Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Le Château de Vendôme (41)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Insolites & Archéologie Région Centre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 28 Mar - 19:19 (2013)    Sujet du message: Le Château de Vendôme (41) Répondre en citant

Le Château de Vendôme (41)
Vendôme.


Le château de Vendôme se situe sur un éperon rocheux qui domine la vallée du Loir de 35 mètres. Son origine semble remonter à l'époque Gauloise et le château serait construit sur les fondations d'un Oppidum.La première forteresse féodale date probablement de 1030 et s'étend sur 1,5ha. Le château est une construction typique du XIème siècle : Des fossés entourent une butte de terre sur laquelle est construit un donjon de pierres de forme rectangulaire. Cette motte est protégée par une palissade de bois, remplacée au XIIème siècle par une ceinture de pierre. Les tours de flanquement de cette enceinte datent plus certainement du XIIIème siècle. Les tours ont été remaniées pendant la seconde moitié du XIVème siècle, peut-être lors des importants travaux réalisés vers 1367 sur les enceintes du château et du baile. Au XVème siècle, la partie supérieure ainsi que son agencement intérieur furent modifiés, et c'est probablement à cette époque qu'on y aménagea les six étroits cachots de ses deux premiers étages.


Les premières constructions de pierre (les tours coté Est) remontent sans doute à la fin du Xème siècle, à l'époque de Bouchard le Vénérable, comte de Vendôme. La Tour de Poitiers est la tour la plus remarquable, elle doit son nom à Guillaume le Gros, comte de Poitiers, qui y a été emprisonné en 1034 par Geoffroy Martel alors comte de Vendôme. Le château a été agrandi et remanié dans le courant du Moyen Age en particulier à l'époque de la Guerre de Cent Ans. En 1458, le Roi Charles VII tient une Chambre de Justice dans la grande salle du château pour juger le duc d'Alencon, coupable de trahison au profit des Anglais. Jeanne d'Albret, reine de Navarre mais aussi duchesse de Vendôme a résidé fréquemment au chateau. Il a été endommagé par son fils Henri IV lors du siège de Vendôme en 1589. Il réussit à récupérer sa ville qui était tenue par les Ligueurs.Le duc César de Vendôme fait ensuite réaménager le château en résidence au XVIIème siècle. Mais ses descendants ne l'habitèrent plus et il se dégrada progressivement. Déclaré Bien National à la Révolution Française, il est découpé en lots et vendu aux enchères . La ville en a récupéré l'essentiel par des rachats et des dons durant ces deux derniers siècles. Pour autant sa dégradation s'est poursuivie de manière inexorable.

A l'intérieur du chateau se trouvait la Collègiale Saint Georges, une église. Elle a été détruite en 1794, au Moyen Age, elle avait possedé des biens considérables. C'est dans cette église qu'étaient enterrés les comtes de Vendôme et en particulier les Bourbon-Vendome, ancêtres des rois de France depuis Henri IV. Certaines plaques funéraires sont déposées au Musée de la ville. En 2002, faute d'entretien, une partie de la muraille nord du château s'est effondrée. Les mesures pour préserver le reste sont toujours en discussion .... Actuellement le château est en ruine. Son accès est libre et donne une très jolie vue sur Vendôme et la vallée du Loir.


Entrée des souterrains du Château.


Les souterrains du château.
« Selon l’usage, les anciennes traditions et les historiens qui ont écrit d’après elles, admettent des souterrains d’une immense étendue, partant du château de Vendôme et communiquant avec d’autres forteresses, particulièrement avec celle de Lavardin. Ces conduits pratiqués sous les demeures seigneuriales du Moyen-âge sont, ainsi que les innombrables construction de Jules César. » De la porte principale du château de Vendôme, donnant vers le Nord, du côté des trois piliers ou cavaliers en terre, on entrait dans un souterrain descendant vers l’église de Saint-Bienheuré, près de la fontaine dite de Badran, placée dans le faubourg dit de Saint- Bienheuré ou Saint-Bié. Ce second apôtre qui y avait pratiqué sa demeure après Saint Martin, premier apôtre du Vendômois, mort vers l’an 400 de J.-C, avait choisi cette position au bas de la montagne, soit pour vivre plus retiré, soit pour jouir plus commodément de l’eau de cette fontaine, recherchée journellement par les Vendômois à cause de sa salubrité. Cette église qui a été entièrement démolie avec la plus grande partie du château, pendant la révolution...
____________________________
Type d'enregistrement : site inscrit
Date de protection : 1840 : classé MH
Date de versement : 1993/09/14
Base Mérimée : PA00098636
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Mar - 19:19 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 28 Mar - 19:24 (2013)    Sujet du message: Le Château de Vendôme (41) Répondre en citant

Le Château de Vendôme (41)
Vendôme.


    

Les souterrains du château de Vendôme.
Les souterrains du château de Vendôme constituent certainement l’ensemble le plus original et attrayant que les aléas de l'histoire nous aient conservé de l'ancienne forteresse. Ils ont été redécouverts au début du XIXe siècle lors du creusement d'une cave destinée sans doute à servir de cellier à une auberge qui existait à cet emplacement. Ces travaux ont d'ailleurs détruit le débouché réel de ce réseau, côté rue Ferme. De ce fait, nous ne connaîtrons jamais l'endroit exact où ils se terminaient en ces lieux. Pourtant, à la Révolution, leur existence était connue, comme nous le prouve l'acte de vente du château par la nation, en six lots, le 11 juin 1791. En effet, le troisième lot comprenait le château lui-même avec ses tours et surtout, pour ce qui nous intéresse dans la présente étude, mention y était faite des souterrains, rattachés à ce lot. Nous pouvons supposer qu'il s'agit bien des même souterrains que ceux dont nous nous proposons maintenant la découverte.

On y accède aujourd'hui par une cave privée qui est celle qui fut creusée au XIXe siècle. Etant donné que, lors de la seconde guerre mondiale, cette cave fut transformée en abris pour la population locale, de nombreuses poutres de consolidation en jonchent encore le sol. C'est à son extrémité, au point a du plan réalisé par les soins de M. J.-C. Pasquier, que nous rejoignons le réseau proprement dit des souterrains. Une première question vient tout de suite à l'esprit : Pourquoi a-t-on entrepris un tel travail au cœur de la roche avec un tracé aussi singulier ? La réponse se trouve sans doute au centre même de ce réseau où nous découvrons un bassin circulaire de 5 mètres de diamètre, surmonté d'une voûte taillée en calotte de quelque 3,50m de hauteur. Ce bassin a pour fonction de retenir l'eau provenant de la nappe phréatique, au niveau de laquelle nous nous trouvons à cet endroit.

C'est un travail très soigné et inattendu que nous rencontrons ici avec un petit canal latéral de 2 mètres (point X) et dans le fond de l'ensemble, juste au-dessus du niveau de l'eau, a été aménagée une ample niche destinée à recevoir un moyen, d'éclairage (point Y). La profondeur de l'eau dans le bassin est d'environ 1 mètre. L'explication la plus plausible est que la réalisation des souterrains a été entreprise pour mettre en communication le château avec ce point d'eau, sans doute connu depuis fort longtemps, mais non encore aussi remarquablement aménagé. En observant l'épanchement de cette eau depuis le bassin d'abord en E, puis de E en D, on peut supposer qu'en suivant cette direction l'eau s'écoulait ensuite de D vers A et sortait quelque part en A, à l'extérieur. Dans un rapport à ce sujet, l'historien de Salies, au XIXe siècle, émet une hypothèse non dénuée d'intérêt. Selon lui, avant que ne soient creusées les galeries actuelles, devaient exister des boyaux naturels que les terrassiers du Moyen Age auraient simplement réaménagés en les agrandissant. Cette idée d’ailleurs à vu sa confirmation lors de notre travail, en effet des éboulis très épais de D vers B et un passage de 40 à 50 centimètres c’est crée par tassement des éboulis. Nous avons pu ainsi, en rampant, avancer jusqu'au point B et découvrir à son extrémité une étrange petite salle circulaire de 2 mètres de diamètre, d'aspect naturel. Lors de notre passage cette petite salle était inondée à une hauteur juste suffisante pour que l'eau se glissât dans nos bottes. En revanche, vers le point A toute exploration est impossible, la galerie étant complètement obstruée par des éboulis. Ce serait pourtant de ce point que les travaux auraient commencé. Cette idée se trouve d'ailleurs renforcée par l'étude détaillée des coups de pic donnés dans la craie et dont l'angle d'attaque nous renseigne parfaitement sur la façon dont les travaux ont avancé. Refaisons donc ce parcours, celui suivi par les premiers terrassiers; il devrait nous permettre de mieux comprendre ce véritable labyrinthe.


Plan des souterrains du château de Vendôme
D'après Jean-Claude Pasquier (3 Juin 1989)

Ainsi donc la première galerie aménagée serait celle en A, D et B, avec en son centre une niche (N) destinée à recevoir un éclairage. Nous pouvons d'ailleurs signaler dès maintenant cette autre caractéristique des souterrains : l'existence à distance régulière de niches destinées à recevoir une lampe à huile. Nous les retrouverons tout au long de notre exploration. Au point D les travaux se sont orientés en E, en suivant peut-être encore un ancien boyau naturel. Au point E 4 mètres nous séparent du bassin déjà décrit. Mais le travail ne faisait que commence réellement, car à partir de ce point il fallait orienter les nouvelles galeries vers le château, tout en leur conservant une pente aussi régulière que possible et pas trop raide. C'est sans doute l'idée que doit garder en tête l'architecte auquel avait été donné le soin de mener à bien ces travaux. Dans la galerie E-F nous sommes à quelque 40 mètres de la surface. S'orienter était extrêmement difficile. C'est pourquoi penser que la boussolea été utilisée pour réaliser ce tracé semble s'imposer ici; ce qui a l'avantage, en outre, de situer dans le temps les travaux eux-mêmes : courant XVe siècle ou début du XVIe siècle. D'autres indices viennent d'ailleurs appuyer le choix de ces dates, en particulier la facture générale des travaux : parois bien verticales et bien dégauchies, voûtes finement profilées, taille allongée et franche des coups de pic rappellent, selon de Salies, la construction des derniers souterrains de Lavardin et de Montoire assez facilement datables. A partir du point F, les galeries attaquent une pente régulière et accentuée qui se poursuit jusqu'à l'éboulis final en O. Au point G il a fallu réorienter l'ensemble. Mais avant de poursuivre il convient de signaler l'existence d'un départ de galerie, murée sans doute à la fin du XIXe siècle. De Salies la mentionne en effet comme existant encore lors de sa communication au 39e Congrès archéologique de 1872 et où il la décrit en ces termes :

« Revenons maintenant au point G. Nous avons laissé là, sur notre gauche en montant, une autre galerie se dirigeant vers I et K, pour déboucher dans une petite salle ouverte en plein air sur la pente de la montagne. Comme les autres, cette galerie a été percée en montant, mais elle est d'un travail moins parfait. A voir l'irrégularité de sa marche, de sa largeur et de sa hauteur, je serais bien près d'admettre qu'elle a eu elle aussi pour premier principe, comme les galeries inférieures, un boyau naturel ouvert dans le rocher. Au reste, l'importance de ce passage était peu de chose sous le rapport de la circulation. Aussi était-il complètement dépourvu de moyens d'éclairage »

Reprenons notre cheminement de G en H. Là rien que la poursuite régulière du tracé déjà décrit des galeries. Mais au point H tout commence à changer. La galerie entame un arc de cercle important et prend rapidement une hauteur presque double de la normale. Une hauteur inexploitable (à moins d'avoir recours à une échelle).Que s'est-il passé ? En observant les coups de pioches, il semble que l'on ait voulu établir, après coup, une pente régulière et moins raide que celle du premier tracé, et, justement, en suivant le parallélisme de la première pente du sol et non suivant le sol actuel. Ainsi a-t-on pu retrouver une pente plus conforme à l'ensemble. Hélas, l'éboulis au point O ne permettra sans doute jamais, sauf travaux conséquents, d'éclaircir complètement ce problème. Ce qui est sûr en revanche c'est qu'en ce point nous sommes à la cote 98 mètres, presque en dessous de la rampe du château. L'orientation ainsi prise mène directement vers l'intérieur de la cour du château à environ 120 mètres d'altitude. C'est donc une pente de l’ordre de 21 à 22 mètres que la galerie finale devait couvrir, à raison d'une inclinaison de 0,27 m par mètre franchi. Elle aurait donc encore 71 mètres à parcourir pour atteindre un point quelconque du château; peut-être moins si on suppose, à son départ du château, un escalier. Quant au lieu exact de son débouché il semble à jamais perdu. Une hypothèse pourrait l'imaginer à la hauteur des bâtiments proches de la collégiale Saint-Georges, sinon, pourquoi pas à l'intérieur même de celle-ci ?
_________________


Dernière édition par Mikerynos le Jeu 28 Mar - 19:31 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 28 Mar - 19:30 (2013)    Sujet du message: Le Château de Vendôme (41) Répondre en citant

Les souterrains du château de Vendôme.


Nous le constatons, bien des questions subsistent encore, même si certaines ont pu voir au cours de cette étude une ébauche de réponse. Nous terminerons par une remarque : si le point d'eau situé au cœur de ces souterrains semble en justifier l'existence, nous ne pouvons ignorer que le château en possédait déjà deux : le puits de la Capitainerie, non loin d'ailleurs des galeries étudiées, et le puits central de la forteresse, joignant lui aussi après 38mètresdecourse la nappe phréatique. Obtenir un autre point d'eau à un tel prix nous renseigne peut-être aussi indirectement sur l'importance toujours plus grande de la population du château vers la fin du XVe siècle et ses besoins sans cesse croissants en eau.

BIBLIOGRAPHIE
DE SALIES - Rapport sur le château de Vendôme, Congrès archéologique de 1872.
DE SALIES - Quelques particularités de construction du château de Vendôme,1869.
DE TRÉMAULT- Sur les circonstances qui ont amené la décadence et la ruine du château, 1881.
DE PÉTIGNY- Histoire archéologique du Vendômois.
DE SAINT-VENANT- Dictionnaire du Vendômois.
CHANTEAUD - Histoire de Vendôme.
G. DENIZOT- Le fort de la Capitainerie de Vendôme.
B. DIRY- La Tour de Poitiers du château de Vendôme, in Bulletin de la Société Archéologique, Scientifique et Littéraire du Vendômois(année 1975).
DOCUMENT ICONOGRAPHIQUE
Court métrage sonore réalisé par les Compagnons Scouts de France : Vendôme insolite(1989) 1 - Les souterrains. 2 - La Tour de Poitiers.
_________________
Revenir en haut
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 28 Mar - 19:49 (2013)    Sujet du message: Le Château de Vendôme (41) Répondre en citant


Photographie Mikerynos - Le 24 Mars 2013.

_________________
Revenir en haut
Pouloss
Nouveau Membre

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mai 2015
Messages: 19
Localisation: Chinon
Masculin

MessagePosté le: Mer 27 Mai - 15:39 (2015)    Sujet du message: Le Château de Vendôme (41) Répondre en citant

Article très intéressant, en effet de ce château la vue sur la ville et la vallée du Loir est imprenable à voir tout comme les châteaux de Lavardin et Montoire !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:18 (2017)    Sujet du message: Le Château de Vendôme (41)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Insolites & Archéologie Région Centre Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com