Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château du Roulet.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 14 Nov - 16:39 (2011)    Sujet du message: Le Château du Roulet. Répondre en citant

Ruine du château du Roulet.
(Saint Flovier)


Les ruines de ce château se trouvent à un kilomètre au Sud-Ouest de Saint Flovier. Ce château est appelé aussi au XVe siècle « Champviroir » ou « Champironet » , c’était une châtellenie qui relevant de la baronnerie de Preuilly et qui depuis Hugues de Saint Flovier jusqu’a la révolution, fut toujours la propriété des seigneurs de Saint Flovier. De l’ancienne forteresse (12e), dont les Anglais s’emparèrent en1359 et que le Maréchal de Boucicaut racheta en 1362 en levant une contribution dans la châtellenie de Loches, il ne reste plus que quelques pans de murs ruinés et douves à demi comblées. Elle avait probablement vocation, comme celle du Bridoré, à jouer un rôle défensif en arrière de la Creuse. Le château est entouré de douves naturelles en eau. A quelques centaines de mètres au Nord de ces ruines, René-Louis-François de Menou avait édifié au XVIIIe un nouveau château qui avait été remanié et restauré vers 1900. Cette demeure seigneuriale a disparu, victime du vandalisme d’un marchand de pierres, en même temps que le parc qui l’entourait a été exploité.


Le troisième château du Roulet, bâti en 1881 d'après Montoux, connaît le même sort vers 1950, seuls sont conservés le soubassement du pavillon Ouest et les fondations du reste du château. Les communs (logis du gardien, logis du régisseur, logements de piqueurs, écuries, selleries, hangar, glacière) sont certainement contemporains de ce troisième château, ils se trouvent au lieu-dit la « Basse-Cour », non loin de ce troisième château situe au lieu-dit le « Château » le hangar de bruyère peut dater des années 1950. Le château était en pierre de taille ainsi que les écuries, les autres communs sont en moellon, à l'exception du hangar qui est entièrement en bruyère, et de la glacière qui est une sphère en moellon enduit semi enterrée.


____________________________
Réf. Mérimée IA37001276
Inventaire général, ADAGP
Source : Société archéologique de Touraine. Mémoires de la Société archéologique de Touraine. Série in-8 (1842). 1856.

Localisation.


_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 14 Nov - 16:39 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 14 Nov - 16:45 (2011)    Sujet du message: Le Château du Roulet. Répondre en citant

Ruine du château du Roulet. (Saint Flovier)

Historique.
L'archéologue qui s'est arrêté à St-Flovier pour visiter l'église, dont la structure excite moins la curiosité que l'ornementation bizarre des stalles du chœur, ne manque jamais de prolonger son excursion jusqu'au château du Roulet, connu aussi sous le nom de « Chamviroir » et éloigné d'un quart de lieue au plus du bourg. Le château moderne, œuvre assez remarquable de la fin du XVIIIe siècle, fait face à la route de Loches. Il fut bâti par M. René-Louis-François, marquis de Menou et seigneur de Boussay. Un membre de cette illustre famille en était encore propriétaire en 1854. Après avoir quitté la route départementale, et laissé à main gauche la magnifique villa, on s'engage dans un chemin tortueux bordé de grands genêts et d'aubépine, puis pénétrant dans un bois de haute futaie, sombre, silencieux, et où chaque pas éveille un écho, on arrive en quelques instants au bord d'une douve profonde. Au-delà se découvre, à demi voilée par le feuillage de chênes séculaires, la physionomie menaçante du vieux manoir du Roulet. Les mutilations ne lui ont pas été épargnées, et l'on pourrait prendre nombre pour ainsi dire des efforts que la rage destructive des hommes a faits pour le démolir. Malheureusement leurs tentatives n'ont pas été totalement impuissantes. Toutefois, ce vénérable débris du moyen-âge, tel que le vandalisme nous l'a laissé, et quoique défiguré par l'appropriation qui en a été faite aux besoins de l'agriculture, respire encore un air de grandeur et de puissance et jette dans l'âme de celui qui le contemple une mystérieuse émotion.


« Le Roulet est » qualifié dans les anciens titres de fief et de forteresse. Il relevait à foi et hommage-lige du baron de Preuilly, auquel le titulaire était en outre tenu d'offrir une épée d'armes, à chaque avènement de seigneur. Sa justice s'étendait sur un grand nombre de petits fiefs, comme la Fontaine, Hallebroche et Corbet. Hugues de St-Flovier (Hugo de sanclo Flodoveo), chevalier, premier seigneur connu du Roulet, vivait en 1175. Une charte de 1229 recueillie par D. Housseau, nous révèle l'existence d'un autre Hugues de St-Flovier, et de ses deux frères, Araud et Guillaume. Par cet acte, Hugues fait don à l'abbaye de la
Merci-Dieu de tout ce qu'il possède dans les paroisses de la Roche-Pozay et Pozay-le-Vieil. (1) Cette donation est ratifiée par Geoffroy IV, Baron deTreuilly, en sa qualité de suzerain.
En 1280, Geoffroy V, baron de Preuilly, était seigneur du Roulet, St-Flovier et pays adjacents, soit qu'il eût acquis ces terres des héritiers de Hugues, soit qu'il les possédât en vertu du retrait féodal, droit dont les hauts feudataires d'alors usaient et abusaient outre mesure.

Sous la date de mai 1283, il fit remise aux religieux de la Chartreuse du Liget-lès-Loches, d'une rente de 10 livres assise sur le fief de Limeray, paroisse de Verneuil (2). Eschivard IV, son fils, qui se distingua dans les guerres de Flandre en 1302, et dont la mort est placée en 1320, eut de son mariage avec Marguerite Turpin, cinq enfants, entre autres, Pierre-André de Preuilly, seigneur du Roulet, de St-Flovier et d'Azay-le-Féron. Il vivait encore en 1331. A cette époque, il reçut l'hommage de Guillaume le Bloy, valet, pour la terre de Corbet, située dans la paroisse de Fléré-du-Bois (3) Nous ne saurions dire quel fut le sort de cette branche de la maison de Preuilly, et comment la terre du Roulet passa de ses mains dans celles des d'Eschelles.

Tiercelet d'Eschelles, ehevalier, seigneur du Roulet et de St-Flovier, rendit hommage au Baron de Preuilly, le 29 mars 1434. Son fils, Pierre d'Eschelles, comme lui seigneur du Roulet, reçut l'aveu de Jean d'Aies, pour sa terre de Corbet, le 13 août 1453. (4) Vers cette époque, Louis de Maraffin I, seigneur de Nots, conseiller et chambellan du roi, devint propriétaire du Roulet. De son mariage avec Péronnelle de Liniers, fille de Michel de Liniers, seigneur d'Airvault, et de Marie Rousseau, il eut trois enfants :
1° Louis, seigneur du Roulet.
2° Guillaume, évêque et comte de Noyon, pair de France (1473-92)
3° Philibert, prieur de la Charité-sur-Loire (1474).. Louis de Maraffin III, chevalier, seigneur du Roulet, Saint- Flovier, Nots, etc., etc., eut de Catherine d'Avaugour un fils unique, François, qui, outre la terre du Roulet, posséda celles d'Obterre, de Terre-Fonte, de la Meilleraye, de Rochecot, de Bois-Rulïin, du Piessis-d'Arran et de Vueil.


Louis de Maraffin III, né du mariage de François Maraffin avec Françoise d'Avaugour de Courtalaiu, transmit la terre du Roulet à François de Maraffin II, sou fils aîné (1582); mais celui-ci étant mort peu de temps après sans laisser de postérité, Anne, sa soeur, reçut en dot Nots, Rochecot et le Roulet, et les porta à Adrien du Fau, qu'elle épousa vers 1584. Devenue veuve eu 1585, elle épousa en secondes noces Pierre de Coningham, seigneur de Cangé, et dès lors qualifié de seigneur du Roulet. Anne de Maraffin mourut le 21 novembre 1586 Son mari continua à jouir de la terre du Roulet jusqu'en 1595, époque de sa mort. Son corps fut déposé en l'église de Nots. Daniel de Thianges, écuyer, acheta le fief dont nous nous occupons des héritiers Maraffin, vers l'an 1600. De son mariage avec Françoise Renard il eut :

1° Louis, seigneur du Roulet.
2° Marie, née le 19 juin 1619.
3° Françoise, mariée le 1650 à Philippe-Emmanuel de la Bouchardière, seigneur de la Vienne et du Cormier.
4° Charlotte, femme de Antoine de Sanson, seigneur d'Avignon.
5° Jeanne, mariée à René Sauvage, écuyer, seigneur de la Renaudrie (5). Louis de Thianges, chevalier, seigneur du Roulet et de St-Flovier, fut mis en possession de l'héritage paternel vers 1640. Élève du fameux duc de Beaufort et l'un de ses importants, il prit une part active aux troubles de la Fronde, et si en maintes circonstances il fit preuve de courage et d'audace, il ne se fit pas moins remarquer par une indomptable indépendance de caractère et par un penchant prononcé aux expédients cruels. Lorsque la paix fut à peu près rétablie, il vint habiter le château du Roulet, où des vexations de toute nature à l'égard des villageois, et surtout du malheureux curé de St-Flovier, signalèrent bientôt sa présence.

Dans une notice aussi spirituelle que piquante ( Voyez au tome VII des Mémoires de la Société archéologique de Tours ), M. le marquis d'Argenson nous a dépeint le caractère sauvage et cruel, les excentricités féroces et les crimes d'un seigneur de Plumartin, dont le souvenir vivra longtemps maudit et exécré dans le pays témoin et victime de ses forfaits. Sous crainte d'être taxé d'exagération, nous pouvons dire que les faits et gestes de notre seigneur du Roulet sont le digne pendant de ceux du sir de Plumartin. Devenu comme celui-ci la terreur du pays, il sut échapper à une justice dont la marche, ni sûre ni régulière alors, était en outre presque complètement distraite par les besoins d'une politique grosse d'orages. Il put à loisir tourmenter dans leurs affections et dans leurs biens les familles attachées à ses fiefs, et répandre dans la contrée un deuil dont elle n'a pas encore perdu le souvenir. Aussi la tradition populaire ne ménage-t-elle pas la mémoire de ce Gilles de Laval au petit pied. Dans le pays compris entre Verneuil et Charnizay, où les paysans se servent de son nom comme d'un épouvantail vis-à-vis des enfants indociles, nous avons recueilli sur la vie de Louis de Thianges les légendes les plus curieuses. Ces légendes trouveront place dans la seconde partie de notre ouvrage intitulé : « Chroniques, Légendes et Traditions populaires de l'ancienne province de Touraine » Si nous ne les donnons pas ici, c'est que ce genre de travail comporte un ton, des allures et une fantaisie de style qui ne conviennent point à l'histoire. Nous avons du reste à parler présentement de quelque chose de plus substantiel et de plus appréciable que les souvenirs de nos villageois.


En 1852, les recherches que nous fîmes dans les archives municipales de la commune de St-Flovier, amenèrent entre autres découvertes, celle d'un livret portant ce titre fait pour attirer notre attention : Nota des gens issus huguenots, sacrilèges, assassinateurs, volleurs et meurtriers. C'est le procèsverbal des actions criminelles de Louis de Thianges et de ses compères, dressé par le sieur Thomaste, curé de St-Flovier, en vertu d'un ordre spécial de ses supérieurs. Si, dans ce mémoire, le narrateur fait bon marché des formes et des règles du style, il s'applique en revanche à détailler les faits, et fait les plus grands efforts pour mettre en relief le culpabilité du seigneur du Roulet. Aveuglé sans doute par son ressentiment, que justifient d'ailleurs les persécutions incessantes dont il est lui-même l'objet, il s'abandonne souvent à des récriminations peu intéressantes pour un lecteur, à des redites et à une prolixité fatigant

L'histoire ne dit pas positivement quel fut le sort de Louis de Thianges. La tradition nous apprend seulement qu'il fut enfin atteint par la justice et jeté en prison. Marie de Thianges, sœur et héritière de Louis, épousa Regnault Dallonneau, qui par ce mariage devint seigneur du Roulet et de St-Flovier. Ils laissèrent deux enfants :
1° François.
2° Marie-Madeleine, mariée le 12 mai 1681, à Jacques de Menars, soigneur de la Carrière, paroisse de Charentilly.

M. X. DE BUSSEROLLE
_______________________________
(1) Mon.hist.de la Touraine et de l'Anjou, No2,671.
(2) Mon.hist. de la Touraine et de l'Anjou,No 3,331.
(3) D'Hozier,reg. m, première partie - Mém.de la Société archéologique
de Touraine IV, 226.
(4) D'Hozier,reg.m, première partie.
(5) Archives municip.de Saint-Flovier.
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 24 Jan - 11:34 (2014)    Sujet du message: Le Château du Roulet. Répondre en citant



Ruines du Château Féodale.


Le troisième château bâti en 1881.



_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 6 Mar - 11:21 (2015)    Sujet du message: Le Château du Roulet. Répondre en citant

Cadastre 1813.






_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:28 (2017)    Sujet du message: Le Château du Roulet.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com