20 décembre rapporte la nouvelle et parle d’un fauve mystérieux, déclarant qu’il s’agit probablement d’un loup, d’un renard ou d’une fouine. Mais l’article ne fournit aucune explication sur le mode opératoire, ni sur les empreintes qui ont été relevées. Les chasseurs pensent qu’il s’agit d’un ours, mais quelques-uns uns excluent cette hypothèse.

Le 22 décembre des recherches sur le terrain avec le propriétaire à l’endroit ou a été retrouvé le chien permettent de retrouver des empreintes du « tueur » Elles mesurent 5 cm de diamètre et s’enfoncent de 3 à 4 cm là où le terrain est plus dur, et de 6 à 7 cm dans les parties plus friables. Ces mesures contrastent avec celles faites quelques jours plutôt par un scientifique venu de Lecce : Environs 9 à 10 cm.


Source :
Une enquête de Pierluigi Montinaro du Centro Ufologico Nazionale (CUN) de Puglia.
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Sam 13 Fév - 19:51 (2010); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Fév - 23:32 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 13 Fév - 18:28 (2010)    Sujet du message: Créatures mystérieuses en Italie Répondre en citant

Suite des évènements concernant cette région...

Avella (AV) Italie. Le 31 Mai 1997.: Un troupeau se jette d’une falaise.
Synthèse & Traduction Mikerynos

Avella est une petite commune de la province d'Avellino dans la Campanie en Italie. Le 31 Mai 1997, à 7h30 sous les yeux ébahis de Tommaso Maio, 23 de ses 40 buffles se précipitent d’une haute falaise, située à environ 100 mètres de l'emplacement de la localité de Capo di Ciesco. Une enquête à été faite par Federico Mauro du CUN. Selon le témoignage de Tommaso, les buffles étaient calmes et parcouraient leur habituelle aire de pâturage, quand ils se sont divisé en deux groupes. A ce moment précis, ils entamèrent une folle course en direction du ravin, avant de se précipiter dans le vide. Immédiatement, Tommaso alerte les autorités. Une société napolitaine spécialisée dans la destruction thermique et un vétérinaire locale se rendent sur les lieux vers 20h00. La récupération des carcasses débute, elles sont ensuite incinérées selon la loi. Suite à cette affaire, plusieurs hypothèses ont été formulées pour expliquer ce drame :

La première voudrait que le mâle dominant du troupeau ait perdu le sens de l’orientation et finisse dans le ravin. Puis il a été suivi par le reste des animaux. Le buffle n’est pas extrêmement intelligent et son handicape concernant sont insuffisante visibilité à fait le reste. Mais ce phénomène unique dans son genre, ne s'était jamais vérifié auparavant.
La deuxième hypothèse concerne un grand nombre d’insecte gênant les animaux durant cette période particulièrement chaude. On peut donc penser à un excès de rage et à une tentative de s’en libérer. C’est d’ailleurs l'hypothèse retenue la moins probable, car la situation se répète à chaque saison.
La troisième, celle de l’éleveur, concernerait l’attaque de loups qui aurait effrayé le bétail. Au point que, lorsque des éléments paniqués par un quelconque prédateur, se dirigent vers un ravin ou une falaise, les autres suivent et tout le troupeau « se suicide » sans qu'un seul se pose la question de savoir s'il fait bien de se jeter dans le vide, comme les autres. Mais cette hypothèse est réfutée par le vétérinaire qui précise que l’incident c’est produit à une heure ou les loups habituellement ne chassent pas.
Une quatrième hypothèse serait liée à un syndrome de psychopathologie, autrement dit à l’ESB appelé « vache folle »
La cinquième et la dernière hypothèse émise, serait une mise en scène de l’éleveur dans un but lucratif. Cependant, Tommaso Maio n'avait pas assuré ses animaux et la perte à été chiffré à 50 millions de lires.

La seule hypothèse plausible est la troisième car les animaux ne se suicident pas en masse. Mais si le loup n’est pas responsable, qui est le coupable ? Il reste encore les chiens errants ou un animal inconnu. Successivement à cet épisode, le Dr Antonio Limone, vétérinaires au ASL12 de Avellino, qui s'était occupé de l'affaire se rend dans une exploitation proche de celle de Tommaso. Un berger lui a indiqué l’emplacement du corps d'un mouton tué dans un cours d'eau. L'animal présente une morsure plutôt profonde à la hauteur de la gorge. Présent dans l’eau depuis plusieurs jours, l’animal est en état de décomposition. Le vétérinaire a été dans impossibilité de faire un examen approfondi, il a suggéré que la morsure infligée ait pu être celui d'un chien ou un loup, mais ce n'est pas certain. « Ils manquent trop d'éléments » a-t-il déclaré. En considérant le comportement inexplicable du troupeau et la découverte du mouton mort dans les parages, il n'est pas exclu qu’un animal inconnu se promène dans les parages près d’Avellino, comme a Caserta. Si cette hypothèse manque de preuve et d’une analyse concrète valable, elle reste en liste. Les enquêtes ont du s’interrompre, le secteur ayant été bouclé et clôturé par du personnel militaire.

Note :
Ce cas n’est pas sans rappeler celui plus récent d’un troupeau de 28 vaches, qui pour une raison encore inconnue à fait une chute de plusieurs centaines de mètres dans l'Oberland bernois (Suisse) le jeudi 27 août 2009. Les cadavres gisant au pied de la falaise ont été ramenés en plaine par deux hélicoptères le jeudi matin, date de la découverte. Dans ce cas, il n'existe pour le moment aucun indice accréditant la thèse d'une attaque du troupeau par un animal sauvage, déclare la police cantonale bernoise. Cette chute mortelle s'est produite entre le dimanche 23 après-midi et le mardi 25 au matin. La date de l’incident n’est pas connue précisément, car il n’y avait aucune surveillance particulière concernant ce troupeau, et donc pas de témoin.



Source:
Une enquête de Federico Mauro du Centro Ufologico Nazionale (CUN)
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Sam 13 Fév - 18:39 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 13 Fév - 18:37 (2010)    Sujet du message: Créatures mystérieuses en Italie Répondre en citant

Le « Monstre » de Scheggia
Synthèse & Traduction Mikerynos.

Scheggia e Pascelupo est une commune italienne de la province de Pérouse dans la région Ombrie en Italie. En 1997, une histoire va défrayer la chronique de cette région rurale et montagnarde.


Parc et Mont Cucco  

Chronologie des faits.

Fin avril 1997, un berger est attaqué par une créature sortant d’un bois avec des yeux lumineux. Il doit son salut à son fidèle chien qui attaque la créature avant d’être tué. Un homme, en passant par un chemin dans les bois avec son vélo, il a vu quelque chose de la taille d'un homme appuyé contre un chêne.
Avril-Mai 1997, un chasseur de la région est avec son chien dans les bois, il aperçoit au loin un animal se déplaçant avec une démarche simiesque, le chien effrayé fuit et se réfugie dans le véhicule 4x4 du chasseur. C’est dans la même période que quarante moutons sont retrouvés morts, avec le crâne écrasé.
Le 7-8 Mai 1997, Oddo Brunamonti, un bucheron âgé de 60 ans, coupe du bois dans la forêt et aperçoit dans un pâturage des chevaux terrorisés fuyant, au même moment, il attend dans le lointain un cri étrange. Pensant à un loup, il se promet d’avertir les exploitations voisines.

Le 11 Mai 1997, Oddo Brunamonti ramassant du bois de chauffage dans la forêt, remarque une étrange créature qui le fixe, c’est un bipède mesurant environ 1,70m de haut. Sa couleur est Acajou, il a les cheveux longs. Les bras, forts et musclés, sont élevés dans les airs et sa bouche est grande ouverte. Il possède deux rangés de dents semblables à l’homme. Ce dernier semble être gêné par la présence d'Oddo. Alors qu’il se trouve à une courte distance de son véhicule, Oddo échappera à une attaque lorsqu’il se réfugiera dans sa voiture. Le bruit du moteur désorientera l’animal qui restera immobile pendant un moment, avant de prendre la fuite. De retour chez lui, sa fille remarque immédiatement que quelque chose ne va pas. Son père était pâle et agité, il lui raconte sa rencontre. Elle lui demande de lui montrer des livres sur les animaux, et commence à les feuilleter et tente de trouver une similitude, une comparaison, mais rien. Il avertit immédiatement les Carabiniers et les Garde Forestières qui se mobilisent, prenant très au sérieux ces déclarations.
« Le comportement de la créature que j'ai vu n'était pas naturel » déclare Oddo Brunamonti

Le 12 Mai 1997, des experts venant de Scheggia et de Florence arrivent sur les lieux. Ils commencent leurs investigations et découvrent des empreintes dans le sol humide et des touffes de poils sur des branches d’arbres à une hauteur de 1m30. Pendant l’enquête, l'une des équipes restées pour garder la Jeep, remarque la présence de quelque chose autour d'eux. Un cri étrange, effrayant et proche, dérange les experts qui montent dans leurs véhicules et prennent la fuite. Laissant leur équipement sur place, qui ensuite sera récupéré. Après analyse des empreintes, on calcul une estimation de poids : 170-180 kg pour une hauteur estimé à 1m70. Concernant l’analyse des poils, aucun résultat n’est donné.

Le 13 Mai 1997, un inconnu qui s'identifie comme faisant partie d’une autorité militaire de Pérouse se présente au domicile de Oddo, et lui conseille de dire qu’officiellement il a vu un ours dans la forêt. Etant un homme d'intégrité et absolument sincère, ce dernier refuse de mentir. Son interlocuteur insiste, déclarant qu'il s'agit d'un sujet très sensible et secret.

Le 14-15 Mai 1997, à partir de cette date, un hélicoptère de la police survole constamment la forêt pendant une durée de un mois, patrouillant entre Gubbio et Scheggia. Dans la même période, l’inconnu qui avait rendu visite à Oddo Brunamonti écume les bars de la région, payant des boissons aux riverains jusqu'à tard dans la nuit et déclarant que cet argent « n'est pas le sien », des dépenses estimées à environ un million de lires. Pas même une semaine s'est écoulée, que les habitants de la petite ville d'Ombrie, sont divisé entre l'excitation et le doute (beaucoup d'entre eux, la nuit, ont entendu des cris provenant du bois)

Le 15-20 Mai 1997, la rumeur s'est répandue dans la région, indiquant que Oddo Brunamonti à bien vu un ours. A la même période, commencent alors à apparaître des ours. Au moins six, situé dans les forêts de la région dans un rayon de 50 Km. Ils sont repérés par des chasseurs, des randonneurs, des automobilistes. Ce sont les ours du Parc de Monte Cucco, avec des colliers. Six ours déployés rationnellement dans une zone étendue au pied du Mont Cucco (de manière à amplifier la gamme des observations sur une échelle macroscopique) Cela n’empêche pas la panique parmi les habitants. L'intention de l'apparition de l'ours n'a pas été pour rassurer les habitants des vallées de Scheggia et de Dintorni.Un homme aperçu portant de la nourriture et poursuivi par un ours, dans la panique, celui ci se débarrasse de son colis et se rend compte que l'animal n’était intéressé que par la nourriture. Les résidents de Scheggia commencent à se moquer de Oddo, convaincu que la créature «dangereux et inconnu» était juste un ours. L'homme devient l'objet de dérision et de mépris, cultivant en lui un sentiment de déception et de colère.

Mai 1997, dans les jours suivants, des spécialistes et des chercheurs débarquent dans la région. Ils questionnent les bergers sur leurs habitudes de travail, horaires, demandant des détails sur leurs pâturages.

Mai-Juin 1997, des soupçons sont portés sur un berger qui se réfugie dans la forêt. Une ferme abandonnée attire l’attention des autorités, des vétérinaires se rendent sur place. Un hélicoptère en vol stationnaire est vu transportant quelque chose ressemblant à une cage, au-dessus de cette même ferme par des témoins. Dès ce moment, on ne parlera plus de cette région, même quand quatre des six ours seront pris et emporté. La nouvelle de leur présence est refusée et tout semble revenir à la normale. Cependant de nombreux doutes demeurent et restent dans les esprits des habitants. Quelqu'un peut-être commencera à réfléchir à nouveau sur la véracité du récit de Brunamonti Oddo.

Localisation:


Source:
Enquête du Centro Ufologico Nazionale (CUN)
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 13 Fév - 18:55 (2010)    Sujet du message: Créatures mystérieuses en Italie Répondre en citant

A suivre...
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:29 (2017)    Sujet du message: Créatures mystérieuses en Italie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Touraine Insolite Index du Forum -> Généralités & Autres sujets -> La Cryptozoologie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com