Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


La Collégiale des Roches Tranchelion

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 726
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 11:23 (2008)    Sujet du message: La Collégiale des Roches Tranchelion Répondre en citant

Les ruines de la Collégiale des Roches Tranchelion
Avon les Roches.
Photographies Mikerynos

Les maigres vestiges du château des Roches Tranchelion, une ancienne forteresse du Chinonais, qui fut jadis redoutable, émerge à peine aujourd’hui de la végétation qui les envahit. A leurs côtés se dressent les ruines émouvantes de la collégiale fondée en 1527 par Lancelot de la Touche dont la famille avait succédé, à la tête du fief, à celle des Tranchelions.

Situé à deux kilomètres à l’Est du bourg d’Avon Les Roches, dans un site pittoresque, se trouvent les ruines du château et de la collégiale des Roches Tranchelion. En 1420, le fief des Roches appartenait à Guillaume Ouvole, dont la fille épousa Guillaume de Tranchelion et reçu le fief en dot. En 1469, ce domaine passa aux mains du Pannetier de Louis XI, Hardouin de la Touche. Il fut plus tard la propriété de la famille de Montgomery, puis de celle des Dufort, des De Beauvau et des Choiseul-Praslin. C'est dans ce château que le Roi Charles VII assemble son grand Conseil le 17 juillet 1449 et part pour la dernière campagne militaire qui bouta les Anglais hors de France et termina la Guerre de Cent Ans. En 1559, le chateau a servi de refuge temporaire au Comte de Montgomery (1) après qu'il ait provoqué involontairement la mort du Roi Henri II lors du tournoi du 30 juin 1559, il choisit de s'exiler en Angleterre dès le mois d'août.


Photographie Mikerynos  

Le Château.
Le château fut construit au XVe siècle, il reste quelques ruines dont les vestiges de la porte d’entrée fortifiée, de casemates creusées dans le rocher qui supporte la collégiale, il reste une partie du mur septentrionale avec une tour carrée, ainsi que des restes de muraille au Sud de la terrasse. Ces ruines donnent une idée de l’importance qu’avait cette forteresse à l’époque.


Photographie Mikerynos  

La Collégiale.
Elle fut fondée en 1527 par Lancelot de la Touche, fils de Hardouin. L’église en fut consacrée par l’archevêque de Tours, Martin de Beaune. Les ruines de cette église sont des plus intéressantes et sa façade Ouest, malgré les mutilations, est digne d’admiration. Cette façade constitue un des plus beau reste de l’art religieux du XVIe en Touraine. Avec sa porte, ses niches à colonnettes, ses pinacles et ses médaillons représentant des seigneurs du lieu. L’église elle-même, comportait qu’une seule nef de deux travées, éclairées seulement au midi, un transept dont les bras septentrionaux a conservé un fragment de voûte, et un chœur semi-octogonal. Dans ce bras de transept, il faut remarquer une jolie niche avec dais richement sculpté. Sous le cœur se trouve une crypte funéraire creusée dans le rocher et voûtée d’un berceau soutenu par quatre gros doubleaux et une nervure longitudinale. Sous l’ensemble se trouvent les cuisines où on peut apercevoir un ancien four à a pain.

La collégiale était desservie par cinq chanoines dont l’un avait le titre de doyen. La collation des canonicats appartenaient aux seigneurs. Le château et sa collégiale sont classée monument historique en 1914.




Photographies Mikerynos  


La légende.
« Tranchelion », un nom bien curieux pour ces seigneurs du moyen âge, un nom dont la légende nous révèle l’origine. Cela se passait au temps des croisades, lorsque les preux chevaliers partaient pour de longs mois, voir des années combattre l’ »Infidèle ». Revenant de Terre Sainte où il s’était brillamment illustré, un seigneur de Touraine apprit par la rumeur que durant sa trop longue absence, sa jeune épouse, lasse de d’attendre chaque jour son retour, n’avait pas résisté aux avances d’un séduisant écuyer. En réalité, la rumeur comme toujours, exagérait énormément les faits. Tout au plus, les deux jeunes gens avaient-ils échangés quelques doux propos, quelques billets doux, histoire pour la châtelaine de tromper son ennui.

La dame et l’écuyer avaient beau clamer leur innocence, le doute persistait dans l’esprit du seigneur des lieux. Aussi pour en avoir le cœur net, celui ci décida de soumettre le jeune homme à la redoutable épreuve du « Jugement de Dieu ». Pour cela, il fit entrer l’écuyer, armé seulement de son épée dans un souterrain du château ou il gardait un énorme lion ramené de Palestine. Dieu, jugea-t-il l’épreuve trop sévère ? Considéra-t-il que la faute des deux jeunes gens était bien vénielle ? En tout cas, il donna la victoire à l’écuyer. Dès lors, celui-ci fut surnommé « Tranchelion » en souvenir de son exploit, et il ajouta sur ses armoiries un lion transpercé d’une épée.

Édifice consacré par l'archevêque de Tours Martin de Beaune. Disparition en 1791
4 chanoines (sans les dignitaires) en 1527
2 enfants de choeur
1 doyen en 1527
2 chanoines en 1636
________________________
Référence Mérimée : IA37000290
historique La collégiale a été consacrée en 1527. Elle s'élève à l'emplacement d'une ancienne chapelle castrale placée sous le vocable de Marie-Madeleine, fondée en 1440 par Guillaume de Tranchelion qui avait fait bâtir le château situé à proximité. Lancelot de la Touche fit édifier la collégiale destinée à abriter en sa crypte les sépultures familiales. Le chantier commence vers 1510 et s'achève vers 1524. La vocation de l'église est à la fois funéraire et paroissiale, comme l'indique son acte de fondation. Mise à mal durant les guerres de religion, la collégiale est finalement désertée vers 1600, puis desservie épisodiquement jusqu'à la Révolution, avant d'être totalement abandonnée.
description L'église bâtie sur un plan en croix latine possède une large nef de deux travées sans bas-côtés, seulement éclairée par les baies du mur gouttereau sud. La croisée du transept s'ouvre sur une abside à 3 pans précédée d'une travée droite. Le bras nord du transept est flanqué d'une tour d'escalier hexagonale. La crypte creusée sous le choeur est voûtée. Une grande arcade s'élève sur toute la hauteur de la façade ; celle-ci est remarquable par son décor qui associe le répertoire flamboyant à celui de la première Renaissance. représentation ornement végétal ; ange ; tête : homme façade ouest : de chaque côté de la grande arcade, deux registres superposés sont divisés verticalement par des pilastres décorés de losanges et de rosaces. Les deux registres supérieurs sont ornés de médaillons à profils et à rosaces à feuilles d'acanthe. Les compartiments de la voussure sont ornés de séraphins surmontés d'une coquille. sous la clé de la voussure figure en haut-relief Dieu le Père bénissant de la main droite et tenant le globe dans la main gauche. Deux anges se tiennent debout à ses côtés. - protection MH 1914/05/09

- « La Touraine de Contes en Légendes… » de Bernard Briais. Edition CPE, 2006. Page 23.
- Souvenir des Roches Tranchelion, J. Maurice - Bulletin - Amis du vieux Chinon. VII,3 1969. Page 24.

Collégiale-Saint-Jean-Baptiste-des-Roches-Trachelion. Cne d’Avon-les-Roches. Esglize collegialle, chapittre et communauté, qui s’appellera esglize collegialle de Monsieur Saint Jean Baptiste des Roches Tranchelion, 13 août 1527 (acte Soizeau-Tours, acte de fondation par Lancelot de la Touche, seigneur des Roches-Tranchelion) ; Prise de possession du canonicat des Roches Tranchelion fait à la requeste de Me Pierre Dargé, 15 mai 1714 (acte Gilloire-Chinon) ; Prise de possession du doyenne des Roches Tranchelion par Me Pierre Candide Ferrand, prêtre du diocèze de Tours, 1er mai 1768 (acte Soreau-Tours) ; Chapitre des Roches Tanchelion, archiprêtré de Lille Bouchard, 1781 (A.D. 37-G 11, fol. 363). A.D. 37-G 344.

(1) Gabriel de Lorges, comte de Montgomery, capitaine de la garde écossaise.
La tradition situait un trésor caché au château des Roches-Tranchelion, en aménageant les abords de la chapelle, des jeunes gens voient s'ouvrir un trou de 6 à 7 mètres sous leurs yeux: Au fond de celui-ci, 214 pièces d'or française et espagnole datées de 1563 à 1618...
Source: Le journal du Figaro du 27 avril 1966.

Localisation:




_________________


Dernière édition par Mikerynos le Jeu 27 Mar - 17:50 (2014); édité 11 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Mar - 11:23 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 726
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 10 Juin - 17:32 (2008)    Sujet du message: La Collégiale des Roches Tranchelion Répondre en citant

Source: Le Magazine de la Touraine No 19 (Juillet 1986)














_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 726
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 12 Oct - 11:04 (2015)    Sujet du message: La Collégiale des Roches Tranchelion Répondre en citant

Cadastre 1831.






_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:36 (2017)    Sujet du message: La Collégiale des Roches Tranchelion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Les Édifices religieux en Touraine. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com