Touraine Insolite Forum Index

Touraine Insolite
Mystères & Etranges


Les Étangs de Narbonne.

 
Post new topic   Reply to topic    Touraine Insolite Forum Index -> La Touraine -> Parcs & Jardins en Touraine.
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Mikerynos
Administrateur

Offline

Joined: 26 Feb 2008
Posts: 5,195
Localisation: Tours
Masculin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

PostPosted: Mon 21 Oct - 07:40 (2019)    Post subject: Les Étangs de Narbonne. Reply with quote

Les Étangs de Narbonne.
Joué les Tours.


« Les Etangs de Narbonne » se composent de deux étangs artificiels reliés par un ruisseau, d’une forêt, de prairies, le tout abritant une flore et une faune remarquables sur un site de 30 ha composé à 80 % de bois. La ville de Joué-lès-Tours l’a racheté en 2000, son classement en Espace Naturel Sensible (ENS) date lui de 2010. Une fois ce label obtenu, ces 5 dernières années ont été consacrées à un grand travail en vue d’une ouverture au public.Sa particularité ? La présence de sols calcaires qui favorisent l’apparition des 23 espèces d’orchidées. Ce site était privé, dédié à la pêche et à la chasse. Il tiendrait son nom d’un de ses anciens propriétaires.


Première Ouverture au public le 21 septembre 2019 pour une période qui ira jusqu’au 31 octobre, puis le site restera fermé avant une réouverture prévue le 1er avril 2020.

« Pour en faire le tour il faut à peu près 1h, il y a un peu plus d’1km d’un bout à l’autre » indique Alix Adam, qui travaille pour la municipalité jocondienne. Le site est divisé en deux parties : l’une plane, avec deux grands étangs reliés par un petit ruisseau (un ru). Et puis un coteau bien costaud à grimper. Le Ru de la Piole (appelé Courance d’après les riverains) draine les eaux des parcelles agricoles alentours, il relie notamment les deux étangs en parcourant le fond de vallon. On retrouve dans ces boisements des dépressions artificielles qui sont d’anciennes extractions de marnes. Les boisements ont été exploités jusqu’à l’acquisition par M Lory en 1979. Les parcelles exploitées étaient séparées par des fossés et des chemins d’exploitation, ces derniers ont été conservés et constituent toujours les axes de circulation sur le site. Il s’agit de boisements de faible valeur économique, exploités majoritairement pour le bois de chauffage. Ils sont le résultat d’une gestion de type taillis de charmes, tandis que les chênes ont profité d’une gestion à plus long terme, selon une pratique de gestion visant à préserver les tiges ayant une meilleure plus-value.

Les deux étangs du site sont des plans d’eau douce, artificiels et vidangeables. Ils sont alignés sur un axe ouest-est. L’étang en amont représente une surface de 1ha43 et il est agrémenté de deux îles contrairement à l’étang aval d’une surface de 1ha37 qui ne dispose que d’une seule île. Ces étangs sont la charpente même de l’ENS en apportant une plus value remarquable. L’étang aval est le premier à avoir été réalisé, il est dessiné en forme de larme et est agrémenté d’une île. L’étang amont est un peu plus vaste, sa forme imite celle du premier et il dispose également d’une île. Ces îles ne sont pas accessibles mais ont pour vocation la nidification de l’avifaune. L’alimentation en eau est différente pour les deux étangs bien qu’ils soient tous les deux en fond de vallon et en prise directe. Le ru de la Piole, formé par les eaux de ruissellement, alimente l’étang amont. Cette source devient aujourd’hui incertaine lors des années de sécheresse. Le fond de l’étang est en outre constitué de calcaires perméables qui posent un problème d’étanchéité, ce qui explique qu’il se soit plusieurs fois asséché. De plus, lors de ses périodes d’assec la végétation a pu coloniser le fond et percer la mince couche d’étanchéité qui permet de garder l’étang en eau.

L’étang aval est constamment alimenté grâce au surplus du premier étang et à la source citée précédemment. Nous formulons également l’hypothèse que des dépôts alluviaux imperméables se sont accumulés dans cette partie du vallon sur des terrains argileux eux aussi imperméables, expliquant que cet étang reste étanche. Dans les étangs on retrouve une population piscicole constituée de carpes, gardons, brochets… introduite dans les périodes de privatisation du site. Du point de vue des usages, il est facile de deviner que la pêche et la chasse ont été pratiquées sur le site.


De l’Antiquité jusqu’au milieu du XXème siècle.
un espace intégré dans une campagne A l’époque gallo-romaine, (50 à 481 après J.C.) plusieurs domaines étaient présents au sud de la commune constituant une vaste zone agricole (Maurice, 1969). Au IVème siècle le sud de la ville est envahi par les wisigoths. S’en suit une période où peu de témoignages retracent l’histoire de cette zone. D’après des fouilles archéologiques réalisées dans le cadre d’explorations pour la construction de l’autoroute A85, il a été établi la présence d’établissements agropastoraux sur la période du Haut-Moyenâge, traduisant des activités agricoles et d’élevage (INRAP, 2009)

À partir du XIIème siècle, le lieu était la propriété d’un domaine du Seigneur Aimery de « Nerbonna ». Il donnera son nom au lieu dit « Narbonne » et de même à quelques centaines de mètre, au lieu-dit « des Étangs de Narbonne ». Entre le XIIème et le XVème siècle, la zone actuelle où se localisent les étangs de Narbonne a appartenu au Château du fief de Narbonne, qui relevait du château d’Amboise et de la baronnie de Châteauneuf traduisant le système féodal qui régnait au Moyen-âge. Par la suite, le site a fait partie d’un ensemble constituant une réserve de chasse, propriété successive de familles de seigneurs (dont la famille Rohan, duc de Montbazon) ou de roturiers à partir du XVème siècle jusqu’au XXème siècle. Il faut souligner que l’on ne retrouve pas de traces de la présence des étangs, bien que le site porte déjà le nom « Etang de Narbonne », au singulier. Sur les cartes consultées (carte d’état major, cadastre napoléonien du XIXe siècle) ne figure en effet aucun étang. On peut cependant émettre l’hypothèse, au vu du nom porté par le lieu-dit, qu’un étang a existé antérieurement. Au XIXème siècle on assiste à la cristallisation de l’état de la campagne par des cartes réalisées à cette époque, notamment grâce au cadastre napoléonien. Ce qui permet de se représenter le parcellaire et l’utilisation du sol. Le territoire est morcelé en de multiples parcelles, dont la taille et la forme varient selon la mosaïque des utilisations qui en sont faites

Courant XXème siècle : un lieu de loisirs privé Au milieu du XXème siècle, le site connaît une évolution de ses usages. En effet, son utilisation évolue d’un modèle agricole à un lieu de villégiature, combiné à la nouvelle tendance de création d’étangs privés à l’initiative d’une partie de la société (Busnel, 1985). Une nouvelle classe aisée achète des propriétés pour la pratique de ses loisirs et non plus dans le seul but de production économique. L’un des derniers propriétaires recensé est M. CHAORY. Les différents témoignages mettent en avant qu’il se servait de ce lieu pour y pratiquer la chasse et la pêche. Sur ce site, les principales espèces chassées étaient par exemple le lièvre, le chevreuil, le renard, la bécasse et le pigeon. Cette volonté d’en faire un espace de loisirs s’est traduite par la création des deux étangs, dans le courant des années 60 (étang aval en 1963, en période de pluviométrie forte), avec leurs îles respectives ainsi que des aménagements annexes tels que des bassins et des volières (dans les bois, au nord des étangs). Ces créations ont conduit à l’établissement de bondes ainsi que de déversoirs en bétons liés au fonctionnement des étangs, qui guident les eaux de surplus vers la continuité hydraulique du ru de la Piole. L’aménagement du site s’est alors orienté de façon à favoriser les activités de pêche et celles de chasse, notamment au gibier d’eau. Il est à noter que la cave troglodyte creusée dans le relief du coteau nord de l’étang aval est un témoignage des aménagements réalisés par ce propriétaire, elle occupait alors une fonction de cave à vin.


La plupart des aménagements, représentatifs d’un usage de loisirs, ont été réalisés depuis l’acquisition de M Chaory. Ainsi, lorsque par la suite M. LORY, l’ancien Maire de Joué-lès-Tours, acquiert le site, ce dernier est déjà orienté vers une vocation de loisirs. Le site est acheté le 11 mai 1979, pour la somme de 450 000 francs, à des fins cynégétiques. Les parcelles cadastrées sont qualifiées par la section AN, aux numéros 17 à 23-29 et 91, et la section AR, aux numéros 4 à 9-80-81-99-102 et 104. C’est à l’initiative de ce propriétaire qu’a été construit, sans autorisation préalable, un « pavillon » d’environ 80m², faisant front à l’étang aval, constituant le lieu de rassemblement des chasseurs et des amis du propriétaire.

Durant cette deuxième phase, il est possible de relever d’autres indices des types d’exploitations humaines du milieu. Ainsi, nous pouvons observer, encore aujourd’hui, des bassins (probablement conçus à des fins piscicoles), des fosses de décharges sauvages, etc. L’exploitation du bois durant cette période peut être mise en évidence par la structure en taillis de la chênaiecharmaie ainsi que par l’homogénéité de l’âge des arbres. Les mêmes observations peuvent être faites en ce qui concerne la saulaie.


Pour une superficie totale de 29ha 87a 36ca. Estimée à 970 000 francs par le Service des Domaines avec une marge de négociation de 10%, le propriétaire du site accepte la proposition de la Ville pour la somme de 1 050 000 francs. Le Conseil général subventionne l’achat de ces parcelles à hauteur de 388 000 francs. Cette subvention intervient lors de la session du Conseil général des 11 et 14 juin 1999 au titre d’Espace Naturel Sensible. Cette propriété est alors constituée principalement de bois et de deux étangs de 1ha 54 et 1ha 24. On ajoutera que les parcelles du lieu dit « Le Grand Bourreau » ont été intégrées dans cette acquisition. Autour des années 1999 et 2000,


Localisation.
Situé à l’extrémité de la limite sud de Joué-lès-Tours, le site des étangs de Narbonne est encadré par le lieu dit de « Narbonne » au Nord, de « La Mazeraie » et de La « Gautraye » à l’Est, « La Seigneurie » au Sud, Les « Brulôts » et « Le Grand Bourreau » à l’Ouest (47°18'36.1"N 0°38'12.4"E)
____________________________
Source: Diagnostic ENS - Etangs De Narbonne par Guillaume Ledoux (2012/2013)
https://fr.calameo.com/read/0040331910611cba33e76


Localisation.

_________________
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 21 Oct - 07:40 (2019)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Touraine Insolite Forum Index -> La Touraine -> Parcs & Jardins en Touraine. All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group