Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Aqueducs de la Ronde

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Archéologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 1 Déc - 12:48 (2010)    Sujet du message: Aqueducs de la Ronde Répondre en citant

Aqueducs de la Ronde. (Montrésor)
Entre Montrésor et Chemillé-sur-Indrois on trouve les aqueducs de la Ronde. Des galeries souterraines creusées dans le rocher par les romains permettaient d'alimenter une villa et des thermes. On peut ainsi voir plusieurs de ces galeries dans lesquelles sont aménagés des canaux pour acheminer l'eau. Les aqueducs souterrains gallo-romains de la Ronde reliaient Chemillé et Montrésor. Pour y accéder, le plus simple est de se rendre au parking du bureau de poste de Montrésor et de suivre les panneaux indiquant cet édifice.

 

Présentation de l'Aqueduc.
Les parties connues de ces aqueducs se trouvent sur la rive gauche de l’Indrois à environ 300 en aval de Montrésor. Deux aqueducs souterrains sont connus. Le premier aqueduc que l’on nommera aqueduc du Gravier, se manifeste sur le coteau par la présence des restes du specus qui sort d’une tranchée couverte aujourd’hui en partie effondrée. A quelques dizaines de mètres, vers le sud-est, en suivant le coteau, en creusant des caves dans le coteau l’aqueduc a été coupé, laissant apparaître deux remarquables coupes de la construction. La première nous montre une tranchée aujourd'hui complétement obstruée qui était creusée dans le rocher et couverte d’une voûte. La seconde est une galerie creusée dans le rocher qui s’enfonce sous le plateau vers le sud, on peut parcourir la galerie sur 20m, ensuite une l’accumulation de terre et de pierres empêche toute progression.

A environ 50m de cette entrée souterraine, un puits d’accès a été redécouvert en 2006, d’une profondeur d’environ 4m50. Il comporte un bassin de décantation. A quelques pas de ce puits, on a aussi redécouvert en 2005, la sortie de ce conduit ; au fond d’un trou creusé par les blaireaux apparaissait une cavité presque totalement obstruée. La cavité s’est révélée être la sortie de l’aqueduc souterrain. Dans les remblais, on pouvait trouver quelques morceaux d’imbrex et de tegulae. Ensuite l’aqueduc devait franchir un petit vallon et continuer son chemin par une autre section souterraine. En effet, a environ 200 m, au sud-est un autre puits selon le témoignage de la propriétaire du terrain présentait les caractéristiques d’un puits d’accès à l’aqueduc, il est aujourd’hui comblé.

Le second aqueduc, aqueduc de la Ronde est à environ 130 m au nord-ouest du précédent. On peut pénétrer débout dans la galerie. L'entrée de cette aqueduc a été reculée d'environ 1m à 1m50 lorsque la ligne de chemin de fer Loches Montrésor a été construite en 1889. Son exploration mène à 33m50 de l'entrée à un puit possédant une aération avec la surface. Après ce puit un passage étroit doit être franchi pour retrouver une galerie un peu plus haute mais qui progressivement se comble au bout d’environ 30m.

 

Si on en croit les rares écrits sur ces édifices, les aqueducs ont été, au moins pour partie, redécouverts à la fin du XIXème siècle. En 1883, M. Gautier signale ainsi que «des travaux récents ont mis à découvert une couche assez épaisse de béton, extrêmement solide, établit en forme de voûte, au milieu de laquelle a été ménagé un canal. Dans les terres qui encombraient ce canal, on a trouvé du charbon, des pierres ayant subi l'action du feu, des débris de vases aujourd'hui perdus, et des tuiles à rebords. » En effet, l'aqueduc de la Ronde peu encombré a été probablement découvert au XIXe siècle et déblayé dans les années 70.

Le tracé des aqueducs
Les courtes sections de galerie connues, permettent seulement d’émettre des hypothèses sur l’origine de l’eau transportée. L’aqueduc du Gravier semble longer la vallée de l’Indrois, il allait probablement collecter l’eau de sources entre Villeloin et Loché sur Indrois. Pour l’aqueduc de la Ronde l'eau provenait de sources captées dans la vallée du ruisseau d'Aubigny. L'abbé Plat situait plus précisément le départ des aqueducs près du lieu dit l'Etang Rompu. Cette hypothèse sous-entend l’existence d’une galerie souterraine longue d’environ 3000m. Près de la Tourtoirie un puit d'accès à la galerie aurait autrefois été découvert, malheureusement on ignore le lieu précis de la découverte. Néanmoins, le témoignage sur la présence de ce puit renforce l'hypothèse d'une galerie souterraine traversant le plateau.

Dans la vallée de l’Aubigny au lieu dit la Perrée on peut encore voir les restes d’un pont probablement très ancien. C’était, selon l’abbé Plat, le lieu de passage d’une voie gallo-romaine. En amont de ce lieu, on relève des aménagements et terrassements qui sont peut-être en rapport avec le captage de l'eau de certaines fontaines.L’eau était destinée à une villa et peut-être mêmes à des bains privés localisés entre Montrésor et Chemillé à environ 300m de la sortie de ces aqueducs.

Puits de visite et bassin de régulation.
Deux puits sont connus, ils permettaient lors du creusement de la galerie, dans un premier temps d’évacuer la pierre et de contrôler le tracé du conduit, dans un second temps de descendre les matériaux nécessaires pour couler le canal. Après, ils servaient de regards de visite pour l’entretien de l’aqueduc.

Le premier puits dégagé sur l’aqueduc de la Ronde est creux d’environ 3,50m et forme une pièce ovoïde de 1m sur 1m10. On note dans ce puits deux petites cavités latérales en forme de fente, trace peut-être d’un système de vanne.
Dans le second puits sur l’aqueduc du Gravier se trouve un bassin de régulation. Un bassin circulaire taillé dans le rocher était destiné certainement à purifier l’eau, une galerie latérale qui reste obstruée permettait probablement de vidanger ce bassin et de réguler l'arrivée d'eau.
Deux autres puits auraient été découvert près de la Tourtoirie. Un lieu dit sur les terres de la Gaillardière nommé avant la Révolution le puit aux chiens rappelle peut être l'existence d'un puit d'accès à l'aqueduc.

Le Canal ou Specus.
Dans ces galeries ont été coulés des canaux dans un béton romain épais d’environ 30 cm. Les canaux sont dans les deux aqueducs de dimension semblable 17 cm sur 17 cm. Dans ce béton, on note la présence de terre cuite et de graviers. Le chenal est recouvert d’un enduit qui devait favoriser l’écoulement de l’eau. Dans ce chenal notamment à la sortie sud-est on trouve un dépôt calcaire qui peut atteindre 3 cm d’épaisseur. Ce dépôt n’a pu se faire que sur une durée relativement longue, une étude plus précise du dépôt montre la présence d’une strate plus sombre témoignant probablement d’une période de chômage du canal.

Ce canal dans les parties non souterraines est couvert par des pierres. A la sortie sud de l'aqueduc du Gravier, on trouve des grosses pierres sur les côtés du canal sur lesquelles reposaient des pierres plus petites et plus plates vraisemblablement posées en encorbellement de façon à recouvrir progressivement le canal. A partir de la taille de ces canaux, on peut tenter d’estimer la quantité d’eau fournie en prenant une vitesse d’écoulement de 0,25 m/s, c’est environ 300 à 400 m3 par jour qui étaient fournis par chaque canal.

Les Galeries.
Les galeries sont hautes de 1,60 m à 1,80 m et large de 55 cm. Dans ces galeries, on remarque de petites niches ménagées régulièrement dans la paroi destinées à accueillir des lampes. Il existe d’autres niches plus grandes dont la fonction est plus difficile à déterminer. Le conduit de l'aqueduc de la Ronde nous fournit des renseignements sur les techniques de construction, les traces des piques montrent que l’on a commencé à creuser le conduit à partir de l’entrée et du puits d’extraction.La jonction des deux conduits se caractérise par la présence d’un coude prononcé dans le tracé de la galerie. Un élément dans l'aqueduc du Gravier souligne les difficultés du creusement de ces galeries souterraines car on a été obligé de remblayer une partie de la galerie pour couler le radier.Cette situation est liée certainement à la difficulté de maintenir et de contrôler exactement le niveau des conduits lors de leur creusement et c’est lors de la construction du canal que l’on a du corriger l'erreur.
____________________
Source.
http://www.montresor-se-raconte.com/article-2027164.html
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Déc - 12:48 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Archéologie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com