Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château du Chillou.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 16 Nov - 14:44 (2011)    Sujet du message: Le Château du Chillou. Répondre en citant

Le Château du Chillou (Jaulnay)
Arrondissement de Chinon.


Situé aux confins de la Touraine et du Poitou, le village de Jaulnay est traversé du Nord au Sud par la route Départementale 749 qui relie Lussac-le-château à Château-la-Vallière. Le Château bâti à la place d'un édifice plus ancien. En 1506, il passe aux mains de François du Plessis, arrière grand-père du cardinal de Richelieu. Le Chillou fit partie du domaine érigé en duché en 1631, en faveur du ministre de Louis XIII. Les ducs de Richelieu le possédèrent jusqu'en 1805. Entouré de douves, le château comprenait quatre corps de bâtiments limitant chacun un côté d'une cour intérieure rectangulaire. Au sud, la porte fortifiée est élevée sur plan carré et flanquée sur deux angles d'une tourelle cylindrique couronnée de mâchicoulis. A l'est, la porte est reliée par une tour d'escalier en retrait, à la grosse tour d'angle sud-est.

 

Le corps de logis oriental réunit cette tour à celle de l'angle nord-est. Le bâtiment nord comprend la chapelle. L'angle nord-ouest est occupé par une grosse tour qui fut ou est devenu le pigeonnier. Le bâtiment ouest aboutissait à une tour qui a disparu. Sous la cour se trouvent des souterrains dont les galeries multiples se prolongent très loin.
______________________________
Réf. Mérimée: PA00097785
Inscrit MH : 1951/11/14
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Nov - 14:44 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 16 Nov - 14:46 (2011)    Sujet du message: Le Château du Chillou. Répondre en citant

Le Château du Chillou (Jaulnay)
Arrondissement de Chinon.


A gauche de la route qui, de Marigny-Marmande conduit à Jaulnay, à environ un kilomètre à l'Est du bourg, s'élèvent les vestiges imposants de l'ancien château du Chillou. Sa porte fortifiée en moyen appareil, sur plan carré, transformée en maison d'habitation en 1902, subsiste presque intégralement. Ouvrant au midi sa porte charretière et sa poterne, elle est flanquée de deux tourelles élancées, couronnées jadis de mâchicoulis, comme le montrent les nombreux corbeaux restés en place. Entre les deux rainures du pont-levis principal, ouvre une petite fenêtre en anse de panier, ornée d'une accolade et encadrée de pinacles. Au-dessus, un cartouche portait sans doute des armoiries qui ne se distinguent plus. Une baie semblable mais plus simple a été murée sur la façade intérieure. Sous la voûte, une porte au linteau mouluré d'une accolade, donne accès à un bel escalier, logé dans une tour carrée, coiffée d'une toiture pyramidale. Ses marches usées, d'abord en pierre jusqu'au second étage, sont remplacées ensuite par des degrés de bois. Au-dessus du porche, le corps de garde a conservé les banquettes de ses deux fenêtres et sa grande cheminée, dont l'arc de décharge repose sur deux consoles, le linteau ayant disparu.


Crédit photo Renaud Camus 

L'angle sud-est de la forteresse est protégé par une tour cylindrique massive aux murs de moellons, épais de un mètre quarante, percés de meurtrières largement ébrasées à l'intérieur. L'étage supérieur, souligné par une moulure en cavet, présente quatre créneaux alternant avec trois archères. Les douves larges d'une dizaine de mètres, à demi-comblées et servant de poulaillers, entourent les restes du mur d'enceinte sur trois côtés. Dans celui-ci se remarque la partie supérieure de baies jumelles tréflées, en partie murées. Une forte grille, dont on aperçoit les trous de scellement, devait la protéger autrefois. C'est la fenêtre d'une charmante chapelle, composée de deux travées, voûtées sur croisées d'ogives, aux nervures retombant sur des culs-de-lampe : quatre sont encore intacts, deux décorés de feuillage, un troisième d'un masque et le dernier d'un angelot. Sur une console frappée d'un blason sans armoiries, on voit une Pieta mutilée : La Vierge, décapitée, assise sur une sorte de tronc d'arbre, tient sur ses genoux le corps du Christ dont il ne reste que le torse. Une accolade, qui a perdu son fleuron, surmonte une petite piscine à burettes.

L'énorme tour de plus de sept mètres de diamètre intérieur, protégeant l'angle nord-ouest du château servait de colombier. Elle est entièrement garnie de plus de deux mille boulins, dont les rangées parallèles tapissent les murs de haut en bas. Si l'arbre tournant avec ses deux hautes échelles fonctionne toujours pour la plus grande joie des enfants de la ferme, la toiture, hélas ! , est depuis plusieurs années, en très mauvais état et ne sera bientôt plus qu'un souvenir. Il s'agit certainement de l'une des plus imposantes fuies de Touraine et les restes du Chillou avec les douves sont pourtant inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques par un arrêté du 14 novembre 1951.

A l'ouest, subsiste un dernier corps de logis, aux ouvertures modifiées qui a gardé une vaste cheminée au faux manteau reposant sur de simples consoles. Dans la cour un escalier descend aux souterrains s'étendant suivant une tradition populaire sur plusieurs centaines de mètres ration systématique a montré qu'il s'agit en réalité d'un souterrain refuge remarquable. Taillé dans un calcaire assez friable, il comprend plusieurs salles, plus ou moins vastes (Voir sur le forum :Souterrain du château du Chillou.)

Le Chillou était un fief, relevant à foi et hommage lige, de Faye-la-Vineuse. Le premier seigneur cité par Carré de Busserolle dans son Dictionnaire, est Hardouin Maumoine vivant en 1329. Mais une charte du cartulaire de Noyers, attribuée à l'année 1088, donne le nom de Bozon du Chillo. Celui-ci donna à l'abbé Etienne le droit de prendre, dans la forêt de Luzé, autant de bois que deux ânes pourraient en enlever chaque jour, droit qui sera par la suite élevé à la charge de cinq ânes en expiation d'un meurtre. Son fils Brice de Chillo, qui fit également quelques dons à l'abbaye de Noyers, est cité comme témoin dans des chartes de 1113 et 1115.

Carré de Busserolle donne ensuite le nom de Pierre Maumoine qui vivait en 1370. Il eut une fille unique, dont les trois époux successifs furent seigneur du Chillou : Emery de la Grézille ; Guillaume le Roy, mort avant 1424 ; Macé de Gemages. Les descendants du second possédèrent le titre jusqu'au début du XVIe siècle. Le fils de Guillaume, troisième du nom, Guyon le Roy, servit quatre de nos rois. Louis XI le fit écuyer de son écurie en 1481, Charles VIII vice-amiral à 400 livres de pension qu'il touchait dès 1485, Louis XII, qu'il suivit à Gênes, le nomma le 25 janvier 1513 « général de ses armées navales ». François 1er le commit, en 1517 « à faire les devis, prix et marchés pour la construction du Havre de Grâce ». Par lettres patentes du 19 juin 1534, il lui accorda remise des droits seigneuriaux de la Touche d'Avrigny qu'il venait d'acquérir « en considération des bons et recommandables services qu'il a faictz tant à nos prédécesseurs qu'à nous en la charge de vice-amiral qu'il a tenue longtemps et autres charges qu'il a eues de nous »

C'est le 31 mars 1506 que sa fille épousa François du Plessis seigneur de Richelieu. Celui-ci, qui avait eu trois filles d'une première union avec Guyonne de Laval, eut huit enfants de la seconde. L'aîné, Louis, seigneur de Richelieu, du Chillou et de la Vervolière, lieutenant d'une compagnie de gendarmes, se maria le 16 janvier 1542 à Françoise de Rochechouart. Il décéda en 1551, laissant cinq enfants, dont Louis, échanson de Henri II, mort célibataire en 1555 et François qui hérita du Chillou. Conseiller d'état, grand prévôt de France, un des premiers dignitaires de l'Ordre du Saint-Esprit, François du « Plessy », joueur et dépensier, fut le compagnon fidèle de Henri III. Il était près de son souverain quand celui-ci fut frappé par le moine régicide qu'il arrêta lui-même et livra aux soldats. Loyal à Henri IV, il participa aux batailles d'Arqués et d'Ivry et mourut d'épuisement au siège d'Essonne. Il fut enfin le père de Henri du Plessis, maréchal de camp tué en duel en 1619 et de Armand Jean du Plessis, cardinal, duc de Richelieu et de Fronsac, ministre de Louis XIII. Mort en 1642, le grand homme d'état céda par testament ses biens et ses titres à son petit-neveu, Armand Jean Vignerod du Plessis, dont les descendants furent propriétaires du Chillou jusqu'à la Révolution. Le dernier de la lignée, Armand Emmanuel Sophie, seigneur du Chillou, à la mort de son père en 1791, ne tarda pas à s'exiler et fut inscrit sur la liste des émigrés le 11 juillet 1792 et ses biens furent confisqués. Il commanda un corps de l'armée de Condé en 1793 devant Valenciennes, fut nommé en 1803, gouverneur d'Odessa, et ne rentra en France qu'en 1814. Devenue ministre des Affaires étrangères, il fut à deux reprises président du Conseil des ministres, il mourut très estimé en 1822. Wellington disait de lui : « La parole du duc de Richelieu vaut un traité »

Aujourd'hui, la forteresse démantelée du Chillou abrite dans les vestiges de son enceinte féodale, deux exploitations agricoles : grandeur et décadence d'un logis dont le nom fut le premier titre de l'un des plus grands ministres de la monarchie. En effet, lorsqu'en 1597, à l'âge de douze ans, Richelieu quitta le Poitou pour aller compléter à Paris son éducation, il prit le titre de « Marquis du Chillou » qu'il portera également plus tard à l'Académie fondée par ses soins. Ne serait-ce qu'à ce titre, le Chillou méritait bien d'être tiré d'un injuste oubli. Ce qu'il en reste n'est pas négligeable et devrait être l'objet de soins attentifs, notamment la délicieuse chapelle et l'imposant colombier qui attend vainement la nouvelle toiture qui assurera sa conservation. Puisse notre appel être entendu avant qu'il ne soit trop tard !

André MONTOUX.
______________________________
Source : Bulletin - Amis du vieux Chinon. 1975. Page 867
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 6 Mar - 11:01 (2015)    Sujet du message: Le Château du Chillou. Répondre en citant

Cadastre 1836.






_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:30 (2017)    Sujet du message: Le Château du Chillou.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Vestiges & Patrimoines disparus. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com