Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


La chapelle Sainte-Radegonde.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 3 Mar - 19:12 (2012)    Sujet du message: La chapelle Sainte-Radegonde. Répondre en citant

La chapelle Sainte-Radegonde (Chinon)
Marie-Eve Scheffer, Conseil général d'Indre-et-Loire

Si vous vous promener (GR3 - rue du coteau Sainte Radegonde) le long du coteau en partant de la collégiale Saint-Mexme, vous pouvez découvrir une vue exceptionnelle sur Chinon et la vallée de la Vienne. Au bout de 500 m, faite une halte a la chapelle Sainte Radegonde. Située autour du puits creusé dans la roche, elle garde des témoignages de deux mille ans d'occupation humaine. Au 6e siècle, ce lieu de culte païen fut christianisé par un saint ermite, Jean de Moûtier ou Jean de Chinon, déjà mentionné par Grégoire de Tours. Il y disposait d'une cellule, d'un oratoire et d'un petit jardin avec un verger. C'est là qu'il reçut la visite de sainte Radegonde qui venait de Tours où elle avait vénéré le tombeau de saint Martin. La sainte reine se dirigeait vers la terre de Saix où elle avait l'intention de fonder un hospice. Les lieux existent toujours sous le nom de chapelle Sainte-Radegonde. Il y avait, à l'époque, des lauriers.


La chapelle est un édifice troglodytique situé à flanc de coteau au-dessus de la Vienne, à l'est du château. C'est là que la tradition localise la grotte où vivait au 6e s. l'ermite Jean le Reclus. Selon Grégoire de Tours, il y aurait reçu la visite de sainte Radegonde. La chapelle Sainte-Radegonde, était implantée à l'extérieur des limites médiévales de la ville de Chinon. Elle comporte deux nefs dont l'une est troglodytique et passe pour être la partie la plus ancienne de l'édifice. Une peinture murale du 12e s. représentant une chevauchée royale y fut découverte en 1964.

Du VIe au XVIe siècle, les foules croyantes venaient en pèlerinages implorer saint Jean, sainte Radegonde et bénéficier des vertus miraculeuses de l’eau du puits sacré. Cette chapelle n’a pas livré tous ses secrets, les empreintes et les vestiges du passé attirent encore la curiosité de l’homme moderne qui vient se ressourcer selon les mots d’Henri Vincenot qui contiennent l’essence spirituelle du lieu : « Le plus important c’est de capter la force de la terre si possible à un endroit où elle se rencontre avec la force du ciel ». L'édifice situé à flanc de coteau comporte deux nefs dont l'une est troglodytique et passe pour être la partie la plus ancienne de l'édifice. Son ciel de roche est soutenu par deux colonnes monolithes. L'autre nef est construite et aurait été édifiée à la fin du 12e. s. suite à un effondrement partiel du ciel de roche (HERON 1977 : 328). Elle est aujourd'hui à nouveau à ciel ouvert. La plus ancienne mention écrite de l'édifice date de 1269 (LORANS 2006 : 508). La chapelle est par ailleurs reliée à un réseau de cavités troglodytes qui abrite une source aménagée.

Les origines de la chapelle Sainte-Radegonde sont liées à l'ermite Jean Le Reclus. Ce prêtre breton serait venu se retirer à Chinon au 6e s. (GREGOIRE DE TOURS 1885 : 312). La reine sainte Radegonde chercha conseil auprès de lui et lui demanda de prier pour elle. La dédicace de la chapelle rend compte de ce culte rendu conjointement à l'ermite et à la reine. Mais c'est Rabelais, qui en évoquant « l'hermite de Saincte Radegonde au-dessus de Chinon », fournit le témoignage écrit le plus ancien du lien entre l'ermite et la chapelle (RABELAIS 1955 : chapitre 31). La chapelle est traditionnellement associée à l'oratoire construit par l'ermite (DE COUGNY 1874, HERON 1965). Mais les auteurs récents établissent une distinction entre les deux sites, même si l'emplacement de la cellule n'a pas laissé de traces (LORANS 2006 : 508). Selon la tradition locale, la paroi occidentale de la nef troglodytique aurait abrité le corps de l'ermite jusqu'à la démolition de son tombeau par les protestants en 1563. Une vingtaine de tombes rupestres ont été mises au jour dans les deux nefs. Selon E. Lorans, la datation de certaines sépultures du 6e s. ne repose que sur l'interprétation initiale de la chapelle comme lieu d'inhumation de l'ermite. Les rares éléments typologiques (présence de loges céphaliques surélevées) et le mobilier (vases funéraires) renvoient plutôt à des datations des 13e et 15e s.

Après l'épisode des guerres de religion, il faudra attendre 1643 pour que la chapelle soit restaurée dans son ensemble. C'est à cette époque que des peintures sont exécutées sur le thème de la vie de sainte Radegonde et de saint Jean (HERON 1977 : 328). A la Révolution, la chapelle est partagée entre quatre propriétaires qui y logent avec leurs animaux. C'est à l'initiative d'un propriétaire privé que l'ensemble est racheté, entièrement restauré et rendu au culte au 19e s. Le tombeau de l'ermite est reconstruit et l'autel est consacré en 1879. Depuis les années 1960, la chapelle accueille un musée des arts et traditions populaires du Chinonais. Aujourd'hui, la chapelle est surtout connue pour une peinture murale de la fin du 12e s. qui fut découverte et dégagée en 1964 (document 2). La scène représentée, une chevauchée royale, a donné lieu à de multiples interprétations (VOYER 2004). Les plus récentes proposent un ex-voto peint en remerciement de la libération d'Aliénor d'Aquitaine (KLEINMANN et al. 2004 : 896).
__________________________________________
Source : Pour citer cette notice : SCHEFFER M.-E. - Chinon, la chapelle Sainte-Radegonde, in : Atlas Archéologique de Touraine, http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=149, 2010



Photos : Jacques Audebeau

Cette peinture murale de la fin du 12e s., située sur le mur nord, juste sous la voûte, représente cinq cavaliers dont deux portent une couronne et un manteau doublé de vair. Si les historiens d'art s'accordent pour y voir une représentation de la famille royale des Plantagenêts et identifier à Henri II le cavalier couronné qui conduit le cortège, l'identification des autres personnages et l'interprétation de la scène a donné lieu à des hypothèses diverses.


Plan dressé par R. Mauny en 1959. La "nef méridionale" auparavant charpentée est aujourd'hui à ciel ouvert". Des sarcophages creusés dans la roche y sont encore visibles (I). La nef septentrionale est troglodyte : En A : tombeau de l'ermite Jean restauré en 1873, la fresque est localisée immédiatement à l'est du tombeau, sur le pan de mur adjacent. En J le "puits sacré". K et L : cavités aménagées en habitations troglodytes au 19e s.

____________________________________________
DE COUGNY 1874
De Cougny M.-G. - Chinon et ses monuments, notice historique et archéologique, Avisse, Chinon, 1874.
GREGOIRE DE TOURS 1885
Grégoire de Tours - Liber in Gloria confessorum, MGH, SRM I, Pars III, B. Krusch, Hannovre, 1885.
HERON 1965
Héron A. - Découverte de peintures murales à la chapelle Ste-Radegonde de Chinon, in : Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, VI, 9, 1965 : 481-488.
HERON 1977
Héron A. - La chapelle Sainte-Radegonde, in : Lelong C. - Touraine romane, Zodiaque, La pierre qui vire, Yonne, 1977 : 327-335.
KLEINMANN, DULOS, GARCIA 2004
Kleinmann D., Dulos F., Garcia M. - Notes sur la peinture de la chapelle Sainte-Radegonde, in : Bulletin de la Société des Amis du Vieux Chinon, 10, 8, 2004 : 893-906.
LORANS 2006
Lorans E. (dir.) - Saint-Mexme de Chinon, Ve-XXe siècle, Archéologie et histoire de l'art, 22, CTHS, Paris, 2006, 598p.
RABELAIS 1955
Rabelais - Le tiers livre des faicts et dicts héroiques du bon Pantagruel, in : Rabelais - Oeuvres complètes, La Pléïade, Gallimard, Paris, 1955.
VOYER 2004
Voyer C. - Les Plantagenêts et la chapelle Sainte-Radegonde de Chinon : une image en débat, in : Aurell Martin (dir.) - Aliénor d'Aquitaine, Exposition de l'abbaye de Fontevraud, 303, Nantes, 2004 : 186-193.

_________________________
Réf. Mérimée: IA00011495
Inscrit MH :1967
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Sam 3 Mar - 19:19 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 3 Mar - 19:12 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 671
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 3 Mar - 19:14 (2012)    Sujet du message: La chapelle Sainte-Radegonde. Répondre en citant

La chapelle Sainte-Radegonde (Chinon)

Tombée dans un relatif abandon, la chapelle fut vendue comme bien national lors de la Révolution, puis restaurée grâce à une Chinonaise, Elisabeth Charre, qui fit installer un nouveau gisant de Jean le Reclus et fournit le mobilier propre au culte (1879). Délaissé dans les années 1940-1950, le site a été remis en état sous l'égide des Amis du Vieux Chinon à partir de 1975, date à laquelle la mairie de Chinon confia à notre Société la gestion de l'ensemble. Cette Chapelle est également un musée d'arts et traditions populaires. Horaires: 10h30 à 12h00 -14h00 à 17h00 -Entrée : 3,00 € - Tarif réduit 2,00 € (2010) Côteau Sainte-Radegonde à Chinon - parcours fléché à partir de la collégiale Saint-Mexme.
Un accueil est assuré pendant les vacances scolaires. Il est prudent, cependant, de téléphoner (02 47 93 18 12)

Localisation:



_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:44 (2017)    Sujet du message: La chapelle Sainte-Radegonde.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com