Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Souterrains de la Sous-Préfecture.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 10 Mar - 19:01 (2012)    Sujet du message: Souterrains de la Sous-Préfecture. Répondre en citant

Souterrains de la Sous-Préfecture.

La Sous-préfecture (ancien château Royal), située à l'extrémité opposée de l'enceinte du château, nous présente encore un ensemble considérable de souterrains. Ici encore, même caractères que dans la citadelle, plus accentués si c'est possible. C'est un véritable dédale, et il est impossible de se rendre un compte exact de tous ces détours, de tous ces recoins, la première fois qu'on les visite. Mais ils ont un caractère qui leur est propre : c'est-à-dire qu'ils ont des parties creusées dans le roc, et d'autres bâties, voûtées, des escaliers en maçonnerie, etc. Tandis que citadelle les constructions ont interrompu les souterrains quand elles les ont rencontrés, ici, au contraire, tout a été construit pour consolider et utiliser un sous-sol miné afin de pouvoir construire au-dessus en le conservant.
_____________________________________
Voir la 1ère Partie: Les souterrains du château de Loches.
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 11 Mar - 16:33 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 10 Mar - 19:01 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 11 Mar - 16:27 (2012)    Sujet du message: Souterrains de la Sous-Préfecture. Répondre en citant

Les souterrains du château de Loches. (Suite)

En examinant attentivement toutes ces constructions, il est facile de se convaincre qu'elles sont faites dans un souterrain préexistant, et dans un but de soutènement, pour supporter le château qui les surmonte ; celui-ci appartient au temps de Louis XII ; mais les constructions du souterrain ont des caractères particuliers, que nous n'avons rencontré dans aucune des constructions du pays. Toutes les ouvertures sont composées de lignes droites, et sont appareillées comme on peut le voir dans la (fig. 1, Pl. IV) Les voûtes des passages sont construites d'après le même principe, et l'on peut parfaitement se rendre compte qu'elles ont été faites sur des charpentes en bois faisant l'office des cintres que l'on emploie ordinairement pour la construction des voûtes. L'appareillage n'a rien de très-particulier, et ne paraît pas d'une grande antiquité. Les pierres sont petites, et les couches de mortier pas très-épaisses.

L'entrée de ces souterrains se trouve dans une chambre à coucher qui est à l'extrémité du bâtiment de Louis XII. Cette disposition est-elle intentionnelle ? On a vu souvent un réduit ménagé à côté d'une chambre d'habitation ; comme une dernière ressource, un dernier refuge où les habitants acculés et forcés dans leurs dernières défenses, se retiraient avec les objets précieux, papiers, etc. Cette précaution était naturelle dans des châteaux isolés, exposés à être attaqués et pris, et, par conséquent, participant plus ou moins aux caractères de constructions militaires. Le château.de Louis XII n'a aucun de ces caractères. C'est un château royal, une habitation de plaisance, et par ces deux raisons peu exposées aux faits de guerre. Cependant nous croyons que les considérations que nous venons d'exposer, jointes à la disposition primitive du souterrain, ont été pour quelque chose dans le choix, de cette entrée. Ce qui nous porte davantage à le croire, c'est que, au bas de l'escalier tournant pour lequel on y arrive, nous trouvons une chambre ou casemate voûtée, au bout de laquelle est un petit couloir, à l'extrémité de ce couloir on voit encore en place les restes pourris d'une forte herse en bois qui ferme une seconde fois l'entrée principale du souterrain placée au-dessous. Si donc, par suite d'un fait de guerre quelconque et facile à admettre même au XVIe siècle, nous supposons les sorties gardées, et les habitants du château bloqués dans cette dernière chambre, la fuite n'était plus possible que par cet escalier qui devait être connu de peu de personnes à raison de sa situation. On fuyait alors de ce côté, et une fois la herse baissée on se trouvait dans ce dédale, où il eut été, comme nous allons le voir, dangereux aux assaillants de s'engager.


Si maintenant, comme nous avons quelques raisons de le supposer, il existait entre ce souterrain, et ceux de la citadelle une communication, point n'est besoin de démontrer son utilité, et de chercher pourquoi l'architecte du château de Louis XII l'a laissé subsister, même, et surtout peut être, avec son entrée dans une chambre qui devait être habitée, à en juger par leur emplacement encore visible de l'alcôve, et les dimensions et l'élégance de la cheminée. Avant de pousser plus loin cette discussion, une courte description nous paraît nécessaire.
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Dim 25 Mar - 12:33 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 11 Mar - 16:30 (2012)    Sujet du message: Souterrains de la Sous-Préfecture. Répondre en citant

Description.
L'entrée se trouve dans l'angle de la dernière chambre du bâtiment de Louis XII, au rez-de-chaussée, cette chambre ne communique point directement avec l'extérieur, on descend par un escalier de 26 marches. A la 20ème marche on entre dans un petit réduit voûté, éclairé par une meurtrière qui donne sur la rue des Fossés St-Ours (1) A la 26ème marche on trouve un autre réduit un peu plus large, de forme irrégulière, également voûté. Celui-ci n'est pas éclairé. Une meurtrière très-profonde, et indiquant une grande épaisseur du mur, est élevée à environ 2 mètres au-dessus du sol, et bouchée. (PI. IV, fig. 2.)

En face de la porte, au point B, un petit couloir qui tourne immédiatement à droite a été ménagé uniquement pour le service de la herse qui se trouve en D. Dans l'angle C un escalier descendant de 11 marches nous conduit en face d'un puits, et juste au-dessous de la herse qu'il faut franchir en cet endroit. La partie supérieure de ce puits est voûtée en cône fermé d'une seule pierre. (Pl. IV, fig. 3.) A la profondeur d'un mètre environ ce puits prend une forme à peu près triangulaire, et dans le fond il paraît s'étendre à droite et à gauche comme si un souterrain le traversait. Nous franchissons la herse en montant 4 marches, et de chaque côté s'étend un long couloir. Au haut des 4 marches nous voyons des traces de barricades. Nous tournons à gauche en montant quelques marches, et nous nous trouvons à l'entrée d'une branche de souterrain, bouchée en maçonnerie très-solide, et qu'on a tenté inutilement, d'ouvrir il y a quelques années. Nous remarquerons qu'en cet endroit la pierre est noircie par la fumée et calcinée par un feu ardent; à la voûte on voit un trou, aujourd'hui bouché, par lequel la fumée devait s'échapper. Cette partie est moitié en rocher, moitié en maçonnerie, mais la maçonnerie ne porte pas trace de feu. Une partie de ce passage est couverte en dalles. Force nous est de redescendre, et de continuer notre première direction. Là, c'est-à-dire au bas de ces marches, nous trouvons encore traces de barricades. Enfin nous descendons un magnifique escalier de 16 à 17 marches, taillé en entier dans le roc II fallait une certaine hardiesse, ou une nécessité bien grande, pour creuser dans un pareil endroit, car tout le long de cette descente une énorme fissure se montre à la voûte et menace de laisser tomber sur le visiteur de grosses pierres retenues entre ses deux parois (fig. 10)

  

Le long de cet escalier on remarque trois traces de barricades. Elles consistent en trous pratiqués dans le mur pour recevoir de forts piquets ou des madriers destinés à maintenir en place un obstacle quelconque. Au niveau des marches, en deux endroits, on voit de chaque côté des rainures qui paraissent destinées à recevoir un plancher mobile qui devait tromper ceux qui descendaient, et les faire culbuter dans l'escalier. (PI. IV, fig. 6) Cette embûche est bien primitive, mais elle ne nous paraît pas plus mauvaise pour cela. Enfin au bout de cet escalier, on tourne à droite, et un petit passage rampant, très étroit, où l'on descend encore quatre marches, nous donne accès dans une grande salle de forme irrégulière, ayant 14 mètres dans sa plus grande dimension.

Nous remarquons le long des murs, comme nous avons fait à la citadelle, des espèces de niches dont l'usage nous est inconnu. Puis deux ou trois têtes grossièrement sculptées sans qu'il nous soit possible de dire à quelle époque elles appartiennent. A une certaine hauteur on voit un ou deux trous ronds qui nous paraissent des conduits auditifs plutôt que des prises d'air. Nous voyons que l'extrémité de cette salle est bouchée de maçonnerie. Une brèche dans le mur laisse passer un mince rayon de jour qui filtre à travers les branches de lierre du dehors. Ce jour donne sur la rue des Fossés St-Ours, non loin de la porte fortifiée du petit fort. Du dehors on remarque, en effet, dans le roc une partie de mur en moellon. A droite, dans un enfoncement, un trou qui communique avec l'autre branche de souterrains dont nous allons parler. (Planche III, en L'.) De ce côté nous ne pouvons aller plus loin. Il faut donc remonter tout ce que nous venons de parcourir, jusqu'à la herse.
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 670
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 11 Mar - 16:33 (2012)    Sujet du message: Souterrains de la Sous-Préfecture. Répondre en citant

A partir de la herse, on descend 3 marches; le souterrain s'infléchit un peu sur la gauche. Nous entrons maintenant dans un véritable labyrinthe, dont il nous sera difficile de donner une description exacte et intelligible. Après quelques pas dans le couloir qui part de la herse, nous nous trouvons tout à coup au haut d'un escalier qui contourne de deux côtés les murs d'une vaste salle voûtée. Cet escalier est étroit, et n'a point de rampe, rien n'empêche de tomber dans le vide si l'on n'y fait pas attention. Il est divisé en trois parties. La première a 8 marches, la seconde 4, la troisième 6. La pente est très-raide. Au bas s'ouvre, à notre gauche, un caveau qui donne sous la première partie de l'escalier. Ce caveau est creusé dans le roc. A gauche on voit un solide empâtement des fondations. Ce caveau est couvert par une construction en pente comme un toit. On voit encore les trous faits en même temps que la maçonnerie pour recevoir les madriers sur lesquels on a bâti cette espèce de toit. Il y a même des fragments de bois dans ces trous.

Cet escalier, d'une construction assez inusitée, est contenu dans une vaste salle, de forme irrégulière, voûtée d'une façon encore plus irrégulière et que nous essaierions vainement de décrire. On peut en avoir une idée par le croquis ci-joint, qui n'est cependant pas d'une parfaite exactitude. Pour concevoir et exécuter une pareille construction il fallait y être contraint par la disposition antérieure des lieux. (PI. IV, fig. 4) Au fond de cette salle est un massif de maçonnerie qui ne monte pas jusqu'à la Voûte, et au milieu duquel s'ouvre une porte. (R'R".) A gauche est une autre porte qui est l'entrée d'une série de couloirs tous voûtés comme nous l'avons dit par des parties droites. Tout ce côté est construit. Une branche de ce couloir communique par une brèche avec la grande salle que nous avons décrite en commençant. (L,L')

Nous retournons sur nos pas et nous prenons alors la porte qui s'ouvre dans le massif de maçonnerie dont nous venons de parler. Elle nous mène à un escalier voûté toujours de la même manière, à droite est l'ouverture d'un caveau très élevé d'étage, où l'on voit de grands blocs de roches revêtus d'une teinte rose, ce qui paraît indiquer, ou qu'on y a fait du feu, ou que cet endroit était autrefois en communication avec l'air extérieur (S) Nous continuons à suivre l'escalier, et à quelques pas du caveau, dans un enfoncement sur la gauche, nous trouvons un puits, au fond duquel nous croyons apercevoir encore, comme dans le premier, un souterrain inférieur. (T) Le couloir se rétrécit et tourne un peu à gauche. Il est tantôt creusé en plein roc, tantôt bâti et dallé par-dessus. L'escalier s'interrompt de temps en temps pour reprendre suivant les exigences de la pente. Là encore, à l'endroit le plus étroit, et avant que le souterrain s'infléchisse un peu à droite, on remarque des traces de barricades. Enfin, au bout de quelques pas, le souterrain se divise en deux branches : l'une remonte par 8 marches jusqu'à un mur qui la ferme. Elle conduit, nous le savons, au niveau actuel de la cour, dans une maison de la rue du Petit fort St-Ours. L'autre, excessivement étroite, est comblée par un éboulement ou par des décombres jetés à dessein. Ici se termine notre souterrain.

Conclusion.
Que conclure de tout ceci ? Il nous semble évident d'abord, que toutes les parties construites sont des parties de soutènement. Les constructeurs ont trouvé là un sol creusé dans toutes les directions et dans des proportions souvent considérables; avant de bâtir au-dessus, force leur a été de consolider le dessous. Reste donc un souterrain antérieur à toute construction, mais que les architectes du château ont conservé dans presque toutes ses dispositions. Mais ce souterrain a deux issues bouchées. Or nous savons que dans tout le voisinage de la Sous-préfecture existent d'autres souterrains ayant les mêmes caractères, et dont les issues sont également fermées. De plus, nous retrouvons ces mêmes caractères dans les caves de maisons du voisinage, qui ont aussi des issues bouchées, et ne sont évidemment que des fractions d'un tout plus important (2). Comme dans la citadelle, nous retrouvons ces puits auxquels on a donné le nom d'oubliettes, et nous voyons qu'ils servent de communication entre deux étages de souterrains. Il est inutile de faire ressortir l'importance de ces puits. C'est un des principaux caractères de nos souterrains. Leur utilité comme défense n'est pas moins démontrée; il est évident qu'une sentinelle placée au fond du puits Y, par exemple, peut avertir et faire échapper ceux qui se trouvent dans le souterrain transversal y y, pendant que les assaillants sont encore arrêtés à la herse, et perdront leur temps à visiter avec beaucoup de précautions tous les passages que nous connaissons. Ces souterrains ont donc les mêmes caractères que ceux de la citadelle.

Font-ils partie d'un même tout ? Nous n'hésitons pas à l'affirmer, et il serait possible de jalonner leur direction, si la plupart n'avaient pas été comblés même assez récemment. Nous les retrouvons encore, dans tout le périmètre de l'enceinte, sous le jardin des Dames de Ste Ursule, et tout le long des remparts où ils ont été transformés en chemins de ronde. Ils ont par conséquent été utilisés là comme ailleurs, lors de la construction des remparts.
_________________________
(1) Voir pour toute cette description le plan général, planche III.
(2) Jardin et maison du vicaire, Jardin Archambault, Sous-Préfecture, Maison Bordessolle, Maison Mangavelle. Cave de M""Lesourd sous la Sous-Préfecture.
Source : Bulletin SAT 1874 (T3)-1876
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:05 (2017)    Sujet du message: Souterrains de la Sous-Préfecture.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Le Monde Souterrain Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com