Touraine Insolite Index du Forum

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Les souterrains dits de Saint-Guillaume.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Insolites & Archéologie Région Centre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikerynos
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2008
Messages: 4 564
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 18 Avr - 11:28 (2013)    Sujet du message: Les souterrains dits de Saint-Guillaume. Répondre en citant

Les souterrains dits de Saint-Guillaume.
Bourges (18)


Peu de sujets comportent autant de légendes, de fantasmes, de mythes et de chimères, que le monde souterrain. Dans une ville comme Bourges, le sujet est tabou, comme la présence de Jeanne d'Arc ou les travaux des alchimistes... C'est en recherchant les lieux insolites de Bourges, en dehors de la cathédrale Saint Étienne, du palais Jacques Cœur, que mon intérêt s'est porté sur les souterrains de la cité de Charles VII. Comme beaucoup de berruyers, j'avais visité quelques caves voûtées, dans le centre-ville, et parfois, connaissant ma curiosité, certaines personnes évoquaient la présence de souterrains, à des dizaines de mètres de profondeur, et la possibilité de quitter la ville par leur intermédiaire, débouchant vers Morthomiers ou Soye-en-Septaine.

J'étais, comme beaucoup, fasciné par ces récits sur Jacques Cœur et Charles VII qui parcouraient des lieues à cheval à l'intérieur de ces mystérieux souterrains... Mais rationnel de culture et de profession, j'avais tendance à ne croire que ce que je voyais. C'est en descendant dans un souterrain, un jour d'hiver de l'année 1995 que je touchais la réalité : les souterrains de Bourges existent, je les ai visités ! Depuis ce temps, je parcours les caves, carrières et souterrains de Bourges, souvent accompagné de mon épouse, parfois avec des amis, et souvent avec des propriétaires de maison qui connaissaient la présence des cavités sous leur maison, et me les montraient. Comme érudit, mon propos est de sensibiliser les berruyers sur la richesse d'un patrimoine en grande partie ignoré et de motiver des chercheurs dont les investigations permettraient de faire avancer notre connaissance de cette cité qui nous est chère. Comme les conférences que je donne à l'Université Populaire sur ce sujet, cet ouvrage est, en quelque sorte, une première pierre sur ce que sont les caves, carrières et souterrains de Bourges.

Les Souterrains de Saint-Guillaume.
Saint Guillaume Un réseau complexe Le palais de l'Archevêché Visite du souterrain Saint
Guillaume Quelques explications sur les souterrains de Saint Guillaume La place Etienne Dolet Une sortie inopinée Les souterrains de la sacristie. Parmi les plus beaux souterrains de Bourges, ceux de saint Guillaume sont une curiosité à eux seuls. Ils sont proches de la cathédrale, puisqu'ils sont situés sous la place Etienne Dolet, et ils demeurent aujourd'hui encore dans un magnifique état de conservation. Bourges, avec son réseau de caves et de galeries est une cité médiévale intéressante et surprenante. Mais il n'est pas toujours certain que ces « réseaux » souterrains permettaient d'aller d'un point à un autre. Il est pourtant un endroit où la notion de véritable réseau est forte. Ce sont les galeries appelées « Saint Guillaume » Les quelques personnes qui ont eu la chance d'aller s'y promener, en particulier les journalistes, en sont sorties particulièrement émerveillés. Commençons par l'étude de ce Saint Guillaume qui a donné son patronyme à tant de lieux à Bourges.

Saint Guillaume fut un des grands archevêques de Bourges. Il appartenait nous dit Mgr Jean Villepelet, à une illustre famille : celle des comtes de Nevers. Elevé et instruit par un oncle, archidiacre de Soissons, il devint chanoine de Paris et de Soissons. On le connaît aussi sous le nom de Guillaume de Corbeil. On disait alors de lui qu'il était « l'exemple de toutes les vertus » En 1199, le diocèse de Bourges cherche un successeur à Henri de Sully, premier archevêque, constructeur de la cathédrale. Après diverses péripéties le choix se porte sur Guillaume qui assumait à cette époque la charge d'abbé de Châlis. On dit même que ce fut par tirage au sort entre trois candidats ! Guillaume fut assez vite célèbre et populaire. De son vivant, la tradition affirme qu'il accomplissait d'éclatants miracles. Il prit une part active à la réalisation de la cathédrale, on lui doit une grande partie du programme iconographique, en particulier des vitraux du XIIIe siècle. C'est après une dizaine d'années passées à Bourges, que Guillaume, préparant la guerre contre les Albigeois, fut atteint d'un mal subit. La veille de l'Epiphanie, il fit un sermon en plein courant d'air dans la cathédrale non terminée... et le lendemain, il en mourut.

Ce fut la désolation de toute une région et Guillaume fut « vénéré par la piété populaire » Il fut à l'origine de tant de miracles, que le pape Honorius III le mit sur le catalogue des saints : il fut canonisé le 17 mai 1218. A Bourges, il donnera son nom à plusieurs éléments de la cathédrale : un portail de la façade occidentale, une sculpture de Marsault Paule, le gros bourdon de la cathédrale, et un escalier qui monte dans les combles et, inversement un autre qui s'en va peut-être dans les souterrains. Il ne fait pas de doute que l'on a donné à ces souterrains le nom de Saint Guillaume parce que c'était une coutume de vouloir honorer ce saint homme par des nominations les plus diverses. De là à penser que les souterrains, objet de ce chapitre, ont effectivement été construits par ce Saint Guillaume, il n'y a qu'un pas que nous ne franchirons pas sans davantage de preuves. Les souterrains appelés saint Guillaume forment le plus bel ensemble de Bourges, par sa situation, son mystère et la beauté des lieux.

Un réseau complexe.
Les souterrains de Saint Guillaume ont été parfaitement décrits et les plans furent établis par Bourdaloue. L'entrée dite classique est située à l'intérieur de l'ancien palais des Archevêques. D'autres entrées existent mais, par mesure de sécurité, elles ont été murées ou condamnées au cours du XXe siècle. Les premiers écrits sur ces souterrains datent du début du XIXe siècle, c'est ce qui ressort du bulletin mensuel de la société d'archéologie locale de 1929 : « ... A l'issue de la séance, il est procédé à une visite des galeries souterraines de Saint Guillaume. On constate la parfaite concordance, encore à l'heure actuelle, entre l'état de ces galeries et le plan levé en 1822 par Peaudecerf et relevé en 1864 par Bourdaloue : un petit éboulement montre seulement, sur une surface de l'ordre de grandeur d'un mètre carré, la nature du placage posé sur les galeries creusées dans le tuf vraisemblablement au Moyen Âge : la taille des pierres appareillées est faite avec un outil semblable à ceux qui ont servi à tailler les pierres du palais Jacques Cœur »

Le réseau comprend plusieurs types de souterrains et de caves.
On distingue en premier lieu les caves de la mairie situées sous l'ancien palais des Archevêques. Ce sont des cavités voûtées, très larges, très importantes. Certaines ont été modifiées lors de la dernière guerre, c'était le poste de commandement de la ville de Bourges pour la Défense Passive. Ensuite, des galeries vont dans des directions assez différentes, certaines sont en excellent état, faites de parpaings en béton, ce sont les résultats de travaux dont certains datent de 1939. Enfin, les souterrains dits de saint Guillaume, qui sont de pures merveilles architecturales. Ces précisions, par des spécialistes, sont importantes. Il est certain qu'il y a une volonté de construire ces galeries au cours du Moyen Âge, et en plusieurs endroits de la ville, c'est le même architecte ou les mêmes compagnons qui ont œuvré, ce n'est donc pas une initiative locale et privée, mais un plan concerté.


Le plan des souterrains Saint Guillaume par Bourdaloue en 1864. 

Le palais de l'Archevêché
La construction de l'édifice remonte à la fin du XVIIe siècle, sur l'initiative de Mgr Phélyppeaux de la Vrillière et de l'architecte parisien Pierre Bullet. En 1682, l'archevêque de Bourges, Michel Phélypeaux dela Vrillière décide de remplacer les constructions disparates de ses prédécesseurs par un nouveau palais archiépiscopal, en même temps qu'il fait édifier le Grand Séminaire. Pierre Bullet, célèbre architecte parisien sous Louis XIV, dessine un projet grandiose. Un vaste corps de logis, donnant sur le jardin devait se composer d'un avant-corps central entre deux pavillons; les ailes délimitaient en retour une cour d'honneur et une cour de service selon les normes de l'Académie Royale d'Architecture.

 

Il faut descendre dans les caves du palais des archevêques. Sur la gauche, au fond de la salle une descente assez profonde comportant une trentaine de marches de béton qui vous emmène dans une série de caves voûtées comme on en rencontre dans le vieux Bourges. Après le franchissement de deux portes voûtées, n'oubliez pas de tourner à gauche, si vous allez tout droit, vous allez vous perdre dans d'autres caves. Dans une cave très sombre, se trouve un nouvel escalier. Cette fois il faut descendre des marches en béton, avancer sur un palier et à nouveau descendre une vingtaine de marches. Vous êtes à l'entrée d'un souterrain de 28 mètres de long recouvert de parpaing, la hauteur est de 1,9 mètres pour une largeur de 1,3 mètres, de quoi bien passer en file indienne. C'est ensuite un angle à 90 ° et c'est bien ici que commence le véritable souterrain Saint Guillaume, le béton laisse alors la place à de magnifiques galeries de pierre. La première galerie Saint Guillaume fait d'abord 22 mètres de long, il y a 5 ogives de plein cintre situées de manière régulière. La distance entre chaque voûte est de 4 mètres. A l'entrée, sur la gauche, une niche voûtée. Chaque voûte est de bonne qualité, les pierres sont chanfreinées. Au fond de la galerie, à droite, une petite pièce carrée, elle devait comporter une porte puisque les passages de gonds existent encore. Salle du trésor ou garde manger ? Il faut tourner à gauche presque à 90 ° un peu moins. Alternativement des voûtes et des galeries importantes sont visibles à droite comme à gauche. Sur la droite une galerie obstruée semble remonter, elle est aussi voûtée. C'est à cet endroit que fut creusée une galerie pour la défense passive qui rejoint le jardin de l'archevêché.

En poursuivant dans ce souterrain, en direction du Nord, donc de la cathédrale, on observe que le parcours ne se fait pas en ligne droite, mais oblique parfois. En plusieurs endroits, une voûte de plein cintre, alternativement à gauche et à droite, mais de profondeur inégale, parfois de plusieurs mètres de profondeur. Après une première ligne droite, on oblique légèrement à droite pour se trouver sous un carrefour formé d'arc doubleaux en plein cintre, avec des croisées d'ogives tout à fait remarquable. Nous sommes alors à 12 mètres sous terre. Sur la droite, un escalier remonte de manière assez abrupte. Il est sur les plans de Bourdaloue et il va vers la cathédrale, dans la tour dite Saint Guillaume. Cette tour permet de monter dans les triforium et descendre dans les souterrains. Par contre, en haut des escaliers, des pierres obstruent l'endroit et ne permet plus d'entrer dans la cathédrale.

Les voûtes, aussi bien des arcs doubleaux que des arcs cintrés ne sont pas en très bon état sur le plan de la solidité. En voulant aller tout droit après ce carrefour, alors que nous ne sommes qu'à quelques mètres des fondations de la cathédrale, des galeries se poursuivent sur la gauche sur plusieurs mètres, mais c'est assez dangereux, et il faut ramper sur le sol avant de retrouver une hauteur convenable. Il y a gauche une galerie semblable aux autres sur quelques mères, puis fermée. C'est donc un véritable carrefour qui est situé en ce lieu. La visite s'arrête à cet endroit.
__________________________________
Source : Roland Narboux « Bourges mystérieux »
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 18 Avr - 11:28 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Touraine Insolite Index du Forum -> La Touraine -> Insolites & Archéologie Région Centre Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com